GenMag n°272 septembre 2016
GenMag n°272 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°272 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : l'école... et après ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 k SEPTEMBRE 2016
Dans cet inventaire : de nombreuses espèces de végétaux, plein de petites bêtes… mais toujours pas de raton laveur ! ESPACES VERTS Quoi ? Combien ? où ? Cet été, le parc des Sévines, le square Chenardet-Walcker et les allées Medhi-Ben-Barka ont fait l’objet d’un inventaire de leur flore et de leur faune. Son objectif : mieux adapter leur entretien à la précieuse biodiversité qu’ils abritent. Cinq cadres de 1 m 2 chacun, délimités par du fil, sont posés à la queue leu leu au milieu des hautes herbes. Penchés au dessus, une poignée de volontaires notent scrupuleusement tous les végétaux qui s’y trouvent. Géraniums sauvages, fétuques rouges, renoncules, Achillée millefeuilles, faux cerfeuil, etc., la liste est longue et le recensement méticuleux. En cas d’interrogation sur une variété, un guide des fleurs sauvages, ouvert à portée de main, vient à la rescousse. L’activité est studieuse dans le parc des Sévines, le 28 juin dernier. L’opération a lieu près de l’entrée du poumon vert, rue des Cabœufs. La zone ciblée, de 1 800 m 2 , est constituée d’une prairie non fauchée destinée à favoriser le développement de la faune et de la flore, un autre aspect de la nature en ville. Toute la journée, il est ainsi procédé à un relevé floristique précis. Le lendemain, la même démarche est entreprise dans les allées Mehdi-Ben-Barka, sur la coulée verte, et dans le square Chenard-et-Walcker. Au mois de juillet, un inventaire des papillons a été également réalisé dans ces trois lieux. Des résultats encourageants «Depuis plusieurs années, la ville privilégie de nouveaux modes d’entretien de ses espaces verts, plus respectueux de l’environnement avec l’abandon des pesticides, les fauchages raisonnés, des plantes moins consommatrices d’eau ou, plus récemment, l’introduction de moutons aux Sévines » explique Amandine Denoue, responsable de l’inventaire du patrimoine végétal au service des espaces verts de Gennevilliers. «Cet inventaire nous permet de mesurer l’impact de ces orientations sur la flore et la faune et il va nous donner ainsi un aperçu que nous n’avions pas encore de l’état de la biodiversité en ville» ajoute-t-elle. L’enjeu des prochaines années est d’amplifier la stratégie mise en œuvre afin de favoriser davantage encore la place accordée à la nature en milieu urbain. «Les données que nous récupérons vont permettre d’élaborer un plan de gestion d’entretien des espaces verts afin de mieux adapter leur entretien à la biodiversité qu’ils abritent » explique Céline Bernard, de l’agence Biotope. Elle est chargée par la municipalité de conduire cet inventaire botanique et faunistique. Si l’état des lieux local de la biodiversité est plutôt encourageant assure-t-elle, c’est tout particulièrement grâce aux nouvelles pratiques initiées ces dernières années. « Nous intervenons également en qualité de formateur auprès des différents acteurs de terrain qui le souhaitent» complète-t-elle. Claude, jardinier à la ville, ne s’est pas fait prier. «Je travaille sur du vivant et je veux mieux comprendre l’impact de mes interventions, faire en sorte que mes gestes du quotidien soient le plus bénéfique possible pour l’environnement » affirme ce volontaire éclairé. Ils sont de plus en plus nombreux à penser comme lui. • Cyril Payet SEPTEMBRE 2016 k 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :