Direct Soir n°41 17 oct 2006
Direct Soir n°41 17 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de 17 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Hillary Clinton : objectif Maison-Blanche

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mardi 17 octobre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Fraudes aux Assedic v Selon un rapport confidentiel révélé par Les Echos d’aujourd’hui, les escroqueries aux allocations chômage feraient vivre près de 10 000 personnes à Paris. L’Unedic a identifié 32 « gérants à risques » qui dirigent 677 sociétés. La fraude s’exercerait de la façon suivante : les salariés fictifs sont faussement licenciés après un délai de 6 mois et font valoir leurs droits à l’assurance chômage. Les deux tiers des sociétés frauduleuses seraient installées en région parisienne. Libération d’un journaliste français au Yémen v Daniel Grandclément-Chaffy, arrêté jeudi au Yémen pour « entrée illégale », a été libéré ce matin et remis à l’ambassade de France à Sanaa après avoir été interrogé par les services de sécurité yéménites. Selon les autorités, le journaliste n’avait pas finalisé les formalités légales pour entrer au Yémen et avait été arrêté avec un groupe de Somaliens entrés illégalement dans le pays par la province de Chabwa. Légère baisse de la délinquance à Paris v La préfecture de police de Paris a rendu public ce matin les chiffres sur la délinquance dans la capitale. Un léger mieux : elle chute de 3,1% par rapport à septembre 2005, notamment grâce à la baisse des délits sur la voie publique (-9,4%). En revanche, les violences aux personnes augmentent de 2,4%. Trafic interrompu v Une vingtaine de personnes ont été interpellées lors de l’intervention ce matin de plus de 200 gendarmes dans trois départements du sud-est de la France, pour démanteler un trafic international de stupéfiants. De la drogue, des armes et de l’argent ont été saisis dans les Bouchesdu-Rhône, le Vaucluse et les Hautes-Alpes. Les personnes interpellées ont été placées en garde à vue dans différentes brigades de ces départements. VÉRONIQUE FORGE,XAVIER FORNEROD,ALEXANDRE GIRAUD,LUDOVIC ORSONI DÉBATS TÉLÉ/Une première socialiste CADRES/Moins stressés h Les cadres sont mieux dans leurs mocassins. Selon le baromètre réalisé par l’institut de sondage en ligne Opinion Way pour la CFE-CGC, les cadres évaluent leur stress à 6,1 sur une échelle de 10. Le chiffre reste élevé, mais la situation s’est améliorée par rapport à février 2006. Moins de concurrence avec les collègues, moins de situations de harcèlement moral, moins de problèmes physiques, les facteurs à l’origine du stress se sont atténués. Par ailleurs, les conditions de travail leur semblent plus détendues : l’ambiance est jugée bonne par 76% des cadres et la charge de travail moins lourde. Les cadres voient leur avenir en rose. Depuis trois ans, ils n’ont jamais été aussi optimistes quant à leurs perspectives de carrière. En revanche, presque la moitié d’entre eux n’ont pas le sentiment que leurs efforts soient reconnus et seuls 30% estiment être récompensés à leur juste valeur. La campagne officielle n’a pas encore commencé, et pourtant le débat interne entre les trois candidats socialistes fait passer les face-àface du second tour des présidentielles pour une simple entrevue. Aux petites piques entre Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius, est venu s’ajouter un véritable cahier des charges pour les trois prestations (17 et 24 octobre, 7 novembre) des prétendants à l’investiture socialiste. Dès ce soir, ils se retrouveront pour une intervention minutieusement cadrée. Ségolène Royal, qui caracole en tête des sondages, est la plus exposée dans cet exercice qu’elle redoute particulièrement. Elle retrouvera ses compagnons dans un studio télé à Saint-Cloud, à partir de 20h35 et pour près de deux heures. Ce premier grand oral abordera les questions économiques et sociales, les deux suivants porteront sur les questions de société et d’environnement et, enfin, sur les questions internationales et la place de la France dans le monde. Pour empêcher tout éventuel dérapage, le bureau national du PS a adopté le 26 septembre une « charte d’organisation du débat interne ». Les trois pupitres en bois clair seront presque alignés sur un plateau que Public Sénat et La Chaîne parlementaire, organisateurs de la rencontre, ont voulu « sobre, moderne et respectueux des règles d’équité entre les candidats ». Les places des prétendants ont été tirées au sort. Les trois compétiteurs s’exprimeront l’un après l’autre, brièvement, sur leur candidature, avant le débat lui-même. « Chacun pourra parler en liberté », assure François Hollande, premier secrétaire du PS.Viendront ensuite dix questions posées par les militants, couvrant dix sujets « essentiels » (retraite, pouvoir d’achat, emploi…). Mais il n’y aura pas de débat contradictoire, puisqu’aucun participant ne pourra interpeller les deux autres. A défaut de véritables duels, les téléspectateurs auront droit, selon Julien Dray, porte-parole du PS, à une première mondiale : « Ces débats, c’est quelque chose de totalement nouveau. Le PS est le seul parti en France, peut-être même au monde, à organiser de telles primaires, en toute transparence. » ÉCOLOGIE/Les politiques au banc d’essai h « Comment les politiques fondent-ils leurs décisions en matière d’environnement ? » Nombre de Français se le demandent… C’est l’association Orée, en lien avec le magazine Valeurs Vertes, qui s’est chargée de poser la question, hier après-midi. Dans le cadre des treizièmes Entretiens Ecologiques organisés au sénat, des entreprises, des associations et des parlementaires ont pu se retrouver pour évoquer les nouveaux enjeux de l’environnement auxquels les politiques sont confrontés. Un sujet brûlant, sur lequel bien souvent les copies sont à revoir. La projection du film d’Al Gore, Une vérité qui dérange, n’avait mobilisé que 300 parlementaires lors d’une projection privée mercredi dernier. L’engouement médiatique qui a suivi le film a pourtant rattrapé le terrain politique, et dépassé les clivages traditionnels : l’impératif moral semble avoir pris le pas sur les clivages politiques. Après vingt ans d’opacité sur la question de l’environnement, la politique française semble prête aux changements à venir. « Du moins, la Laurent Fabius, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn. GÉRARD JULIEN/AFP L’exclu Directsoir Le député sarkozyste Yannick Favennec (UMP) a demandé au CSA de décompter les débats télévisés Fabius- Royal-DSK du temps de parole attribué au parti socialiste « dans le cadre de la campagne ». conscience politique vient du changement moral de chacun d’entre nous », confie Nadia Loury, déléguée générale de l’association Orée, organisatrice du colloque. Les Français rattrapent lentement leur retard sur le sujet. La preuve : la salle du palais du Luxembourg était comble. Quatre tables rondes étaient organisées sur le partage des responsabilités, les moyens d’information, les modes de consultation, le suivi des décisions. Hommes politiques, médias, entreprises, institutions et particuliers ont ainsi pris chacun leur part de responsabilité et appréhendé le rôle qui les attend. Prochain rendez-vous en 2007. P.PAVANI/J. ROBINE/S. DE SAKUTIN/AFP
www.directsoir.net PAUVRETÉ/Alerte rouge A l’occasion de la Journée mondiale de la misère, état des lieux dans notre pays : elle progresse, et la précarité touche de plus en plus de gens qui travaillent. C’estdit « Nous, on est sincèrement ravis de voir l’OM à ce niveau. C’est bon pour le championnat de France. » Jean-Michel Aulas (L’Equipe), ce matin. Le nombre d’allocataires des minima sociaux a augmenté de 100 000 en 2005. Parler de pauvreté dans un pays qui se place au 4 e rang mondial en terme de richesses produites pourrait apparaître comme une provocation par rapport à la situation de certains pays en développement. Cependant, si la France a toujours voulu maintenir un filet de sécurité grâce à un système social fondé sur la redistribution, elle n’a pas été épargnée par les inégalités et la misère sociale. Chaque année, lors de la Journée mondiale de la misère, des associations comme ATD Quart monde nous rappellent que la misère est aussi présente au cœur des villes de nos sociétés hyperindustrialisées. Jean Toussaint, l’un des responsables du mouvement ATD Quart Monde, note ainsi depuis plusieurs années, un recul dans l’accès au droit des plus démunis en matière de logement, de santé et d’emploi. Dans un ouvrage récent*, Jacques Cotta parle de 7 millions de travailleurs pauvres. Tous ces « déclassés » ont des parcours analogues et côtoient ceux qui depuis longtemps ont perdu pied. Deux visages contradictoires de la pauvreté en France qui ne se satisfont pas de discours lapidaire qui, selon Jean Toussaint, vise à « stigmatiser les pauvres » en les accusant d’être responsables de leur sort. Amnesty International, le Secours catholique et la coalition Action contre la pauvreté se sont joints aujourd’hui à ATD Quart Monde pour lancer un appel afin que " l’accès aux droits fondamentaux devienne la priorité des politiques publiques, et que l’Etat n’abandonne pas sa responsabilité de garant du droit. Parmi les manquements de l’Etat à ses responsabilités, l’association note, en matière de santé, l’augmentation du forfait hospitalier, la difficulté pour les plus démunis d’accéder aux soins, et en matière d’emploi, la diminution de la durée d’indemnisation du chômage et la multiplication des contrats précaires. Autre point noir de cette politique en faveur des plus démunis, le logement. La plupart des logements construits ne sont pas accessibles aux plus démunis. Selon une étude de la Fondation Abbé Pierre publiée à l’occasion de cette journée de la misère, le poste logement peut aujourd’hui atteindre jusqu’à 40% voire 50% du budget des ménages les plus modestes. ATD Quart Monde a donc l’intention de demander aux futurs élus de faire avancer " l’idée d’un droit au logement opposable, donc effectif " au même titre que le droit à la scolarité ou celui à la santé. Aujourd’hui, quelque trois millions de personnes sont sans logement ou mal logées en France, et un million d’enfants vivent dans la grande pauvreté. Le nombre d’allocataires des minima sociaux (RMI, API, ASS…) a augmenté de 100 000 en 2005 pour atteindre 3,5 millions de personnes. Enfin, l’accès aux soins pour les plus démunis, limité par différentes mesures, a accru le nombre de demandes auprès des missions bénévoles. Ainsi, Médecins du monde a reçu en 2005 plus de 26 000 nouveaux patients. *7 millions de travailleurs pauvres, la face cachée des temps modernes (éd. Fayard). « On peut être à la fois chiraquien et sarkozyste » Guy Drut (Le Figaro), ce matin. « Il faut arriver en grande forme et pas totalement percuté par les coups qu’on se serait donnés nous-mêmes. » Manuel Valls, député PS, la veille du premier débat socialiste (sur Canal+), hier soir. Signe des temps : les tentes de MDM sont apparues dans Paris. HADJ/SIPA F. TONDRE/REA FRANCE SCIENCES/La météo décolle h Le satellite météorologique de nouvelle génération MetOp devrait être lancé en fin d’après-midi depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Le lancement sera effectué par la fusée russe Soyouz, avec trois mois de retard. Développé par Eumetsat (Europe) et la Noaa (Etats-Unis), le satellite fournira des informations d’une précision inégalée sur l’humidité, la température de l’air, la fonte des glaces ou encore l’accumulation des gaz à effet de serre. Les données recueillies serviront à établir des modèles numériques de prévision du temps et contribueront à améliorer nettement les capacités d’observation du climat et de l’environnement de la planète. La technologie de pointe des appareils embarqués à bord mais aussi la faible altitude du satellite sont à l’origine des performances de ce dernier. Il volera sur une orbite polaire (837 km) soit 43fois plus près de la Terre que les satellites Météosat en orbite géostationnaire. Grâce à MetOp, la météorologie devrait donc faire un grand pas en avant. Deux autres satellites du même type le compléteront dans les années à venir. Dans les MetOp sur le pas de tir. KIOSQUES Le football, c’est aussi un bon moyen de rigoler. La rédaction des Cahiers du football est là pour vous y aider. Retrouvez dès aujourd’hui leur vibrant appel à des Coupes d’Europe réconciliées avec le public. AFP Directsoir t Mardi 17 octobre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :