Direct Soir n°73 11 déc 2006
Direct Soir n°73 11 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de 11 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Laure Manaudou, elle gagne tout

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Lundi 11 décembre 2006 10 ACTU MONDE AFP L’UNICEF/60 ans au service des enfants h Les cartes postales de l’UNICEF, vendues dans toutes les villes en cette fin d’année, contribuent à faire connaître cette organisation auprès du grand public. Le Fonds international de secours à l’enfance des Nations unies a été créé à la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour faire face à la famine et à la maladie qui menaçaient les enfants d’Europe. En 1953, l’Unicef est devenu une institution permanente des Nations unies. Elle est présente dans 190 pays à travers le monde. Au fil des années, ses missions se sont diversifiées. L’agence se consacre désormais à faire connaître la situation des enfants et des femmes dans le monde, particulièrement en Afrique. Elle plaide leur cause et s’efforce de faire valoir leurs droits, et collecte les fonds privés nécessaires aux actions. En 2004, 68% des 1 978 millions de dollars de recettes provenaient des gouvernements et des Portrait officiel du dictateur chilien. L’UNICEF célèbre aujourd’hui ses 60 ans et met l’accent cette année sur les enfants exclus ou « invisibles ». organisations intergouvernementales. Les 32% restants sont collectés par les comités nationaux et par la vente de cartes de vœux et d’autres produits. Cette année, l’Unicef a décidé d’accentuer ses efforts sur les millions d’enfants exclus ou « invisibles ». « Il s’agit des enfants qui n’ont pas suffisamment accès à l’éducation, aux vaccins pouvant leur sauver la vie et à différentes formes de protection », explique la directrice générale de l’organisation, AnnM. Veneman, dans le rapport annuel publié aujourd’hui par l’organisation. L’étude précise que ces enfants vivent dans les pays et les localités les plus pauvres de la planète. Ils peuvent être victimes de discriminations fondées sur leur sexe, leur origine ethnique ou leur handicap. D’autres sont pris au piège des conflits armés, touchés par le sida ou victimes de mauvais traitements. SAMUEL ROUSSEAU,KARÈNE BASSOMPIERRE,SAMANTHA SZWEC,EDWIGE KOSCIANSKI PINOCHET/Une mort sans jugement Le dictateur chilien est mort hier à 91 ans des suites d’un infarctus, sans jamais avoir été jugé pour les crimes de son régime. h La mort de Pinochet n’a attristé personne, à l’exception de son amie Margaret Thatcher. Les observateurs ont cependant observé des heurts entre la foule qui se réjouissait et les derniers partisans du dictateur. En France, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin et François Hollande regrettent tous trois que le dictateur soit mort avant d’avoir été jugé. En 1973, Augusto Pinochet est mis au courant au dernier moment d’un complot qui doit renverser le président socialiste Salvador Allende. Il saisit l’opportunité et se retrouve à la tête du pays, après qu’on ait retrouvé le président Allende suicidé. En 17 ans, il balaye la gauche, au prix d’une répression impitoyable : 3 000 morts et plusieurs dizaines de milliers de torturés. Le régime pousse la lutte idéologique contre le marxisme au-delà du tolérable, comme Fidel Castro le fait à Cuba au nom de la lutte des classes. Il est renversé en 1990 dans un sursaut démocratique. Les dernières années de sa vie sont une fuite en avant pour échapper à la justice internationale. Le Chili, incapable de juger son ancien maître, comptait sur le juge espagnol Garzón pour mettre un point final à la page la plus sanglante de son histoire. Hier Pinochet est mort sans avoir été jugé, mais aussi décrié par ses anciens soutiens américains, qui découvrent la corruption qui l’a enrichi durant son règne. En l’absence de point final, la page est cependant tournée puisque l’une de ses anciennes victimes, Michèle Bachelet, est aujourd’hui au pouvoir à Santiago, après une vraie élection démocratique. Action humanitaire dans une école d’Amérique centrale. La plus longue peinture du monde réalisée par des enfants. Bill Clinton envoyé spécial de l’ONU en Indonésie. KEYSTONE/FRANCE C. BOGDAN/REUTERS A. K. JILANI/AFP P.PARKS/POOL AFP EN BREF NUCLÉAIRE NORD- CORÉEN/REPRISE DES POURPARLERS Le 18 décembre, la Corée du Nord, la Corée du Sud, la Chine, le Japon, les Etats-Unis et la Russie doivent se réunir à Pékin pour reprendre les pourparlers sur le nucléaire nord coréen, a annoncé lundi le ministère chinois des Affaires étrangères. Depuis plus de trois ans, « les six » se réunissent pour tenter de convaincre la Corée du Nord de renoncer à l’arme atomique. Mais tôt dans la matinée, Pyongyang a une nouvelle fois refusé au Japon, qualifié d’« escroc », le droit participer aux négociations de la semaine prochaine. Lors des dernières négociations, en septembre 2005, le régime de Pyongyang avait accepté d’abandonner son programme nucléaire contre l’assurance d’obtenir une aide internationale et des garanties de sécurité. Mais deux mois plus tard, il était revenu sur ses engagements. Le 9 octobre, à la stupéfaction générale, la Corée du Nord effectuait son premier essai nucléaire, aussitôt condamné par l’ensemble de la communauté internationale, y compris par son plus proche allié, la Chine. Cinq jours plus tard, en représailles, le Conseil de Sécurité de l’ONU adoptait à l’unanimité une résolution sanctionnant le régime de Pyongyang. Cette résolution exige de la Corée du Nord qu’elle élimine toutes ses armes nucléaires, mais exclut toute action militaire. DISCOVERY EN BON ÉTAT Après un lancement réussi samedi soir, les sept astronautes de la navette spatiale américaine ont consacré leur première journée en orbite à l’inspection du bouclier thermique de Discovery. Une opération devenue routinière depuis l’accident fatal survenu sur Columbia en 2003. Selon la Nasa, qui a scruté les premières images, tout va bien. Discovery devrait rejoindre dans la soirée l’ISS, la station spatiale internationale, afin de poursuivre sa construction qui doit s’achever en 2010. ATTENTAT MEURTRIER EN ALGÉRIE Un mort et neuf blessés. Tel est le bilan de l’attaque qui a visé un bus hier, à Bouchaoui, à l’ouest d’Alger. Un attentat anti-américain : le bus transportait des passagers d’une société d’outre-Atlantique. Les autorités algériennes soupçonnent le Groupe salafiste pour la prédication et le combat. L’action terroriste n’a cependant toujours pas été revendiquée. Affilié à Al-Qaida depuis cet automne, le GSPC avait menacé de frapper la France à la demande de la nébuleuse islamiste.
www.directsoir.net LIBAN/Siniora refuse de céder Le Premier ministre dénonce les manipulations du Hezbollah et résiste à la marée humaine qui réclame la démission de son gouvernement. h Le mouvement des prosyriens, emmenés par le Hezbollah, a organisé hier une manifestation monstre dans le centre-ville de Beyrouth. Le Premier ministre Fouad Siniora, élu en 2005 à la tête d’un gouvernement d’union nationale, et issu de la majorité anti-syrienne, refuse de céder aux exigences de la rue. L’opposition demande La rue pourra-t-elle imposer le départ de Fouad Siniora ? la démission du gouvernement qu’il juge illégitime (car non représentatif), après la démission de six ministres chiites issus du Hezbollah et du mouvement Amal, après une épreuve de force avec le Premier ministre. Alors que l’opposition durcit le ton, prévenant que Fouad Siniora sera responsable du « sang qui coulera », celui-ci a reçu le soutien renouvelé M. DUNHAM/AP des présidents français et égyptien. De son côté, Téhéran déclare espérer la victoire du parti islamiste et de leurs alliés dans cette confrontation. Le gouvernement Siniora est considéré comme le plus proche de l’Occident depuis la fin de la guerre civile. Une image que les manifestants instrumentalisent, accusant le Premier ministre de collusion avec Israël et les Etats-Unis, mais aussi de corruption. De son côté, Siniora a accusé Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah, de vouloir faire passer le Liban sous la coupe de son mouvement après la guerre dévastatrice qui l’a opposé à Israël en juillet dernier. Assiégé dans ses bureaux, Siniora s’est dit prêt à dialoguer avec l’opposition, mais refuse « que le pays soit un terrain de guerre pour les autres » (l’Iran et la Syrie qui financent le Hezbollah). MONDE MER MORTE/Un « Canal de la paix » à l’étude h Un petit pas pour la mer Morte, un grand pour le Proche-Orient ? Dans une région en crise, les représentants jordaniens, israéliens et palestiniens ont tenté de dépasser leurs différends. Objectif : lancer une étude de faisabilité d’un canal qui acheminerait l’eau de la mer Rouge vers la mer Morte, menacée d’assèchement d’ici à 2050 (le niveau a baissé de 25 m depuis les années soixante). La communauté internationale s’est mobilisée à l’exemple de la France, du Japon, des Pays-Bas et des Etats-Unis qui ont octroyé 9 millions de dollars à l’étude. Sur deux ans, le projet devrait coûter 15 millions de dollars et être géré par la Banque mondiale. A terme, Benjamin Ben Eliezer, le ministre israélien des Infrastructures espère qu’« Israël pourra avoir la paix avec les Palestiniens ». L’idée, soulevée à plusieurs reprises, n’a jamais été concrétisée en raison du conflit. Si l’étude débouchait sur la mise en chantier de ce « canal des deux Mers », celui-ci coûterait de 2 à 4 milliards de dollars et serait long de 180 km. L’assèchement de la mer Morte, point le plus bas du globe, est dû aux détournements du Jourdain et du Yarmouk par Israël et la Jordanie pour irriguer les terres, empêchant ces deux fleuves de se jeter dans la mer Morte.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :