Le Parisien Economie n°427S 27 avr 2015
Le Parisien Economie n°427S 27 avr 2015
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°427S de 27 avr 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 374) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : championnes inattendues de la création d'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
02 ÉCONOMIE L’éditorial Terreau fertile Il n’est évidemment pas question de nier la réalité de la crise et de son impact sur les performances des entreprises et sur leur capacité à recruter. Mais à côté de la froide réalité des chiffres au niveau national, sur le terrain, les choses bougent. A côté des grandes métropoles régionales qui drainent l’attention et les investissements, des villes de taille moyenne ont su tirer leur épingle du jeu, aidées par le TGV qui a facilité les échanges. Renforcer leurs pôles universitaires, nouer des partenariats avec les centres de recherche, développer des filières spécifiques et attirer des acteurs clé dans ces domaines font partie des leviers que des agglomérations comme Angers, Avignon ou Reims ont su activer pour tisser un écosystème dynamique et porteur pour l’entrepreneuriat. Ce terreau fertile prépare l’avenir. BÉNÉDICTE ALANIOU L’AVIS DE... (DR.) t `. r rs.- Olivier DURANTON consultant senior chez Katalyse, cabinet de conseil en stratégie et développement Qu’est-ce qui détermine l’attractivité d’un territoire pour un créateur d’entreprise ? Cela diffère selon le type de création et la dimension des projets. Mais on peut recenser cinq critères dont l’importance varie. Il y a d’abord, les ressources humaines et les compétences disponibles, ainsi que l’environnement économique local : le dynamisme du marché, la question de l’accès au capital. Les infrastructures et les services constituent un troisième axe, auquel s’ajoute l’image et la qualité de vie, critère qui rebat souvent les cartes, et enfin, l’appui des acteurs locaux et l’accompagnement, sachant que c’est un environnement souvent illisible pour le porteur de projet. LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 27 AVRIL 2015 milibris_before_rename (PhotoPQR/Le Dauphiné) (Fred Laures) (Le Courrier de l‘Ouest/Josselin Clair) Création d’entreprise : ces De gauche à droite, agroalimentaire à Avignon avec la société Claranor, siège d’EDF dans le quartier d’affaire TGV Reims Centre ou encore la coopérative Il n’y a pas que Paris ou les capitales régionales qui comptent ! Certaines communes de taille plus modeste, comme Avignon, Angers ou Reims, font également la preuve de leur dynamisme en matière d’entrepreneuriat. « L’attractivité d’un territoire dépend de la nature du projet » Quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs qui se posent la question de la mobilité ? Quand on est dans la création d’une entreprise, l’équilibre entre le personnel et le professionnel est très important. Il vaut mieux privilégier la stabilité personnelle et ne pas se couper de ses réseaux professionnels en ayant à gérer un déménagement. Pour une entreprise plus installée ou un grand groupe, on peut être dans une logique de ressources et on analyse alors les cinq critères évoqués. Comment préparer son implantation ? Il faut d’abord rencontrer ses futurs clients. Cela permet de vérifier le potentiel et l’accessibilité du marché visé. Pour ce qui est des financements, il n’est pas obligatoire d’être sur le territoire pour en obtenir. Par contre il faut connaître la ville. Comme pour un déménagement personnel où l’on regarde les quartiers ou les écoles les plus sympas, il faut se déplacer plusieurs fois et rencontrer par exemple la CCI qui fera un bon descriptif économique du territoire. Certes,avecplusde43200 créations d’entreprises recenséesen2014parlecabinet d’étude Ellisphere, Paris reste sans surprise la championne toutes catégories. Lyon (Rhône) ou Nantes (Loire-Atlantique) arrivent aussi régulièrement en tête des classements des villes les plus favorables à l’entrepreneuriat. Mais partout en France, d’autres villes présentent, elles aussi, un écosystème porteur pour les chefs d’entreprises. Misant sur des filières d’excellence, la présence de mentors ou la force de leurs structures d’accompagnement et tirant partie de leur situation géographique, elles se distinguent par leur capacité à susciter créations et implantations d’entreprises. Leurs arguments sont multiples car il yaplusd’unavantageàquitterParis pour entreprendre. « L’immobilier et la main d’œuvre sont souvent moins chers en province et on est aujourd’hui beaucoup plus sensible à la dimension de la qualité de vie. Davantage de poids face aux décideurs locaux Lorsque l’on entreprend dans des villes de plus petite échelle, on a aussi plus d’importance face aux banques et aux décideurs locaux », analyse Antoine Colson, co-gérant du salon Parcours France, organisé au mois d’octobre et dédié à tous ceux qui souhaitent s’installer en régions. « Il y a une vraie différence dans l’accompagnement public et para- -public des entreprises », confirme Isabelle Monvoisin, directrice générale de Regional Partner, une agence financée par les collectivités locales, qui accompagne gratuitement les entreprises dans leurs projets d’implantation. Si la plupart des entrepreneurs créent et développent leur projet là où ils vivent, la réflexion sur le choix d’un territoire vaut donc la peine d’être menée. « Il faut réfléchir dans une perspective de moyen terme », conseille Isabelle Monvoisin. « La décision est souvent guidée par un attrait personnel du dirigeant pour un territoire ou une rencontre. Mais il faut aussi vérifier la disponibilité de la main d’œuvre compétente ou l’accessibilité des moyens de communication », complète Antoine Colson. Et à ce jeu-là, certaines villes savent visiblement faire la différence, à l’instar d’Avignon (Vaucluse), Angers (Maine-et-Loire) et Reims (Marne). D’après le cabinet Ellispherequiaanalyséunecentainede villes ayant dépassé 400 créations d’entreprises en 2014, ces trois localités se distinguent par leur vitalité économique, puisqu’elles ont toutes les trois connu plus d’un millier de créations d’entreprises. Un score loindeceluideParismaistrèshonorableauregarddes6000créationsà Lyon.D’autantplusqueleurtauxde création d’entreprises, supérieur à 11,5%,figureparmilesplusélevés de la sélection, si l’on exclut les grandes métropoles régionales et leur banlieue. « Avignon bénéficie d’un boom grâce au TGV et de la présence de très belles entreprises comme Naturex, spécialiste des extraits végétaux ; Reims profite de la jeunesse de sa population et de sa politique très dynamique envers les entreprises tandis que le bon score d’Angers, régulièrement citée commeunedesvilleslesplusagréables à vivre, est aussi symptomatique du dynamisme du Grand Ouest », analyse l’initiateur de Parcours France, qui a lui aussi établi son propre classement de 93 aires urbainesdeplusde100000habitants. Preuve que les facteurs de la vitalité économique sont très variés. DOSSIER RÉALISÉ PAR MARION PERRIER EN SAVOIR PLUS A CONSULTER L’outil d’aide au diagnostic d’implantation local de l’Insee (ODIL) donne de premiers éléments d’étude d’implantation : http://creation-entreprise.insee.fr La carte DataFrance qui permet de comparer les territoires en fonction de 50 données différentes : datafrance.info Y ALLER Le salon Parcours France pour préparer son projet d’installation en province, le mardi 13 octobre 2015, à l’espace Champeret à Paris. Entrée gratuite, renseignements : www.parcoursfrance.com
villes qu’on n’attendait pas agricole « les Vergers d’Anjou » à Saint-Sylvain d’Anjou, près d’Angers. AVIGNON mise sur l’agroalimentaire et sa place de carrefour P oint de passage entre le Nord et le Sud de l’Europe, desservie par l’autoroute A7, Avignon (Vaucluse) jouit d’une localisation de choix pour toute entreprise sensible aux enjeux de transport. Grâce au TGV, la capitale est à 2h40 ! Le soleil et le charme historique de la ville attirent donc aisément une main d’œuvre qualifiée. « On a réussi à faire venir des cadres de Paris », apprécie Christophe Riedel, directeur général de Claranor, une PME de 30 personnes, qui en 2010 a déménagé de Manosque (Alpes-de-Haute- Provence) à Avignon, où elle fabrique des machines de désinfection des emballages alimentaires. Vendues partout dans le monde, elles lui ont permis d’atteindre l’année dernière 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais le dynamisme entrepreneurial de la ville s’explique aussi par le rôle moteur de filières d’excellence locales et l’existence d’infrastructures comme le technopôle de l’Agroparc ou la pépinière Creativa. C’est ainsi la richesse des acteurs locaux du secteur agro-alimentaire et la présence de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) qui ont attiré Claranor. « Nous avons passé un partenariat qui permet à notre microbiologiste, chargé de tester l’efficacité de nos machines, d’accéder au laboratoire de l’INRA », raconte le directeur, qui souligne aussi la qualité de l’accueil reçu auprès des chercheurs de l’université avignonnaise. La ville joue sur d’autres tableaux. Elle héberge un pôle de compétitivité aéronautique et entend devenir milibris_before_rename un acteur majeur de l’économie numérique de la culture, forte de la renommée de son festival de théâtre, qui lui apporte déjà 40 millions d’euros de retombées économiques. La communauté d’agglomération fait aussi en sorte de faciliter les démarches de tous les entrepreneurs. « Nous avons travaillé à réunir l’ensemble des acteurs du développement au sein d’un guichet unique pour faciliter la création et l’installation d’entreprise », souligne Jean-Marc Roubaud, président du Grand Avignon. Chiffres CLEFS 90 200 habitants(Insee) 1081 créations d’entreprises en 2014(Ellisphere) 11,6 de taux de création d’entreprises(Ellisphere)* 5 e/93 pour le nombre de marques déposées dans le classement Parcours France 8 e/93 en nombre de travailleurs indépendants et artisans 40 € au m² de coût fiscal global de l’immobilier d’entreprise selon Alma Consulting Group (à Paris, cela varie entre 53 et 144 € le m²) * taux de création d’entreprises = nombre de créations d’entreprises en2014parrapportaunombre d’entreprises enregistrées au 1er janvier 2014. À LA UNE ÉCONOMIE 03 REIMS mobilise tout son écosystème à seulement 40 minutes de Paris Reims, c’est d’abord le champagne avec plus de 300 millions de bouteilles vendues chaque année. Mais la ville s’est aussi positionnée pour devenir une référence dans le domaine des services et de la bioéconomie, son secteur phare. Elle héberge notamment une plateforme d’innovation au sein de son Institut européen de la bio-raffinerie et, grâce à une politique volontariste en direction des entreprises, a déjà convaincu les Taxis G7 et la banque ING Direct d’implanter leurs centres d’appels localement. « 3 milliards d’euros ont été investis dans cette métropole », souligne Jean-Yves Heyer, président d’Invest in Reims, l’agence de développement économique qui a convaincu plus de 300 chefs d’entreprises ambassadeurs d’afficher leur soutien à la ville. « On a été très bien accueilli et l’agence a joué un rôle d’intermédiaire avec les acteurs locaux », raconte le professeur Nadem Soufir, fondateur de Genepredict. La startup, incubée à Paris, vient de s’installer à Reims pour débuter la commercialisation de ses kits de dépistage de prédispositions au mélanome. Les acteurs rémois susceptibles d’accompagner les porteurs de projets sont d’ailleurs nombreux. Outre ses deux pépinières, l’incubateur Carinna, et son accélérateur de startup, la capitale champenoise dispose de plusieurs réseaux et clubs d’entrepreneurs. Certains s’adressent aussi aux étudiants. Ils sont 35 000 à Reims, qui accueille notamment un campus de Sciences Po Paris et de l’école Centrale. « Il y a un vrai dynamisme », confirme Nadem Soufir dont l’installation découle de sa rencontre avec Ludovic Beaulieu, un business angel rémois qui a rejoint la startup pour s’occuper de son développement commercial. Mais c’est aussi la proximité de Paris, à moins d’une heure de TGV, qui a convaincu celui qui travaille en partenariat avec l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. C’est aussi l’un des arguments de Reims : offrir le charme de la province, tout proche de la capitale. (DR.) ANGERS concentre des compétences variées aux portes du Grand-Ouest D ouceur et langueur ne sont pas la même chose. Angers, réputée pour la clémence de son climat, n’en connaît pas moins une vraie vitalité économique, et ce dans de multiples secteurs. « Nous avons un pôle de compétitivité sur le végétal et en développons un sur les systèmes intelligents et les objets connectés, mais nous avons aussi des filières dans la fabrication des produits de luxe ou l’électronique, c’est très varié », souligne Jean-Pierre Bernheim, vice-président en charge du développement économique à Angers Loire Métropole. Preuve de cette diversité, aucun secteur ne représente plus de 10% de l’emploi total sur le territoire. « Il y a une saine émulation entre acteurs et un important tissu de PME, qui a été un vrai atout à notre lancement », assure Eric Varennes, fondateur de Fret Solution, une société de six personnes, qui depuis deux ans édite des solutions informatiques à destination des acteurs de la chaîne logistique. S’il concède un attachement personnel à la ville, son associé et lui étant angevins, entreprendre là avait selon lui de nombreux avantages. « C’est une métropole à taille humaine. Grâce à l’agence de développement économique locale nous avons été très vite mis en contact avec des entreprises ayant des activités connexes et de potentiels clients. Et puis cette ville apporte un équilibre entre la qualité de vie et la proximité des grandes métropoles comme Nantes ou Paris », détaille le chef d’entreprise. A 1h30 de TGV de la capitale, Angers est aussi une porte d’entrée sur tout le Grand ouest. Elle dispose en outre de nombreuses infrastructures, comme sa maison de la création et de la reprise d’entreprise, à même de répondre aux besoins des porteurs de projet. Enfin, la richesse des organismes de recherche et de formation contribuent largement au dynamisme économique de la métropole, qui dispose ainsi d’une main d’œuvre qualifiée. « Nous Chiffres CLEFS 180 700 habitants (Insee) 1 198 créations d’entreprise en 2014 (Ellisphere) 11,9% de taux de création d’entreprises 10 e/93 pour la jeunesse de sa population dans le classement Parcours France 11 e/93 pour le dépôt de brevets 43 € au m² de coût fiscal global de l’immobilier d’entreprise selon Alma Consulting Group avons trouvé toutes les ressources sur place », confirme Eric Varennes, dont l’entreprise débute son développement à l’international. Chiffres CLEFS 148 800 habitants (Insee) 1065 créations d’entreprises en 2014 (Ellisphere) 12,1% de taux de création d’entreprises (Ellisphere) 9 e/93 pour la proportion de jeunes dans le palmarès Parcours France 22 e/93 pour la proportion de cadres dans le palmarès Parcours France 33 € au m² de coût fiscal global de l’immobilier d’entreprise selon Alma Consulting Group LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 27 AVRIL 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :