Arte Magazine n°2015-03 10 jan 2015
Arte Magazine n°2015-03 10 jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-03 de 10 jan 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : un jour à Paname.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
MDR/IWM Film MDR/IWM Film Documentaire Récits des TÉnèbres 70 e anniversaire de la lIBÉration des camps À travers un documentaire bouleversant, le réalisateur André Singer ressuscite un film inachevé et oublié, réalisé en 1944-1945 avec les images terribles tournées soixante-dix ans plus tôt par les libérateurs des camps de la mort. Entretien. 6 N°3 – semaine du 10 au 16 janvier 2015 – ARTE Magazine Comment avez-vous découvert l’existence du film de Sidney Bernstein, German concentration camps factual survey, dont vous racontez l’histoire ? André Singer  : Sur l’impulsion de la famille de Sidney Bernstein, qui souhaitait voir le film enfin achevé, en hommage à sa mémoire, le musée impérial de la guerre, à Londres, avait entrepris sa restauration. Ma productrice, Sally Angel, en a entendu parler. Il suffisait de voir quelques extraits pour comprendre combien ce matériau était passionnant, avec la perspective du « film dans le film » qui permettait d’aborder la Shoah sous un angle différent. L’autre facteur déterminant était l’urgence  : le 27 janvier 2015, on célèbre le 70 e anniversaire de la libération des camps, et la plupart des personnes encore en vie qui ont été, d’une manière ou d’une autre, impliquées dans ce film, étaient nonagénaires. Si elles devaient témoigner, c’était maintenant ou jamais. Deux des témoins que nous avions identifiés sont décédés avant le tournage. MDR/IWM Film
Vous avez retrouvé certains des caméramans qui avaient tourné ces images, mais aussi les rescapés qu’ils avaient filmés… Nous voulions absolument que les témoins principaux aient un lien direct avec les images dont il s’agissait de raconter l’histoire, soit parce qu’ils y figuraient, soit parce qu’ils les avaient filmées. Le musée impérial de la guerre, mais aussi le musée de l’Holocauste, à Washington, et le mémorial de Yad Vashem, à Jérusalem, nous ont aidés. Nous avons aussi travaillé avec les archives militaires. Mais c’est peut-être le bouche à oreille qui s’est révélé le plus efficace. Un survivant connaissait quelqu’un qui connaissait quelqu’un… Nous avons cherché dans le monde entier et ainsi, petit à petit, nous avons trouvé tous les éléments du film, y compris des archives complémentaires, qui ne figurent pas dans le montage du projet de Bernstein. Comment ces jeunes caméramans, qui soixante-dix ans plus tard restent hantés par leurs images, ont-ils travaillé à l’époque ? En allant à leur rencontre, je ne m’attendais pas à voir émerger un tel traumatisme. Ils l’ont porté toute leur vie et le portent encore. En même temps, ils avaient un grand désir de raconter ce qu’ils avaient vécu, si douloureux que soit ce témoignage. Tous étaient déjà habitués à filmer la guerre et les batailles. Mais aucun de ces jeunes gens endurcis par des années de combats n’avait été préparé à l’expérience des camps. Ce fut pour eux un choc immense. On ne leur a pas vraiment donné d’instructions, à part de filmer tout ce qui pouvait l’être pour témoigner. Ils l’ont fait, y compris en gros plans, et leurs images restent la seule preuve irréfutable des atrocités perpétrées par le III e Reich. Leurs films sont devenus absolument vitaux pour les Alliés et pour l’histoire tout court. MDR/IWM Film Mais à l’époque, ces faits avaient été tenus secrets, ce qui n’est plus le cas. Était-il indispensable de montrer aujourd’hui ces images effroyables ? Il était essentiel pour moi de montrer certains de ces plans sur les charniers et les cadavres, afin de transmettre le choc de cette réalité. Auront-ils aujourd’hui cet effet sur tous les spectateurs ? Si ce n’est pas le cas, ce serait tragique. Moi, je les ai vus des centaines de fois et il m’est toujours aussi difficile de les regarder. Mais ces archives restent le plus sûr garant contre le danger de voir s’éteindre à l’avenir la mémoire de la barbarie nazie et de ce qui l’a rendue possible. Non contextualisées, de telles images peuvent être pornographiques. Mais je crois que telles que nous les montrons, telles que Sidney Bernstein voulait les montrer, elles deviennent une leçon pour l’avenir. Pourquoi avoir choisi, pour titre original de votre film, la citation qui parle d’une plongée dans les ténèbres, « Night will fall » ? Ces mots sont extraits de l’avant-dernière phrase du commentaire du film de Bernstein, écrit par un journaliste, Richard Crossman  : « Si le monde n’apprend rien de ces images, alors il plongera dans les ténèbres. » Le texte s’achève cependant sur une note d’espoir  : « Mais par la grâce de Dieu, nous qui sommes en vie, nous avons appris. » Bien sûr, parce qu’il y a eu depuis d’autres génocides, nous sommes obligés de reconnaître qu’en un sens, nous n’avons pas appris. Mais la raison d’être du film de Sidney Bernstein, et du nôtre soixante-dix ans après, c’est de nous mettre face à ce qui s’est passé, de nous permettre de savoir et de comprendre, avec l’espoir que cela puisse contribuer à nous rendre plus humains. Propos recueillis par Christine AmtmannN°3 – semaine du 10 au 16 janvier 2015 – ARTE Magazine Mardi 13 janvier à 22.25 Images de la lIBÉration des camps Chronique d’un FIlm inachevé Lire page 19 Programmation spÉCIale 70 e anniversaire de la libération des camps › Soirée spéciale avec les documentaires Printemps 45 de Mathias Haentjes, Images de la libération des camps – Chronique d’un film inachevé d’André Singer et la trilogie d’Emil Weiss consacrée à Auschwitz, Destruction Mardi 13 janvier à partir de 20.50 › Plus jamais les camps ! – L’autre message de l’opéra Brundibar, documentaire de Douglas Wolfsperger Dimanche 25 janvier à 17.35 › Numbered, documentaire d’Uriel Sinai et Dana Doron Lundi 26 janvier à 0.30 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :