Direct Soir n°38 12 oct 2006
Direct Soir n°38 12 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de 12 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : François Bayrou, balle au centre

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Jeudi 12 octobre 2006 6 ACTU EN COUVERTURE FRANÇOIS BAYROU/Le troisième homme François Bayrou veut tout changer. « Au nom du tiers état », le livre qu’il publie, dresse son constat d’échec de cette République, et jette les bases de son projet pour 2007. Al’heure où le débat politique se concentre autour de l’arrivée de nouvelles personnalités à la tête de l’Etat, François Bayrou veut réfléchir à de nouvelles institutions. Dans cette République qui a la forme de la démocratie, les institutions d’ancien régime permettent seulement à quelques-uns de confisquer le pouvoir. Ce constat, fait par le président de l’UDF dans la préface de son ouvrage Au nom du tiers état, est pour lui le signe qu’il faut en finir avec la 5 e République. La 6 e République sera au cœur du programme de l’UDF pour l’échéance de 2007. Donner une nouvelle constitution à la France, voilà le cheval de bataille de François Bayrou depuis décembre 2005. Replacer le citoyen et le parlement au centre de l’action politique, mieux répartir les pouvoirs et garantir l’indépendance de la justice, ce sont les grandes ambitions du projet de constitution présenté le 4 octobre par les centristes. Comme un symbole, le texte a été dévoilé le jour anniversaire de l’actuelle constitution, celle de 1958. Mais celui qui sera sans aucun doute le candidat de l’UDF à la présidentielle parviendrat-il à mobiliser les électeurs autour d’un débat institutionnel ? Ce n’est pas si évident, même si un récent sondage de l’institut Ipsos lui attribue un score de 8%, en hausse de 2 points. Gilles de Robien, l’enfant terrible de l’UDF, JOEL ROBINE/AFP Repères CHAMUSSY/SIPA Du local au national François Bayrou est attaché à ses racines. Quelles que furent ses responsabilités au sein d’un gouvernement ou d’un parti, il n’a jamais abandonné ses mandats locaux. Depuis 1982, il est membre du conseil général des Pyrénées- Atlantiques, qui l’ont vu naître. De 1993 à 1997, il est ministre de l’Education nationale, successivement sous Edouard Balladur et Alain Juppé. Quatre années qui n’auront pas été de trop pour mener à bien une réforme du collège. Au-delà des vicissitudes politiciennes, François Bayrou a toujours maintenu son cap. n’hésite pas à s’interroger. Le ministre de l’Education nationale, seul membre UDF du gouvernement, est revenu lundi soir sur les raisons pour lesquelles son président de parti restait « scotché » à ce score, identique à celui réalisé le 21 avril 2002. Cela s’est passé lors du lancement des débats au sein de son club Société en mouvement. Encore un symbole puisque lui, qui prône l’alliance avec l’UMP, a fondé ce club suite au vote d’une motion de censure socialiste par un JEAN-BAPTISTE WERNER,ANNE DEVERRE,BÉRENGÈRE DE TERMONT,NICOLAS CAILLEAUD DAMIEN MEYER/AFP L’affaire Baguet tiers des députés UDF, dont François Bayrou. Un vote qui a sorti le leader de l’UDF de la majorité, et l’a élevé au rang d’indépendant, y compris pour le CSA. Les sages du conseil ont créé vendredi une nouvelle catégorie, ni majorité ni opposition, pour le décompte du temps de parole lors de la campagne. Un livre et six mois pour convaincre.Au moment où certains se plaignent du duel exclusif entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, François Bayrou veut faire entendre la voix du centre. François Bayrou est un homme de principes. Pierre-Christophe Baguet, député des Hauts-de-Seine, l’a appris à ses dépens. Il a été suspendu hier par son parti, au lendemain de son exclusion du groupe parlementaire UDF par les députés. Sa faute : avoir annoncé le 4 octobre qu’en 2007, il soutiendrait Nicolas Sarkozy. Le député Baguet a beau dénoncer ce qu’il appelle un « acharnement stalinien » opéré par un parti devenu « une secte », l’article 20 des statuts de l’UDF prévoit une telle sanction en cas de manquement aux « décisions de soutien ». A.-C. POUJOULAT/AFP Paru « Au nom du tiers état » éditions Hachette Littératures, 254 p., 16 €. L’arbitre de 2007 Dans le paysage politique français, François Bayrou a toujours joué la carte de l’indépendance. Il souhaite proposer un autre projet, dépasser le « ping-pong » entre la droite et la gauche. Selon un sondage Ipsos paru aujourd’hui, il recueillerait 8% des voix au premier tour, soit une hausse de 2 points. Son potentiel électoral ne lui permettra sans doute pas de franchir ce cap, mais il sera crucial pour les protagonistes du duel final. Il sera alors difficile de gagner sans l’appui de François Bayrou, ce qui peut faire de lui un candidat au poste de Premier ministre.
www.directsoir.net PS/Royal s’envole pour la Réunion h Elle a envie de « voir les gens, écouter et débattre ». Ségolène Royal s’est envolée aujourd’hui pour l’île de la Réunion, où elle doit passer deux jours. La candidate à l’investiture à la présidentielle du PS, qui rendra visite aux femmes battues et aux malades du chikungunya, doit aussi rencontrer ses militants. Elle a rendez-vous avec Paul Vergès, 81 ans, président du conseil régional et député européen, une figure emblématique du PCF dans l’Ile. Objectif : « se rendre compte des problèmes de La Réunion, pour proposer ensemble des solutions lors de la présidentielle. » POLITIQUE/Les partis prennent du poids h L’UMP et le Parti socialiste ont enregistré un afflux massif de nouveaux adhérents motivés pour participer à la désignation de leur candidat pour la présidentielle de 2007. Offres d'adhésion à bas prix (25 euros à l’UMP, 20 au PS), recours à l’Internet, tout est fait pour recruter. L’UMP revendique ainsi près de 280 000 adhérents, contre quelque 100 000 il y a deux ans. De son côté, le PS, qui comptait en mars 130 000 adhérents, en affiche aujourd’hui environ 200 000. RICHARD BOUHET/AFP M. MOCHET/AFP GÉNOCIDE ARMÉNIEN/La négation sera punie h Les députés français ont adopté ce matin, en première lecture, la proposition de loi socialiste rendant passible de prison la négation du génocide arménien. Un texte qui suscite une vive polémique avec la Turquie. En titrant ce matin « Liberté, égalité, stupidité », la une en français du journal turc Hürriyet (tendance centre droit) ironise, mais elle est révélatrice du degré de tension qui agite les relations francoturques. Déjà, Ankara menace Paris de représailles économiques et politiques, alors que 250 entreprises françaises sont implantées en Turquie. Les rapports entre les deux pays seraient ainsi réduits au strict minimum. Concrètement, le texte réprimera désormais tout acte qui nierait les crimes perpétrés par un an de prison et 45 000 euros d’amende. Le projet vise aussi à soutenir les Arméniens. Selon eux, jusqu’à 1,5 million des leurs ont péri dans un génocide organisé par la Turquie, entre 1915 et 1917. Pourtant, le texte, soumis à l’Assemblée par le Parti socialiste, n’avait pas fait l’unanimité. Il a divisé les députés, mais surtout inquièté le gouvernement. Ce matin, le ministre délégué aux Affaires européennes, Catherine Colonna, a affirmé que le gouvernement « n’était pas favorable » à ce nouveau texte « puisqu’il existe déjà une loi sur ce sujet, et qu’elle s’impose à tous ». Mardi, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a mis en garde la France, en qualifiant cette proposition de loi d’« éclipse de la raison », tout en mettant l’Hexagone face à son passé colonial. 8 MILLIONS DE VACCINS GRATUITS CONTRE LA GRIPPE LES SITES À CONSULTER ★★★★ ★★★★ ★ B. HORVAT/AFP À vos vaccins h Le vaccin contre la grippe a débarqué dans les pharmacies. Cet hiver, le virus devrait toucher 2,2 millions de personnes. Sachez que le vaccin est gratuit pour les plus fragiles : les 65 ans et plus, ainsi que les personnes atteintes de certaines affections de longue durée comme le diabète, les insuffisances cardiaque, respiratoire et l’épilepsie graves. Les bénéficiaires, au nombre de 8 millions, reçoivent un imprimé pour obtenir gratuitement le vaccin prescrit par le médecin. Le ministère de la Santé recommande aussi la vaccination des professionnels de santé, de l’entourage des personnes âgées et du personnel de l’industrie du voyage. www.sante.gouv.fr www.doctissimo.fr www.securite-sociale.fr FRANCE LES SOMMETS DU TOURISME FRANÇAIS 1 La France est la première destination mondiale du tourisme de montagne. Avec un chiffre d’affaires annuel de 7 milliards d’euros, elle accueille dans ses 350 stations sept millions de visiteurs par an, dont deux millions d’étrangers. 2 Les trois quarts des touristes étrangers qui choisissent de glisser sur les pistes françaises viennent de Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg et, depuis peu, de Russie. Les principaux pays concurrents du secteur sont l’Autriche, la Suisse et l’Italie. 3 Face à une concurrence accrue, les professionnels français de la montagne entendent « conquérir de nouvelles clientèles », notamment au Moyen-Orient (Dubaï, Emirats arabes unis), mais aussi en Chine, qui représente un vrai marché potentiel. 4 Les professionnels du secteur veulent développer des offres « sur mesure ». Pour faciliter le choix des vacanciers en quête de ce type de séjour, un label sera attribué aux différentes stations de ski en fonction de leur style (famille, nature, animations nocturnes, nouvelles glisses...).. NORRIS/PICIMPACT/CORBIS Directsoir t Jeudi 12 octobre 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :