Direct Soir n°30 2 oct 2006
Direct Soir n°30 2 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de 2 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Yannick Noah le roi lion

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Lundi 2 octobre 2006 10 ACTU MONDE DANIEL KFOURI/AFP Lula à la sortie de son bureau de vote, hier, au sud de Sao Paolo. PROCHE-ORIENT/Une tournée pour la paix La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice entame aujourd’hui une tournée diplomatique de quatre jours au Proche-Orient. h La dernière en date remonte au mois de juillet. La précédente tournée de Condoleezza Rice au Proche-Orient s’était d’ailleurs terminée plus tôt que prévu. En pleine offensive israélienne au Liban, la secrétaire d’Etat américaine avait dû rentrer précipitamment à Washington après le bombardement mené par Israël sur la ville de Cana, faisant vingt-neuf victimes civiles libanaises, dont seize enfants. Cette fois-ci, c’est pour tenter de relancer le processus de paix au Proche-Orient que Condoleezza Rice s’attarde dans la région. Objectif : jouer de nouveau la carte de la diplomatie. Première étape de cette tournée-éclair de quatre jours : l’Arabie Saoudite, où la secrétaire d’Etat devait rencontrer aujourd’hui le roi Abdallah. PAGES RÉALISÉES PAR CAROLINE ITHURBIDE,ANNE DEVERRE Son périple la conduira demain en Egypte, où elle abordera avec le président Moubarak les nouvelles avancées possibles en faveur de la paix. Elle rejoindra enfin Israël, pour rencontrer le Premier ministre Ehud Olmert et la ministre des Affaires Etrangères Tzipi Livni, avant de clôturer son voyage dans les territoires palestiniens où l’attend le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Condoleezza Rice répond ainsi aux exigences du président américain George W. Bush qui l’a chargée de « mener un effort diplomatique » au Proche-Orient et de « travailler avec des dirigeants modérés dans la région ». Le Département d’Etat a précisé par la suite qu’il s’agissait de travailler avec des dirigeants qui « ont une vision d’un Proche-Orient plus modéré, pacifique, démocratique, stable et prospère ». BRÉSIL/Cours Lula, cours… Il pensait remporter les élections présidentielles haut la main, au premier tour. Affaibli par les scandales, Lula devra encore se battre quatre semaines. h Malgré son charisme d’ancien syndicaliste de la métallurgie, le président Luiz Inacio da Silva a manqué l’occasion d’une réelection triomphale au premier tour des élections présidentielles qui s’est déroulé hier. Donné largement vainqueur dans les sondages à quinze jours de l’échéance, Lula a finalement payé le prix d’un scandale politico-financier qui lui colle à la peau depuis juin 2005, lorsque son parti (le Parti des travailleurs) est accusé d’avoir payé des pots-de-vin à des députés. C’est en quelque sorte un vote sanction qui a animé hier les Brésiliens. Et Lula va devoir poursuivre son combat pendant quatre semaines (jusqu’au 29 octobre) contre le socialdémocrate Geraldo Alckmin. « Nous allons mouiller notre chemise pour nous montrer dignes d’une confiance encore plus grande du peuple brésilien au second tour », affirme celui qui a obtenu 41,7% des suffrages. Mais Lula reste confiant. Il sait déjà qu’il pourra compter sur les voix des 40 millions de pauvres qui bénéficient de son programmes d’aides sociales et financières. Pour les autres, il continuera de faire ce qu’il a toujours fait : insister sur le processus d’identification entre le peuple et lui. « Si on m’arrache les jambes, je marcherai avec les vôtres », a-t-il lancé en pleine campagne présidentielle. Une phrase en forme de symbole qui pousse les Brésiliens à croire en la croissance et la montée en puissance de leur pays. Condoleezza Rice et Mahmoud Abbas. Affiche dans la banlieue sud de Beyrouth. Ehud Olmert. OMAR AL-RASHIDI/PPO/AFP A.AMRO/AFP GALI TIBBON/POOL/REUTERS AFP EN BREF RAINBOW WARRIOR/L’AFFAIRE EST CLOSE Les déclarations selon lesquelles le frère cadet de Ségolène Royal aurait posé la bombe sur le Rainbow Warrior en 1985 ne changent rien ! Le Premier ministre néo-zélandais exclut toute nouvelle action liée au sabotage du navire de Greepeace. L’enquête ne sera pas rouverte. Les poursuites contre les éventuels responsables ont été abandonnées en 1991 après que Paris a formulé des menaces de représailles commerciales. Dernière minute Terrorisme Six ressortissants algériens ont été arrêtés ce matin à Milan. Ils sont accusés d’« association de malfaiteurs dans un but de terrorisme international ». L’opération a été menée en collaboration avec la police italienne et suisse. AUTRICHE : LA GAUCHE PASSE C’est une victoire surprise pour les sociaux-démocrates. Le chancelier conservateur Wolfgang Schüssel, au pouvoir depuis six ans, cède sa place à Alfred Gusenbauer, chef du SPO. Un résultat provisoire, 400 000 bulletins attendant encore d’être dépouillés. HONGRIE : J’Y SUIS, J’Y RESTE Le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany a affirmé qu’il ne démissionnerait pas, malgré la défaite de sa coalition socialiste-libérale à des élections locales hier. JEUX DE GUERRE Le conflit diplomatique entre l’Iran et les Etats-Unis ne fait pas seulement couler beaucoup d’encre. Il inspire aussi les créateurs de jeux vidéo. Washington et Téhéran se renvoient la balle. Le premier est fan de « Assault on Iran » où un membre des forces spéciales doit détruire des installations nucléaires iraniennes. Le second rétorque et lance « Contre-attaque », un jeu dans lequel le héros doit absolument couler un pétrolier américain. Quand fiction et réalité ne font plus qu’un…
www.directsoir.net LIBAN/Retrait d’Israël : c’est presque fait h L’armée israélienne a évacué hier les positions qu’elle occupait depuis plus de deux mois dans le sud du Liban. Les drapeaux ne flottent plus sur les villages, les chars et les soldats de Tsahal sont partis, conformément à la résolution 1 701 du Conseil de sécurité de l’ONU. Des unités de l’armée libanaise ont commencé ce matin à se déployer dans les secteurs évacués le long de la Ligne bleue, qui sert de frontière entre le Liban et Israël. Retrait accompli donc, à une exception près. Seul le village de Ghajar, situé sur la frontière entre le Liban et la région syrienne du Golan, est toujours occupé. Et il le restera, a fait savoir Tsahal, tant qu’un accord sur la sécurité n’aura pas été trouvé avec l’armée libanaise et la Finul renforcée. « Je m’attends à ce que [l’armée israélienne] quitte la zone cette semaine, a toutefois affirmé le général Pellegrini, chef de la Force intérimaire. Le rôle de la Finul est d’aider à garantir l’intégrité territoriale du Liban. » Israël a d’ores et déjà prévenu que son aviation continuerait de survoler le territoire libanais. Objectif : empêcher tout trafic d’armes à destination du Hezbollah, qui refuse de désarmer. De son côté, l’armée libanaise a fait savoir, ce matin, qu’elle riposterait à toute nouvelle « agression » israélienne. G. TIBBON/AFP MONDE THAÎLANDE/Un militaire Premier ministre h Sonthi Boonyaratglin a décidément tous les droits. Deux semaines après avoir organisé un coup d’Etat en Thaïlande et chassé du pouvoir Thaksin Chinawatra, le chef des putschistes nomme un nouveau Premier ministre. Son nom : Surayud Chulanont, 63 ans, ancien commandant en chef de l’armée thaïlandaise. A la suite d’une longue cérémonie officielle, ce militaire de carrière devient donc le vingt-quatrième Premier ministre du pays depuis l’abolition de la monarchie absolue en 1932. Et il semble être le premier surpris. Lorsqu’un journaliste lui demande en quoi il sera meilleur que son prédécesseur, sa réponse est simple : « Je ne sais pas ». Ce que l’on sait, en revanche, c’est que les rebelles s’accordent ainsi des pouvoirs supplémentaires et que le roi n’est pas étranger à ce passage en force. C’est lui qui a implicitement souhaité le départ de Thaksin Chinawatra. Hier, il a validé la nouvelle constitution – provisoire – du pays. Un texte qui donne aux auteurs du putsch des pouvoirs très étendus jusqu’aux élections promises fin 2007, et qui leur garantit l’immunité totale. Quant aux ambitions du nouveau Premier ministre, elles tourneront autour du « bonheur des gens plutôt que sur la croissance économique ». Une manière de se démarquer du précédent gouvernement et de rappeler que le taux de croissance du pays se porte bien et dépasse légèrement les 4,5%.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :