Direct Soir n°133 28 mar 2007
Direct Soir n°133 28 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de 28 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ban Ki-Moon ( Secrétaire général de l'ONU ) au coeur des négociations pour le Proche-Orient

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mercredi 28 mars 2007 6 ACTU EN COUVERTURE BAN KI-MOON/Sur le devant de la scène Le nouveau secrétaire général de l’ONU prend part aujourd’hui et demain au sommet arabe de Riyad. Sa première tournée au Proche-Orient, effectuée dans un contexte dynamique et favorable, peut le placer en acteur majeur de la diplomatie. Trois mois seulement après sa prise de fonctions à la tête des Nations unies, Ban Ki-moon entre de plain-pied dans le sujet brûlant de la diplomatie internationale : la situation au Proche-Orient. Après sa tournée en Afrique le mois dernier, le nouveau secrétaire général de l’ONU consacre son second grand déplacement à la relance du processus de paix israélo-palestinien. C’est dans ce but qu’il participe aujourd’hui et demain au 19 e sommet de la Ligue arabe à Riyad. Cette rencontre des chefs d’Etat arabes intervient dans un contexte très favorable. Sous l’impulsion de l’Arabie Saoudite, l’autorité palestinienne s’est dotée le 15 mars dernier d’un gouvernement d’union nationale, réunissant membres du Fatah et du Hamas. Depuis, le Hamas semble infléchir sa position à l’égard d’Israël. Dans le même temps, les principaux acteurs de la scène internationale redoublent d’efforts pour rapprocher les deux parties et donner une nouvelle chance à la paix. La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, en tournée dans la région depuis samedi dernier, JEAN-BAPTISTE WERNER J. HOLLANDER/AP Ban Ki-moon et Ehud Olmert, lundi à Jérusalem. multiplie les rencontres et les appels aux dirigeants arabes à « s’ouvrir ». Le Secrétaire général des Nations unies vient lui aussi de rendre visite à de nombreux dirigeants arabes et israéliens avant son arrivée à Riyad. Lundi, il a même évoqué la possibilité d’une rencontre entre représentants hébreux, palestiniens, et du Quartette arabe modéré (Arabie Saoudite, Egypte, Jordanie et Emirats arabes unis). Une éventualité qu’Ehud Olmert a accueillie de manière positive. Même du côté de la Ligue arabe, traditionnellement divisée, l’heure semble être au consensus autour de la feuille de route élaborée en 2002. Ce plan, mis au point par le roi Un avenir qui porte les traces du passé 1967 : la guerre des Six-Jours Le plan à la base des actuelles négociations prévoit de créer deux états indépendants dans les « frontières de 1967 ». En juin 1967, la guerre des Six-Jours éclate entre Israël et une coalition arabe formée par la Syrie, l’Egypte et la Jordanie. Suite à des mouvements de troupes égyptiens au mois de mai, Israël lance une attaque préventive le 5 juin. A 7h45 du matin, l’aviation israélienne attaque celle de l’Egypte, encore au sol, et la détruit presque intégralement. Cela assurera à Israël une supériorité dans les airs pendant tout le conflit. En six jours, l’Etat hébreu occupe le Sinaï égyptien, la bande de Gaza, la Cisjordanie, Jérusalem Est et le plateau syrien du Golan. Le 22 novembre, la résolution 242 de l’ONU demande le retrait israélien des territoires occupés. Le futur Etat palestinien comprendrait alors la Cisjordanie et la bande de Gaza dans leurs limites d’avant la guerre des Six-Jours. P.GUILLAUD/AFP Abdallah d’Arabie, alors prince héritier, prévoit la coexistence de deux Etats, le retour aux frontières de 1967 et le retour des réfugiés palestiniens (voir encadrés). Le sommet de Riyad est de première importance. Les signaux émis par les différents acteurs sont les plus encourageants depuis longtemps. Pour Ban Ki-moon, c’est une occasion de faire avancer la paix, mission première de l’ONU, et de se placer au premier plan de la scène diplomatique internationale. Il aurait alors véritablement pris la succession de Kofi Annan dans l’esprit de la communauté internationale. S. SUHAIB/REUTERS À Savoir Le soldat Shalit bientôt libéré ? De « grands progrès » ont été effectués en vue de la libération du soldat Gilad Shalit, a déclaré Ismaïl Haniyeh ce matin à Riyad. Israël réclame cette libération avant toute négociation. Le problème des réfugiés La formation d’un gouvernement palestinien d’union nationale motive les négociations entre Israël et l’autorité palestinienne. Mais pour parvenir à un accord, il faudra franchir l’obstacle des réfugiés. En raison de la guerre d’indépendance d’Israël en 1948, puis de la guerre des Six-Jours, de nombreux Palestiniens ont fui leur terre. Outre la bande de Gaza et la Cisjordanie, ils se sont essentiellement dirigés vers la Jordanie, le Liban et la Syrie. Vivant dans des camps ou non, on estime à 2 500 000le nombre de réfugiés palestiniens hors des territoires. Une grande partie d’entre eux souhaitent le droit au retour. Mais Israël veut avoir l’assurance que ce retour se fera sur les terres du futur Etat palestinien, et non en Israël. L’Etat hébreu désire rester à majorité juif. Cette majorité est déjà mise en péril par la natalité. Les femmes musulmanes d’Israël ont plus d’enfants que les femmes juives. Un afflux de réfugiés palestiniens viendrait renforcer ce problème.
www.directsoir.net PRÉSIDENTIELLE/Plus nombreux aux urnes h Les Français seront 44,5 millions à pouvoir voter le 22 avril prochain, soit une hausse de 4,2% par rapport à 2006. Ce qui représente plus de 1,8 million de personnes supplémentaires en France et 160000 nouveaux inscrits à l’étranger. Selon le ministère de l’Intérieur, cette croissance est « significative (…) mais habituelle avant une année d’élection présidentielle ». La dernière hausse importante remonte à 1981, année de l’élection de François Mitterrand, où le nombre d’inscrits avait augmenté de 3,7%. Cela s’explique par l’accession à la majorité de classes d’âge plus nombreuses et des incitations à l’inscription. Les associations, les mairies, les collectivités et les partis ont multiplié les initiatives pour inciter les jeunes à se rendre aux urnes. Le politologue Dominique Reynié y voit « un signe de surinscription par politisation ». Selon lui, trois raisons expliquent cette hausse « deux fois plus importante qu’en 1988 et 1995 ». « Il y a d’abord eu l’effet 21 avril 2002 qui a marqué les esprits. Le 29 mai 2005 [date du référendum sur la Constitution européenne,ndlr] a ensuite montré aux électeurs l’efficacité du bulletin de vote, et enfin les émeutes de banlieue en novembre 2005 (…) Voter a des effets et cela sert », a déclaré le politologue. Comme en 2006, la hausse la plus forte est enregistrée dans les départements de la région parisienne. Paris en tête, avec une progression de 9,6%, suivi de la Seine-Saint-Denis (+8,5%),département jusqu’ici les plus abstentionnistes, et les Hauts-de-Seine (+ 7,9%). Concernant les DOM- TOM, c’est à Mayotte qu’on observe la plus belle envolée avec 11,94%. Des pourcentages supérieurs à la moyenne nationale. En revanche, les scores connaissent des hausses limitées dans les zones rurales. Le nombre d’inscrits sur les listes électorales des départements de la Creuse, la Haute-Marne et du Cantal a stagné avec moins de 1%. DR FRANCE BOURSE/Vers un géant mondial h Le nouveau leader mondial du secteur boursier va bientôt naître. Les résultats provisoires de l’OPA amicale de la Bourse de New York sur son homologue européen Euronext ont été rendus public hier. Le New York Stock Exchange (Nyse) est parvenu à réunir 91,42% du capital de l’opérateur paneuropéen, qui gère les marchés actions de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, ainsi que 92,22% des droits de vote de son conseil d’administration. L’offre initiale, qui prenait fin le 21mars, va être prolongée d’une dizaine de jours après la publication des résultats définitifs, vendredi. Cela pour permettre au Nyse de rassembler 95% du capital, seuil minimum pour pouvoir retirer le titre Euronext de la cotation. L’opération se solde donc par un succès indéniable, qui ouvre la voie à la constitution d’un géant boursier baptisé Nyse Euronext. Le groupe issu de cette fusion pèsera 22milliards de capitalisation boursière. La valeur cumulée des sociétés cotées sur l’ensemble de ses marchés atteindra le montant vertigineux de 19000milliards de dollars. COLOMBE PRINS, CHARLOTTE MARSAL,ANTONIN MOSER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :