Direct Soir n°193 4 sep 2007
Direct Soir n°193 4 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de 4 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Vanessa Paradis « divine idylle »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir N°193/Mardi 4 septembre 2007 10 ECONOMIE Clairefontaine Une rentrée à carreaux A petits ou grands carreaux, relié ou à spirale, de brouillon ou de dictée, le cahier d’écolier reste, année après année, le produit star de la rentrée. La marque Clairefontaine, leader sur ce marché, propose depuis 1858 les fameux cahiers à couverture à damiers et au papier si doux. SUR LE MARCHÉ TRÈS CIBLÉ DE LA PAPETERIE, CLAIREFONTAINE CONTI- NUE DE S’IMPOSER GRÂCE À LA QUA- LITÉ DE SON PAPIER. Son succès, l’entreprise le doit à son fameux « vélin velouté 90g/m 2 ». Opaque et satiné, le stylo glisse sur le papier, sans qu’on entende, ni ne sente le moindre grattement. Des feuilles toujours blanches, des traits bien tirés, pas de trou après un coup d’effaceur, le papier Clairefontaine a été étudié dans les moindres détails. Et si certains lui reprochent son coût trop élevé, sa qualité n’est jamais remise en question. Excepté son célèbre cahier, l’entreprise propose aujourd’hui plus de 3000 produits de papeterie : répertoires, carnets, agendas, enveloppes… En tout, ce sont 160000 tonnes de papier qui sortent chaque année de l’usine vosgienne. VENU DES VOSGES Avec ses bois, ses rivières et sa main-d’œuvre, le département des Vosges bénéficie d’une situation DR Interview du PRÉSIDENT M ; PRINCE/CORBIS Un cahier mythique, dont la qualité reste exceptionnelle. Aussi nombreux soient-ils, jamais les mots ne suffiront à définir l’intimité que l’homme a décidé d’avoir avec le papier porteur de sa pensée, de ses rêves et de sa mémoire. Jean-Marie Nusse géographique privilégiée qui en a fait un lieu axé sur l’industrie papetière.Aujourd’hui, il assure 12% de la production nationale, ce qui le place en tête des départements papetiers français. C’est en 1858 que Jean-Baptiste Bichelberger s’installe dans la région pour y fonder les papeteries de Clairefontaine. Il crée alors la première usine du futur groupe sur le site d’Etival- Clairefontaine. Pour la nouvelle entreprise, la commercialisation d’articles –enveloppes et cahiers– ne débute que vers 1890. A partir de 1950, l’entreprise familiale, gérée par Charles Nusse, arrière-petit-fils du fondateur, se dé- veloppe considérablement grâce à la modernisation des installations. C’est également à lui que la marque doit son célèbre logo triangulaire « à la verseuse d’eau ». Aujourd’hui dirigé par Jean-Marie Nusse, Clairefontaine est le seul fabricant à faire lui-même et à garantir son propre papier pour ses produits. Au fil des ans, le groupe Exacompta-Clairefontaine s’est imposé à l’étranger grâce à son unité Sill, spécialisée pour la grande distribution européenne. L’entreprise s’est enrichie également de marques telles que Rhodia, G. Lalo ou encore Quo Vadis en 1999. Jean-Marie NUSSE — PDG du groupe Exacompta-Clairefontaine QU’EST CE QUI FAIT LE SUCCÈS DE CLAIREFONTAINE ? D’abord la qualité de notre papier, dont nous sommes notre propre fabricant. Nous soignons le papier, en particulier dans les cahiers, puisque c’est cet article qui est un peu notre porte-drapeau. Nous pensons que le cahier est d’abord un outil de travail, il ne s’agit pas simplement d’une couverture. Tout le monde passe beaucoup de temps sur un cahier, donc autant écrire sur un support agréable plutôt que sur une feuille où l’on voit à travers, ou qui boit l’encre. 160 000 tonnes de papier sortent chaque année de l’usine vosgienne COMMENT GÉREZ-VOUS LA CONCURRENCE NUMÉRIQUE ? La consommation du cahier reste stable. Nous supposons que les jeunes écrivent moins qu’avant, parce qu’ils passent beaucoup de temps devant un ordinateur, soit de manière ludique, soit pour leur formation. Pour les agendas, cela n’a pas du tout touché le marché. Les gens notent beaucoup de choses sur un agenda de poche, qu’ils n’écriraient pas forcément sur un ordinateur. L’agenda papier est un vrai confident et sa consultation est bien plus rapide. QUO VADIS, LA GESTION DU TEMPS Avec cette acquisition, Clairefontaine élargit son emprise sur le marché des fournitures. Un choix judicieux : l’agenda s’est imposé comme un outil indispensable de l’école à la vie professionnelle. Imprimé dans plus de 15 langues et distribué dans cinquante pays, l’agenda Quo Vadis est devenu spécialiste dans l’organisation du temps. C’est en 1952 que le docteur Francis Georges Beltrami invente un nouveau concept d’agenda. Peu satisfait de celui proposant un jour par page, il met au point le semainier de bureau afin de visualiser sur une double page les rendez-vous de la semaine entière. Ce nouveau concept prend le nom d’Agenda Planning. Deux ans plus tard, ce médecin marseillais décide d’industrialiser son invention, en créant les éditions Quo Vadis. Le succès ne se fera pas attendre, et en 1962, l’agenda du docteur Beltrami reçoit le prix d’honneur récompensant « l’un des grands produits du XX e siècle » lors de l’exposition d’Œuvres d’art et d’industrie au musée du Louvre. QUELS SONT VOS PROJETS FUTURS ? Nous nous axons sur les secteurs qui se développent beaucoup en ce moment, comme le classement, en insistant sur une présentation de plus en plus agréable. Et puis nous faisons une percée dans le domaine du loisir créatif, de l’éveil scolaire, qui pourtant existe déjà depuis dix ans. Les gens ont peut-être besoin de compenser le côté informatique de notre civilisation. DR
DR www.directsoir.net DR Clairefontaine propose plus de 3000 produits de papeterie. Aujourd’hui, ce sont 15 millions d’agendas Quo Vadis qui sont distribués chaque année. CLAIREFONTAINE, DANS L’AIR DU TEMPS Pour conserver sa place sur le marché, Clairefontaine a su évoluer avec la technologie. L’entreprise s’est développée sur le net, essentiel à sa communication. Ces dernières années, de nombreux services ont été lancés sur internet, parmi lesquels différents portails dédiés au soutien scolaire ou à l’orientation. Toujours dans un souci de modernité, en 2004, l’entreprise lance le Paper PC. Le principe est tout droit sorti d’un roman de science-fiction : un stylo numérique permet de mémoriser tous les déplacements effectués sur le cahier, qui sont retranscrits sur l’ordinateur. Il est alors possible d’envoyer mails, fax, SMS ou MMS via son téléphone mobile compatible Bluetooth ou via un câble USB relié à son PC. UN SOUCI ÉCOLOGIQUE Grande consommatrice d’eau et de fibres de bois, l’industrie papetière est de plus en plus soucieuse de l’environnement. La tendance est donc aux fournitures écologiques. Et si Clairefontaine lance cette année une nouvelle COÛT DE LA RENTRÉE SCOLAIRE POUR UN ENFANT EN 6 e ■ 2006 ■ 2007 gamme de cahiers, « Forever forêts vertes », depuis longtemps déjà, l’entreprise a intégré l’écologie dans sa stratégie. Clairefontaine n’utilise que des pâtes à papier provenant à 100% de forêts certifiées pour leur gestion environnementale et entretient dans les Vosges plusieurs centaines d’hectares de sapins et épicéas. La papeterie, avec l’installation d’une usine de compostage, est la première à transformer les effluents de sa fabrication. Les boues biologiques, issues du recyclage ou du désencrage, sont transformées en compost stabilisé, à l’aspect équivalent de ce qui se vend dans les jardineries. UNE ENTREPRISE ENGAGÉE Outre l’environnement, la marque s’est engagée dans le sport. Depuis 1990, l’entreprise est le sponsor titre du Trophée Clairefontaine. Cette course réunit chaque année huit champions issus de différentes disciplines de la voile internationale. La 18 e édition s’est d’ailleurs déroulée le weekend dernier et a été remportée par Michel Desjoyeaux.C’est sa quatrième victoire après celles de 2001, 2003 et 2004. Clairefontaine est aussi partenaire du club de l’AS Nancy, actuellement en tête de la Ligue 1. Et depuis 2004, l’entreprise s’est engagée auprès de l’Unicef pour aider à la scolarisation des enfants défavorisés. DR DR DR ■ Célèbre dans le monde entier, l’agenda modulaire Filofax a été inspiré d’un système de classement utilisé aux Etats-Unis par des scientifiques et des ingénieurs. En 1921, la société Norman & Hill introduit pour la première fois le concept simple et extrêmement efficace de pages mobiles, maintenues ensemble dans un classeur en cuir. Réservé dans un premier temps à l’armée britannique, aux universités et au clergé, l’agenda Filofax devient peu à peu un outil grand public. La société ne cesse d’évoluer et prend le nom de Filofax (File of Facts). En 2001, le groupe Letts, présent depuis le XIX e siècle sur le marché des agendas, reprend Filofax. Aujourd’hui numéro un mondial des organiseurs, l’entreprise dispose de filiales commerciales dans plusieurs pays européens ainsi qu’aux Etats-Unis et à Hong Kong. ECONOMIE 11 LE MARCHÉ DE L’AGENDA FILOFAX Le numéro un des organiseurs PAPETERIES HAMELIN Premier de la classe Un cahier Oxford. SMARTPHONE Le concurrent high-tech ■ Ce nouveau bijou numérique sait tout faire ou presque. Le smartphone (téléphone intelligent) combine en un seul appareil des fonctions de téléphonie, de PDA et de messagerie. Ses terminaux offrent un mode de connexion qui permet de téléphoner, de gérer un agenda, de prendre des notes, traiter les e-mails… LYRECO Spécialiste du bureau ■ Fondée en 1926 par G. Gaspard, la société, implantée dans le nord de la France se positionne aujourd’hui comme le leader européen de la distribution de fourniture de bureau. Après avoir couvert l’ensemble du territoire national, le groupe s’étend dans les années 1990 à l’étranger. Aujourd’hui, Lyrecoest actif dans 28 pays et présent sur quatre continents. L’agenda Filofax. ■ Incontournables sur le marché des fournitures scolaires, les papeteries Hamelin ont été créées en 1864 par Ernest Hamelin. Implantée à Caen, l’entreprise familiale est avant tout destinée à la fabrication de registres comptables. Peu à peu elle se développe en rachetant des papetiers en France et à l’étranger. Dans les années 1960, elle s’oriente vers les fournitures scolaires. Leader européen de la papeterie scolaire et de bureau, le groupe devient également leader européen des articles de papeterie pour le dessin et les Beaux-Arts, grâce à sa reprise sur les activités de Canson. Les papeteries Hamelin sont aussi en tête du marché du cahier en France. Siglés Oxford ou Super Conquérant, six cahiers sur dix vendus proviennent de ses usines, qui fabriquent chaque année près de 200 millions d’articles. En 2005, seuls 2% des téléphones mobiles étaient des smartphones, mais les analystes prévoient d’arriver à un nombre de 25% d’ici à 2009. Sans doute trop compliqué d’utilisation pour certains, le smartphone n’est pas prêt d’évincer l’agenda traditionnel. En revanche, il pourrait bien faire disparaître le PDA. Son chiffre d’affaires 2006 s’élevait à plus de 2 milliards d’euros. DR DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :