Le Parisien Economie n°427S 27 avr 2015
Le Parisien Economie n°427S 27 avr 2015
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°427S de 27 avr 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 374) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : championnes inattendues de la création d'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 BUSINESS i LE RENDEZ-VOUS START UP AVEC PARIS CO Compareagences.com secoue le marché de l’immobilier Vendreoulouerunbienimmobilier s’avère souvent synonyme de casse-tête. Recherche d’agences, formalités, délais... Heureusement, Compareagences.com, sorte d’agent immobilier virtuel, est là pour vous simplifier la vie. Le fonctionnement est simple et entièrement gratuit. Pour la vente par exemple, dans un premier temps, le site analyse les ventes et référence les agences immobilières les plus performantes de votre quartier. « Lorsqu’on souhaite passer par une agence immobilière, on ne sait pas laquelle choisir tant l’offre est pléthorique. Et puis il y a bien sûr la crainte de confier son bien à quelqu’un qui manquerait de professionnalisme », précise Artur Cassagnau, l’un des deux fondateurs. Mais le site ne s’arrête pas là et offre tout un tas d’autres fonctionnalités pour simplifier la vie du pro- Faites comme Mari eet Mberic qui collectent 10 000 € ; ur be%iomerci. o pour ouvrir un collège Monte55° ri Cergyntoise I951 LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 27 AVRIL 2015 milibris_before_rename priétaire et lui faire gagner du temps. Une fois son compte créé, celui-ci peut par exemple gérer et suivrelaventedesonbienàl’aide d’un tableau de bord personnalisé, prévoir les visites en ligne, prendre des rendez-vous via la plate-forme, ou encore retrouver les compterendus. Big Data Arthur Cassagnau et Mehdi Amour, les fondateurs et par ailleurs amis d’enfance,n’ensontpasàleurcoup d’essai dans l’entreprenariat. Il y a quelques années, ils ont créé Miinute, la première application mobile de covoiturage urbain en France. Avec Compareagences.com, en ligne depuis octobre 2014, ils souhaitaient restaurer l’image de la profession et surtout apporter plus de transparence et de fluidité au marché. « Toutes les agences immobilières mettent en avant les notions de transparence, d’expérience Arthur Cassagnau et Mehdi Amour, fondateur de Compareagences.com. (DR.) et de professionnalisme mais dès qu’un particulier recherche davantage d’informations, il n’obtient guère plus que l’adresse, le numéro de téléphone et la liste des biens à vendre. La seule solution reste de se rendre physiquement dans les agences mais cela est très chronophage », constate Medhi Amour. Les deux compères veulent aller plusloinetsurfentsurlavaguedu Faites comme Marie et Albéric qui collectent 10 000 € sur hellomerci.com pour ouvrir un collège Montessori à Cergy-Pontoise (95) www.leparisien.fr/leparisiensoutient LE PRÊT SOLIDAIRE, C’EST SIMPLE ! Big Data pour prédire en combien de temps vous allez vendre votre bien.Commentcela ? Al’aided’un algorithme développé par la startup quiprendencomptelequartier,le bien, ses spécificités, la concurrence des autres appartements en vente au même moment, l’historique des ventes, le prix choisi à partir des estimations des agences, ainsi que plusieurs millions d’autres données récoltées sur Internet. Compareagences.com aide également les propriétaires à mettre en location leur bien. Une révolution du marché immobilier qui offre de belles perspectives de croissance à la startup. Actuellement en phase de levée de fonds, celle-ci compte passer de douze à vingt personnes avant la fin de l’année. Désormais, vendre ou louerunbienn’aplusriendestressant ! ANNE-CHARLOTTE ALFONSI Marie et Albéric, lauréats du mois de mars EN BREF ENCOURAGE VOS PROJETS LOCAUX SUR 1milliondedollarspour s’implanterauxUSA. Le fonds de capital-risque Axa Strategic Ventures vient d’investir 1 million de dollars dans la société Evercontact, éditrice de solutions d’extraction etdemiseàjourautomatique d’informations intégrées aux signatures d’e-mails. La startup incubée chez Paris&Co souhaite accélérer son développement aux Etats-Unis et toucher de nouveaux clients en ouvrant un bureau à San Francisco. Evercontact avait déjà réalisé unepremièrelevéedefondsde 1,2millionsen2012. Appelàprojetslogistique urbainedurable. Paris&Co Expérimentation et la VilledeParislancentunappelà projets dédié à la logistique urbaine durable, invitant les entreprises et associations à venir expérimenter en grandeur nature leurs solutions innovantes qui participent à une amélioration de la logistique de la métropole parisienne. expe.parisandco.com hellomerci.com empruntez à des gens qui vous veulent du bien
(DR.) TECHNO-INFORMATIQUE DÉFIS TECHNOLOGIQUES BUSINESS 17 Cyber-attaques : les PME particulièrement vulnérables La majorité des attaques informatiques visent les petites et moyennes entreprises. Il est néanmoins possible de se protéger en adoptant des bonnes pratiques. EN SAVOIR PLUS Le site de l’institut INSPIRE : www.inspire-institut.org Le site du Ceebios : http://ceebios.com/Le site de Biomimicry Europa, association qui promeut le biomimétisme : www.biom im icry.eu A prèslesattaquesinformatiques qui ont visé des grandes marques connues comme Sony, l’enseigne de distribution américaine Target ou Orange, celle qui a paralysé plus récemment TV5 Monde a rappelé que la très grande majorité des cyberattaques visent les PME. Dans son rapport annuel 2014, l’éditeur spécialisé en sécurité technologique Symantec soulignait que 77% des attaques en France concernaient ces petites et moyennes entreprises. Souvent peu équipées pour se protéger, mal informées sur les risques et sur les modes d’attaques, elles sont en effet des victimes de choix pour les « hackers ». Les fichiers clients, les coordonnées bancaires mais aussi les brevets, les contrats, les identifiants… ont de la valeur surlemarchénoirdelacybercriminalité. Des mesures existent néanmoins afin d’éviter les risques d’attaques ou d’en limiter les conséquences. Tout d’abord, il est indispensable de faire les mises à jour des systèmes d’exploitation et des principaux logiciels (messagerie, navigateur…) qui révèlent régulièrement des failles corrigées par les éditeurs. Pour éviter d’oublier, ces mises à jour peuvent être automatisées. A cela s’ajoute la sauvegarde régulière des données et des applications(plutôt sur un site distantoudanslecloud)ens’assurant que celle-ci soit saine (voir encadré). Le troisième point est la vigilance vis-à-vis des mails reçus de l’extérieur. « La plupart des attaques passent par des courriels contenant des pièces jointes ou des liens qui lorsque l’on clique dessus vont infecter l’ordinateur ou même le système d’information » prévient EN SAVOIR PLUS Un guide élaboré par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information et la CGPME est disponible sur le site de la CGPME (Rubrique Actus Entreprises/Le guide des bonnes pratiques de l’informatique) : www.cgpme.fr INNOVATION (DR.) Loïc Guézo, évangéliste sécurité pour l’Europe du Sud chez Trend Micro. Il est donc indispensable de toujours s’assurer de la provenance du message, même si parfois le mail frauduleux peut provenir d’un contact connu s’étant fait voler son carnet d’adresses. L’expert recommande, avant d’ouvrir le document ou de cliquer sur un lien, d’examiner la forme du mail et son contenu (voir s’il y a des fautes d’orthographe, si les propos sont inhabituels). Malgré de nombreuses campagnes de prévention auprès des salariés, le phishing continue de faire des ravagescarles « faussespages » sont de plus en plus sophistiquées. Enfin, parmi les cyber-dangers en forte croissance : l’infection des tablettes et des smartphones via les applications mobiles. « Parfois, ces applications proposent un vrai service mais elles vont aussi récupérer des données personnelles » note Loïc Guézo qui conseille de télécharger uniquement des applications sur les plateformes officielles (Google- Play, AppleStore…). FLORENCE PUYBAREAU La nature, source d’inspiration pour les entreprises La société Ennesys traite les eaux usées à l’aide de phytoplanctons. milibris_before_rename S’inspirer du vivant pour créer des produits et services : c’est le pari que font de plus en plus de sociétés grâce au développement du biomimétisme. O bserver et imiter Dame nature et ses 3,8 milliards d’années d’expérience pour concevoir de nouveaux produits et services. C’est l’un des enjeux du biomimétisme, soit « l’innovation inspirée par la nature », résume Emmanuel Delannoy, directeur de l’Institut Inspire (Initiative pour la promotion d’une industrie réconciliée avec l’écologie et la société). Le chant du crapaud pour améliorer le wifi, la bave de l’escargot pour réduire l’utilisation de formaldéhyde dans les colles industrielles,oulevoldesoiespourdiminuer la consommation de carburantdesavionsdeligne…Toutesces solutions sont actuellement à l’étude au sein du Ceebios, le centre européen d’excellence en biomimétisme base à Senlis(Oise), point de ralliement des chercheurs et entrepreneurs intéressés par les enjeux du vivant. Aux Etats-Unis, au Japon ou encore en Allemagne, de nombreuses sociétés se sont déjà emparées de cette démarche. « Les Allemands ont 15 ans d’avance », explique Kalina Raskin, chargée de développement scientifique du Ceebios. En France, le phénomène commence à émerger. Près de 100 projets de recherche et plus d’une cinquantaine de sociétés -aussibiendesgrandsgroupesque des PME - font appel à cette démarche. Saint-Gobain commercialise par exemple des vitrages dont les propriétés hydrophobes sont inspirées delafeuilledulotus : lesgouttelettes ne s’étalent pas sur la surface mais ruissellent. Renault travaille actuellement en recherche et développement pour repenser la motorisation de ses futurs véhicules hybrides en s’inspirant du métabolisme humain. Côté jeunes pousses, la parisienne Polypop s’est faite experte dans l’exploitation des propriétés des champignons. Dans la forêt, le mycélium contribue à recycler des déchets de la nature. Polypop les utilise– entre autres-commedesmangeursdesubstances toxiques afin de dépolluer les 7grands groupes devraient adhérer au Ceebios d’ici 2015, ainsi qu’une vingtaine de PME. Ce pôle est en plein développement. Le commerce juteux du « Ransomware » Le Ransomware est la technique de la prise d’otage appliquée au monde virtuel. Dans ce cas, ce sont les données ou, plus grave, tout le système d’information qui vont être contrôlés par les pirates, généralement après que l’utilisateur ait cliqué sur un lien ou une pièce jointe dans un mail. La « libération » vient alors après le versement d’une rançon. « C’est une technique en forte croissance » constate Loïc Guézo. « Il ne faut pas avoir la tentation de payer la somme réclamée car d’une part, la PME n’est pas certaine que les hackers tiendront parole, d’autre part, cela les pousse à continuer. » Mais que faire, alors que sauf exception, les codes introduits ne sont pas déchiffrables ? « Il faut d’abord déposer plainte puis désinfecter le système d’information en repartant sur la base de sauvegarde. Mais attention, il faut s’assurer que la sauvegarde est saine » précise l’expert. Une vérification qui se fera avec un expert, ou le fournisseur d’une solution de sécurité. sols. Une autre start-up, Ennesys, transforme des eaux usées en eaux propres et en énergie, grâce à des phytoplanctons. « Nous reproduisons dans un système industriel ce quelanaturefaittouslesjours »,décrit Pierre Tauzinat, son président. Pour se nourrir, les plantes ont besoind’eau,deCO2etd’engrais,qui contiennent des nitrates, des phosphatesetdel’azote,soittouslesingrédients que l’on retrouve dans certaines eaux usées. Dans un ensemble fermé, les micro-algues d’Ennesys vont donc se nourrir de ces eaux. Une fois séparées du liquide dépollué, elles vont constituer une matière organique qui sera utilisée pour créer du méthane, transformable en énergie thermique ou en électricité. Grâce à l’expérience de la nature, et après quatre années de R&D, l’entreprise commercialise depuis 2014 ses produits innovants. Et écologiques. FLORE MABILLEAU LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 27 AVRIL 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :