Je Sais Tout n°48 janvier 1909
Je Sais Tout n°48 janvier 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°48 de janvier 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 178

  • Taille du fichier PDF : 117 Mo

  • Dans ce numéro : interview du tsar des Bulgares.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 138 - 139  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
138 139
puisque vous connaissez Paolo !... Vive la joie !... (Il rit.) Tenez, vous m'avez fait rire ! Il y a bien longtemps que je n'avais ri. Il boit.) Je crois que ce petit vin des côtes m'a aussi... (Il rit.) Hé ! he !... GROS-GUILLAUME (riant). — Ah ! démonio ! Quand je pense que nous..  : venons de... (Il s'arrête) J ai une envie de rire... de rire... Tous rient. LE MOINE (les arrêtant d'un geste). — Ah !... J'entends dans le vent le bruit de couteaux qu'on aiguise, j'entends des râles dans le vent... Rires. PRATI (au Moine). — Ho ! ho ! Ne plaisantons pas de la sorte !... 1 l'escopette descendrait toute seule du mur... LE MOINE. — C'est la faute de ce petit aléatico qui coule de la chaleur dans les veines... Per Baccho ! il est rouge...comme le sang ! PRATI, ARLEQUIN, GROS-GUILLAUME (chantant sur un ton joyeux). Adieu pauvre, adieu pauvre, Adieu pauvre Carnaval ! Prati va chercher une troisième bouteille, la débouche et verse à boire. LE MOINE (d Prati). — Ah ! vous souffrirez de ce départ beaucoup plus que lui-même... ARLEQUIN. —. Les Vescotelli grinceront ales dents. Il faudra vous tenir sur vos gardes ! Connaissez-vous les Vescotelli ? PRATI (avec mépris). — Je ne leur ai jamais parlé... Mais mon fusil est à deux coups et si jamais ces chiens passent la porte avec l'intention déguisée de me voler, je chargerai mon fusil à plombet je leur tirerai dans les jambes... GROS-GUILLAUME. — Je vois que notre hôte est bien capable, entre deux verres de vin de Tallano, de tuer une demi-douzaine de Vescotelli ! PRATI (tapant du poing sur la table et l'oeil allumé). — C'est aussi sûr que nous sommes cinq ici... ARLEQUIN (montrant le Pierrot). — Six... Tous. — Six ! six !... PRATI. — Six, pardon, six, en comptant l'ami qui dort. GROS-GUILLAUME (avec un hoquet). — Nous ne sommes pas du tout sûrs si nous sommes cinq ici ou six... PRATI (buvant). — Que vos paroles sont obscures ! LE MOINE. — Comme nos âmes, seigneur della Corba, comme nos âmes... Il rit. Sur un ton lugubre. Adieu pauvre, adieu pauvre, Adieu pauvre Carnaval Rires. MANCECCA (près de la fenêtre, guette le retour de Paolo). — Malheureux ! Les Trois Masques = — —, 801 PRATI (d.Mancecca). — Mancecca, viens boire avec nous, à la santé de Paolo... MANCECCA. — Non, maître, je guette si l'enfant ne revient pas... huit heures vont sonner... et il n'y a plus personne dehors... sauf le vent qui hurle à la mort dans la campagne... Paolo n'est sûrement plus chez sa tante Cortona... PRATI (soudain dégrisé). — Si tu allais voir... MANCECCA. — Je n'oserais jamais sortir cette nuit et par ce vent... la malemort rôde par les chemins... O i entend dans le silence sonner une horloge lointaine. Arlequin pirouettant souffle l'une après l'autre les lanternes. Rires. PRATI (brusquement — Si je ne savais les Vescotelli absents du village, je serais inquiet, je vous l'avoue... Vous ne les avez pas rencontrés, n'est-ce pas ? LE MOINE (avec un accent comique). — Ils étaient tout à l'heure au cabaret ! Rires. MANCECCA. — Malheureux !... PRATI (troublé). — Allons ! répondez sans rire, est-ce vrai ? LE MOINE. — Je ne ris jamais. PRATI. — Alors que fais-je ici, moi ? (se levant.) Je vais chercher mon fils. ARLEQUIN. — Eh ! vous courrez, en vain, toute la nuit !... PRATI (.i.1lancecca). — Pourquoi lai -je laissé sortir ? Je suis trop vieux, je n'ai plus le courage de rester sourd aux prières ! Le vent redouble. GROS-GUILLAUME (riant). — Toujours le vent, buvons ! Rires. PRATI. Ah ! si vous êtes mes amis, vraiment ne riez plus !... Ce soir... Je ne sais pas, le vent... et puis vos plaisanteries... et puis l'heure qu'il est... Il se passe dehors... je ne sais où... quelque chose de grave... Je le pressens confusément dans mon angoisse. MANCECCA. — Malheureux !... Gros-Guillaume rit tout bas, d'un rire stupide d'ivrogne. PRATI. — Je vous répète qu'il se passe quelque chose de grave !... Ne riez plus ! Ce n'est plus le moment ! LE MOINE (se levant en titubant et avec des hoquets dans la voix). — Oui. Le temps est fini de rire, seigneur, il y a du sang sur vos murs, du sang sur le seuil de votre porte et du sang sur les carreaux... PRATI (au Moine). — L'ami... Je suis très bon... mais je n'aime pas qu'on fasse de l'esprit en de pareilles circonstances. Je prendrai la chose très mal... J'ai ri... j'ai bu avec vous... j'ai même tropri et trop P bu. (Gros-Guillaume rit.) Mais il est tard et mon fils n'est pas encore rentré... Il faut nous quitter. Allez boire, allez vous amuser ailleurs. Je vais à la recherche de Paolo...
Je sais tout LE MOINE (ivre). Mais regardez donc... il y a du sang sur vos murs 1... Geste de menace à Prati. ARLEQUIN (s'interposant, au Moine). - Taistoi, Antonio !... Basta ! (.i Prati.) Excusez-le, seigneur, votre vin l'a achevé. PRATI (avec humeur). - C'est bon... c'est bon... Allons, bonsoir ! Ouvre la porte, Mancecca... Il monte l'escalier et disparaît. Mancecca va ouvrir la porte. GROS-GUILLAUME (titubait. - Si l'on voulait parler pourtant... On sait ce que l'on sait... Mouvement de Prati. ARLEQUIN. — Ne l'écoutez pas... Il ne peut plus SC tenir droit... (Poussant les deux ivrognes dehors.) Allons, ivrognes, bavards ! Andiamo ! la farce est jouée ! GROS-GUILLAUME (chaulant). Adieu, pauvre... adieu, pauvre !... ARLEQUIN. - Addio signor della Corba ! (Sur le seuil de la porte, changeant de ton.) Adieu, seigneur della Corba ! Il sort. On entend les masques éclater de rire. SCINE IX MANCECCA, LE PIERROT, puis PRATI Un silence. Mancecca ferme la porte. MANCECCA (apercevant le Pierrot, oublié sur la chaise). - Maître, ils ont oublié leur camarade !... PRATI (Il descend l'escalier et va crier à la cantonade). - Hé ! vous avez oublié votre camarade !... (Silence ; tout à coup un rire ; strident éclate dans la nuit.) Ils rient ?... Hé ! m'entendezvous ? Vous avez oublié le dormeur ! Venez le chercher'. (Nouveaux rires, fureur de Prati.) Si vous ne l'emportez pas, je le fais jeter au ruisseau !... DES VOIX (lointaines). - Paolo !... Paolo !... PRATI. — Viens vite, Mancecca ! Écoute ! Ils appellent Paolo ! Ne serait-ce pas lui qui viendrait ?... LES VOIX. — Paolo ! Paolo !... MANCECCA (joyeuse). - Jésus soit loué ! Paolo ! Elle se précipite dans la rue ; Prati l'arrête. PRATT. — Attends ! Jetons cet homme à la rue d'abordI Prends-le par les pieds, et moi par... (11 passe derrière la chaise, mais pousse un cri et recule épouvanté.) Eh ! l'homme est blessé, et la blouse est tachée de sang... Le sang a coulé, vois !... Il désigne une flaque de sang par terre. if 802 MANCECCA (avec horreur écoutant s'il respire). - Il ne respire plus ! PRATI (lui tâtant les mains sous les larges manches de la blouse). - Ses mains sont froides. MANCECCA. — Il est mort 1 Tous deux se signent. LES VOIX (plus lointaines noyées dans le vent qui engouffre par la porte ouverte). - Paolo 1... Paolo !... PRATI (pâle). - Entends-tu le Mom qu'ils crient ? MANCECCA (joignant les mains et tombant à genoux). - Malheureux ! PRATI (la relevant). - Quel est cet homme ? MANCECCA (en bégayant). - Ils ont dit que c'était... que c'est Tiodoro, l'écrivain public. PRATI. — Oui, Tiodoro !... Mais... (brusquement) Mancecca, enlève le masque ! (Il désigne le masque du Pierrot). MANCECCA. — Je... PRATI (furieux). - Enlève le masque 1 MANCECCA. Je... J'ai peur... (Prati avance la main et hésite). Mancecca le devance et arrache le masque au Pierrot. Le cadavre s'écroule. Tous deux se penchent et reconnaissent Paolo. PRATI ET MANCECCA. — Paolo ! Le vent souffle en tempête dans la rue apportant à chacune de ses rafales des bruits lointains de rires et de chants. Musiques criardes d'accordéons. La Complainte dit Carnaval domine le tumulte. Tu t'en vas et tu nous quittes, Adieu pauvre Carnaval. Carême vient, va-t'en vite ! Adieu pauvre Carnaval ! PRATI (penché sur le cadavre). - Toi ! toi ! Paolo, mon petit !... C'est pour rire, dis... On t'a grisé, tu vas t'éveiller... éveille-toi 1... C'est pour rire que tu t'es déguisé, c'est pour rire que tu fais le mort... oui ? LES VOIX (au loin). - Paolo, Paolo ! PRATI (se relevant désespéré, avec un hurlement de douleur. - Non 1... Ils me l'ont tué (Tout à coup frappé d'une idée subite. A Mancecca qui sanglote.) Mais insensés que nous sommes ! — les Vescotelli, ce sont eux, les masques !... (avec horreur) Nous avons bu ensemble, là... Ah ! vendettal... Il va vers son fusil. LES Volt. — Paolo ! Paolol... A ce moment, la porte s'ouvre et Viola, éperdue, se jette sur le corps de Paolo. RIDEAU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 178