IGN Magazine n°86 avr/mai/jun 2017
IGN Magazine n°86 avr/mai/jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de avr/mai/jun 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : direction centre-est, vers des sommets d'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
IGN MÉTROPOLE DE LYON Dossier DIRECTION CENTRE-EST, VERS DES SOMMETS D’INNOVATION rencontre des acteurs locaux pour écouter leurs attentes et présenter notre offre. » Pour bien connaître les attentes des utilisateurs, la DIRCE organise environ une fois par an des comités régionaux de programmation des référentiels géographiques. Sans remplacer le travail de proximité au quotidien, ces rencontres permettent de bâtir un programme de développement de géoservices, de données géographiques et forestières au plus près des besoins. … ET DE L’INNOVATION « Aujourd’hui, l’IGN évolue d’un rôle de producteur de données vers un rôle accru de diffuseur et de facilitateur de leur usage, souligne François Perrussel-Morin. Ce changement de posture se traduit au niveau régional par notre rapprochement avec les start-up ou les entreprises qui veulent développer de nouvelles activités. » Concrètement, la direction interrégionale est engagée auprès de l’association TUBÀ ou du Grand Genève pour aider des PME dans la conception et le développement de géoservices innovants (voir pages 10 et 11). De même, l’IGN soutient le projet Archipel, un laboratoire dédié à l’ouverture des données publiques en Auvergne-Rhône-Alpes. Lauréat de l’appel à projets 2016 du programme d’investissements d’avenir (PIA), cet espace de travail regroupe des compétences pluridisciplinaires en vue de l’élaboration de solutions et d’outils. Un des chantiers prévus concerne la mise en place d’une plateforme régionale de données publiques, géographiques entre autres. « Dans le cadre de l’innovation au service des territoires, une autre action phare menée en 2016 est la réalisation d’une carte des pentes (voir page 12). Un projet piloté à l’échelle régionale et nationale. Car, loin d’être un mini IGN local, la DIRCE agit en complémentarité avec les experts du siège. » conclut François Perrussel-Morin. IGN, PARTENAIRE DE TUBÀ AU SERVICE DE LA VILLE INTELLIGENTE La place Bellecour, à Lyon, en 3D. 10 AVRIL MAI JUIN 2017/N°86/IGN MAGAZINE Engagé au sein de TUBÀ depuis octobre dernier, l’IGN participe, en 2017, à un premier appel à projet  : la valorisation de l’intelligence intégrée dans les données 3D de la métropole de Lyon. Créé en 2014 avec le soutien de la métropole de Lyon et de la région Auvergne-Rhône- Alpes, TUBÀ est un lieu d’innovation dédié à une ville durable qui s’appuie sur l’utilisation des données et le big data. « L’objectif de TUBÀ est d’aider au développement de services innovants tout en privilégiant la participation des citoyens à cette dynamique de création. Nous transformons les données en services et les faisons tester par les usagers », explique Léthicia Rancurel, sa directrice. L’association, qui regroupe les compétences d’acteurs privés et publics (entreprises*, universités, pôles de compétitivité, clusters économiques…), propose deux espaces de développement  : TUBÀ Lab, Photo d'équipe  : la DIRCE pose pour les lecteurs d'IGN Magazine. laboratoire d’expérimentation et de partage des connaissances où les citoyens participent à la ville de demain ; et TUBÀ Mix, plateforme de travail pour les porteurs de projets autour de thématiques telles que la logistique urbaine, la mobilité, la qualité de l’air… LE POTENTIEL DE LA 3D EN QUESTION Comment la donnée 3D peut-elle enrichir de nouveaux projets d’entreprises ? Avec l’IGN, TUBÀ Mix lance en 2017 un premier appel à projet ouvert aux entreprises sur cette problématique. « La métropole de Lyon, précise Léthicia Rancurel, dispose de maquettes 3D des 58 communes et des neuf arrondissements de Lyon. Nous souhaitons mieux exploiter ces informations. Par exemple, au niveau de la pollution de l’air, connaître la hauteur des bâtiments permettrait de modéliser la dispersion de particules fines dans l’air. La * Alstom, APRR, Bouygues Immobilier, EDF, Enedis, GRDF, Keolis Lyon, LPA, SFR, Sopra-Steria, Veolia.
Lnterreg a France-Suisse I g GEOF49 IGN 3D pourrait aussi faciliter l’utilisation de drones ». « Animateur du challenge, TUBÀ prend en charge la gestion des étapes, le montage et le suivi de la plateforme de candidatures, poursuit François Perrussel- Morin. L’IGN va fournir des données à travers notamment l’outil iTowns. Cette plateforme technologique a été développée par l’institut au départ pour visualiser les images urbaines enregistrées par le véhicule Stéréopolis. Elle permet d’exploiter des données géographiques à travers le web. » Une fois les porteurs de projet sélectionnés, ils seront accompagnés par différents experts, dont l’IGN. « Des coachs seront mis à leur disposition, dans les domaines technique, économique voire juridique… » conclut Léthicia Rancurel. Acquisition de données sur la ville d'Aurillac par le véhicule Stéréopolis de l'IGN. DANS L’ÉBULLITION DU GÉOFAB DU GRAND GENÈVE En décembre 2016, le canton de Genève a lancé Geofab* du Grand Genève. Ce dispositif est conçu pour mettre en valeur les géodonnées transfrontalières en aidant des entreprises à développer des services numériques innovants. Il réunit des partenaires français et suisses, dont l’IGN. Le premier appel à projet sera lancé en avril 2017. Rencontre avec Laurent Niggeler, directeur et géomètre cantonal au département de l’aménagement, du logement et de l’énergie – direction de la mensuration officielle, République et canton de Genève. Dans quel contexte s’inscrit votre collaboration avec l’IGN ? Le Grand Genève comprend quatre entités situées en Suisse et en France. Créé en 1991, le système d’information du territoire genevois (SITG) met à disposition plus de 800 couches de données géo référencées (altimétrie, cartographie, orthophotographie, aménagement du territoire, sécurité, mobilité…). En 2013, nous avons ouvert plus des deux tiers de ses contenus en open data téléchargeables sur le site www.sitg.ch. Une douzaine de partenaires soutiennent le SITG dont l’IGN qui l’a rejoint en 2006. Depuis plus de 25 ans, nous mutualisons nos données et menons des projets communs (cadastre du sous-sol, acquisition d’orthophotographies, de modèles numériques d’altitude). Plusieurs actions concernent l’IGN comme une orthophotographie nocturne, le référentiel transfrontalier à grande échelle, le bâti 3D… C’est une collaboration très intéressante. Nous échangeons beaucoup avec la DIRCE. Pourquoi avez-vous créé le Géofab ? De nombreuses données géographiques mises à disposition des entreprises et des particuliers ne sont pas assez connues et surtout pas assez utilisées. L’idée est donc de développer l’usage de ces informations transfrontalières en créant des applications. Ainsi est né Géofab. Accélérateur d’idées, cet incubateur vise à créer de la valeur ajoutée au travers de solutions numériques innovantes (applis, objets connectés, réalité augmentée…). Les domaines de recherche sont, notamment, la transition énergétique, la mobilité et le transport, le patrimoine, la qualité de vie, la sécurité civile. Dossier DIRECTION CENTRE-EST, VERS DES SOMMETS D’INNOVATION L'équipe du comité de pilotage « Géofabdu Grand Genève ». Comment Géofabva-t-il fonctionner ? Nous avons prévu le lancement de quatre appels à projet en lien avec des innovations mettant en valeur et/ou nécessitant des données géographiques. Deux en 2017 et deux en 2018, soit une vingtaine d’entreprises et start-up sélectionnées. Leur accompagnement se fera selon deux formules  : « coup de pouce » avec un soutien pendant cinq jours ou « développement du service » pour les projets les plus complexes avec une mise à disposition d’experts pendant vingt jours. Notre panel de spécialistes est en cours de constitution (métiers, gouvernance, infrastructure, développement, financement, juridique…). Sur notre budget global de 800 000 euros sur les deux années, 500 000 euros seront consacrés à cette assistance. L’IGN y est bien sûr associé. Où en est le déploiement du projet ? Nous avons monté la structure de pilotage à laquelle participe l’IGN et le premier appel à projet va être lancé d’avril à juin 2017. Notre objectif est, à terme, d’acquérir une renommée afin de pérenniser le système. * Pour plus d’information  : www.geofab-grandgeneve.org i IGN MAGAZINE/AVRIL MAI JUIN 2017/N°86 11 CRAIG DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :