Direct Soir n°173 19 jun 2007
Direct Soir n°173 19 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°173 de 19 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Borloo ministre d'état en charge de l'écologie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°173/Mardi 19 juin 2007 6 ENQUÊTE George Clooney Le séducteur engagé GEORGE CLOONEY RÉUSSIT TOUT CE QU’IL TOUCHE. ADULÉ PAR LES FEMMES, RESPECTÉ PAR SES PAIRS, ACTEURS COMME RÉALISATEURS, GEORGE CLOONEY EST AUSSI EN PREMIÈRE LIGNE DU COMBAT HUMANITAIRE EN AFRIQUE. ET PEUT-ÊTRE BIENTÔT, LA POLITIQUE… S. JONES/CORBIS OUTLINE
G. BOUYS/AFP www.directsoir.net Mais c’est Clarke Gable ! », s’extasie une grand-mère en découvrant sur l’écran géant du palais des festivals la blancheur de son sourire. La journée est exceptionnelle à Cannes. Matt Damon, Brad Pitt, Don Cheadle, Andy Garcia : la Croisette accueille l’une des plus époustouflantes distributions du cinéma et le public s’est massé par milliers au pied des marches. Ne manque à l’appel que le capricieux Al Pacino, l’invité de marque du troisième épisode de la série. La célèbre bande est emmenée par un George Clooney détendu et affable. Visage taillé à la serpe, regard noir et raie impeccable, il ne lui manque que la fine moustache pour ressembler trait pour trait à l’immortel Rhett Butler d’Autant en emporte le vent. Avant de disparaître à l’intérieur de la salle de projection, l’acteur décide d’aller à la rencontre du public. Les fans se bousculent derrière les barrières, tendent stylos et morceaux de papier en direction de la star, dans l’espoir incertain d’obtenir un précieux paraphe. Et c’est leur jour de chance. Après la traditionnelle montée des marches, Clooney entraîne tous ses amis acteurs à redescendre l’escalier de lumière une dernière fois, sous les hourras de la foule. « LE FRÈRE DE ROSEMARY » Redescendre. Clooney sait sans doute, plus que d’autres, combien l’ascension est difficile. Tout n’était pas gagné d’avance pour cet enfant du Kentucky. Il n’est pas compliqué de comprendre les raisons qui l’ont poussé, très jeune, à choisir la carrière des planches. Le rôle de sa famille explique la naissance de cette vocation. Sa mère, tout d’abord, ancienne reine de beauté, mais surtout sa tante Rosemary, chanteuse de comédie musicale, qui a connu son heure de gloire dans les années 1950. Le père de George Clooney dira beaucoup plus tard, avec un sourire : « Toute la première partie de ma vie, j’ai été pris pour le frère de Rosemary Clooney, aujourd’hui je passe pour le père de George ». La figure qui laisse la plus profonde empreinte sur la personnalité de George est précisément son père, Nick. Enfant, il adore aller l’applaudir dans le public des shows télévisés qu’il présente. Journaliste passionné de cinéma, très engagé dans la vie politique de son Etat, Nick Clooney présente les grands classiques du 7 e art américain sur le petit écran. Malgré ce violon d’Ingres, il est le premier à tenter de dissuader son fils de choisir la carrière de saltimbanque. Trop fauché pour financer ses études, George s’intéresse davantage aux soirées étudiantes et à ses galantes rencontres qu’aux cours. Doué en baseball, il fait des essais infructueux pour l’équipe des Reds de Cincinnati. Il n’a qu’une idée en tête : passer le porche des grands studios d’Hollywood. Multipliant les auditions, il participe à quinze pilotes de séries, qui finissent toutes dans la corbeille d’un producteur. A l’instar de centaines d’autres jeunes loups de Sunset Boulevard, il dit « oui » à des rôles souvent douteux, dans des navets annoncés, tels que l’inénarrable Retour des tomates tueuses de John De Bello. Il fait également de nombreuses apparitions dans les séries Roseanne ou Arabesque. SEXY DOCTEUR ROSS Indirectement, George Clooney doit son accession au rang de star internationale à Steven Spielberg et à sa série sur le quotidien des médecins internes des urgences, une idée du romancier Michael Crichton. Le monde entier est conquis par les aventures du docteur Doug Ross, pédiatre de charme. George Clooney se voit offrir son premier grand rôle au cinéma par Quentin Tarantino et Robert Rodriguez. Dans Une nuit en enfer, il joue le rôle d’un criminel prisonnier d’un bar hanté par les morts-vivants. Il quitte Urgences à la fin de la cinquième saison, où son personnage accepte une mutation à la suite d’une déception amoureuse. L’amour trouble, déjà. L’acteur est l’objet d’un culte de la part des fans de la série. « J’ai su que j’étais devenu une star le jour où j’ai vu des gens bizarres récupérer mes vieilles chaussettes », déclare-t-il alors avec son humour habituel. Urgences lui a permis d’entrer dans le club très prisé des acteurs les mieux payés d’Hollywood. A la suite de Michael Keaton et de Val Kilmer, il est choisi pour incarner l’homme chauve-souris dans Batman et Robin, un rôle médiocre dans un mauvais film. Mais il a acquis un statut de méga star, qui lui permet de satisfaire ses coups de cœur pour des cachets plus modestes. Il fait une apparition dans La ligne rouge de Terence Malick, et les frères Coen lui offrent le premier rôle d’un de leurs films les plus personnels et jubilatoires, O’Brother (2001), une comédie allégorique sur l’Odyssée d’Ulysse, située dans le Midwest de son enfance. Son rôle de bagnard évadé lui vaut le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie. A chaque fois qu’on lui demande pourquoi il accepte parfois de jouer pour des petits cachets, sa réponse est toujours la ENQUÊTE 7 Dans « Ocean’s 13 » (voir page 15), George Clooney reprend le rôle du gentleman cambrioleur Danny Ocean là où il l’avait laissé : drôle, intelligent, subversif. Une superproduction indépendante, à l’image de la carrière du comédien. Docteur Ross, Batman, bagnard, journaliste ou chef d’une bande de braqueurs de casinos, l’ancienne vedette du petit écran est devenu un acteur, producteur et réalisateur exigeant qui sait aussi s’engager. Depuis l’an dernier, Clooney se mobilise pour le Darfour La bande de Danny Ocean revient sur les écrans demain pour une dernière aventure. « En fait, je suis plus un ex-boyfriend qu’un boyfriend. » George Clooney a été élu homme en vie le plus sexy du monde selon l’hebdomadaire américain People. même : « Combien de fois faut-il toucher 20 millions de dollars pour être heureux ? ». L’INDÉPENDANCE, QUOI D’AUTRE ? En 2000, Clooney décide de placer son argent au service des autres et devient producteur. Il donne libre court à ses engagements politiques et défend un cinéma indépendant, loin de toute compétition pour le box-office. Il crée la société Section Eight, avec le réalisateur Steven Soderbergh, son complice et partenaire en affaires, rencontré sur le tournage de Hors d’atteinte. Soderbergh est un surdoué du cinéma. Le tandem donne naissance à des films aussi originaux que divers (Loin du paradis, Bienvenue à Collinwood, The jacket). Soderbergh réalise la série des Ocean’s Eleven, Ocean’s Twelve et Ocean’s Thirteen, les plus gros succès commerciaux de George Clooney (le premier volet des péripéties des braqueurs les plus cool de Las Vegas rassemble près de 450 millions de dollars). Clooney et Soderbergh misent aussi sur des œuvres courageuses, parfois iconoclastes, comme le remake de Solaris, où la science-fiction se mêle à la poésie. En 2005, leur cinquième collaboration donne lieu à The Good German, un exercice de style en hommage aux films noirs de l’après-guerre. Avec Confessions d’un homme dangereux, Clooney démontre ses talents de réalisateur et peut enfin s’adonner aux combats politiques qui en font l’un des acteurs les plus engagés d’Hollywood avec Tim Robins, Susan Sarrandon ou ZUMA/VISUAL PRESS AGENCY



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :