Direct Soir n°71 7 déc 2006
Direct Soir n°71 7 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de 7 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Hosni Moubarak, le président égyptien en visite à Paris

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Jeudi 7 décembre 2006 6 ACTU EN COUVERTURE HOSNI MOUBARAK/Un pharaon à Paris Le président égyptien arrive ce soir en France, deuxième étape de sa tournée européenne entamée hier. Les partenaires espèrent notamment trouver une solution à la crise libanaise. THOMAS LIARD B. FOLEY/AP F. BENSCH/REUTERS Jalons d’un règne Avant d’atteindre la tête de l’Etat égyptien, MohammedHosni Moubarak a d’abord été un as de l’aviation militaire. Né en 1928, il s’oriente à sa sortie du lycée vers une carrière militaire. Une fois sorti de l’académie de l’armée de l’air égyptienne, en 1950, il gravit successivement les échelons de la hiérarchie : pilote, instructeur, chef d’escadrille et commandant de base. De 1967 à 1972, durant la guerre contre Israël, il progresse inexorablement dans l’armée de l’air jusqu’à devenir commandant de ce corps et ministre des Affaires militaires, en 1972. Hosni Moubarak et l’archéologue français Franck Gaddio, à Berlin, en mai dernier. Si l’exercice du pouvoir use, Hosni Moubarak a dû trouver un antidote. Le président égyptien règne sur les rives du Nil depuis maintenant 25 ans et rien ne prouve qu’il soit prêt à abandonner sa place. Toujours vaillant, il vient donc rencontrer Jacques Chirac aujourd’hui. Les deux hommes doivent inaugurer, à Paris, l’exposition « Trésors engloutis d’Egypte », qui ouvrira ses portes au public samedi au Grand Palais. Mais Hosni Moubarak n’a pas seulement fait le voyage pour couper un ruban. Hier, il a entamé sa tournée européenne par une visite en Irlande au cours de laquelle il s’est entretenu avec la présidente Mary McAleese et le chef du gouvernement Berthie Ahern. Après la France, où il restera jusqu’à samedi matin, Hosni Moubarak est attendu en Allemagne. Des discussions sont prévues avec la chancelière Angela Merkel. Le président égyptien, accompagné des ministres des Affaires étrangères, de l’Industrie et de l’Information, a organisé ce voyage pour aborder, avec ses homologues européens, la situation au Liban. Depuis plusieurs semaines, il exprime des inquiétudes à ce sujet, tout en se prononçant contre une intervention étrangère dans les affaires libanaises. Hier, il a également tenu à rassurer ses partenaires européens en soulignant les avancées dans le dossier israélo-palestinien. Selon lui, les négociations sur la libération du soldat Shalit « sont dans leur étape finale, et attendent l’approbation du Hamas ». Pas sûr en revanche que le président égyptien accepte d’évoquer avec ses interlocuteurs le récent démantèlement au Caire d’une cellule islamiste spécialisée dans le recrutement d’étrangers, dont neuf Français, pour « les filières irakiennes ». Le raïs est resté discret sur le sujet, même si la réalité STRINGER/AP devient de plus en plus manifeste. Le mouvement des « Frères musulmans », interdit en Egypte mais toléré, a récolté près de 20% des sièges lors des dernières élections législatives, en décembre 2005. Les difficultés de sa politique de lutte contre le terrorisme demeurent une épine dans le pied d’Hosni Moubarak, lui qui pense que son « autoritarisme libéralisé », selon le terme du chercheur Jean-Noël Ferrié, sera suffisant pour assurer la pérennité du régime. En avril 1975, il devient vice-président de l’Égypte et, en 1978, il est nommé vice-président du Parti national démocratique (PND), la formation au pouvoir. Le 6 octobre 1981, le président de la république Anouar el-Sadate, prix Nobel de la paix 1978, est assassiné lors d’une parade militaire au Caire par des islamistes. Blessé à la main durant l’attentat, Hosni Moubarak instaure l’état d’urgence et lui succède à la tête du pays et du PND. N. NOURRI/AP L’info en plus La succession Selon des rumeurs persistantes, Hosni Moubarak souhaiterait que son fils cadet Gamal, 43 ans, lui succède d’ici quelques années. Même si les deux intéressés démentent régulièrement cette information. Faits d’armes Le successeur « L’autoritarisme libéralisé » Hosni Moubarak est réélu à la tête de l’Etat égyptien, en 1987, 1993 et 1999, avec 95% des suffrages. Un score qui témoigne de son emprise sur le régime et le musellement de l’opposition. En septembre 2005, il remporte la première élection présidentielle « multipartite » d’Égypte avec un score à peine moins élevé de 88,5%. Mais des voix s’élèvent pour dénoncer les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’élection : une abstention record et neuf concurrents de l’opposition auraient été soigneusement sélectionnés.
P.PERUSSEAU/PHOTO PRESS www.directsoir.net Ségolène Royal est attendue ce soir au 7 e congrès du PS européen. ÉCONOMIE/Airbus investit en Inde h Un milliard de dollars sur dix ans. C’est le budget que s’est octroyé Airbus afin d’installer une unité d’ingénierie et un centre d’entraînement au pilotage en Inde. Cette décision de l’avionneur européen découle d’un accord conclu avec New Delhi : le gouvernement fédéral indien s’est offert 43 Airbus pour la compagnie nationale Indian Airlines en contrepartie de l’investissement d’Airbus dans le pays. Le montant de la commande pour la compagnie aérienne s’élève à 2,25 milliards de dollars. John Leahy, directeur commercial d’Airbus. CADRES Les salaires en question h Un cadre sur deux est satisfait de son niveau de rémunération, selon le baromètre cadres CFE-CGC/Opinionway. C’est mieux qu’au mois de juin 2006 où ils n’étaient que 40%. Six cadres sur 10 ont le sentiment de ne pas être rémunérés de façon équitable par rapport à leur engagement dans l’entreprise. En revanche, sur le plan de l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle, ils sont 63% à être satisfaits, contre 74% il y a un an. V. MATHUR/REUTERS DR POLITIQUE/Ségolène Royal à l’assaut de l’Europe h Après le Proche-Orient, Ségolène Royal a rendez-vous aujourd’hui au Portugal, pour le 7 e congrès du parti socialiste européen, dans le contexte d’une nouvelle dynamique liée notamment à l’accession de la gauche au pouvoir dans plusieurs pays (Espagne, Italie…). Ce sera l’occasion de faire le bilan de la présidence du Danois Poul Nyrup Rasmussen, dont le mandat devrait, sans surprise, être renouvelé aujourd’hui. Mais c’est aussi une opportunité pour la candidate socialiste à la présidentielle pour exposer sa vision sur l’Europe. Depuis le non de la France au référendum sur la constitution européenne en 2004, considéré par certains de nos voisins comme une attitude de défiance, les pays européens attendent un signe fort. Mieux, rue de Solférino, on espère que Ségolène Royal devienne le symbole d’un nouveau socialisme à l’européenne. Elle aura l’occasion d’en faire la preuve en prononçant le discours d’ouverture du congrès. Elle devrait en profiter pour donner ses impulsions en restant fidèle à ses thèmes favoris, comme les liens inter-générationnels, la petite enfance ou encore la lutte contre la violence. Au siège du parti socialiste, à Paris, les cadres sont conscients de l’enjeu. Selon eux, « Ségolène Royal aura une responsabilité européenne, si elle devient présidente de la République ». INTERNET/Devenez journalistes h Le moteur de recherche Yahoo et l’agence de presse Reuters ont mis en place un nouveau système de « contribution » de photos et de vidéos. Une invitation aux journalistes improvisés ou amateurs, témoins d’événements susceptibles d’être édités et publiés. Avec environ 100 millions de caméras en circulation, le pouvoir informatif ne se résume plus désormais, au seul journalisme professionnel. Dès aujourd’hui, les contributeurs pourront soumettre leurs diverses photos et vidéos à « You Witness ». Avec le risque que la fiabilité des documents soit difficile à établir. LES SITES À CONSULTER ★★★★ ★★★ ★★★ 31 milliards de vidéos visionnées sur le Web en 2006 htpp:Iltoday.reuters.fr www.yahoo.com www.agoravox.fr FRANCE PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : LE BILAN 1 Dix-huit mois après la mise en place des pôles de compétitivité, créés pour adapter l’industrie française à la mondialisation, KPMG publie aujourd’hui un premier bilan sur leur activité. Il souligne les « défauts de jeunesse » des pôles. 2 Le premier point faible de ces pôles est un mauvais positionnement sur les marchés internationaux. Les enjeux de la mondialisation ne sont pas assez pris en compte dans leur fonctionnement quotidien. Les projets doivent davantage se tourner vers l’étranger. 3 Autre faiblesse : les industries ne coopèrent pas assez dans le domaine de l’innovation. Les industriels sont réticents à l’idée de mettre en commun leur savoir et les résultats de leur recherche. Pourtant, la coopération est à la base de la création des pôles de compétitivité. 4 Malgré ces défauts, les entreprises restent confiantes. Une entreprise sur deux considère que ces regroupements permettront d’obtenir une meilleure compétitivité pour faire face à la concurrence internationale. Les partenariats entreprise/recherche/formation sont le socle de cette réussite. CAROLINE HALAZY,THOMAS LIARD,MATHIEU DURAND,ALEXANDRE GIRAUD,BATISTE DES MONSTIERS G. ROLLE/REA Directsoir t Jeudi 7 décembre 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :