Direct Soir n°83 8 jan 2007
Direct Soir n°83 8 jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°83 de 8 jan 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Ségolène Royal, sa campagne en Chine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 J.SKARZYNSKI/AFP Directsoir t Lundi 8 janvier 2007 ACTU MONDE IRAK/Sans Saddam, les procès continuent Dix jours après l’exécution de l’ancien raïs, le procès des responsables irakiens impliqués dans l’opération Anfal reprend. h Le procès du massacre de plusieurs dizaines de milliers de Kurdes durant l’opération Anfal a repris aujourd’hui à Bagdad. Sur le banc des accusés reste le cousin du raïs Ali Hassan al Madjid, tristement connu comme « Ali le Chimique ». Il a été l’un des principaux artisans de l’utilisation d’armes chimiques durant la campagne contre les Kurdes entre 1986 et 1989. Six autres responsables du parti Baas comparaissent eux aussi pour tentative de génocide. L’absence de l’ancien dictateur irakien crée une certaine frustration au sein de la communauté kurde, et soulève plusieurs questions sur les circonstances de l’exécution de Saddam Hussein. Le Premier ministre irakien, Nouri al Maliki, a dénoncé ce week-end l’attitude de ceux qui condamnent l’utilisation de la peine de mort sur l’ancien tyran, menaçant de revoir SAMUEL ROUSSEAU,ALEXANDRE GIRAUD,MATTIS MEICHLER Stanislaw Wielgus. ses relations diplomatiques avec les Etats qui se mêleraient de « cette affaire intérieure » de l’Irak. Mais alors que l’enquête sur les débordements survenus lors de la pendaison, le 30 décembre dernier, continue, on apprenait aujourd’hui que le sursis accordé aux deux autres condamnés à mort ne serait dû qu’à des problèmes logistiques et non à une quelconque décision politique. Mouaffak al-Rubaie a rejeté la faute sur la coalition en expliquant que celle-ci « ne pouvait fournir la logistique nécessaire le même jour que l’exécution de Saddam ». Le demi-frère de l’ancien maître de Bagdad, Barzan al Tikriti, et son ancien chef du renseignement, Aouad al Bander, ne savent toujours pas quand ils seront exécutés. Les deux hommes auraient déjà rédigé leurs testaments, en même temps que leur ancien chef. POLOGNE/L’archevêque rattrapé par son passé Mgr Stanislaw Wielgus, nommé archevêque de Varsovie, a démissionné après la révélation de sa collaboration avec l’ancienne police secrète communiste. h Le pape Benoît XVI a accepté hier la démission de l’archevêque de Varsovie, monseigneur Stanislaw Wielgus. Celui-ci avait été mis dans une position difficile par les conclusions de la commission spéciale de l’épiscopat polonais rendues vendredi, qui ont confirmé sa collaboration passée avec le régime communiste. Le prélat a finalement reconnu les faits, après avoir tenté de les nier pendant plusieurs jours. Selon des documents rendus publics, l’archevêque démissionnaire avait été recruté par la police secrète soviétique en 1967. Il était alors étudiant en philosophie à l’université catholique polonaise de Lublin, et aurait suivi « une formation spéciale pour agents ». L’Eglise polonaise va devoir de faire la lumière sur la nature exacte de ses rapports avec l’ancien régime, ce qui constitue un sujet tabou en Pologne depuis la fin du communisme, il y a dix-sept ans. Selon les historiens, plus de 10% des membres du clergé auraient été amenés à collaborer avec la police secrète soviétique. Si la révélation du passé trouble de l’archevêque a plongé l’Eglise polonaise dans une crise grave, elle constitue pour le pape Benoît XVI un nouveau sujet d’embarras. Lors de son voyage en Pologne en mai 2006, le pape avait appelé les membres du clergé polonais à « se garder de la prétention de s’ériger avec arrogance en juges des générations précédentes ». Ali Hassan al Madjid, dit « Ali le chimique ». Manifestation de Kurdes iraquiens. Le demi-frère de Saddam Hussein, Barzan al Tikriti. D. BEREHULAK/AP M. SHAWAN/AFP IRAQI SPECIAL TRIBUNAL/AP A. SCHALIT/AP PHOTO EN BREF ISRAËL SERAIT PRÊT À FRAPPER L’IRAN Selon le Sunday Times, l’état-major israélien aurait mis au point un plan d’attaque de grande envergure pour détruire les installations nucléaires iraniennes. Israël a démenti les informations de l’hebdomadaire britannique. « Cette histoire est inexacte. Israël appuie à 100% les efforts de la communauté internationale pour stopper le programme nucléaire iranien », a déclaré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. Selon le Sunday Times, Tsahal envisagerait d’envoyer deux avions de chasse pour frapper différentes infrastructures en Iran. Dans un premier temps, des armes conventionnelles, guidées par laser, créeraient un tunnel à travers les fortifications, puis des armes nucléaires tactiques finiraient de détruire les cibles souterraines. Le choix de ces armes atomiques, quinze fois moins puissantes que la bombe A qui a frappé Hiroshima en 1945, serait le seul moyen efficace d’anéantir complètement les installations. D’après les sources militaires du journal, l’explosion nucléaire souterraine ne comporterait pas de risques de retombées radioactives. L’Etat hébreu n’a jamais accepté d’écarter l’option militaire pour venir à bout des ambitions nucléaires de Téhéran. Israël n’agirait que si les Etats-unis échouaient dans la voie diplomatique qu’ils privilégient. SOMALIE/MORT D’UNE ADOLESCENTE Une adolescente âgée de 13 ans a été tuée par une balle perdue, hier à Mogadiscio. La jeune fille a été touchée quand les forces somaliennes et éthiopiennes ont riposté à l’attaque d’un combattant islamiste. La traque des extrémistes arrive à son terme après 12 jours d’une offensive éclair. L’armée somalienne affirme avoir pris l’un des derniers refuges des islamistes dans la zone frontalière avec le Kenya. Les Etats- Unis ont travaillé de pair avec la Somalie lors de cette chasse aux islamistes. Des navires américains croisent au large des côtes pour empêcher toute fuite par la mer. GAZA/LE PHOTOGRA- PHE DE L’AFP LIBÉRÉ Jaime Razuri, photographe péruvien de l’Agence France-Presse, a été relâché hier soir, sept jours après son enlèvement par quatre hommes armés. Il a été remis en bonne santé aux services de sécurité palestiniens. L’homme de 50 ans a affirmé avoir été bien traité pendant sa captivité. Selon des sources sécuritaires locales, Jaime Razuri a été kidnappé par un grand clan familial de Gaza. La France, qui a collaboré avec les diplomaties péruvienne et palestinienne, a salué cette libération.
CR. RAHMAN/REUTERS www.directsoir.net BANGLADESH/L’armée se déploie face à l’opposition L’opposition réclame un report des élections pour éviter la fraude et a lancé un blocus général de trois jours, qui a donné lieu à de violents affrontements avec l’armée. h L’opposition bangladaise a durci son mouvement en entamant hier un blocus total du pays qui doit durer jusqu’à mardi. Le gouvernement a déployé 13 000 hommes pour faire face au mouvement. De violents affrontements ont éclaté dans la capitale, Dacca, les forces de sécurité répondant aux jets de pierres des Policier et militaires bengalis à Dacca, hier. manifestants par des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. D’après une chaîne de télévision privée locale, on dénombrerait au moins cinquante blessés. Les autorités ont refusé de donner un bilan chiffré. Une autre chaîne a également fait état de cinq explosions de bombes artisanales dans le centre historique de la ville. L’opposition, emmenée par la Ligue Awami, réclame le report des élections prévues le 22 janvier. Elle accuse l’ancien gouvernement démissionnaire du Parti national bangladais d’avoir truqué les listes électorales à son profit et le gouvernement de transition d’entériner la supercherie. Pour le moment, aucune des deux parties ne compte renoncer à ses revendications. Le porte-parole de l’opposition, Abdul Jalil, a ainsi déclaré qu’il « n’accepterait pas cette farce d’élections » et que le mouvement était prêt à « paralyser le pays pour des semaines si le gouvernement persiste à vouloir maintenir les élections ». Les affrontements dans ce pays de 140 millions d’habitants auraient déjà fait 35 morts depuis la fin du mois d’octobre. MONDE WASHINGTON/Rencontre euro-américaine h Le président américain George W. Bush reçoit aujourd’hui à Washington le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. C’est un président américain fragilisé par les victoires démocrates au Congrès et au Sénat que doit rencontrer le président de la Commission européenne. George W. Bush doit annoncer mercredi les contours d’une nouvelle stratégie des Etats-Unis en Irak, comportant l’envoi de troupes supplémentaires. Mais la majorité démocrate est hostile à cette option, ainsi que l’opinion publique : selon un sondage effectué en décembre, 66% des Américains se disent favorables au retrait des troupes d’Irak. La situation au Proche-Orient et en Afghanistan devrait être abordée en priorité lors de la rencontre. Autres sujets figurant à l’ordre du jour : la sécurité énergétique, le conflit au Darfour, le commerce équitable ou encore la lutte contre le terrorisme. La relance des négociations commerciales à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) constituera un autre élément central des échanges entre les deux hommes. José Manuel Barroso estime qu’une « petite fenêtre de tir » existe pour relancer les négociations, actuellement au point mort.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :