Enova Mag n°15 sep à déc 2016
Enova Mag n°15 sep à déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de sep à déc 2016

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : GL Events Exhibitions

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 65

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : la bouteille connectée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 ENOVAMAG N°15 DOSSIERS THÉMATIQUES ////////////////////////////////////////////// INDUSTRIE 4.0 INDUSTRIE 4.0, USINE CONNECTÉE, NOUVELLE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE… Quels que soient les termes, l'Industrie 4.0 est là ! L 'usine telle que nous la connaissions est en train de disparaître, entrée en mutation grâce aux technologies et aux objets connectés. Pourquoi ? Le concept d’Industrie 4.0 correspond à une nouvelle façon d’organiser les moyens de production par mise en place d’usines dites “intelligentes” capables d’une plus grande adaptabilité dans la production et d’une allocation plus efficace des ressources, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle révolution industrielle grâce notamment à l'Internet des objets. QUELLES ONT ÉTÉ LES 3 PREMIÈRES RÉVOLUTIONS ? • La première, au XVIIIe siècle, grâce à la production mécanique, au charbon et à la machine à vapeur. • La seconde, au XIXe siècle, pendant laquelle l'électricité permet la production de masse, l’accroissement des rendements et ouvre de nouvelles possibilités aux industriels. • La troisième, au XXe siècle, les automates et robots augmentant une production toujours plus automatisée et de série. Les ouvriers n'ont plus à accomplir que les tâches les plus répétitives et dangereuses. La quatrième révolution correspond à la «numérisation» de l’usine. Grâce à l’internet des objets, c’est-à-dire aux réseaux virtuels servant à contrôler des objets physiques, l’usine intelligente se caractérise par une communication continue et instantanée entre les différents outils et postes de travail intégrés dans les chaînes d’approvisionnement et de production. L’utilisation de capteurs communicants apporte à l’outil de production une capacité d’autodiagnostic et permet ainsi son contrôle à distance tout comme sa meilleure intégration dans le système productif. CETTE «SMART FACTORY», VÉHICULE UN SAVOIR-FAIRE TECHNOLOGIQUE ET CONSTITUE UNE NOUVELLE VOIE DE PROGRÈS VERS DES USINES ENCORE PLUS : • compétitives : efficacité énergétique accrue, meilleur taux d’utilisation des matériaux et outils de production, contrôle optimisé de la qualité, maintenance facilitée et pérennisée ; • sûres : exigence renforcée en matière de sécurité de l’environnement industriel, mais également de cybersécurité des systèmes industriels induits par la complexification des chaînes de production et l’ouverture aux réseaux extérieurs (communication, énergie…) ; • responsables : impacts environnementaux et sociétaux limités, réduction des émissions de CO2, optimisation des flux énergétiques, réduction et recyclage des déchets, amélioration de la sécurité des employés. A VOIR SUR ENOVA PARIS SALLE VERTE UNE USINE CONNECTÉE, C'EST UNE INDUSTRIE QUI COMMUNIQUE : • plus grande flexibilité pour s'adapter à la demande en temps réel ; • maintenance facilitée par la présence de capteurs qui estiment la probabilité d'une panne et contactent, le cas échéant, directement un spécialiste ; • traçabilité totale et complète des produits, pour faciliter les éventuels rappels ou ajuster les contrôles de sécurité ; • plus grande sécurité des ouvriers et valorisation du travail par des tâches à forte valeur ajoutée ; • gestion complète des cycles de production en fonction des clients, avec possibilité de personnalisation… L'industrie 4.0 est donc pleine de promesse, sous réserve qu'elle soit « connectée » grâce à un système d’information dynamique, flexible et évolutif. Les grands groupes français disposent des ressources pour appréhender la transformation numérique. Mais qu’en est-il des PME et des ETI ? Si la mobilisation des PME et des ETI est un enjeu affiché dans le projet de l’Alliance pour l’Industrie du Futur, il est essentiel de rendre visibles les enjeux de la numérisation de l’industrie pour ces entreprises et de faire de la transformation numérique une priorité pour leurs dirigeants.
///////////////////////////////////////////////////////////// DOSSIERS THÉMATIQUES 19 Attention les « cobots » débarquent Néologisme issu des mots « robotique » et « coopération », la cobotique est une branche émergente de la technologie, à l'interface de la cognitique et du facteur humain de la biomécanique et de la robotique. La cobotique se caractérise par l'interaction réelle, directe ou téléopérée, entre un opérateur humain et un système robotique. L’objectif des cobots est d’automatiser un large panel de tâches et de travailler au plus près de l’homme. C’est un type de robotique parallèle, qui peut ou non être auto-enrichie en fonction des caractéristiques de l'opérateur ou de l'utilisateur et des connaissances qu'il possède du contexte et de ses modifications, en fonction de buts qui peuvent évoluer. Elle permet notamment aux salariés de réaliser des tâches qu’ils ne seraient pas physiquement capables d’effectuer seuls (manipulation des gosses pièces pouvant peser 200 kg). De plus, la cobotique réduit sensiblement les risques d’accident du travail (TMS) et elle permet d’importants gains de productivité. Si les cobots, représentent encore une toute petite part des robots industriels (moins de 2 %), leurs ventes ne cessent de croître. En 2015, il s’est vendu 4.300 cobots dans le monde, contre 2.500 en 2014. Et les prévisions tablent sur plus de 10.000 en 2016, et même 150 000 en 2020. Cette nouvelle robotique constitue une véritable aubaine pour la France, car le prix d’un cobot est environ 10 fois moindre que celui d'un robot classique. Une caractéristique clé qui devrait permettre aux PME de s’équiper plus facilement. Leur facilité de programmation constitue également un élément déterminant dans le taux d'adoption, car plus la programmation d’un système robotique est aisée, plus l’appropriation par les opérateurs est facilitée. LA COBOTIQUE DANS LE DOMAINE MÉDICAL La cobotique est utilisée couramment pour des interventions chirurgicales qui exigent une précision dont le chirurgien n’est pas capable. Ainsi le célèbre robot Da Vinci a permis notamment de réaliser un prélèvement de rein en procurant au donneur un meilleur confort postopératoire tout en offrant un meilleur greffon au receveur. Source : Intuitive Surgical LA COBOTIQUE DANS LE PROCESS Actemium, la marque de VINCI Energies dédiée au process industriel, a déjà mis en place plusieurs systèmes intégrant la cobotique dans les usines. Elle a par exemple réalisé un système de manutention des barres de titane pour forgeage à chaud des aubes de réacteurs, des pièces lourdes avec une température de forgeage de 920°C. LA COBOTIQUE DANS L’AÉRONAUTIQUE Aujourd’hui, chez Snecma la cobotique s'intègrera aux lignes de production au terme de la phase de prototypage pour deux projets importants qui vont se concrétiser dans les usines. L'un consiste à automatiser la pose d'équipements sur une pièce du moteur qui équipera le futur Boeing 737 MAX, tandis que l'autre porte sur l'insertion et la fixation de pièces sur les outillages. Dans ces deux projets, la cobotique va permettre de gagner du temps, d'éviter des manipulations humaines répétitives, comme le serrage, et ainsi de prévenir les troubles musculosquelettiques de la main A noter aussi, l’Ensam a annoncé le lancement sur son campus lillois de ColRobot, un nouveau mastère spécialisé en robotique collaborative. La formation vise à former des ingénieurs roboticiens capables d’intégrer cette nouvelle robotique en entreprise. Plusieurs compétences spécifiques sont requises : « Il faut à la fois maîtriser l’état de l’art de la mécatronique, l’utilisation des algorithmes et l’intégration de l’homme dans l’usine. Ce dernier point implique notamment de prendre en compte des notions d’acceptabilité, qui relèvent des domaines sociologique et anthropologique. Avis aux amateurs ! Source : Thalesgroup Source : Actemium



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 1Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 2-3Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 4-5Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 6-7Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 8-9Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 10-11Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 12-13Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 14-15Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 16-17Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 18-19Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 20-21Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 22-23Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 24-25Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 26-27Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 28-29Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 30-31Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 32-33Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 34-35Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 36-37Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 38-39Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 40-41Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 42-43Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 44-45Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 46-47Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 48-49Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 50-51Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 52-53Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 54-55Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 56-57Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 58-59Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 60-61Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 62-63Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 64-65Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 65