CNews n°2587 7 mai 2021
CNews n°2587 7 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2587 de 7 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : la colère gronde dans les rangs de la Police.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 CLÉS DU JOUR 2 N°2587 VENDREDI 7 MAI 2021 CNEWS.FR S. GRANGIER/CNEWS L’ŒIL DE... BON À SAVOIR L’HISTOIRE Pascal Praud STOP À L’ÉCRITURE INCLUSIVE ! Le combat pour l’égalité entre femmes et hommes ne passe pas par l’écriture inclusive, ce charabia défendu par les Trissotin du moment. Depuis Molière, ces gommeux traversent le temps  : « On cherche ce qu’il a dit après qu’il a parlé. Et je lui crois, pour moi, le timbre un peu fêlé », écrivait Molière pour décrire un archétype de toutes les époques  : l’imbécile qui fait des phrases. Le gouvernement souhaite interdire ce baragouin dans les écoles. Enfin, le gouvernement monte au créneau ! Jean-Michel Blanquer souhaite interdire à l’école ce baragouin illisible qui déroute les enfants, déconcerte les dyslexiques et complexifie le langage. « L’écriture inclusive est un danger mortel pour la langue », avait prévenu l’Académie française. J’attends que Roselyne Bachelot lui emboîte le pas et qu’Emmanuel Macron enfonce le clou. Stop à la crétinerie organisée ! Stop à l’écriture inclusive ! Pascal Praud, à retrouver du lundi au vendredi, à 9h, et du lundi au jeudi, à 20h, dans L’heure des pros sur CNEWS. À RETROUVER SUR.FR ZINEDINE ZIDANE EST-IL SUR UN SIÈGE ÉJECTABLE ? Alors que le Real Madrid a été éliminé en demi-finale de la Ligue des champions, son entraîneur pourrait être remplacé. POURQUOI LE CROQUE-MONSIEUR S’APPELLE-T-IL AINSI ? Incontournable des bistrots parisiens, le croque-monsieur tire en effet ses origines de la capitale française. Sa recette traditionnelle, composée de jambon et de fromage disposés entre deux tranches de pain de mie, le tout saisi à la poêle ou au four, serait tout bonnement née à Paris au début du XX e siècle. Et plus précisément en 1910 dans l’une des brasseries du boulevard des Capucines. Selon la légende, Michel Lunarca, un bistrotier qui manquait de pain pour faire ses sandwichs du jour, aurait alors décidé d’utiliser du pain de mie, légèrement cuit pour garder le croquant d’une baguette. Il aurait ensuite répondu en blaguant L’IMAGE LE PALAIS DES GLACES à ses clients qui l’interrogeaient sur l’origine du jambon, qu’il s’agissait de viande humaine. « De la viande de monsieur », aurait-il dit. Une boutade devenue mythique, alors qu’il inscrivait le croque-monsieur à la carte de son menu dès le lendemain. Des ouvriers transportaient un miroir, avant-hier, dans la cour de la Sainte-Chapelle, dite aussi Sainte-Chapelle du Palais, permettant à l’édifice parisien de s’y refléter le temps de quelques secondes. Edifiée sur l’île de la Cité, à la demande de Saint- Louis, la Sainte-Chapelle était destinée à abriter les plus précieuses reliques de la chrétienté, dont la couronne d’épines du Christ. VERS UNE ALLOCATION POUR LES JEUNES ? Le gouvernement envisage la création d’un « RSA jeune », qui prévoit un versement mensuel pouvant atteindre 497 euros. PRESSINPHOTO/ICON SPORT SUPERSTOCK/SIPA ESA/AFP M. LEE/REX/SIPA T. CAMUS/AP/SIPA PERDUE, ELLE S’EN SORT GRÂCE À FACEBOOK Le bon réflexe. Alors qu’elle s’était perdue en pleine montagne, dans le sudouest des Pyrénées, une femme de 36 ans a été secourue grâce à une publication Facebook. La randonneuse, égarée à la frontière espagnole, n’avait presque plus de batterie sur son téléphone portable, lorsqu’elle a eu l’idée, plutôt que de passer un appel ou d’envoyer un sms, de publier un message sur son compte. Un geste salvateur juste avant que son appareil ne s’éteigne. C’est ainsi que l’un de ses amis, inquiet de cet appel à l’aide, a alors alerté les secours. Ces derniers sont ainsi parvenus à localiser la trentenaire en géolocalisant sa publication. Aidés les pompiers espagnols, les soldats du feu des Pyrénées-Atlantiques ont pu retrouver la victime saine et sauve, seulement 1h30 plus tard. C’EST ARRIVÉ... UN 7 MAI Le Congrès de l’Europe se réunit (1948). Près de 800 diplomates européens se retrouvent à La Haye pour poser les bases de la coopération continentale. Le Conseil de l’Europe verra le jour l’année suivante. La bataille de Diên Biên Phu s’a - chève (1954). Après un siège de deux mois, le fort où sont retranchés environ 10 000 soldats français tombe aux mains des Vietnamiens. Cette défaite aboutira aux accords de Genève, marquant la fin de la guerre d’Indochine. THOMAS PESQUET LANCE DU SON DEPUIS L’ESPACE L’astronaute français va diffuser aujourd’hui le nouveau single de Coldplay, depuis la station spatiale internationale. FRILET/SIPA
A. DE CSABAY ÉDITORIAL CNEWS.FR N°2587 VENDREDI 7 MAI 2021 3 CENT JOURS POUR DÉCIDER, UN JOUR POUR ESPÉRER MERCREDI 5 MAI Joe Biden a donc atteint, la semaine dernière, le 28 avril, ces fameux cent premiers jours. Les bilans de son action ont été nombreux, car le 46 e président des Etats-Unis a surpris. On ne compte pas le nombre de « unes » de journaux et de magazines français qui lui ont été consacrés. Ce n’est pas injuste  : il tient déjà plus de 35 de ses 60 promesses de campagne. Il relance l’économie et la restructuration de son pays à coups de milliards et de milliards de dollars. Il rétablit des mœurs politiques « normales ». Il prend, vis-à-vis de la Chine et de la Russie, des positions fermes et intelligentes. Son talon d’Achille, son obstacle périlleux, c’est le problème des migrants venus du Mexique et de toute l’Amérique latine qui, convaincus de sa mansuétude, se dirigent en masse vers une frontière toujours aussi poreuse. Les républicains l’attendent là-dessus. Biden sait que le tournant des « midterms », ces élections de mimandat en 2022, sera crucial. Aussi bien gouverne-t-il et décide-t-il à une vitesse que peu d’observateurs attendaient de lui. Cette date de 2022 est aussi omniprésente dans notre vie politique. La présidentielle ! Ça n’arrête pas. Avec les sondages (trop de sondages ?) , Macron, les alliances, les outrances, les spéculations, est-ce donc cela qui va occuper nos vies quotidiennes ? Bien évidemment, non. Nous sommes plutôt en attente des « réouvertures » du 19 mai prochain  : salles de ciné, théâtres, terrasses, concerts. Une vie plus diverse, plus libre. Cette crise du Covid a définitivement modifié la marche de notre pays, a appauvri et affamé certains, a désespéré une génération de jeunes, a tué des parents et des amis. On aura beau un peu mieux respirer et jouir de cette ambiance de « réouverture », on n’en comptera pas moins les dégâts, voire les désastres. Et puis, le virus n’aura pas disparu. Fautil se résigner à « vivre avec » ? LA SEMAINE DE PHILIPPE LABRO JEUDI 6 MAI Je souhaite, ici, rendre hommage à un homme de qualité. Willy Kurant vient de disparaître. C’était un « chef opérateur », un directeur de la photographie. Quand une ou un comédien meurt, on a droit à des pages d’hommages et des rétrospectives. Quand un grand technicien s’en va, il ne bénéficie pas du même espace médiatique. Or, ce sont des artistes, eux aussi, ces gens qui savent créer la lumière sur un plateau, exploiter, en « extérieur », le soleil ou le gris afin de magnifier une séquence, une scène, un gros plan ou un plan général. J’ai eu la chance que Willy soit le chef op de mon premier long-métrage, Tout peut arriver. Son expérience de cadreur d’actualités, sa maîtrise de la caméra (il la tenait à l’épaule, sans trembler) m’ont prodigieusement aidé. On retrouve son nom associé à Godard, Orson Welles, Gainsbourg, Pialat, Garrel. Je conserve le souvenir de cet homme de petite taille, au sourire d’enfant, à la pensée vive et au débit rapide, généreux et inventif. Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Tous les vendredis, pour CNEWS, il commente ce qu’il a vu, vécu et observé pendant la semaine qui s’est écoulée. Un bloc-notes toujours subjectif, libre, et sans langue de bois. Joe Biden, le 46 e président américain, a surpris les observateurs avec un début de mandat mené tambour battant. VENDREDI 7 MAI Nombreuses publications, ces jours-ci. Quelques œuvres insolites  : Franz-Olivier Giesbert avec Rien qu’une bête (éd. Albin Michel) met son narrateur dans la peau d’un cochon voué à l’abattage. Laurent Chalumeau, avec Vice (éd. Grasset) s’avance dans un univers qui lui est familier, l’Amérique – celle des femmes qui se veulent libres, avec une « country music » omniprésente – avec, surtout, son style si singulier. Chalumeau a inventé un ton, une sorte de « parlé écrit » qui vous emporte. J’ai aussi reçu une BD originale, conçue et écrite par la journaliste Anne Nivat (reporter de guerre, prix Albert- Londres en 2000) qui, grâce au grand talent du dessinateur Horne et à la collaboration de Jean-Marc Thévenet, embarque le lecteur dans les guerres d’Irak et de Tchétchénie. Il y a une autobiographie déguisée là-dedans. Anne Nivat a vécu les guerres. Son héroïne, son double, dit  : « Je n’ai pas eu le temps d’avoir peur. » Le titre  : Dans la gueule du loup (éd. Marabulles). n Philippe Labro p.labro@cnewsmatin.net Le 19 mai est dans toutes les têtes. E. VUCCI/AP/SIPA B. GUAY/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :