Direct Soir n°38 12 oct 2006
Direct Soir n°38 12 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de 12 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : François Bayrou, balle au centre

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Jeudi 12 octobre 2006 10 JENNIFER HELPER/GETTY IMAGES/AFP ACTU MONDE NEW YORK/Le fantôme du 11-Septembre Un avion de tourisme s’écrase sur une tour de l’Upper East Side. CORÉE DU NORD/Concerto en condamnations majeures Chef d’orchestre des condamnations, Washington envisage toutes les options contre Pyongyang. h Hier, George W. Bush n’a pas haussé le ton. Il a été ferme dans sa volonté de mettre fin aux provocations de la Corée du Nord. Mais il a aussi mis en avant la coopération de ceux qui ont condamné l’essai nucléaire auquel Pyongyang s’est livré dimanche. Une attitude moins habituelle pour celui qu’on décrit comme un adepte invétéré de l’unilatéralisme. Pour l’administration américaine, cette approche doit se généraliser : « Je crois fortement qu’avec la Corée du Nord et l’Iran, il est préférable de faire face à ces régimes à plusieurs », a ainsi précisé George W. Bush. La fermeté de la Maison-Blanche se veut avant tout réaliste : pas question d’envahir la Corée du Nord. Il faut au contraire maintenir une forte pression diplomatique. En fait, la véritable nouveauté pour les Etats-Unis est la découverte ÉMILIE CHAUSSIER,SAMUEL ROUSSEAU de leur communauté d’intérêts avec le Japon et la Chine. Pékin, l’allié traditionnel du régime de Kim Jong-il, a déjà donné son accord à une résolution des Nations unies qui condamnerait les agissements nord-coréens, l’objectif pour Washington étant de ramener la neuvième puissance nucléaire à la table des négociations sans lui laisser le choix de l’ordre du jour. La première conséquence de cet essai sera peut-être de faire de Pékin, Tokyo et Washington de vrais alliés et non plus des concurrents. Hier, le Japon a décidé d’infliger de nouvelles sanctions unilatérales à son voisin, y compris la suspension de toutes les importations. Un diplomate nord-coréen a prévenu ce matin que Pyongyang exercerait de « fortes représailles » en cas de sanctions japonaises. Hier, après le crash d’un petit avion sur une tour, les Américains ont été confrontés à leur pire cauchemar. h « Il y a eu une forte explosion. J’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu ce qui m’a paru être des morceaux d’aile, en feu, tomber du ciel », raconte un photographe. New York, 11 octobre 2006. Un simple accident qui a mis à vif les cicatrices péniblement soignées depuis cinq ans et un mois, jour pour jour. Hier, un petit avion a percuté la tour Bellaire dans le quartier chic d’Upper East Side, 72 e rue à Manhattan. Selon le gouverneur de l’Etat, au moins deux personnes ont été tuées, l’instructeur du vol et son élève-pilote. Très rapidement les secours sont arrivés, et les habitants de l’immeuble ont pu regagner leur logement. Mais tout aussi rapidement, le Pentagone a retrouvé les réflexes hérités du 11-Septembre. L’armée a tout de suite envoyé ses chasseurs survoler les grandes villes américaines pour prévenir d’éventuelles opérations terroristes. La thèse de l’accident prévaut, les autorités aériennes ayant signalé avoir reçu un signal de détresse de l’avion peu avant le crash. Cela n’aura pas empêché la ville des gratte-ciel de s’endormir avec la crainte que la mort ne surgisse à nouveau, mais aussi dans la peine : Cory Lidle, l’un des lanceurs vedette de la célèbre équipe de base-ball des New York Yankees figure parmi les victimes. Un autre choc pour la Grosse Pomme, qui vit au rythme des aventures de son équipe fétiche. Kim Jong-il au milieu des troupes nord-coréennes. Un manifestant sud-coréen brûle le drapeau nord-coréen. La réaction de George Bush a été ferme et déterminée. AP PHOTO AHN YOUNG-JOON/AP PHOTO N. KAMM NK/AFP G. OSODI/AP EN BREF NIGERIA/SHELL SOUS PRESSION Un heureux dénouement. Les otages de la compagnie Shell et de sociétés sous-traitantes ont finalement été libérés en deux temps, mardi soir puis hier soir. Ces 60 employés, de nationalité nigériane, avaient été enlevés mardi alors qu’ils travaillaient dans une station de pompage dans l’Etat de Bayelsa, dans le sud du pays. Selon le gouverneur, « personne n’a été blessé et aucune rançon n’a été payée ». Les ravisseurs entendaient protester contre la non-exécution d’un accord passé avec Shell concernant des améliorations socio-économiques pour les populations locales. La multinationale anglo-néerlandaise est coutumière de ce genre d’incidents. La semaine dernière déjà, 25 employés avaient été enlevés, avant d’être libérés deux jours plus tard. IRAK/LA TV, NOUVELLE CIBLE DES VIOLENCES Un groupe armé a attaqué ce matin le siège d’une nouvelle chaîne de télé privée de Bagdad, Chaabiah. Neuf personnes ont été assassinées, dont le directeur général et le principal présentateur. Cette chaîne indépendante n’avait pas encore commencé à émettre. Elle diffusait simplement des chansons et de la publicité. Le lancement des programmes était prévu dans une dizaine de jours. L’attaque n’a pas été revendiquée. SRI LANKA/LA PAIX MENACÉE ? C’est un coup dur. Les combats entre l’armée et la rébellion tamoule se sont achevés hier dans un bain de sang, sapant un peu plus les derniers espoirs de paix. La veille, un accord avait pourtant été annoncé, prévoyant une réouverture des négociations fin octobre en Suisse. Il faudra sans doute attendre, car les combats d’hier ont été particulièrement meurtriers. Le gouvernement reconnaît avoir perdu 44 soldats. De leur côté, les Tigres tamouls, qui luttent pour l’indépendance du nord de l’île, font état de 10 morts. NON AUX ATTENTATS SUICIDE La scène s’ouvre sur un marché bondé. Un petit garçon observe un homme au comportement suspect. Trop tard, la bombe explose, les cadavres s’éparpillent au ralenti… avant de laisser place à ces quelques mots : « Le terrorisme n’a aucune religion. » Ce spot rappelant les effets spéciaux du film Matrix, destiné à décourager les candidats au suicide, est visible depuis cet été sur plusieurs chaînes télé du Proche-Orient. On ignore qui en sont les commanditaires.
HADI MIZBAN/AP www.directsoir.net IRAK/L’unité du pays en danger Le parlement vient d’adopter la loi sur le fédéralisme. La communauté sunnite s’inquiète. Attentat devant la sortie de l’hôpital Yarmouk, ce matin à Bagdad, trois blessés. h La situation en Irak n’est-elle pas en train de ressembler à celle qu’a connue l’ex-Yougoslavie il y a quelques années ? Outre les opérations de nettoyage communautaire – quasi quotidiennes – et le dépeuplement des quartiers mixtes, la loi votée hier au parlement fait craindre le pire : un pays divisé en trois régions : chiite, kurde et sunnite, une exacerbation des divisions actuelles et enfin, une mise en péril de l’unité du pays. Ce scénario n’inquiète pas pour autant les communautés chiites et kurdes, qui voient là l’occasion de réclamer davantage d’autonomie, au grand dam des sunnites. Rappel. En octobre 2005, la constitution est adoptée. Elle entérine le principe du fédéralisme et prévoit la possibilité pour les provinces de se regrouper en régions autonomes en tenant des référendums. Les députés ont alors un an pour mettre en place cette disposition. Depuis hier, c’est chose faite : TRAFIC D’ARMES/Les nouveaux seigneurs de la guerre h On les croise dans les grands hôtels européens ou sur les tarmacs d’aéroports de brousse. Ils sont trafiquants d’armes. Laurent Léger, grand reporter, collaborateur au Point, dresse leurs portraits, et bien d’autres, dans Trafics d’armes, enquête sur les marchands de mort (Flammarion). Comment ces hommes peuvent-ils disposer d’une flotte autonome d’avions cargos pour ravitailler les combattants afghans, soit l’Alliance du Nord, soit les talibans, soit les deux parallèlement ? Comment font-ils pour fournir en armements lourds les armées bosniaques et croates alors qu’un blocus serré a été imposé par les Nations unies pour limiter le conflit yougoslave ? Dans bien des cas, grâce à l’intercession des services spéciaux la nouvelle loi va désormais permettre de modifier les limites et les attributions des 18 provinces actuelles. Or, les 9 provinces chiites du sud sont immensément riches, grâce notamment à Bassora et ses puits de pétrole. Tout comme La zone autonome kurde qui, depuis 1991, s’étend au nord sur trois provinces, avec la ville pétrolière de Kirkouk. En revanche, les régions à majorité sunnite, situées essentiellement à l’ouest, sont largement désertiques et dépourvues de ressources. Après avoir menacé de boycotter le débat au parlement, les sunnites sont rentrés dans le rang fin septembre, non sans avoir obtenu une garantie : la nouvelle loi ne s’appliquera pas avant 18 mois. Le temps de réviser la constitution, de limiter le nombre de provinces autorisées à se regrouper et surtout, d'empêcher la création de deux superrégions, chiite et kurde. (CIA, DGSE, Mossad, MI6…) qui savent utiliser les agissements de ces VRP particuliers – ou tout au moins fermer les yeux sur leurs transactions – en fonction des impératifs politiques ou géopolitiques du moment. S’agit-il pour autant d’activités médiocrement barbouzardes ? Et bien souvent, ces trafiquants sont considérés comme les soupapes de sécurité de la démocratie libérale et du droit international, sans lesquelles le système trop rigide se paralyserait et imploserait. Tels sont les éléments d’une enquête passionnante, dans une zone trouble où le bien et le mal n’existent plus, ou presque. Laurent Léger, Trafics d’armes, enquête sur les marchands de mort, Flammarion, coll. Enquête, 342 p., 20 €.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :