Direct Soir n°183 3 jui 2007
Direct Soir n°183 3 jui 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°183 de 3 jui 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : Angelina Jolie se révèle dans « Raisons d'état »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°183/Mardi 3 juillet 2007 8 EN COUVERTURE Angelina Jolie La star aux deux visages 32 ANS, DONT DÉJÀ PLUS DE 25 PASSÉS DANS LES STUDIOS DE CINÉMA. ANGELINA JOLIE EST UNE ACTRICE NÉE ET POURTANT, LE CINÉMA N’EST PAS TOUTE SA VIE. MÈRE DE QUATRE ENFANTS, FEMME DE CONVICTIONS, ELLE SAIT UTILISER SA NOTORIÉTÉ POUR SERVIR UNE CAUSE, CELLE DES RÉFUGIÉS DU MONDE ENTIER. C. ASHFORD/CAMERAPRESS:GAMMA:EYEDEA PRESSE
DR www.directsoir.net Angelina Jolie est une enfant de la balle. Née à Los Angeles le 4 juin 1975, de parents tous deux acteurs, Jon Voight et Marcheline Bertrand, elle est également la filleule de Jacqueline Bisset. Un vrai conte de fées semble-til, avec une marraine prestigieuse penchée sur son berceau. Avec sa gueule atypique, son père, Jon Voight, mène dans les années soixante-dix une carrière du plus haut niveau. On le voit dans Macadam Cowboy (1969) ou Delivrance (1972). Il reçoit l’oscar du meilleur acteur pour sa prestation dans Coming Home (1978). Le succès, l’argent et les fêtes ne constituent pas la meilleure recette pour faire durer un couple, surtout lorsque l’on vit à Los Angeles. Lasse d’être trompée, Marcheline Bertrand demande le divorce en 1978. James, le grand frère d’Angelina, a cinq ans. La fillette n’a que trois ans, mais sera profondément marquée par cette séparation. C’est le début d’une relation orageuse avec son père. Angelina cultive l’étrangeté depuis son plus jeune âge. Enfant, elle collectionne les lézards et les serpents. A 11 ans, elle est décidée à devenir actrice, comme ses parents, mais à 14 ans, elle se voit directrice de pompes funèbres. Les excès d’Angelina se multiplient : elle ne porte alors que des vêtements noirs et ses cheveux sont teints en violet. Pour montrer son mal-être, elle recourt à la scarification. « J’étais une adolescente agressive et paumée. A 14 ans, je terrorisais ma mère pour qu’elle accepte que mon petit copain vienne habiter chez moi », déclare-t-elle. Elle ajoute être toujours restée dans son cœur « une petite punk avec des tatouages ». Ses tatouages, précisément, sa sexualité et ses amours ont longtemps alimenté le tout Hollywood, bien plus que ses films. De ses déclarations fracassantes (« Je ne veux pas quitter ce monde sans avoir essayé toutes les positions du Kamasutra ») à ses histoires d’amour avec des hommes ou des femmes, tout concorde à faire d’Angelina Jolie une femme provocante et impulsive. Son mariage en 1996 avec l’acteur Johnny Lee Miller fait couler beaucoup d’encre. Le couple déborde d’excentricités : lors de la cérémonie de mariage, Angelina porte une chemise blanche au dos de laquelle on peut lire le nom de son mari écrit avec son propre sang. Ils divorceront trois ans plus tard. Tout aussi étonnante est sa relation amoureuse avec l’acteur Billy Bob Thornton. Déjà parce que son nouvel époux (ils se marient le 5 mai 2000) a vingt ans de plus qu’elle. Ensuite, parce que le couple affiche une sexualité décomplexée, n’hésitant pas à s’embrasser langoureusement en public ou à paraître avec une fiole de leur sang en pendentif. En marge : c’est ainsi qu’a toujours vécu Angelina. C’est encore un rôle de femme désaxée et perturbée qui fait décoller sa carrière cinématographique. En 2000, Angelina Jolie a déjà tourné dans plusieurs productions et a même obtenu trois Golden Globes. Il lui manque un grand rôle au cinéma pour que sa carrière s’envole. Ce sera celui de Lisa dans Une vie volée, une écorchée vive, sociopathe, qui séjourne dans un hôpital psychiatrique. Au passage, Angelina Jolie vole la vedette à la star féminine du film, Winona Ryder, et rafle l’oscar du meilleur second rôle. Après ce succès, la carrière de l’actrice reste chaotique. On y trouve des blockbusters, avec les deux épisodes cinématographiques de Lara Croft, adaptation du jeu vidéo du même nom. Elle collabore avec de grands réalisateurs (Mike Newell pour Les aiguilleurs, Oliver EN COUVERTURE 9 A l’affiche de « Raisons d’Etat », sous la direction de Robert De Niro, Angelina Jolie ouvre un nouveau chapitre de sa carrière d’actrice. Sa filmographie était encore démunie de longs métrages de haut niveau, en dépit de plusieurs succès d’audience. Star des médias, l’épouse de Brad Pitt est devenue l’une des personnalités les plus en vue d’Hollywood. Une femme provocante et impulsive Dans les bras de Matt Damon dans Raisons d’Etat. Stone pour Alexandre) mais est aussi à l’affiche de nombreux films à oublier. Angelina Jolie se cherche. Ses prestations sont toujours le fruit d’un travail acharné. Mais elle ne met pas autant de ferveur à bâtir sa carrière. C’est qu’il manque quelque chose à la jeune femme, que le cinéma ne peut lui apporter : un enfant. LA RÉVÉLATION DE L’ADOPTION En 2001, pour les besoins du tournage de Lara Croft, Angelina Jolie est au Cambodge. Entre deux prises, elle visite un orphelinat et tombe sous le charme d’un petit garçon. Son second mariage avec Billy Bob Thornton bat de l’aile, elle divorce peu après, mais qu’importe, la jeune femme est décidée à adopter. En mars 2002, elle devient légalement la maman du petit Maddox. Ce voyage au Cambodge marque le début de l’implication active de l’actrice dans les œuvres humanitaires. Angelina Jolie a trouvé un sens à sa vie : « Je pense que lorsque j’avais 20 ans, j’étais intimement convaincue de ne pas vivre une vie sensationnelle. Je pensais ne pas m’être trop égarée de mon chemin, mais ne pas l’avoir totalement trouvé non plus. Je ne donnais pas beaucoup. Ma vie ne profitait à Avec le chanteur de U2, Bono, Angelina Jolie fait partie des figures emblématiques du G8 de Gleneagles (2005). Ces artistes avaient soutenu Tony Blair dans son projet de soulager de 50 milliards de dollars la dette des pays les plus pauvres. personne. » Au Cambodge, la jeune femme découvre la misère : « Il m’est apparu très clairement qu’il y avait beaucoup de choses qui se passaient dans le monde et que l’on ne m’avait pas apprises à l’école. » L’actrice commence alors à donner de son temps et de son argent. Elle choisit de soutenir la cause des réfugiés. Angelina part au Sierra Leone, en Tanzanie, au Cambodge pour la deuxième fois et au Pakistan. Elle cherche à comprendre les tenants et les aboutissants des troubles internationaux. Choquée parce qu’elle voit à travers le monde, elle accepte d’être l’ambassadrice du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Ses voyages et ses dons se multiplient. En 2002, elle visite la Namibie et les camps de réfugiés en Angola. En 2003, elle est auprès des réfugiés soudanais installés près du Caire et en 2004, elle se déplace dans les provinces environnantes du Darfour. « Mon métier m’aide à faire du bien dans certaines parties du monde. Je ne suis pas contre Hollywood et le divertissement. Mais je pense que nous devons être responsables de l’argent que nous gagnons. J’utilise ma célébrité à bon escient », déclare-t-elle. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :