GenMag n°272 septembre 2016
GenMag n°272 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°272 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : l'école... et après ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
les agnettes Il va falloir se battre Comme le Luth et les Grésillons avant elles, les Agnettes s’engagent dans un vaste chantier de rénovation urbaine. Le projet, construit de longue date avec les habitants du quartier, n’est pourtant pas définitivement acté par l’Anru qui demande des démolitions supplémentaires. C’est là que le bât blesse… Le 20 juin dernier, au terme d’une longue audition du maire, Patrice Leclerc, devant l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), en présence du préfet des Hauts-de-Seine, l’inquiétude était palpable. Le projet, monté avec les habitants, était de nouveau remis en cause. Pas dans sa totalité, certes, mais dans ses grands principes. Ainsi, là où la Ville entendait rééquilibrer le quartier, exclusivement constitué de logements sociaux, en permettant la construction de 600 logements en accession à la propriété soit, à terme, 50 % du parc… l’Anru plaidait pour la démolition des cinq tours de la rue des Agnettes. De deux ou trois d’entre elles a minima ! Autres desiderata : des percées plus larges dans l’immeuble Victor-Hugo et donc, de nouveau, des logements en moins. Un 16 k SEPTEMBRE 2016 Pour l’OPH et la Ville, il y a urgence à réhabiliter les tours des Agnettes et le bâtiment Marcel-Lamour. contexte qui augure mal du financement du projet. Réunion publique le 7 septembre Dès la fin juin, la Ville réunissait les représentants des locataires des Agnettes pour les informer de ce qui apparaît comme une mauvaise nouvelle pour le quartier et, au-delà, pour le logement social. « Je veux bien travailler à un rééquilibrage avec des gens qui arrivent mais pas avec des gens qui sont chassés. Les habitants des Agnettes ont le droit de profiter des améliorations qui seront faites », expliquait le maire qui ne cache pas son inquiétude face à la diminution du nombre de logements sociaux en région parisienne. « C’est un système non vertueux avec des gens mal logés, des logements privés dont les loyers augmentent de manière phénoménale, et une incitation à l’achat de logement et donc à l’endettement… » Le 7 septembre, à 19 heures, dans la salle du conseil municipal, une nouvelle réunion publique permettra de débattre des contre-propositions de l’Anru et d’envisager de possibles compromis : « Si les habitants me disent qu’ils souhaitent la démolition d’une tour, on verra. Je n’y suis pas a priori favorable mais… », explique encore le maire. La réponse des représentants des locataires, le 30 juin, était cependant claire et nette : pour ce qui est de la démolition d’une ou plusieurs tours, c’est non ! Pour le reste, la Ville n’envisage pas d’élargir les deux percées sur Victor-Hugo (le projet prévoit la disparition de 90 logements) mais remet l’ouvrage sur le métier en ce qui concerne l’extrémité du bâtiment. Le 7 septembre, de possibles nouvelles actions pourraient être décidées pour faire gagner le projet de réhabilitation urbaine des Agnettes où la demande est aussi forte que légitime. L’Anru a choisi Gennevilliers pour se réunir en séminaire, deux jours plus tard… Le dialogue n’est pas rompu. • Valérie Mauger
Le 30 juin, les représentants des locataires des cinq tours de la rue des Agnettes étaient catégoriques : ils refusent la démolition de leurs logements. La rénovation urbaine des Agnettes, c’est… - Un quartier labellisé écoquartier - L’inclinaison du mail Roger-Pointard (un axe vert nord-sud) en direction de la mairie. - Un axe commercial ouest-est qui s’appuie sur la rue du 8-Mai-1945. - Une promenade équipée de mobilier intergénérationnel qui irrigue tout le quartier. - Autant d’espaces verts que par le passé (71 500 m 2 , dont 6 900 m 2 de jardins collectifs) mais de meilleure qualité : vergers urbains, bosquets, butte Châteaubriant… et jardins de pluie. La roseraie est déplacée le long de la rue du-8-Mai-1945. - 700 logements neufs environ : 600 en accession et 100 en logement social. - De nouveaux atouts pour attirer des commerces de proximité. - Une réhabilitation en profondeur des tours des Agnettes et du bâtiment Marcel-Lamour. - Le désenclavement de l’arrière du bâtiment Victor-Hugo. - Un nouveau city stade au sud. Il devait être réalisé cet été mais les intempéries en ont décidé autrement. Ce sera pour le printemps prochain. - Un pôle jeunesse. - Un nouveau groupe scolaire Joliot-Curie déplacé. - Trois parkings silos à destination des logements de l’OPH afin de limiter le stationnement en pied d’immeuble. - La desserte du quartier par la ligne de bus 366. - Des circulations douces. - Un travail d’urbanisation sur la rue Frédéric-Chopin. … mais aussi, dans le cadre de la création, en 2027, de la station du Grand Paris Express (ligne 15 ouest), démolition, en 2018, du 11-21 rue Louis-Calmel (104 logements). Les relogements ont commencé. SEPTEMBRE 2016 k 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :