Le Courrier de l'Unesco n°1999-10 novembre
Le Courrier de l'Unesco n°1999-10 novembre

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
D’I C I E T D’A I L L E U R S Un autre film d’action s’achève dans les ronflements du public. Certains ouvreurs sont eux-mêmes d’anciens sans-abri. Photos Thys Dullaart-VT 3000 8 Le Courrier de l’UNESCO - Novembre 1999
ÉDITO R I A L TOUS LES DROITS P OUR TOUS UNesco/Ines Forbes Federico Mayor NDLR Au moment de mettre sous presse, l’élection du futur directeur général de l’UNESCO est en cours. C’est le Conseil exécutif, une sorte de conseil d’administration de l’Organisation, composé des représentants de 58 Etats membres, qui propose le nom d’un candidat à la Conférence générale. Organe souverain de l’Organisation, où chacun des 187 Etats membres dispose d’une voix, la Conférence générale se prononcera le 12 novembre sur la proposition du Conseil. Le directeur général entrera en fonction quelques jours plus tard. Le Courrier reviendra sur cette élection dans son prochain numéro. En matière politique,cette fin de millénaire a été marquée par des avancées remarquables de la démocratie. Part out, des peuples asservis goûtent enfin ou de nouve a u à la liberté.Ils doivent ces victoires d’abord à eux-mêmes,à l’intelligence, à l’obstination, voire au génie dont leurs citoyens ont su faire preuve. Pourtant,cette liberté restera fragile aussi longtemps qu’on voudra la couler dans un moule unique, sous couvert d’une mondialisation uniforme, un i voque et avant tout marc h a n de. Les principes sont univers e ls, mais les mécanismes qui leur donnent vie se nourrissent aussi d’une myriade de spécificités qui appartiennent en propre à chaque société. Aucune vision de la démocratie, qui dépasse de loin le champ politique pour embrasser aussi les champs économiques, sociaux,culturels,ne peut se développer durablement si elle obéit à un mimétisme stérile, si elle n’intègre pas l’histoire et les mythes,les valeurs et les traditions de chaque peuple. A l’inverse, il faut rappeler que ce nécessaire enracinement ne saurait justifier l’invo c ation d’on ne sait quel « relativisme culturel » pour contrevenir aux principes fondamentaux sur lesquels reposent les droits de la personne humaine : le respect de l’« identité culturelle » ne peut légitimer des pratiques antidémocratiques. Le deuxième danger touche à l’incomplétude du champ dans lequel, trop souve nt, c e s droits sont élaborés puis exe r cés. La commémoration de la Déclaration universelle des droits de l’homme a donné l’occasion de le rappeler avec une insistance renouve l é e : ils ne se limitent pas aux libertés politiques et civiles mais incluent,exactement sur le même plan,les droits économiques et sociaux, comme le droit à un travail, à un logement, à la santé, à l’éduc at i on, etc. A u j our d’h ui, un milliard et demi de personnes dans le monde vivent dans une e f f r oyable pauvreté. Leur droit le plus fondamental – le droit à la vie, dont découlent tous les autres – est en permanence menacé. Le combat toujours inachevé pour étendre et affermir les droits humains impose donc le devoir de promouvoir le développement. Cette obligation n’est pas dictée seulement par formalisme juridique ou exigence éthique:partout où tentent de cohabiter les libertés fondamentales et la misère,l’exclusion et les inégalités, les tensions restent si fortes que ces libertés demeurent infiniment f r a gi l es. Or, la dynamique de la mondialisation pousse certes à l’instauration du droit, m ai s surtout du droit qui asseoit les règles nécessaires à la bonne marche des affaires. Et elle aiguise les tensions économiques et sociales beaucoup plus qu’elle ne les réduit. E n fin, l’élan né de l’instaurat i on, plus ou moins aboutie, de l’état de droit dans un nombre croissant de nations se heurte désormais à un obstacle majeur. Alors qu’elles encadrent de plus en plus étroitement la vie de chaque nat i on, l’éthique et les règles dominant les relations intern ationales sont loin, très loin, d’obéir à des critères démocrat i que s : la raison du plus fort prédomine. C’est vrai vis-à-vis des Etats. Réduits à la portion congrue, ils voient leurs légitimes prér o g at i ves rognées par la montée en puissance d’une sorte d’absolutisme pri vé.Celui-ci tend à confiner la puissance publique à des fonctions de sécurité et de médiation. Il paralyse ainsi son rôle de garant de l’intérêt général, jusqu’à l’amputer des moyens indispensables pour donner une vie concrète à l’état de droit. C’est vrai aussi vis-à-vis de la communauté des Etats, parce qu’il n’existe toujours pas de structure mondiale qui soit juridiquement acceptée : unique enceinte démocratique internationale, l’ONU a vu son autorité affaiblie d’abord par près d’un demi-siècle de guerre froide puis par les initiat i ves unilatérales des grandes puissances, au mépris des pri n ci p e s qu’elles proclament. Le droit ne se divise pas,ni entre libertés et bien-être, ni entre nations et globe. Novembre 1999 - Le Courrier de l’UNESCO 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 1Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 2-3Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 4-5Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 6-7Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 8-9Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 10-11Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 12-13Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 14-15Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 16-17Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 18-19Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 20-21Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 22-23Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 24-25Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 26-27Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 28-29Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 30-31Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 32-33Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 34-35Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 36-37Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 38-39Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 40-41Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 42-43Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 44-45Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 46-47Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 48-49Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 50-51Le Courrier de l'Unesco numéro 1999-10 novembre Page 52