E.D.I. n°10 jui/aoû 2011
E.D.I. n°10 jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 22,8 Mo

  • Dans ce numéro : Mobilité, un marché qui se porte bien

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Brèves Éditions Profil fait évoluer son organigramme Les choses bougent vite aux Editions Profil. Quelques semaines après avoir annoncé une nouvelle mouture de son programme partenaires (lire EDI n°9), le groupe a décidé de renforcer ses équipes « pour accélérer sa croissance sur ses marchés stratégiques ». Ainsi, Philippe Chaplain rejoint le groupe au poste de directeur commercial « Retail ». Christophe Delorme, lui, rejoint également Editions Profil pour occuper le poste de directeur marketing et communication. Quant à Stéphane Pacalet, précédemment directeur commercial B-to-B d’Éditions Profil, il est promu directeur général. IBM croit aux réseaux sociaux De Facebook à LinkedIn, en passant par Viadeo et Twitter, les réseaux sociaux envahissent non seulement la Toile, mais la vie des utilisateurs. Du coup, une question se pose : qu’en est-il de leurs débouchés professionnels ? Existent-ils seulement ? Sandy Carter, la vice-présidente mondiale des ventes IBM pour les solutions de collaboration Lotus, était récemment à Paris pour convaincre le channel d’utiliser ces outils. Car pour elle, l’avenir et la monétisation des réseaux sociaux sont inéluctables. « En France, ce sujet est en train de monter très vite », assure-elle. « D’autant que les dirigeants d’IBM au niveau mondial ne nous freinent pas, bien au contraire : ils nous encouragent. » Joignant le geste à la parole, Big Blue a récemment édicté une série de Social computing guidelines. En clair, une sorte de code de bonne conduite destiné à encadrer la progression de ce nouveau business. 22 EDI n°10/Été 2011 Actus business SÉCURITÉ L’approche proximité réussit à Check Point Une croissance proche de 20% et plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2010. En France comme dans le monde, Check Point Software surfe sur la vague du succès. Pour y parvenir, la société a tout d’abord fait évoluer son portefeuille de produits, avec l’arrivée il y a trois ans de solutions appliances tout-en-un mieux adaptées et positionnées en termes de prix pour le marché PME-PMI. Elle a également lancé en début d’année son offre 3D Security avec l’architecture software blades Check Point R75, pour agréger les outils de sécurité, du data center jusqu’au poste de travail, et en faire une solution uniforme autour d’un « processus métier » favorisant le développement de l’activité du client final. Pour mieux accompagner le channel dans leur commercialisation, Check Point France a, ces dernières années, renforcé de plus de 50% ses équipes, constituées ainsi de 40 ingénieurs technico-commerciaux mis à disposition de ses partenaires. STRATÉGIE Kaseya veut s’imposer sur le marché français Fondée en 2008 par Stéphane Hauray, son actuel directeur, la filiale française de Kaseya veut désormais passer à la vitesse supérieure. Très connu dans le monde anglo-saxon, cet éditeur l’est en effet un peu moins en Europe. Et singulièrement en France. « Notre objectif, c’est maintenant de convaincre les VAR et les SSII que l’automatisation de la gestion de parcs informatiques, qui constitue notre métier de base, est susceptible de générer chez eux un montant substantiel de chiffre d’affaires », explique-t-il. « Pour ce faire, nous entreprenons d’éduquer nos revendeurs et tous ceux qui veulent nous rejoindre. Par exemple, en organisant différents types de rencontres et de sessions. » Deux séminaires ont ainsi été organisés au mois de juin à Paris et à Lyon, et un grand évènement est d’ores et déjà prévu pour l’automne prochain. Le fait est que l’automatisation de la gestion de parcs est dans l’air du temps, et pas seulement chez Kaseya. Il y a quelques semaines, en marge de Sage Expo, un grand éditeur confiait à l’EDI que l’avenir des VAR tenait essentiellement à la prise de risques et de responsabilités nouvelles dans la gestion de parc, mais aussi dans l’extension des ERP en entreprise. « À l’arrivée, ce sera plus de marge en perspective pour tous les acteurs de la chaîne de valeur », Gil Shwed, PDG de Check Point Software. Un investissement corrélatif à la hausse du nombre de VAR actifs, qui est passé en cinq ans d’une dizaine à plus d’une cinquantaine, pour développer de nouveaux business autour de la proximité, lesquels représentent aujourd’hui 30% du CA de la filiale française. Parallèlement, Check Point Software a fait évolué son programme de certification pour permettre à plus de partenaires d’accéder aux labellisations et aux supports, tels que son extranet simplifié. « Nos résultats démontrent que ces investissements payent, indique David Darmon, le directeur général France. Que ce soit pour un département spécifique ou une filiale régionale, nous constatons que même des grandes entreprises font désormais appel à nos partenaires intégrateurs parce qu’ils présentent le double avantage d’offrir la sécurité de l’expertise et le confort de la proximité. » Une double équation sur laquelle la firme israélienne veut continuer de miser en s’impliquant de plus en plus auprès de ses revendeurs en régions pour les aider à monter en puissance sur les nouvelles solutions, comme celles autour de la sécurité du poste de travail. Des changements qui entraîneront un nouveau remaniement du programme partenaires au cours du troisième trimestre. ● Stéphane Hauray, directeur de Kaseya France. pronostiquait-il. Pour Stéphane Hauray, en tout cas, la cause est entendue. « Notre avantage concurrentiel par rapport à nos confrères est à la fois technique et commercial. D’une part on mesure le risque, et d’autre part on connaît bien l’infrastructure du client. Cela devrait suffire à compenser le fait que notre marque est spontanément moins reconnue que celles de nos grands rivaux. » D’une trentaine en début d’année, Kaseya ambitionne d’aligner, sur la France, une centaine de VAR d’ici à la fin 2011. Si la conjoncture se maintient, cet objectif pourrait même être dépassé. ●
LA réponse à toutes les problématiques de stockage des e-mails pour les PME Universel : archivage de données provenant de Microsoft Exchange Server, Microsoft Outlook, fichiers PST, MozillaThunderbird, MDaemon, ou n'importe quel serveur de messagerie IMAP ou POP3 Évolutif : performances égales pour 10 ou 1000 boîtes aux lettres Économique : pas de base de données requise Unités d'archivage individuelles pour une gestion des sauvegardes et du stockage entièrement flexible Accès aux messages depuis Microsoft Outlook, un navigateur ou le client MailStore Fonctions d’import/export des messages pour des migrations faciles Tableau de bord et audit des administrateurs évaluation gratuite pendant 30 jours Nouveau V6



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 1E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 100