Direct Soir n°126 19 mar 2007
Direct Soir n°126 19 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°126 de 19 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Tzipi Livni une femme pour Israël

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Lundi 19 mars 2007 8 ACTU FRANCE PRÉSIDENTIELLE/Schivardi, le candidat méconnu h Il est probablement le candidat le moins connu du grand public. Gérard Schivardi était pourtant l’un des premiers à déposer ses 500 signatures au Conseil constitutionnel. 539 précisément. Une formalité pour celui qui se présente comme le « candidat des maires ». Opposé à l’intercommunalité, son discours antieuropéen pour le maintien d’un service public de qualité en zone rurale a séduit les maires de petites communes. Artisan-maçon, maire de Mailhac (Aude) et conseiller général, Gérard Schivardi exige « la rupture avec l’Union européenne ». Le traité de Maastricht est selon lui « incompatible » avec le « mandat » qui incombe aux maires de « défendre l’école, le bureau de Poste, la maternité ». Schivardi n’est pas le seul candidat de la ruralité. Mais face à Frédéric Nihous (Chasse, pêche, nature et tradition), le maire de Mailhac joue une autre carte : son appartenance au parti des travailleurs, une mouvance trotskiste initiée par Pierre Boussel (alias Lambert) en 1952 qui s’oppose alors à la gestion stalinienne du parti communiste. Il prend la succession de Daniel Glusckstein, qui avait obtenu 0,47% des voix en 2002. Dans les Gérard Schivardi. KIOSQUES Après un hiver bien discret, le printemps arrive. L’occasion pour Elle de faire un état des lieux des tendances à venir. L’hebdomadaire féminin publie un guide shopping des « accessoires indispensables » : cabas, colliers, lunettes. Avec, en outre, un reportage sur May Chidiac, présentatrice-star du Journal télévisé au Liban. CANAL/ANDIA PARRAINAGES/Incertitudes de dernière minute Depuis vendredi, le Conseil constitutionnel examine chacun des dossiers déposés par les candidats afin de les valider ou non. Pour les candidats dont le nombre de paraphes dépasse de justesse les 500, le suspense continue. Al’heure de l’impression de Direct Soir, la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle n’était pas encore publiée. Vendredi soir, douze candidats avaient déposé au moins 500 signatures. Avec plus de 4 000 signatures, Nicolas Sarkozy (UMP) n’a pas de souci à se faire. Pas d’inquiétude non plus pour Marie-George Buffet, Philippe de Villiers, Ségolène Royal, Dominique Voynet, François Bayrou, Gérard Schivardi et Arlette Laguiller. Le cas José Bové Mais parmi les douze encore en lice, au moins quatre sont restés incertains quant à leur participation à l’élection jusqu’au dernier moment. Vendredi, à quelques heures de la clôture des dépôts de parrainages, Olivier Besancenot (LCR), Frédéric Nihous (CPNT) Jean-Marie Le Pen (FN) et José Bové déposent in extremis les précieux paraphes, dont certains reçus le jour même par La Poste. Une incertitude accrue également par le fait que certains maires envoient directement leur dossier de parrainage rue de Montpensier.Ainsi, Frédéric Nihous est demeuré angoissé jusqu’au moment où le Conseil constitutionnel a confirmé qu’il avait atteint le quota. Il dispose finalement de 655 signatures. La liste rendue publique à 17h30 devrait sans doute également comporter le nom de Jean-Marie Le Pen et d’Olivier Besancenot. La situation est bien plus complexe concernant José Bové. Le candidat altermondialiste a déposé 504 parrainages, sans être sûr que tous soient validés. Controverses sur la règle des 500 signatures Comme à chaque élection, les petits candidats se sont déclarés en faveur d’une réforme du système de parrainage. La barre des 500 signatures permet, dans un premier temps, d’éviter les candidatures farfelues, comme celle de Cindy Lee, la candidate du Parti du plaisir.Autre argument défendu par les gros partis : elle permet d’éviter l’émiettement de l’électorat, en limitant le nombre de candidats. Jusqu’au dernier moment, les grands partis sont restés discrets sur la question des parrainages. En 2002, le parti socialiste avait reproché à Christiane Taubira et à Jean-Pierre Chevènement d’être en partie responsables de la défaite de Lionel Jospin au premier tour de l’élection. Cette année, l’abandon de Nicolas Dupont-Aignan et de TAAMALLAH-GOUHIER/CAMELEON/ABACAPRESS C’estdit « Il faut absolument mettre en place l’anonymat des parrainages pour protéger les élus » « On est dans une spirale difficile. Le négatif appelle le négatif. Mais il ne faut pas sombrer (…) Il n’y a plus grand-chose à craindre. Il faut regarder l’adversité en face et se dire que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. De toute façon, on est conscient que si on baisse la tête, ça deviendra mission impossible ». Bonaventure Kalou, attaquant du PSG (L’Equipe) Dépôt des signatures au Conseil constitutionnel, vendredi 16 mars. Christiane Taubira, ou encore l’incertitude jusqu’au dernier moment d’Olivier Besancenot, José Bové ou Frédéric Nihous montrent que les élus des grands partis se sont montrés moins généreux qu’en 2002. Certains candidats reprochent ainsi aux grandes formations d’avoir exercé des pressions. C’est le cas de Rachid Nekkaz, qui déclarait samedi, sur le plateau de 88 minutes de Direct8, être « pour le système des 500 parrainages car il oblige tous les candidats à aller à la découverte du pays. » En revanche, il réclame « l’anonymat des parrainages pour protéger les élus », avançant que les maires des petites communes ont été « victimes de pression de la part des conseillers généraux, qui [ont menacé] de leur retirer des subventions ». Egalité du temps de parole La publication de la liste officielle des postulants à l’Elysée marque également le début de la période d’égalité du temps de parole à la télévision. Jusqu’ici,l’équité était la règle. Le temps de parole d’un candidat devait être proportionnel aux estimations des résultats électoraux. Les chaînes de télévision disposaient ainsi d’une certaine souplesse, d’autant plus que, cette année,les soutiens peuvent être comptabilisés.La règle d’égalité est un véritable casse-tête pour les médias radiodiffusés. Il s’agit de fournir un temps de parole équivalent à tous les candidats.A une heure d’antenne de Nicolas Sarkozy sur une chaîne doit correspondre une heure d’antenne de Gérard Schivardi ou Frédéric Nihous sur cette même chaîne. Les temps de parole des soutiens sont comptabilisés mais le calcul est complexe. « Je ne veux pas de « droiche », une droite qui fait une campagne de droite et fera la politique de la gauche ». Philippe de Villiers, candidat MPF à la présidentielle (Le Parisien) « N’ayez pas peur de faire de grands rêves pour votre vie, parce que si vous ne faites pas de grands rêves, personne ne le fera à votre place ». Nicolas Sarkozy, lors de son meeting hier au Zénith de Paris (Le Figaro) L. SAZY/FEDEPHOTO
S. SALEM/REUTERS V. WEST/REUTERS www.directsoir.net PROCHE-ORIENT/Première réunion du gouvernement d’union palestinien Issu des accords de La Mecque du 8 février dernier, le gouvernement d’union palestinien, qui rassemble les deux partis rivaux, Hamas et Fatah, s’est réuni hier pour son premier conseil des ministres. h Présenté jeudi par le Premier ministre, Ismaïl Haniyeh, et investi samedi par le Parlement, le nouveau gouvernement palestinien d’union nationale associant le Hamas et le Fatah s’est réuni hier pour la première fois. Présidé exceptionnellement par Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, le conseil des ministres s’est tenu simultanément par vidéoconférence à Gaza et à Ramallah (Cisjordanie), Israël empêchant les ministres de se déplacer entre les deux territoires. « J’espère que nous serons tous à la hauteur de la responsabilité et dignes de la confiance que le peuple a placée en nous », a déclaré M. Abbas à l’ouverture de la réunion. L’objectif premier de la nouvelle équipe gouvernementale d’Ismaïl Haniyeh, issu du mouvement islamique radical Hamas, sera d’obtenir la reprise de l’aide internationale aux Palestiniens, gelée depuis l’arrivée de son parti au pouvoir suite aux élections législatives de janvier 2006. Mais le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a d’ores et déjà exclu Le président Mahmoud Abbas (à dr.) et son Premier ministre Ismaïl Haniyeh. ETA/La reprise du dialogue soutenue par une majorité d’espagnols h 58,8% des Espagnols se disent pour une reprise du dialogue entre le gouvernement espagnol et l’ETA, selon un sondage mené par l’institut GESOP. Le gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero avait dû suspendre les pourparlers avec le groupe séparatiste basque après l’attentat meurtrier de l’aéroport de Madrid, le 30 décembre dernier. Il a indiqué depuis, à plusieurs reprises, qu’il ne comptait pas reprendre Importante manifestation à Pampelune le 17 mars dernier. les négociations « dans le scénario actuel ». Position soutenue par l’opposition de droite, qui organise pourtant chaque semaine des manifestations contre la gestion du dossier ETA par le gouvernement de M. Zapatero. Il accuse celui-ci de ne pas avoir totalement fermé les portes à une reprise du dialogue. Les Espagnols sont encore 64,7% à estimer que l’ETA ne souhaite pas abandonner la lutte armée. Ils sont en outre 55,1% à imputer au Parti populaire (principal parti d’opposition) la responsabilité de l’accroissement des tensions politiques en Espagne. En trente-huit ans de lutte armée pour l’indépendance du Pays basque, l’ETA est tenue responsable de la mort de 819 personnes en Espagne. MONDE ACTU tout dialogue avec le gouvernement d’union et appelé la communauté internationale à en faire autant : « Nous espérons que la communauté internationale ne se retrouvera pas piégée par le nouveau gouvernement d’union palestinien et maintiendra la ligne de conduite qu’elle a adoptée pour isoler un gouvernement qui n’accepte pas les principes du Quartet [Etats-Unis, Union européenne, Russie et ONU] », a déclaré M. Olmert, affirmant que « le programme du gouvernement comprend des éléments extrêmement problématiques qui sont inacceptables pour Israël ou la communauté internationale, notamment le droit à la résistance et le recours au terrorisme ». Appel semble-t-il entendu par les Etats-Unis qui ont déclaré dimanche par l’intermédiaire de Stephen Hadley, conseiller à la Sécurité nationale du président George W. Bush, qu’ils refuseront de discuter « avec le nouveau gouvernement palestinien tant qu’il ne renoncera pas à la violence et ne reconnaîtra pas Israël ». De son côté, l’Union européenne s’est dite « prête à coopérer avec un gouvernement palestinien légitime qui adopterait une plate-forme reflétant les principes du Quartet [reconnaissance d’Israël et des accords israélo-palestiniens passés, renonciation à la violence] ». AGRICULTURE/Les fraises dans le collimateur h Une des plus grandes pinèdes espagnoles laisse peu à peu la place à une forêt de tunnels de plastique. En cause, la culture des fraises. Les distributeurs européens ont décidé d’en faire un symbole printanier. La France, qui figure au second rang des importateurs de fraises espagnoles, en a acheté 42 000 tonnes en 2002. Le WWF dénonçait récemment « la destruction du milieu naturel espagnol », rongé par cette culture intensive. C’est en effet autour du Parc national de Doñana (Est de l’Andalousie), inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, que 95% de ces fraises sont produites. Depuis les années 80, les sites de production se sont multipliés de manière anarchique. Mais ce que dénoncent en premier lieu les associations écologistes, ce sont avant tout les méthodes de production, l’usage massif de produits chimiques, dû à une culture sur sable et sous plastique, ainsi que la consommation importante d’eau pour l’irrigation. Que faire alors ? Sans aucun doute, préférer des fruits de saison et locaux. A. WONG/POOL/REUTERS EN BREF DÉNUCLÉARISATION/ACCORD ENTRE LES USA ET LA CORÉE DU NORD Alors qu’a débuté aujourd’hui une nouvelle session des « pourparlers à six » à Pékin, les Etats-Unis ont annoncé un accord qui débloque les fonds du régime nord-coréen gelés à Macao, levant ainsi un sérieux obstacle au démantèlement par Pyongyang de ses installations nucléaires. « La Corée du Nord s’est engagée à utiliser cet argent uniquement pour améliorer le sort du peuple nord-coréen, y compris dans les domaines humanitaires et de l’éducation », a déclaré Daniel Glaser, secrétaire adjoint au Trésor américain. ISRAËL/LES CITOYENS POUR LE DIALOGUE Selon un sondage publié par le quotidien Yédiot Aharonot, la majorité des Israéliens se déclarent favorables à un dialogue de paix avec tout ou partie du nouveau gouvernement d’union palestinien. Selon cette étude, 39% des Israéliens préconisent d’engager des négociations de paix avec la totalité du cabinet Hamas-Fatah, et 17% uniquement avec les ministres Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas. 40% des personnes interrogées sont en revanche hostiles à tout dialogue avec le nouveau cabinet palestinien dirigé par le Premier ministre issu du Hamas, Ismaïl Haniyeh. SRI LANKA/DES COMBATS TOUJOURS AUSSI MEURTRIERS Plusieurs personnes ont été tuées depuis dimanche au Sri Lanka, dans de nouveaux affrontements entre l’armée et la rébellion tamoule. Ces combats font suite aux affirmations du gouvernement sri-lankais selon lesquelles sa marine aurait coulé ce week-end deux navires soupçonnés de transporter des armes et des explosifs pour les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE). Depuis 1972, au moins 60 000 personnes ont été victimes de ces affrontements dont 4 000 depuis fin 2005. ALGÉRIE/LANCEMENT D’UNE RADIO INTERNATIONALE Nouvelle venue sur les ondes, la Radio internationale algérienne a commencé d’émettre ce midi. Diffusée en quatre langues (arabe, français, anglais, espagnol), elle propose à ses auditeurs dix heures de programmes par jour. Initiée par l’Entreprise nationale de radio, elle est accessible sur modulation de fréquence (FM) et satellite. Ce lancement coïncide avec l’anniversaire du cessez-le-feu, le 19 mars 1962, qui a mis fin à la guerre d’indépendance contre la France (1954-1962), célébré à Alger comme une « fête de la victoire ». Directsoir t Lundi 19 mars 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :