Flèche n°171 septembre 2016
Flèche n°171 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°171 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 9262-3578 Québec inc

  • Format : (267 x 432) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 21,5 Mo

  • Dans ce numéro : revêtements extérieurs et intérieurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 en tête à tête Résumez-moi votre parcours… J’ai débuté mon parcours professionnel chez Uniboard à Lac-des- Îles, usine de production de bois laminé, un grand joueur à l’époque dans l’industrie du bois. Vers 2006, j’ai vécu une des nombreuses fermetures d’usines dans la région et par le fait même, la dévitalisation d’une municipalité avec des pertes d’emploi et tout ce que ça implique économiquement. J’ai cheminé ensuite auprès d’une consultante en ressources humaines, ce qui m’a rapproché beaucoup du milieu des affaires mais aussi de mon potentiel de gestion pour lequel j’ai fait des études universitaires. J’ai ensuite oeuvré pour des organismes communautaires, ma mission sociale. Après quelques années, tout me ramenait à la gestion et au milieu des affaires. En 2013, la directrice générale de la CCML a quitté pour se lancer en affaires; j’ai donc posé ma candidature pour le poste, que j’ai eu. À votre arrivée, quel était l’état des lieux ? La CCML était en train de remonter la pente. Vers 2006, la CCML a perdu sa directrice générale et le temps d’assurer correctement l’intérim, il y a eu un creux. Ma prédécesseure a réussi à faire un retour en force et à stabiliser la Chambre dans sa structure financière et sa notoriété. Mon premier défi a été de préciser toutes les mesures prises dans notre milieu. On a fait des consultations stratégiques avec nos membres et un rapprochement avec nos partenaires pour dessiner un parcours d’interventions très précis. Comment peut-on qualifier la CCML ? Ça me ramène à un autre défi de la CCML qui a dû, avec les relents négatifs causés notamment par la crise forestière, faire changer cette mentalité qu’à Mont-Laurier, ça va mal chez nous. On devait se positioner comme un facteur positif de changement. Notre nouvelle image de marque a été taillée sur mesure sur deux forces, énergie et innovation, pour créer de l’espoir. Et on a réussi. Il y a une expression que j’aime beaucoup : la plus belle des réalisations, c’est de faire ce que les gens nous croyait incapables de faire. Quelle est la particularité de la ville de Mont-Laurier ? Dans la MRC Antoine-Labelle, il y a seulement deux chambres de commerce. Certains de nos membres sont issus des 17 municipalités de la MRC à qui on offre nos services. Il faut savoir que le territoire de la MRC Antoine-Labelle constitue 75 % du territoire des Laurentides mais avec la plus faible densité. L’occupation du territoire est beaucoup plus dispendieuse et la proximité devient donc un enjeu important. D’où la difficulté de déployer des structures pour définir des services puisque le bassin de population ou d’entreprises n’y est pas. Quand on sait qu’il y a, sur la MRC, autour de 1200 entreprises, ça représente un défi, mais aussi beaucoup de possibilités. Nous, on préfère le voir comme une septembre2016 ■ www.flechemag.com Audrey Lebel, directrice générale de la chambre de commerce de Mont-Laurier (CCML) dans la mobilisation positive Avec trois parcs régionaux, 4000 lacs et rivières, des ressources encore nombreuses dans l’industrie du bois, la MRC Antoine-Labelle représente 75 % du territoire des Laurentides. L’une des deux chambres de commerce de la MRC, celle de Mont- Laurier, est gérée par sa directrice générale, Audrey Lebel. Sur le terrain, la CCML veut changer la perception morose des gens du milieu, échaudés par des fermetures d’usines et le ralentissement économique d’une autre époque. Conversation.
PAR Guy Marceau Notre nouvelle image de marque a été taillée sur mesure sur deux forces : énergie et innovation région ressource. Et c’est dans les moments d’adversité qu’on remarque souvent de belles renaissances ou initiatives. La crise du milieu forestier a forcé la MRC à identifier les autres forces de son territoire et c’est là qu’on en est. Quels sont ces pôles ? On peut définir l’économie de la MRC en trois secteurs clé : l’industrie forestière, le tourisme et celui qui est en pleine croissance, l’agriculture. Un plan de développement a été mis en place et on tente de se rapprocher de ce milieu, notamment en réunissant nos membres dans un marché public, en se joignant à un regroupement d’affaires agricole, et ça passe aussi par l’assouplissement des mesures pour les repreneurs d’entreprises. Notre membership dans ce secteur a augmenté d’ailleurs. Concernant l’industrie du bois, on veut tenter de développer une autre intelligence et favoriser la diversité en se dirigeant vers la transformation du bois. Les ressources, on les a! Pour le tourisme, beaucoup d’éléments positifs sont devant nous. Des kilomètres de sentiers pour les VTT, des lacs et rivières en quantité, la chasse, la pêche, et le tourisme d’aventure. On croit aussi pouvoir exploiter le créneau du tourisme d’affaires, avec nos infrastructures d’hébergement qui ont augmenté, sans oublier l’Espace Théâtre Muni-Spec avec ses installations qui favorisent le secteur événementiel. Notre offre est unique, il faut exploiter notre expérience nature dans nos grands espaces. Quels sont les enjeux principaux de votre région ? Le déploiement de la zone cellulaire et de l’internet. Encore une partie de notre territoire n’est pas encore couverte. Ça nous inquiète parce qu’on doit donner aux entreprises le potentiel d’utiliser les outils de communications et les technologies qui sont en voie de devenir un service essentiel pour le développement des affaires. Et pour augmenter notre compétitivité économique en tant que ville et notre potentiel de développement entrepreneurial, on doit miser sur le développement de nos structures. Aux deux enjeux technologiques déjà mentionnés, il faut ajouter le réseau routier. Sur la Transcanadienne, un axe de développement hyper important pour nous, on a déjà fait des voies de contournement à Rivière-Rouge et Labelle qui ont amélioré le réseau, par exemple. Mais il y a un tronçon de 60 km qui n’a jamais subi d’interventions. Des routes, saines et sécuritaires sont le minimum pour une région de pouvoir offrir au public et aux entreprises des Ma Vie dans les Laurentides moyens de développer leur petit coin. Mont-Laurier, pour certains, c’est au bout du monde, mais tout dépend de la perspective ! On est au carrefour giratoire en plein centre avec Montréal, l’Abitibi et l’Outaouais, presque à même distance de nous. C’est aussi un aspect à développer éventuellement. Et nos collègues de l’Abitibi réclament aussi des interventions de modernisation du réseau routier en ce sens, parce que si ça bloque à Mont-Laurier, ce n’est pas rendu à Val D’Or ! Ça devient un argument de vente non négligeable pour notre région. Mont-Laurier n Gentilé : Laurier-montois(se) n Date de constitution : 1909 n Fondation de la CCML : 1931 n Nombre de membres : 300 n Population : 13 500 n Évaluation médiane : 154 614 $ n Âge médian de la population : 51 ans L’artdevivre… lesLaurentides ! 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 1Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 2-3Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 4-5Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 6-7Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 8-9Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 10-11Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 12-13Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 14-15Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 16-17Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 18-19Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 20-21Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 22-23Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 24-25Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 26-27Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 28-29Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 30-31Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 32-33Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 34-35Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 36-37Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 38-39Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 40-41Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 42-43Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 44-45Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 46-47Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 48-49Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 50-51Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 52-53Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 54-55Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 56-57Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 58-59Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 60-61Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 62-63Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 64-65Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 66-67Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 68-69Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 70-71Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 72-73Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 74-75Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 76