Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
Lectures Pour Tous n°04-01 octobre 1901
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°04-01 de octobre 1901

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Hachette

  • Format : (155 x 238) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 62,3 Mo

  • Dans ce numéro : boutiques du vieux Paris et marchands d'autrefois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
COMMENT ON CULTIVE LE THÉ DANS L ILE DE CEYLAN. — L'ÉMONDAGE DES THÉIERS. La cueillette des feuilles de thé se fait à Ceylan tous les huit jours, pendant la belle saison ; puis, pour ne pas épuiser l'arbrisseau, on le laisse se reposer quelques mois. Ou pratique alors l'émondage  : le théier est débarrassé de ses rameaux, et on ne lui laisse que ses plus grosses branches. (Communiqué par la « Planters Association de Ceylan ».) L'Herbe de Chine ROUTINE ET PROGRÈS DANS LA CULTURE DU THÉ Suivre la feuille de thé depuis le moment où on la cueille sur l'arbuste jusqu'à celui où elle sert à confectionner le breuvage b dont on fait dans certaines parties du inonde une si énorme consommation, c'est évoquer une série d'images pittoresques et amusantes. Mais cette curieuse revue devient une étude instructive si l'on compare les résultats obtenus en traitant la même plante d'après des procédés qui remontent à une lointaine antiquité ou d'après les procédés les plus modernes. C'est une antithèse saisissante qui oppose la routine au progrès et » contre ce que l'on peut attendre des nouvelles méthodes agricoles, industrielles et commerciales pour l'accroissement du bien-être de tous. O O O Al'heure où le jour baisse, où s'allument les lampes, dans le salon paré pour la réception, se répand, avec un parfum léger, la vapeur odorante du thé. La maîtresse de maison offre au nouvel arrivant la tasse (le thé, « qui ne se refuse pas ». La tasse de thé que nous prenons alors n'est pas d'habitude la première de la journée et ne sera probablement pas la dernière. Pour le déjeuner du matin, le thé compte autant de partisans que le café ou le chocolat ; la théière fume à la table de famille et au buffet des réunions mondaines, au lunch qui suit la cérémonie d'un mariage, au souper par où le bal se termine ; nous sentons-nous « mal en train », éprouvons-nous un peu de lassi- tude, de migraine ou de vague à l'àme, vite une tasse de thé. C'est le remède toujours efficace, le breuvage sans pareil pour donner aux nerfs une excitation momentanée et inoffensive. Comment se passerait-on de thé ? Comment a-t-on pu s'en passer ? Le fait est qu'on s'en est passé très longtemps, puisque l'importation dans nos climats en est toute récente. Elle ne remonte pas plus loin que le milieu du xvlie siècle. Vers 1640, des navigateurs hollandais rapportèrent de Macao les premiers échantillons de thé. La Chine apparaissait alors comme une terre étrange et fabuleuse  : la légende qui se forma autour de « l'herbe de Chine » ne contribua pas médiocrement à
mettre à la mode le breuvage aux propriétés merveilleuses. S'il était nouveau en Europe, l'usage du thé remontait en Chine à la plus lointaine antiquité et, depuis un temps immémorial, il y remplaçait l'usage du vin. De vieux livres chinois, qui datent de plus de six cents ans L'Herbe de Chine 51 T PAYS DE LA ROUTINE. — FOURMILIÈRE IIUMAINE ET ARBUSTES NAINS. C'est dans la Chine méridionale que le thé est cultivé. Aux environs de Pékin, en Mandchourie, et en général dans la Chine du nord, l'hiver est trop rigoureux et la neige qui LA CUEILLETTE DU THÉ À CEYLAN. Ce sont des coolies cnghalais et hindous qui sont chargés de la cueillette. Répartis en escouades de vingt travailleurs, ils cueillent une à une les feuilles des théiers et les déposent dans un grand panier cylindrique qu'ils portent sur le dos. (Communiqué par la « Planters Association de Ceylan ».) avant notre ère, fixaient déjà les règles d'après lesquelles l'arbre à thé doit être cultivé et ses feuilles préparées. Le croirait-on ? les prescriptions édictées par les vénérables Chin-Nong et Tsang-ki, auteurs de ces livres, n'ont jamais été enfreintes. Aujourd'hui encore, l'agriculteur chinois, pour cultiver son champ de thé, se sert des mêmes outils, observe les mêmes pratiques que son ancêtre, contemporain de Confucius, avait lui-même apprises d'ancêtres lointains. Frappant exemple de la toute-puissance aveugle de la tradition dans ce pays (le Chine aux usages immuables ! pendant plusieurs mois recouvre le sol tuerait l'arbuste. Au contraire, le climat plus tempéré des provinces du Kouang-Si, du Kouang- Toung, voisines de notre Tonkin, du Fo-Kien et de la riche vallée du Yang-Tse-Kiang, conviennent admirablement au théier. Sur le flanc des collines dominant les rivières on aperçoit une multitude de petites touffes disposées en files rectilignes et dont le vert assez vif tranche sur la couleur rougeâtre de la terre ; ce sont des arbustes à thé. Leur hauteur dépasse rarement un mètre. Dans ces plantations, dont la tache verte s'aperçoit jusqu'aux dernières limites de l'lio-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 1Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 2-3Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 4-5Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 6-7Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 8-9Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 10-11Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 12-13Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 14-15Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 16-17Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 18-19Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 20-21Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 22-23Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 24-25Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 26-27Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 28-29Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 30-31Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 32-33Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 34-35Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 36-37Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 38-39Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 40-41Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 42-43Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 44-45Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 46-47Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 48-49Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 50-51Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 52-53Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 54-55Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 56-57Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 58-59Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 60-61Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 62-63Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 64-65Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 66-67Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 68-69Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 70-71Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 72-73Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 74-75Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 76-77Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 78-79Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 80-81Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 82-83Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 84-85Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 86-87Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 88-89Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 90-91Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 92-93Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 94-95Lectures Pour Tous numéro 04-01 octobre 1901 Page 96