Direct Soir n°34 6 oct 2006
Direct Soir n°34 6 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de 6 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Barthez, salut l'artiste

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Vendredi 6 octobre 2006 10 ACTU MONDE DN/AMD OPEP/SOS la baisse revient Après les pays industrialisés, l’Opep s’affole. La cause est similaire, mais l’effet inverse. Cette fois, le prix du baril chute ! h L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) devrait se réunir en urgence, sans doute les 18 et 19 octobre prochains, dans la capitale autrichienne. À l’ordre du jour : l’éventuelle mise en place de nouveaux quotas de production. PROJECTION/Notre futur a de l’avenir h A quoi ressemblera le monde dans une vingtaine d’années ? Telle est la question à laquelle l’Institut d’études de sécurité (IES) de l’Union Européenne s’est efforcé de répondre dans son rapport présenté aujourd’hui. Synthèse de travaux établis par des centres de recherche, des organismes internationaux ou des agences spécialisées du monde entier, ce compte rendu doit servir de nourriture scientifique à la réflexion du haut représentant de l’UE, Javier Solana. Au menu : démographie, économie, santé, énergie ou encore géopolitique. Pour autant, pessimistes et optimistes risquent d’être déçus : il s’agit de scénarios plutôt médians. Souvent privilégiés par les chercheurs pour faire parler leurs chiffres, ils n’en font pas moins apparaître les tendances Et pour cause, après la hausse effrénée du cours du brut, le marché connaît actuellement une récession spectaculaire. En deux mois, il a chuté de 25% avec pour double conséquence : les membres du cartel ont vu leurs revenus L’Union européenne a passé au crible 700 rapports de recherche en provenance des 5 continents. Portrait du monde en 2025. GUILLAUME ZELLER,ELISE BAUDOUIN La dernière réunion de l’Opep en septembre à Vienne. globales avec lesquelles il va falloir compter. Ainsi apprend-on, entre autres, que la Chine n’échappera pas au phénomène, considéré comme réservé aux pays les plus avancés, du vieillissement de la population, et devrait connaître un ralentissement de sa croissance économique sous l’effet des problèmes sociaux suscités par une évolution aussi rapide. De leur côté, les États-Unis devraient voir évoluer leur statut vers celui d’une puissance contestée, et devenue pratiquement bilingue sous l’effet de l’immigration hispanique. Quant à l’Europe, confrontée à une rude concurrence sous les effets croissants de la globalisation de l’économie, elle restera l’une des régions les plus sûres et plus riches du monde, mais son voisinage sera turbulent. directement amputés, tandis que les pays importateurs bénéficiaient d’une relance de la croissance. Face à cette conjoncture, l’Opep est susceptible d’adopter plusieurs mesures dont la réduction, ou même l’interruption pure et simple de la production, afin de soutenir les prix. D’emblée, l’annonce de la prochaine réunion de Vienne a provoqué un rebond du cours qui est remonté au-dessus de la barre des 60 dollars. Parmi les causes qui expliquent la chute des prix figure sans doute la capacité des pays importateurs à ne plus céder à la panique et à envisager des scénarios de substitution. Si tel est le cas, les tarifs pétroliers ne pourront plus s’appuyer sur une demande trop facilement considérée comme incompressible. Dès lors, l’Opep sera sans doute conduite à se soumettre à un jeu plus fluide de l’offre et de la demande. Une position que certains experts jugent souhaitable. Car, si les fluctuations servent alternativement producteurs et consommateurs, elles nuisent fondamentalement à l’économie générale en induisant incertitudes et surchauffes. L’Europe sera sûre… les USA bilingues… …et la Chine vieillira. P.ADENIS/GAFF-LAIF-REA K. LAMARQUE/REUTERS J. HONER/CORBIS M. VIDALREUTERS EN BREF ESPAGNE/IL VOULAIT ASSASSINER LE ROI Javier Perez Aldunate a été condamné à purger une peine de 35 ans de prison. L’Audience nationale, le tribunal espagnol chargé de centraliser les dossiers liés aux actes terroristes de l’ETA, punit ainsi la tentative d’assassinat contre le roi Juan Carlos, en avril 2004. L’attentat avait échoué pour des raisons non élucidées et le conjuré été arrêté dix mois plus tard au Pays basque. Un fusil à lunette avait été retrouvé à son domicile. Dernière minute Coup de grisou en Bolivie 12 personnes ont été tuées et 57 blessées au cour d’affrontements opposant plusieurs milliers de mineurs et de chômeurs dans la mine d’étain de Huanuni. Appartenant à l’Etat bolivien, c’est le site minier le plus important du pays. Le vice-président Alvaro Garcia Linera a néanmoins écarté une militarisation de la mine. TURQUIE/LE PROCÈS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION Le procès de la journaliste turque Ipek Calislar vient de s’ouvrir à Istanbul. Elle est accusée d’avoir insulté le fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, dans son dernier ouvrage. Elle y cite un témoin décrivant comment Atatürk, risquant d’être agressé par un opposant armé, aurait revêtu un tchador pour quitter le palais présidentiel. En visite en Turquie, le Commissaire européen à l’élargissement, Olli Rehn, a prévenu que la question de la liberté d’expression pourrait nuire au processus d’adhésion de la Turquie à l’UE. SUÈDE/VIRAGE À DROITE C’est officiel, Fredrik Reinfeldt a été élu hier Premier ministre de la Suède par le parlement. Agé de 41 ans, il a remporté les élections législatives de dimanche dernier à la tête de la fédération de quatre partis de centre droit. Le vote des parlementaires suédois vient donc entériner le succès de la coalition et met fin au règne des sociaux-démocrates, au pouvoir 65 ans pendant les 74 dernières années. F. Reinfeldt doit présenter aujourd’hui son programme et son gouvernement, avant de rendre visite au roi, CarlGustaf XVI.
www.directsoir.net IRAK/Good Morning Bagdad Quatorze soldats tués depuis lundi : l’armée américaine vient de passer sa pire semaine en Irak. h Officiellement, la visite surprise de Condoleeza Rice hier en Irak avait pour objectif d’encourager le « processus de réconciliation nationale ». Après une rencontre avec Nouri al-Maliki, le Premier ministre, elle a assuré que les Etats-Unis seraient « des amis fidèles » des Irakiens. Mais les soldats engagés sous la bannière étoilée partagent-ils les vues de Condi. Chaque jour ou presqueils voient leurs rangs décimés par les attaques des insurgés, des miliciens, des membres d’Al-Qaida, des nostalgiques de Saddam Hussein, ou même, parfois, par les bavures alliées. Ils sont quatorze à avoir perdu la vie depuis le début de la semaine au cours de combats ou d’attentats en forte recrudescence depuis le début du ramadan. Une étude publiée hier par VoteVets.org, une organisation politique d’anciens combattants, vient en outre souligner que les hommes et les femmes présents sur le terrain en Irak pâtissent d’un équipement inadapté, les rendant plus vulnérables. Cette étude établit aussi que les combattants sont bien souvent déployés au-delà de la durée prévue, et qu’ils souffrent régulièrement de troubles psychiques significatifs à leur retour aux Etats-Unis. Nul doute, dans ces conditions, que la présence de la Secrétaire d’Etat vise donc aussi à remonter le moral des troupes, manifestement éprouvé après trois ans et demi de combats. Puis, George Bush s’attache à galvaniser l’arrière comme il l’a montré dans son discours de mercredi au cours duquel il fustigeait l’esprit « d’avant 11-Septembre » de l’opposition démocrate. Depuis mars 2003, 2 725 Américains ont laissé leur vie en Irak. Combien d’Irakiens ? Troupes américaines à Sadr City. D. CLARK/AFP MONDE ANNIVERSAIRE/Les 70 printemps de Vaclav Havel h L’ex-président tchèque fêtait hier ses 70 printemps. La veille, c’est autour d’un millier de convives qu’il a célébré l’événement au siège de sa fondation, le Carrefour de Prague. Au programme : musique, plats typiques et bière de Bohême, aux côtés de ceux qui ont marqué son parcours politique comme sa carrière théâtrale. Mais au-delà des mondanités, ce jubilé a donné l’occasion à tout un pays de rendre hommage à l’un des plus grands symboles de la résistance pacifique au régime communiste. « J’ai plutôt réussi certaines choses dans ma vie, même si beaucoup d’entre elles ont été des cadeaux du destin. » Interrogé pour l’occasion sur la première chaîne du pays, celui qui fut l’artisan de la « Révolution de velours » de 1989 n’en reste pas moins humble, à l’heure où, pourtant, son anniversaire occupe la une de tous les journaux du pays. il doit se rendre aujourd’hui à Bratislava pour rencontrer ses amis et collègues slovaques. Autre cérémonie en perspective : il recevra ce week-end une prestigieuse distinction ukrainienne, avant de rencontrer dimanche son successeur, l’actuel président Vaclav Klaus.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :