Arte Magazine n°2021-17 24 avr 2021
Arte Magazine n°2021-17 24 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-17 de 24 avr 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : les visages oubliés de Palmyre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 24 AU 30 AVRIL 2021 8 En marge d’une soirée sur les mutations du travail, la sociologue Sarah Abdelnour *, qui intervient dans le documentaire Vive le travail, analyse un modèle économique reposant sur la fragilité croissante des moins qualifiés. Du salariat au « précariat » Sarah Abdelnour La précarité est-elle devenue la norme, plutôt que l’exception, comme tendent à le montrer les films diffusés par ARTE ? Sarah Abdelnour  : Dans les pays dits occidentaux, le salariat, majoritairement en CDI, reste dominant. En France, il concerne encore 88% des emplois. Mais la dynamique s’est inversée  : désormais, environ 90% des embauches se font en CDD et en 2014, pour la première fois depuis le début du XX e siècle, la part du travail indépendant a augmenté, passant de 9% en 2009, quand la loi sur l’autoentrepreneuriat est entrée en vigueur, à 10,75% aujourd’hui. Cette érosion lente, mais continue, de l’emploi stable, affecte d’abord les jeunes mais surtout les moins diplômés. Quand la dernière génération du baby-boom partira à la retraite, ce continent de la précarité, peu visible dans les statistiques, pourrait surgir d’un coup. L’essor des plates-formes numériques, comme Uber et Deliveroo, qui s’appuient sur le travail précaire, a-t-il accéléré cette évolution ? Ces plates-formes sont venues amplifier et systématiser le modèle de l’autoentrepreneuriat, en réalité rarement « indépendant ». Leur arrivée a du coup mis en évidence une forme de « double peine » pour ces exclus du salariat  : sans protection sociale, contraints de financer leur outil de travail, ils sont assujettis à l’entreprise par un contrôle permanent. Celle-ci enregistre leurs déplacements, les évalue (via les notes attribuées par les clients), les sanctionne en cas de faute et fixe les prix. La seule marge d’autonomie de ces autoentrepreneurs réside dans le choix des horaires, mais leur faible rémunération les oblige à accumuler les heures pour espérer gagner l’équivalent du smic. La crise sanitaire a souligné leur fragilité, car ils ont été privés des mesures protectrices ouvertes aux salariés. On légitime cette économie des « petits boulots » par le coût du travail, présenté comme un handicap dans une économie fondée sur la compétition... Les plates-formes parviennent à recruter faute d’alternative, mais aussi parce que ce discours s’est largement diffusé, y compris parmi les travailleurs eux-mêmes. Or il invisibilise complètement la valeur qu’ils apportent. On continue d’évoquer la cherté du travail même à propos des plates-formes, alors qu’elles n’en supportent ni le coût ni la responsabilité, et que les travailleurs, eux, ne reçoivent qu’une petite part POINT DU JOUR
du profit. Où va l’argent ? Le modèle économique de ces entreprises demeure une énigme, car dans le secteur des VTC [véhicules de tourisme avec chauffeur] comme dans celui de la livraison de repas, elles annoncent régulièrement des pertes. En tout cas, elles pâtissent moins que les autres de la crise que nous traversons, du fait, justement, des très faibles responsabilités qu’elles assument. Les récentes décisions de justice sanctionnant les plates-formes peuvent-elles changer la donne ? De plus en plus de tribunaux se prononcent désormais pour la requalification des contrats vers le salariat. Uber vient ainsi d’annoncer que ses chauffeurs au Royaume-Uni allaient bénéficier du statut intermédiaire de workers, qui donne accès à une protection partielle. En Espagne, ces livreurs seront désormais « présumés » salariés. En France, la Cour de cassation a rendu en 2018 et 2020 des arrêts requalifiant vers le salariat au sens plein. S’il ne s’agit que de cas individuels, ils font jurisprudence. L’inspection du travail et le réseau des Urssaf déposent désormais au pénal des plaintes contre les plates-formes pour travail dissimulé, qui pourraient donner lieu à des condamnations plus sévères et plus collectives. Ces travailleurs, atomisés et dépendants de leur activité pour vivre, ont-ils d’autres moyens de peser que l’action en justice ? Face à un capitalisme internationalisé, les luttes du travail peuvent peiner à se fédérer, notamment au niveau européen. Partout, en nombre de jours de grève, les conflits du travail ont reculé depuis les années 1960. Mais on constate qu’ils n’ont pas disparu et prennent de nouvelles formes. La résistance est moins visible, plus fragile, à l’instar du travail lui-même. Même les plus isolés, comme les travailleurs des plates-formes, se mobilisent. Ils sont parvenus en quelques années seulement à se structurer, et à poser la question de l’ubérisation dans le débat public. Les jeunes générations ont tendance à rejeter une certaine image du syndicalisme, mais elles le réinventent à leur manière et poursuivent l’histoire des luttes sociales. Propos recueillis par Irène Berelowitch * Enseignante à l’université Paris-Dauphine, Sarah Abdelnour est l’auteure notamment des Nouveaux prolétaires (Textuel, 2012) et, avec Dominique Méda, des Nouveaux travailleurs des applis (PUF, 2019). Mardi 27 avril à 20.50 Documentaire Travail à la demande suivi à 22.20 de Vive le travail (1 & 2) Lire pages 18-19 20/4 25/6 ARTE MAG N°17. LE PROGRAMME DU 24 AU 30 AVRIL 2021 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :