Direct Soir n°39 13 oct 2006
Direct Soir n°39 13 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de 13 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Vanessa oiseau de paradis

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Vendredi 13 octobre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Ségolène Royal : Débats ou pas débats ? Suspense total. Après avoir déclaré hier qu'elle pourrait ne pas participer à tous les débats de la primaire s'ils étaient « détournés de leur vraie destination », Ségolène déclenche la polémique. Son entourage clame que ce choix est uniquement motivé par crainte de dérapage, tandis que ses rivaux y voient une peur de la confrontation. Verdict mardi prochain pour un premier débat devant les caméras de télévision. Parents, aux urnes ! Neuf millions de familles dont les enfants sont scolarisés dans l’enseignement public, vont élire entre aujourd’hui et demain les parents d’élèves qui les représenteront. Chaque année, la participation à ces élections connaît des taux stables et modestes, environ 50% pour les écoles primaires, 30% en collèges-lycées. La Peep, la fédération des Parents d’élèves de l’enseignement public, déplore cette rentrée encore quelques soucis de matériel de vote. Les parents divorcés ont très souvent un seul bulletin de vote par foyer. Week-end solidaire Le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) et de nombreuses organisations humanitaires organisent, samedi et dimanche, une série d’actions en France pour lutter contre la faim dans le monde, responsable de la mort de quelque neuf millions de personnes annuellement. Du vin et de la limonade Voilà un étrange mélange… Sans doute criminel aux yeux de bon nombre d’amateurs de vin, ce breuvage s’exporte néanmoins très bien, surtout Outre-Manche. Le Jurassien Hugo Sablet, 35 ans, est aujourd’hui le seul limonadier artisan de France à mettre la recette en bouteille. 10% de vin – cépage très fruité pour le rouge, très fleuri pour le blanc – ajouté à de la limonade artisanale, et le tour est joué. NICOLAS CAILLEAUD,CAROLE TOLILA,ELISE BAUDOUIN,XAVIER FORNEROD PÉTROLE/L’addition pourrait être moins lourde Hier, en atteignant son niveau le plus bas – 57,24 dollars – depuis le 19 décembre 2005, la baisse du prix du baril de pétrole coté à New York pourrait se répercuter sur nos factures.Amorcée depuis près de deux mois, la chute des cours laisse espérer une baisse des prix à la pompe et du chauffage au fuel. Selon les experts, le recul s’explique notamment par « le relâchement des tensions géopolitiques, l’absence d’ouragans dans le golfe du Mexique où se trouvent de nombreuses plateformes pétrolières, et par l’accroissement des stocks de pétrole aux Etats-Unis ». Au-delà de la chute des prix, la Bourse souhaite les stabiliser. Déjà, depuis quelques semaines, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s’efforce de réduire ses quotas de production. Selon le président de l’Opep, Edmund Daukoru : « les onze membres de l’Opep sont parvenus mercredi à un consensus pour réduire leur production d’un million de barils par jour. » Même si certaines inquiétudes subsistent, on reste bien loin d’un prix du baril envisagé à 100 dollars, selon les estimations de l’année dernière. Pour l’instant, la baisse du prix du pétrole ne semble pas être ressentie par le consommateur. Pourtant, les premiers barils concernés par cette chute des prix seront livrés en novembre. En France, selon l’Observatoire de l’énergie, la hausse continue du prix du pétrole en 2005 avait causé une hausse de plus de 30% du prix du fuel, 16% du gazole et de 10% pour l’essence. Désormais, la chute, puis la stabilité des prix du pétrole espérée par le marché VENDREDI 13/Bonheur ou malheur ? h Cela s’appelle la Paraskevidékatriaphobie. Un mot abracadabrantesque pour désigner une superstition légendaire : celle du vendredi 13. Elle fait partie de ces croyances si fortement ancrées dans l’imaginaire collectif que personne ne connaît son origine. C’est à la Bible que l’on attribue le fondement de cette superstition. D’après le Nouveau Testament, c’est en effet le treizième convive présent lors de la Cène, Juda, qui trahira Jésus… Tout comme c’est un vendredi qu’aurait été crucifié le Christ. Face au bond gigantesque qu’enregistrent les ventes de la Française des Jeux les vendredis 13 (elles sont multipliées par 3 !), on doit plutôt constater que certains y voient un signe de bon augure. Jour de chance ou de malchance, les avis divergent. Chez nos voisins d’Espagne, c’est le mardi 13 que tombe le jour maudit… A chacun ses superstitions. G. LEIMDORFER/REA Une raffinerie de pétrole à Feyzin, près de Lyon. boursier, devrait enrayer les hausses enregistrées l’an passé. Si aucun chiffre ne peut être avancé, à l’heure actuelle, les factures devraient être plus légères. Enfin, selon un rapport de l’Insee publié ce matin, l’inflation est au plus bas depuis 5 ans. Les prix à la consommation ont reculé en France en septembre de 0,2%, soit une hausse de 1,2% sur un an, ce qui représente la progression annuelle la plus faible depuis novembre 2001. Selon l’Institut, le repli des prix des produits pétroliers se répercutera aussi sur notre pouvoir d’achat. SARKOZY/ « S’il le faut, je serai unitaire pour tous » h C’est un Nicolas Sarkozy résolu qui s’est adressé hier à un parterre de plus de 5 000 sympathisants, lors d’un meeting à Périgueux. Dans un discours-fleuve de plus d’une heure, le président de l’UMP a présenté son projet. « Un nouvel Etat, une nouvelle Nation, une nouvelle République ». Au cœur de son discours : le thème de la « rupture », stratégie qu’il n’entend pas laisser à ses adversaires. Autre axe de son allocution : l’unité. Une allusion explicite aux récentes tensions qui sont apparues entre le gouvernement et l’UMP, après que Dominique de Villepin et Michèle Alliot-Marie eurent évoqué d’autres candidatures que la sienne pour 2007. « Je veux l’unité. Je suis le garant de l’unité. Et s’il le faut, je serai unitaire pour tous. » Fermement décidé à n pas laisser filer la victoire « pour des divisions qui n’auraient aucun sens », il se pose en rassembleur. A cet égard, la présence à ses côtés du ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, et du ministre de l’Economie, Repères Malgré la baisse des prix des produits pétroliers, le spectre de la pénurie continue d’inquiéter. Avec 85 millions de barils par jour, le monde n'a jamais autant consommé de pétrole. Thierry Breton, a été particulièrement remarquée. Enfin, c’est avec le « masochisme national » que le ministre de l’Intérieur veut en finir : « Qu’il soit bien entendu que nous ne laisserons pas plus le monopole de la République au parti socialiste, que nous ne laisserons le monopole de la nation à l’extrême droite. » Ovationné par son public, le quasi-candidat de l’UMP signait là son cinquième discours de précampagne. Une contre-attaque préventive face aux turbulences à venir, dans le cas où plusieurs candidatures surviendraient à droite. R. DUVIGNAU/REUTERS
www.directsoir.net La IV e République reste dans les mémoires comme l’incarnation du régime parlementaire, avec ses forces et, surtout, ses faiblesses qui allaient se révéler fatales. Ce projet de constitution est définitivement adopté par référendum le 13 octobre 1946 et entre en vigueur le 24. Vincent Auriol, ancien ministre socialiste du Front populaire et René Coty, classé au centre droit, en seront les deux présidents. Dans cette constitution de tendance parlementaire, le Président n’avait qu’un faible rôle. Le pouvoir exécutif était entre les mains du président du Conseil, l’équivalent de notre Premier ministre. La IV e République prend certaines décisions qui marqueront l’Histoire : extension du droit de vote aux femmes (dès l’origine), signature du Traité de Rome, première base de l’Union européenne, la fin de la colonisation française en Indochine ou encore la constitution d’une force de frappe nucléaire française indépendante. Cette IV e République est marquée par les deux principales guerres de décolonisation qu’a connues la France : celle d’Indochine (1945-1954) et celle d’Algérie (1954-1962). Cette dernière provoquera la chute du régime. Le coup de grâce est porté le 1 er juin 1958 lorsque le président Coty menace de démissionner si de Gaulle ne devient pas chef du gouvernement. Après avoir été investi comme président du Conseil, de Gaulle reçoit le 3 juin les pleins pouvoirs pour 6 mois et le droit de préparer une nouvelle constitution. Les causes institutionnelles de la crise de régime sont connues : le mode de scrutin proportionnel choisi pour l’élection des députés favorise l’existence d’un grand nombre de partis dont les incessants revirements d’alliance entraînent régulièrement la chute des gouvernements. La IV e République connaît en moyenne un jour de crise ministérielle sur neuf, le tout dans un climat déprimé et déliquescent. La V e République, régime semi-présidentiel, est donc créée pour remédier aux déséquilibres entre le Parlement, dont les prérogatives sont amoindries, et l’exécutif, revalorisé en la personne du président de la République que de Gaulle façonne ED BETZ/AP PHOTO INSTITUTIONS/Vie et mort de la IV e République C’estdit « Nous saluons cette décision et nous souhaitons que cette sincérité intellectuelle et cette franchise ouvriront la voie à la reconnaissance de cette période douloureuse pour notre peuple. » Vartan Oskanian, ministre arménien des Affaires étrangères, à propos du prix Nobel de littérature décerné au Turc Orhan Pamuk (The New York Times) à son image. Pourtant, depuis la deuxième période de cohabitation (1993-1995), mais surtout sous le gouvernement Jospin (1997-2000), la Constitution de 1958 semble connaître les mêmes soubresauts que la IV e : accumulation de petits partis lors de la présidentielle (1995 et 2002), blocage des institutions pendant les cohabitations, soumission excessive du Parlement à l’exécutif. De là à souhaiter une nouvelle constitution, et donc une autre République, il n’y a qu’un pas que certains courants politiques souhaitent franchir. Ainsi, Arnaud Montebourg, député PS de Saône-et-Loire, se fait le champion d’une VI e République. François Bayrou, candidat UDF, a fait une récente sortie pour une nouvelle constitution. Corinne Lepage, l’ancienne candidate écologiste de 2002, défend quant à elle, l’idée d’une nouvelle République favorable à la société civile. A l’UMP, tradition gaulliste oblige, le sujet reste tabou. Nicolas Sarkozy, lors d’une réunion publique à Périgueux hier, parlait de rupture sans remettre en cause les institutions : « le problème aujourd’hui n’est pas dans la Constitution. » « Si, par malheur, cette histoire va jusqu’au bout, cela va nous coûter très cher. » Christine Lagarde, ministre du Commerce extérieur, à propos du texte sur le génocide arménien (Le Parisien/Aujourd’hui en France) « Où est l’humanité là-dedans ? Je pense qu’il faut régulariser tout le monde. Après, on se débrouille. » Yannick Noah (Le Parisien/Aujourd’hui en France) FRANCE LIRE ET FAIRE LIRE/Lecture pour tous La Constitution de 1946 aurait eu 60 ans aujourd’hui. Histoire d’un échec. h Le livre est à l’honneur partout en France pendant trois jours. La IV e République a connu 18 gouvernements entre 1946 et 1958, et un jour de crise ministérielle sur neuf FACELLY/SIPA Pour sa dix-huitième édition, Lire en fête propose 4 000 manifestations gratuites autour du livre et de ses acteurs. Une occasion de réaffirmer le plaisir de lire, en même temps que la nécessité de son apprentissage. « Lire et faire lire » est une association crée par Alexandre Dujardin qui œuvre toute l’année à promouvoir et développer le goût de la lecture. Une initiative originale qui mobilise 11 000 retraités bénévoles, intervenant dans plus de 4 000 structures éducatives (écoles, crèches, centre de loisirs, bibliothèques ou hôpitaux…). Par l’échange intergénérationnel, l’association entend lutter contre l’échec scolaire. Aujourd’hui, La Poste s’engage à ses côtés en lançant une vaste campagne de mobilisation. Les 30 000 postiers, facteurs, guichetiers ou conseillers financiers vont encourager leurs clients retraités à rejoindre la cause de l’association et ainsi transmettre le plaisir de la lecture pendant leur temps libre. Pour plus de renseignements sur l’association : www.lireetfairelire.org Pour connaître le programme de Lire en fête dans votre ville : www.lire-en-fete.fr Dans les KIOSQUES Madame Figaro gâte ses lectrices avec un dossier spécial hommes. Costume blanc ou lunettes de soleil, Vincent Cassel fait son numéro de charme. Plus inattendu, les grands patrons livrent les secrets de leur garde-robe. En kiosque demain. T. GALLIHER/CORBIS Directsoir t Vendredi 13 octobre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :