Direct Soir n°144 2 mai 2007
Direct Soir n°144 2 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°144 de 2 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Kirsten Dunst héroïne de « Spider-man 3 »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DR Directsoir N°144/Mercredi 2 mai 2007 14 CULTURE La pub s’affiche Trente ans de photographies Le musée des Arts décoratifs expose ses collections d’affiches publicitaires. Ce tour du monde de la pub révèle les tendances stylistiques de cet art graphique, de la seconde moitié du 19 e siècle à l’explosion actuelle. Frommes Kalender, par Koloman Moser (1899) et Hamlet (1894) de J. et W. Beggarstaff. GALERIE ITINÉRANTE Une odeur d’encre et de papiers imprimés imprègne l’espace. Cent cinquante ans d’histoire de la publicité défilent sur les murs. Du Japon aux Etats-Unis en passant par l’Europe, l’art de l’affiche publicitaire s’expose au musée des Arts décoratifs. A travers 200 chefsd’œuvre extraits des collections de l’institution, cette rétrospective offre un tour du monde de cette spécialité haute en couleurs. Des lithographies bicolores aux traits rudimentaires sur bois gravé aux panneaux grands formats, les noms se succèdent : Gustave Klimt, Bill Bernbach, Eugène Grasset… Estampes américaines inspirées de la vie quotidienne, affiches culturelles britanniques ou publicités engagées italiennes, les courants nationaux et les agences de tous les pays influencent cet art graphique. Et l’image publicitaire ne cessera d’évoluer : figures mythologiques, personnages burlesques de la commedia dell’arte ou contemporains, du classique aux dessins stylisés, l’éventail de possibilités s’est élargi au fil du temps. L’occasion de découvrir des affiches rarissimes, celle des frères Beggarstaff pour la pièce Hamlet en 1894, tirée à dix exemplaires, comme des publicités coréennes, iraniennes, israéliennes. L’affiche vue sous tous ses angles. Jusqu’au 14 octobre, le Tour du monde de la pub, Musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli Paris 1 er. Tél. : 01 44 55 57 50. Quand l’art se balade en camion ■ Les passants bretons ont pu apercevoir Bertrand Menguy arpenter les grèves de la baie de Morlaix et collecter du bois, des coquillages ou des objets, matières premières de ses créations. Depuis plus de 20 ans, une idée trottait dans la tête de cet artiste atypique : avoir son atelier à portée de main et pouvoir se déplacer avec ses outils de travail. Bertrand Menguy a donc conçu une galerie itinérante… dans un camion. Un bon moyen de surfer sur l’idée du mouvement et des rencontres. Dès demain, l’artiste accueillera le public parisien autour d’une toile, d’un livre ou un dessin. Rendez-vous au 43, rue des Panoyaux, Paris 20e. Demain et vendredi de 16h à 19h et samedi de 14h à 19h. Tél. : 01 46 36 47 17. TOP DES TOPS DR 1 Nausicaä (Buena Vista Home Entertainment) jkl 2 The Queen (Fox Pathé Europa) Une vérité qui dérange (Paramount Pictures) parisiennes ■ C’est rue de Seine, dans le 6 e arrondissement de Paris, que Michel Giniès expose ses photographies de Paris prises entre 1975 et 2005. Du temps où les voitures pouvaient se garer en quelques secondes, où les cinémas permanents se battaient pour diffuser des films érotiques, et où le métro voyait ses murs se couvrir des toutes premières publicités. Entre deux séances de photographies de presse, Michel Giniès se promène dans la capitale pour capter des instants de vie hors de l’agitation moderne. Résultat, un moment de nostalgie, avec l’histoire de lieux qui ont contribué à faire le Paris d’aujourd’hui. La librairie des Argonautes, où se tient l’exposition, est également un lieu à découvrir pour ses livres rares. Photographies de Paris 1975-2005. Du 25 avril au 26 mai. Librairie Les Argonautes, 74, rue de Seine, Paris 6e. Tél. : 01 43 26 70 69 www.librairielesargonautes.fr « Montmartre, escalier de nuit », 2004. 3 4 5 Le diable s’habille en Prada (Fox Pathé Europa) jkl jkl jkl jkl Meilleures ventes de DVD Adaptée par Hayao Miyazaki de la bande dessinée Nausicaä de la vallée du vent, cette extraordinaire aventure science fictionnelle pose la question du devenir de l’homme et de son humanité au sein d’un environnement dont il croit pouvoir tout s’approprier. Légende : (e) nouvelle entrée - Source : Virgin EXPO THÉÂTRE Spider-Man 2.1 (Gaumont Columbia Tristar Home Video) MICHEL GINIÈS Antoine Rosenfeld, Claire Nadeau et Olivia Dalric. « Le mandat », pièce taboue ■ Une famille de commerçants ruinés fait tous les efforts possibles pour passer pour une famille prolétaire, proche du parti communiste. Le mandat est l’une de ces pièces rares et peu jouées, car sujettes à polémiques. Ecrite en 1924 par Nikolaï Erdman, elle est interdite en Russie jusqu’en 1987. Ce texte burlesque et insolent est monté pour la première fois en France en 1992 à Angers. La mise en scène présentée au Théâtre 13 est signée Stéphane Douret. Elle aurait mérité davantage de rythme. Heureusement, Claire Nadeau rayonne par sa vivacité. Le mandat, au Théâtre 13, Paris 13e. Locations : 01 45 88 62 22. LIVRE Edward Hopper : la lumière de l’art moderne américain ■ L’ensemble des créations du peintre américain Edward Hopper est rassemblé par les éditions Flammarion en une monographie de référence. Les auteurs de l’ouvrage, conservateurs et conservatrices du Museum of Fine Arts de Boston et du Chicago Art Institute, mettent en évidence la capacité qu’avait le peintre, avec son « réalisme franc », de rendre compte de la modernité américaine. Edward Hopper, Editions Flammarion, 45 €. La monographie d’Edward Hopper, maître du modernisme américain. V. BIÉCHY DR
GAUMONT COLUMBIA TWISTA DR www.directsoir.net Méfiez-vous de l’ami de la famille Il est vraiment répugnant. La patronne de l’agence matrimoniale à laquelle il s’est adressé se demande même comment réussir à le caser. Officiellement, Geremia est couturier. En réalité, il est usurier.Avec, toujours accroché à son bras plâtré, un sac plastique qu’il emporte partout avec lui.Cet homme charmant vit avec sa mère grabataire, et doit avoir en tout et pour tout trois chemises dans sa garde-robe.Il est aussi crasseux à l’extérieur qu’à l’intérieur. C’est un cynique radin,un vrai méchant qui n’entretient aucune vraie relation avec les autres.Ce vieillard est interprété par Giacomo Rizzo avec une intensité digne de celle d’un diable en exercice. Le personnage de Rosalba va en faire l’expérience : son père emprunte de l’argent à l’usurier. L’innocente découvre alors la noirceur d’âme qui caractérise ce soi-disant ami de la Dernière toile ? Où l’homme-araignée découvre son double maléfique, son agressivité et son orgueil. Le doute plane quant àunSpider-Man 4. Chine mon amour ■ La construction du barrage des Trois-Gorges, en Chine, a profondément modifié la ville de Fengje. En partie sous les eaux, la cité dépérit. Dans ce décor, deux destins vont se croiser. Celui de San Ming, à la recherche de sa famille, et de Shen Hong, décidée à retrouver son mari. Avec Still Life, la réalisatrice Jia Zhang Ke conçoit une fresque picturale à l’esthétisme épuré, à la fois chronique des temps modernes et peinture d’un monde traditionnel. Still Life, en salle. Giacomo Rizzo (Geremia, l’affreux, sale et méchant). famille… Dans la peau de Rosalba, on retrouve Laura Chiatti, la nouvelle égérie du cinéma italien. Paolo Sorrentino a relevé le défi d’accomplir « un plongeon à l’intérieur de l’homme et de sa dégénération ». On rit, mais on pourrait très bien pleurer. Car c’est le portrait d’un être diaboliquement effrayant. L’ami de la famille, de Paolo Sorrentino. En salle. ★★★★★ Avec « Spider-Man 3 », le réalisateur Sam Raimi dévoile les démons intérieurs du super-héros incarné par Tobey Maguire. Il semblerait que Peter Parker réussisse enfin à concilier sa vie personnelle – sa fiancée, la belle M. J. – et ses obligations de super-héros. La jeune fille (Kirsten Dunst) connaît désormais la vérité : Spider-Man et Peter Parker (Tobey Maguire) ne font qu’un.Au début de ce troisième opus, rien ne semble pouvoir faire obstacle à leur amour. Pourtant, l’homme-araignée va devoir affronter son pire ennemi : lui-même.Il voit en effet ses pouvoirs évoluer au moment où son costume se recouvre d’une substance noire issue d’une météorite récemment tombée sur Terre. S’il est plus fort, les côtés sombres de sa personnalité (agressivité et orgueil) se sont également accentués.Peter Parker doit aussi faire face à la colère de son meilleur ami,Harry Hosborn. Le jeune homme a découvert, dans l’épisode précédent,que Spider-Man était responsable de la mort de son père.Il va tenter de se venger à travers Mary-Jane, qui traverse une grave crise. Comme si tout cela ne suffisait pas, deux nouveaux super-méchants pointent le CULTURE La part d’ombre de Spider-Man Tobey Maguire dévoile le côté sombre du super-héros gentil. L’acteur Han Sanming, dans le rôle de San Ming. Un homme laid, radin et cynique fait tourner son entourage en bourrique… Paolo Sorrentino réalise une comédie satirique qui se penche sur les travers humains. PYRAMIDE 15 CINÉMA bout de leur nez : l’Homme-Sable et le redoutable Venom, qui n’est autre que le double maléfique de Spider-Man. Avec ce troisième volet de la franchise, le réalisateur Sam Raimi signe une œuvre encore plus sombre et épique. Les combats et les effets spéciaux sont saisissants : les scènes d’action ont ainsi demandé la mobilisation de plus de mille personnes lors du tournage, qui a duré quinze mois, principalement à Los Angeles et New York. Mais, malgré cette démesure, la force de Spider-Man est de ne jamais négliger le côté humain des personnages. Les trois jeunes adultes que sont M. J., Harry et Peter affrontent de nouveaux problèmes. En luttant contre leur frustration, ils gagnent encore en profondeur. Spider- Man 3 devait clore une série qui a connu un succès autant commercial que critique. Cependant, Kirsten Dunst aurait laissé planer le doute quant à un quatrième film lors de la soirée de promotion au Japon. L’homme-araignée n’a peut-être pas encore fini de tisser sa toile sur grand écran… Spider-Man 3, de Sam Raimi, en salle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :