Direct Soir n°202 17 sep 2007
Direct Soir n°202 17 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°202 de 17 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 283) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Bernard Kouchner franc-parler au quai d'Orsay

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°202/Lundi 17 septembre 2007 8 EN COUVERTURE L’expression de la puissance sans dimension politique n’est pas suffisante. (Paris, le 27 août) lifat rejetant toute ouverture (et) toute modernité » ; intégrer dans le nouvel ordre mondial « les géants émergents que sont la Chine, l’Inde ou le Brésil » ; et enfin définir les moyens de contenir puis de réduire les menaces globales que sont les atteintes à l’environnement. Si les deux derniers objectifs définis par le président de la République sont consensuels, le premier aurait pu révéler des différences de vues entre Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner. Cette priorité – endiguer la menace islamiste – évoque en effet par bien des aspects le « choc des civilisations » théorisé par le chercheur Samuel Huntington, adopté par les néoconservateurs américains et fortement critiqué dans les rangs de la gauche, et au-delà. Compte tenu de ses engagements d’autrefois, de son expérience humanitaire ou de ses amitiés à gauche, on voudrait encore faire de Bernard Kouchner une « colombe », au moyen d’une classification dont les Français sont friands. LA FIN DU DOGMATISME ? Il n’en est rien. Les conceptions de Bernard Kouchner ne sont teintées d’aucune candeur et laissent une grande TROIS DOSSIERS… E. FEFERBERG/AFP Paris, 25 juin 2007, Bernard Kouchner présente la situation politique, militaire et humanitaire au Darfour. place au réalisme. Réduire les nouvelles options de la diplomatie française à des catégories simplistes, s’avère caricatural. Ni « faucon », ni « colombe », la direction bicéphale des Affaires étrangères se veut ouverte et pragmatique. Bernard Kouchner a résumé cette position dans son discours d’inauguration de la conférence des ambassadeurs : « Je sais nos différences, vos riches différences, a-til déclaré aux ambassadeurs. De droite, de gauche ou d’ailleurs, Européens, souverainistes, réalistes, Westphaliens, multilatéralistes, et aussi militants des droits de l’homme. Mais je sais aussi (…) ce qui nous rassemble : le goût du monde et la fierté de la France. » Au-delà de cet objectif de rassemblement, Bernard Kouchner a reçu des directives très précises dans la lettre de mission envoyée par l’Elysée. L’introduction d’un concept qui n’a pas encore de valeur normative, mais qui pourrait l’avoir un jour– le « ministre de la mondialisation » – est sans doute l’élément le plus important de cette missive. « C’est vers un « ministère de la mondialisation » que nous vous demandons de faire évoluer notre outil diplomatique », y déclare le président de la République. LE DUO FRANCO- ALLEMAND ■ Bernard Kouchner accompagnait Nicolas Sarkozy le 10 septembre pour le sommet informel avec Angela Merkel, non loin de Berlin. Un signe de son implication dans un dossier pourtant suivi personnellement par le président de la République. Le soir même, il s’envolait pour sa tournée au Proche-Orient. M. MEDINA/AFP MINISTRE DE LA MONDIALISATION Cette approche nouvelle de la diplomatie convient à Bernard Kouchner. Que faut-il entendre dans ce projet ? Sans doute la volonté d’intégrer et de gérer les nouveautés introduites par la mondialisation dans la gestion des affaires du globe : disparition des frontières, problématiques locales et globales, instantanéité des échanges et des flux, uniformisation des cultures et émiettements communautaires. Une complexité nouvelle du monde que le ministre des Affaires étrangères pourra intégrer grâce à son expérience du terrain, « french doctor » au Biafra ou haut fonctionnaire international au Kosovo. Ceux qui croyaient voir en lui un ministre fantoche se sont trompés. Après s’être fortement impliqué dans les premières initiatives de politique étrangère, Nicolas Sarkozy en osmose avec Bernard Kouchner, lui permet de jouir d’une indépendance réelle, mais ceci dans le cadre de la lettre de mission conçue et rédigée à l’Elysée. Le voyage déélicat qu’il entreprend aujourd’hui en Russie en témoigne. LE CAS BETANCOURT ■ Bernard Kouchner s’est entretenu, le 4 septembre, avec son homologue colombien Fernando Araujo Perdomo. Les deux hommes devraient aborder le dossier Betancourt que l’implication du leader vénézuélien Hugo Chávez dans la sort des otages en Colombie pourrait faire évoluer. ABACA B. BISSON/ABACAPRESS VU PAR… Dominique Moïsi, conseiller spécial à l’Institut français des relations internationales (IFRI) « Un réaliste généreux, pas un idéaliste » ■ « Incontestablement, Bernard Kouchner a trouvé sa place dans le dispositif présidentiel. Il bénéficie d’une chance majeure : les dossiers sur lesquels il est particulièrement compétent sont les dossiers majeurs de l’actualité comme le Kosovo, le Darfour ou l’Irak, même s’il a traité ce dernier de manière contestable et contestée. En revanche, il faut reconnaître qu’il dispose de la marge de manœuvre que Nicolas Sarkozy veut bien lui laisser. Sur les questions européennes, les Etats-Unis ou la Chine, l’initiative reste élyséenne, où l’influence de Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique du Président, se fait sentir. Aujourd’hui, la vraie rupture, ce n’est pas ce duo Sarkozy- Kouchner, mais plutôt le fossé qui existe entre les conceptions de ce duo et les traditions du Quai d’Orsay, comme on peut le constater avec la « politique arabe ». Il est encore trop tôt pour dresser un bilan de l’action de Bernard Kouchner, mais il apparaît « globalement positif ». Kouchner est un réaliste généreux, pas un idéaliste. » L’AVENIR EUROPÉEN ■ Bernard Kouchner, fortement appuyé par Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, entend s’impliquer dans la négociation du mini-traité ou dans les questions relatives à l’élargissement. Sur ces questions, il devra articuler son action avec celle de Nicolas Sarkozy, qui a manifesté son volontarisme. DR
avec LE 19 SEPTEMBRE CADOR pour YDEO - Photo : Martial LORCET - (c) 2007 EUROPACORP - TF1 FILMS PRODUCTION - Visa n°17.985 CHAMPIONS DU MONDE DU DÎNER IMPROVISÉ !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :