Direct Soir n°133 28 mar 2007
Direct Soir n°133 28 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de 28 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ban Ki-Moon ( Secrétaire général de l'ONU ) au coeur des négociations pour le Proche-Orient

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 28 mars 2007 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW EWAN MCGREGOR Acteur du rêve Dans Miss Potter, de Chris Noonan, aux côtés de Renée Zellweger et d’Emily Watson, l’acteur écossais ne quitte pas l’univers onirique de ses précédents films. Jeune éditeur, il tombe amoureux de Beatrix Potter, la « mère » des Aventures de Jeannot lapin. Plongée dans le monde féerique de l’enfance. Vous avez retrouvé avec plaisir Renée Zellweger, votre partenaire à l’affiche de Miss Potter ? Oui. La première raison qui m’a poussé à accepter le rôle, c’était de retravailler avec Renée. On avait déjà tourné ensemble dans la comédie Bye Bye Love il y a quelques années et nous avions tous les deux très envie de refaire quelque chose ensemble. Et j’ai trouvé que la vie de l’écrivain Beatrix Potter était une très belle histoire. A une époque où les femmes n’avaient pas leur place dans le monde du travail, elle a été un précurseur dans leur émancipation en publiant elle-même ses œuvres. Mon personnage me plaisait également. Tout concordait. Avez-vous des points communs avec votre personnage ? Je ne sais pas. Je pense que dans tous les films il y a une partie de jeu et une autre partie de vérité. Dans ce film, tout s’est un peu confondu. Comment expliquez-vous que le fantastique soit aussi présent dans vos films ? Je fonctionne à l’instinct, je n’ai pas vraiment de « plan de carrière ». Je pense que si l’on ne travaille pas avec le cœur, on n’est pas bon. Là c’était facile car tout était magnifique ! Cela vous change de l’univers ultra-violent des réalisations de Danny Boyle ? Danny Boyle a un style bien à lui. Les trois films que l’on a faits ensemble avaient chacun leur univers. Mais il est vrai que Miss Potter n’a rien à voir, c’est un film adapté à un public beaucoup plus jeune, aucun truand ne figure au casting ! Que pensez-vous de la tradition des mariages arrangés ? Toutes les règles sur l’amour à cette époque sont très particulières. Je pense qu’on vivait plutôt des romances. Le fait de devoir rester seule avant le mariage, d’être vierge naturellement, et surtout d’éviter de se trouver en compagnie d’un homme dans une chambre, sans la surveillance de son chaperon, c’est drôle. Autre point impensable : les personnages ne s’appellent jamais par leur prénom. Ces conventions paraissent complètement folles de nos jours. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre partenaire ? La performance de Renée est incroyable, elle joue magnifiquement Miss Potter. Elle ne cherche jamais à rendre le personnage « passepartout » ni glamour. Elle est parfaitement juste. A la fin d’un film, partir à l’aventure est un bon moyen de se retrouver et de ne penser à rien Repères DR/TCD TBAZMARK/DR/CD TCD.FR Quelle est la force du film ? Je pense que les gens aiment la simplicité de Beatrix Potter, son imagination et l’univers fantasque qu’elle arrive à créer. Tous ses dessins de personnages comme Jeannot Lapin sont devenus cultes pour les enfants. Mais le film s’adresse à tout le monde, aux adultes aussi. Certains films pour enfants vous ont-ils marqué dans votre jeunesse ? Oui, il y en a eu beaucoup. Notamment Breaking Away [de Peter Yates,ndlr] sur les courses cyclistes. J’avais 12 ans. Il m’a marqué. J’ai voulu le faire découvrir à ma fille. Je lui ai dit que c’était mon film préféré, elle l’a regardé et adoré à son tour. DR Quelle est votre scène préférée dans Miss Potter ? Une scène d’intimité. Celle où je me retrouve seul avec Beatrix car le chaperon s’est endormi. Il y a toute une atmosphère autour d’une boîte à musique. Beatrix me demande de lui chanter une chanson et nous nous mettons à danser. Cette scène est très douce, très jolie. Parlez-nous de votre projet avec votre ami Charley Boorman, le fils du réalisateur John Boorman ? Nous allons faire pour la seconde fois un voyage hallucinant né de notre passion pour les deux-roues : un long tour du monde à moto. J’aime mon métier, mais, sur les tournages, nous ne sommes pas maîtres de notre emploi du temps. On décide de tout pour nous, les hôtels sont réservés, les journées de tournage planifiées. A la fin d’un film, partir à l’aventure est un bon moyen de se retrouver et de ne penser à rien. Je me lève quand je veux, je fais ce qui me plaît. C’est la belle vie ! « Trainspotting » « Moulin Rouge » « La guerre des étoiles » Le jeune acteur écossais commence sa carrière cinématographique grâce aux films du réalisateur Danny Boyle, Petits meurtres entre amis, Trainspotting et Une vie moins ordinaire. Trainspotting, film-choc sur l’univers de la drogue, présenté à Cannes hors-compétition en 1996, est un grand succès du cinéma britannique. (Avec un budget de 3,5 millions de dollars, le film en a rapporté 70). PROPOS RECUEILLIS PAR LAURIE CHOLEWA PROFIL Né en Ecosse, Ewan McGregor arrête ses études à 16 ans pour devenir comédien dramatique. Jeune acteur de séries B, il interprète divers seconds rôles avant de se voir proposer Petits meurtres entre amis (1995) et Trainspotting (1996). Ces deux films de Danny Boyle le révèlent au grand public. Après son interprétation d’Obi-Wan Kenobi dans la saga Star Wars de George Lucas, on le réclame pour Moulin Rouge (2001), Bye bye love (2003). Il a également tourné sous la direction de Tim Burton dans Big Fish (2004). Pressenti par le réalisateur Baz Luhrmannpour incarner le jeune amoureux véronais dans son Roméo + Juliette (c’est finalement Leonardo DiCaprio qui assura le rôle), aux côtés de Claire Danes, le cinéaste fait appel à lui pour Moulin Rouge, comédie musicale des temps modernes, en duo avec Nicole Kidman. Le film rencontrera un beau succès public et critique. Avec Renée Zellweger dans Miss Potter. En 1999, George Lucas lui offre le rôle du maître Jedi Obi-Wan Kenobi dans la saga La guerre des étoiles. En trois épisodes (La menace fantôme en 1999, L’attaque des clones en 2002 et La revanche des Sith en 2005), Ewan McGregor accède ainsi au rang d’acteur mondialement reconnu.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :