L'Ordinateur Individuel n°55 janvier 1984
L'Ordinateur Individuel n°55 janvier 1984
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°55 de janvier 1984

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Groupe Tests

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 262

  • Taille du fichier PDF : 220 Mo

  • Dans ce numéro : le guide des portables... essais de 85 ordinateurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 230 - 231  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
230 231
L'informatique est un monde nouveau pour vous. Vous trouvez son jargon bien compliqué. Ces quelques lignes vont vous guider parmi ces termes qui vous semblent barbares. Par chance, ils ne sont pas trop nombreux. Entrez donc avec nous dans le monde passionnant de l'informatique individuelle. - s'adresse ici aux debutants. Ces quel L'Ot ques lignes sont destinées à vous aider. Les comprenez-vous ? Vous posez-vous votre des questions ? Nous avons besoin de pour rendre cette page accessible opinion à tout débutant. Ecriveznous si tel ou tel passage vous paraît obscur ou s'il vous manque telle ou telle notion. Ces pages seront identiques tous les mois. Que nos lecteurs habituels nous pardonnent en se souvenant de l'époque où ils débutaient... C'est l'ensemble électrique qui fournit du courant au système. C'est en général du 5 ou du 12 V continu. L'alimentation est donc le plus souvent un transformateur. Mais le courant fourni doit être stabilisé, c'est-à-dire qu'il doit avoir le moins possible de variations en tension et en intensité. 1 Le Basic est un langage de programmation très simple, utilisant Cl une dizaine d'instructions. C'est l'un des langages évolués les plus) répandus sur les 01. (7 On appelle bit un élément d'infor- L'Ordinateur Individuel 230 n°55 janvier 1984 VOUS DEBUTEZ EN INFORMATIQUE COMMENCEZ ICI ! Bienvenue ! Commençons par une observation : avezvous remarqué comme les enfants utilisent facilement les ordinateurs ? Rien de surprenant : pour eux, l'ordinateur est un appareil électrique comme un autre, poste de télévision ou magnétocassette : on appuie sur le bouton « marche » pour le brancher. Continuons l'analogie avec le magnétocassette. L'ordinateur, une fois branché, est prêt à fonctionner. Vous communiquez avec lui par l'intermédiaire d'un clavier plus complet que le clavier du magnétocassette. L'ordinateur exécute un programme tout comme le magnétocassette lit la cassette. Les résultats de ce programme sont alors affichés sur l'écran (on dit encore moniteur) de l'ordinateur (ou imprimés sur l'imprimante), tandis que, dans le cas du magnétocassette, vous pouvez entendre la mue'sique enregistrée sur la cassette. La figure 1, page suivante, vous montre un « ensemble ordinateur » qui comporte trois éléments : le clavier, l'écran et l'ordinateur proprement dit, et que l'on appelle configuration. Vous pouvez brancher d'autres éléments — une imprimante par exemple — et vous aurez alors une autre configuration (on parlera aussi de système). mation qui peut prendre deux valeurs notées 0 ou 1. Le mot bit luimême vient de l'anglais, à la fois par bit qui veut dire morceau et par l'abréviation de « binary digit » qui veut dire chiffre binaire. Un octet est un ensemble de 8 bits. Il permet de stocker des valeurs entières comprises entre 0 et 255 (2°-1) et permet aussi de stocker un caractère de l'alphabet, de ponctuation, etc. Le terme anglais pour octet est « byte ». On mesure les capacités des mémoires des ordinateurs en octets. K-octets et M-octets. Un K-octet (ou encore Ko ou kilo-octet) équivaut à 1000 octets (plus précisément 2'= 1 024), un M-octet (ou encore Mo ou méga-octet) à un million d'octets (plus précisément 2'0 = 1 048 576). Actuellement, un ordinateur individuel typique a une capacité de mémoire centrale comprise entre 8 et 64 Ko ; il peut être équipé de deux disques souples d'une capacité de 256 Ko chacun, ou parfois d'un disque plus important de 5 ou 10 Mo. Le bus est le réseau de transport des informations à travers l'ordinateur. On peut y connecter, par des prises spéciales, de nombreux « accessoires » tels que mémoires, interfaces, etc. Le bus S 100 est né avec l'Altaïr de la société Mits, et depuis est Jean-Pierre Brunerie Pour le magnétocassette, l'ensemble des éléments se trouve dans un même boîtier : il s'agit d'un système intégré. L'ensemble ordinateur, lui, comporte trois éléments séparés reliés par des câbles : un système modulaire. Vous avez noté dans les lignes précédentes une distinction importante : l'ordinateur exécute un programme tout comme le magnétocassette lit une cassette et l'on parle donc : du matériel (ordinateur) par opposition au logiciel (programme). Le matériel Reprenons plus en détail la partie matériel et commençons par l'ordinateur. Au coeur de l'ordinateur, on trouve le processeur. Tout va passer par cette gare de triage. On peut distinguer aujourd'hui deux grandes familles : les processeurs 8 bits et les processeurs 16 bits. Un bit est une information élémentaire et un processeur 16 bits, traitant en une seule fois seize informations élémentaires, est plus puissant qu'un processeur 8 bits. Mais, direz-vous, même seize informations élémentaires, c'est peu. Aussi l'ordinateur comporte également une pratiquement devenu un standard : beaucoup d'ordinateurs individuels l'utilisent, et de nombreux accessoires peuvent y être branchés. Les cassettes standards constituent un moyen de stockage économique pour les ordinateurs individuels. Les performances sont assez variables : on peut écrire (ou lire) des données à des vitesses variant entre 30 et 120 caractères/seconde. A 80 caractères/seconde, 8 000 caractères (ou 8 K-octets) sont transférés en 100 secondes, soit 1 min 40s. Les cassettes ont pour inconvénient d'être lentes et de n'autoriser
mémoire interne reliée au processeur (l'analogie serait ici le cerveau humain : il est difficile de réfléchir en même temps à plusieurs problèmes ; mais si l'on s'en souvient, on peut les résoudre l'un après l'autre.) Cette mémoire interne est de deux types : mémoire morte et mémoire vive. D'une part, il y a le programme dont vous avez toujours besoin, que vous ne voulez pas modifier : il est stocké en mémoire dite morte (MEM). D'autre part, il y a le programme qui doit ou peut être modifié : il est gardé 1. On utilise en mémoire vive le clavier... (MEV). Mais attention, 2. quand vous coupez le courant, tout ce 1. On utilise qui se trouvait en les touches... mémoire vive disparaît (ce qui est en mémoire morte reste intact). Aussi, comme l'on conserve de la musique sur la cassette d'un magnétocassette, vous pouvez garder vos programmes sur des mémoires externes. Celles-ci sont de trois types : les cassettes, les disquettes et les disques durs. Pour lire ou écrire sur ces supports, on utilise des lecteurs de cassettes (ce sont parfois de simples magnétocassettes), des unités (ou lecteurs) de disquettes et des unités de disque dur. Comme la figure 2 le montre page suivante, unité de cassettes et écran, tout comme unité de disquettes ou encore imprimante, sont sur la périphérie de l'ordinateur : ce sont donc les périphériques. Et comme l'on peut F que l'accès séquentiel ; elles sont en revanche très bon marché. Un clavier similaire à celui d'une machine à écrire, relié a un ordinateur, est utilisé pour taper des programmes ou des données dans cet ordinateur. I j C'est un support de mémoire ex- ('ey terne. Le disque est en perme-/nence dans une enveloppe carrée, 17=1:1 ajourée pour permettre le contact entre la surface du disque magnétique et une tète de lecture-écriture. Les disques sont en effet uti- r/lises comme une bande magnétique que l'on peut effacer, que l'on les connecter, on dit qu'ils sont compatibles. Revenons à toutes nos mémoires. Comment mesurer ce qu'elles contiennent ? Nous avons dit que le bit est l'information élémentaire. Un ensemble de 8 bits s'appelle octet et permet Figure 1 3. 2... pour demander à l'ordinateur l'exécution d'un programme.pour demander au magnétocassette, J e tc de lire la cassette... de ranger un chiffre ou une lettre. Les mémoires sont mesurées en milliers d'octets (ou milliers de mots plus précisément), appelés kilo-octets (Ko) (un peu plus de 1000 à la vérité, 1 024 exactement). Une capacité en mémoire vive de 64 Ko veut dire que la mémoire vive d'un ordinateur peut contenir environ 64 000 octets. A titre d'exemple une disquette contient de 100 à 1000 Ko, un disque dur de cinq à dix millions d'octets et on parlera alors de Mo. On peut afficher sur l'écran des lignes de mots ou de chiffres (lignes de texte), chacune de ces lignes compor- peut lire, sur laquelle on peut écrire. Un disque souple standard contient environ 260 000 caractères, une minidisquette 90 000. Les capacités peuvent être doublées moyennant certains perfectionnements techniques tels qu'une densité double de l'information. On utilise en général deux unités de disques souples, afin de pouvoir faire des copies. Avec un disque on peut accéder directement à une information, par positionnement de la tète de lecture sur la piste correspondante (accès direct). La plupart des ordinateurs indivi- duels utilisent un écran pour affi-. cher le résultat de calculs, réaliser des graphiques, etc. Les écrans employés peuvent être des moniteurs vidéo permettant un affichage très net, en général de 24 lignes de 80 caractères, mais pouvant aller jusqu'à 32 lignes de 132 caractères. L'écran peut aussi être un écran de télévision (il donne de moins bons résultats). Il est très rare de pouvoir dépasser 16 lignes de 64 caractères sur un tel écran. C'est l'appareil qui, connecté à un ordinateur, permet d'écrire sur papier (et donc de façon permanente) des résultats, des tests, etc. tant 20, 40 ou 80 lettres ou chiffres) (x caractères par ligne). Un écran affiche généralement vingt-cinq lignes de quatre-vingts caractères. L'écran permet aussi d'afficher des graphiques. Il faut parfois pour cela acheter une carte graphique (il en existe d'autres types). Ces cartes s'enfichent dans des connecteurs prévus à cet effet dans l'ordinateur, qui correspondent, dont vous pouvez voir les résultats p s'afficher 7) sur l'écran. 3dont vous pouvez entendre la musique. dans le cas du magnétocassette, à la prise où vous entichez le microphone et permettent également de communiquer avec le monde extérieur : on les appelle alors interface. Quand on transmet une information à la fois on parle d'interface série (la plus courante s'appelle RS 232C ou V24), quand on en transmet plusieurs à la fois, on parle d'interface parallèle (la plus courante s'appelle Centronics dans le cas des imprimantes). Le logiciel Comme une automobile sans essence, un ordinateur sans programme n'est qu'un dérisoire tas de ferraille. Le programme est écrit dans un langage de programmation qui comporte un vocabulaire spécifique souvent ré- Certaines imprimantes ne sont pas autre chose que des machines à écrire modifiées. Un programme effectue des traitements à partir de données ; il les lit, fait des calculs ou des comparaisons, et donne des résultats qui peuvent servir de données pour des traitements ultérieurs. Le traitement lui-même est effectué par une suite d'opérations, que l'on exprime par des instructions. Par exemple en Basic, l'instruction 100 INPUT X va avoir pour effet, quand elle sera effectuée, de lire une donnée au terminal. On appelle ainsi l'ensemble du L'Ordinateur Individuel n°55 janvier 1984 2 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 1L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 2-3L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 4-5L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 6-7L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 8-9L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 10-11L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 12-13L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 14-15L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 16-17L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 18-19L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 20-21L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 22-23L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 24-25L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 26-27L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 28-29L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 30-31L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 32-33L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 34-35L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 36-37L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 38-39L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 40-41L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 42-43L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 44-45L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 46-47L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 48-49L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 50-51L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 52-53L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 54-55L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 56-57L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 58-59L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 60-61L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 62-63L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 64-65L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 66-67L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 68-69L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 70-71L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 72-73L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 74-75L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 76-77L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 78-79L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 80-81L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 82-83L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 84-85L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 86-87L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 88-89L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 90-91L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 92-93L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 94-95L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 96-97L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 98-99L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 100-101L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 102-103L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 104-105L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 106-107L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 108-109L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 110-111L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 112-113L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 114-115L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 116-117L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 118-119L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 120-121L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 122-123L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 124-125L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 126-127L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 128-129L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 130-131L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 132-133L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 134-135L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 136-137L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 138-139L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 140-141L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 142-143L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 144-145L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 146-147L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 148-149L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 150-151L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 152-153L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 154-155L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 156-157L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 158-159L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 160-161L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 162-163L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 164-165L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 166-167L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 168-169L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 170-171L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 172-173L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 174-175L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 176-177L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 178-179L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 180-181L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 182-183L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 184-185L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 186-187L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 188-189L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 190-191L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 192-193L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 194-195L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 196-197L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 198-199L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 200-201L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 202-203L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 204-205L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 206-207L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 208-209L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 210-211L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 212-213L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 214-215L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 216-217L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 218-219L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 220-221L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 222-223L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 224-225L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 226-227L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 228-229L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 230-231L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 232-233L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 234-235L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 236-237L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 238-239L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 240-241L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 242-243L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 244-245L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 246-247L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 248-249L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 250-251L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 252-253L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 254-255L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 256-257L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 258-259L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 260-261L'Ordinateur Individuel numéro 55 janvier 1984 Page 262