American Legend n°3 sep/oct/nov 2014
American Legend n°3 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 107 Mo

  • Dans ce numéro : sur la piste des Dalton.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Les armes dans l’Ouest Revolvers Colt modèles 1851 Navy calibre.36 (en haut) et 1860 Army calibre.44 (en bas). Officiellement désigné « Colt Revolving Belt Pistol of Naval Caliber », le 1851 est fabriqué en 215 348 exemplaires dans l’usine de Hartford entre 1850 et 1873 et dans la « Colt’s London Armoury » en Angleterre, entre 1853 et 1856 (ces London 1851 Navy seront numérotés séparément de 1 à 42 000). Plus léger que le Colt 1848 Dragoon qui a succédé au Walker, il est plus maniable qu’eux. Des personnages célèbres comme Wild Bill Hickock, qui les apprécie pour leur prise en main et leur précision, en portent une paire à la ceinture. En dépit de son nom, le 1851 sera surtout utilisé par l’infanterie, qui aime sa maniabilité et son faible recul. Environ 35 000 Colt Navy seront achetés par le gouvernement américain. Baptisé « New Model Holster Pistol », le 1860 est fabriqué en 200 500 exemplaires à Hartford, dans le Connecticut entre 1860 et 1873. Après différents essais pour alléger le Dragoon, Colt décide de développer un revolver militaire calibre.44 en utilisant la carcasse du 1851 Navy, l’utilisation d’un acier plus résistant permettant de fabriquer des canons moins lourds. En Avril 1862, l’usine Colt a déjà livré 30 000 de ces revolvers au gouvernement au prix de 25 $ pièce. Au total, 127 157 1860 Army seront livrés aux Nordistes pendant la Guerre de Sécession (les livraisons prenant fin après l’incendie qui détruit l’usine de Hartford le 5 février 1864). Avec leurs cadre ouvert, les premiers Colt souffrent d’une certaine fragilité. L’avantage du canon démontable se montre par contre au nettoyage de l’arme. La gravure disctinctive du barillet de ces modèles représente une bataille navale de Campèche entre le Mexique et la Marine du Texas. 44 ★ AMERICAN LEGEND dans la marine marchande. Colt dira plus tard que le concept du revolver lui est apparu en observant la barre du navire lors de son premier voyage, et après avoir fabriqué une maquette de poivrière en bois. Quand il revient aux USA en 1832, il recommence à travailler avec son père qui finance la production de deux armes, un fusil et un pistolet. Mais ces armes sont de mauvaise qualité car Christopher, qui ne croit pas aux idées de son fils, a engagé des ouvriers à bas prix. Le premier pistolet explose, mais le premier fusil fonctionne correctement. Plus tard, apprenant par l’intermédiaire du chimiste de l’usine l’existence du protoxyde d’azote
La gamme Colt vers 1859, d’après un dépliant du fabricant. Le soldat à gauche, qui épaule un mousqueton à canon rayé modèle « Root » 1855, porte l’uniforme de la Colt Guard, unité de milice composée d’ouvriers de l’usine. À gauche, un civil fait de même avec la version carabine de chasse : noter sa main gauche à l’avant de l’arme, dangereusement exposée à un départ accidentel simultané de toutes les charges du barillet, le grave défaut de ces armes ! (gaz hilarant), Colt se lance sur la route muni d’un laboratoire portable et gagne sa vie en faisant des démonstrations publiques des propriétés de celui-ci aux USA et au Canada sous le nom du « célèbre docteur Coult de New York, Londres et Calcutta ». Ses talents d’orateur sont si convaincants qu’on lui demande de guérir ce qui semble être une épidémie de choléra à bord d’un bateau ! C’est à cette époque qu’il prend des dispositions pour commencer à fabriquer des armes en engageant des armuriers de Baltimore, Maryland. En 1832, à l’âge de 18 ans, Colt dépose un brevet pour son revolver. Premiers revolvers Le premier modèle de revolver conçu par Colt Paire de Colt à percussion N°de série 31906/907 gravée par Gustave Young, avec crosses sculptées et quadrillées garnies d’argent massif, sans doute la plus belle jamais réalisée, offerte par Abraham Lincoln au roi de Suède - grand amateur d’armes - dans l’espoir que celui-ci cesse toute aide aux Sudistes lors de la guerre de Sécession. est le Colt Paterson à simple action (le chien est armé à la main, faisant tourner le barillet en même temps pour aligner la chambre chargée en face du canon), fabriqué en 1836. C’est un calibre.36 (en centièmes de pouce) à cinq coups. Il est vendu à la marine du Texas, jeune République qui vient de proclamer son indépendance, et à ses Rangers engagés contre les Mexicains et les Indiens. En 1846, Colt, en collaboration avec le capitaine Walker, obtient un contrat de 1000 revolvers, modifiés selon les demandes de Walker qui représente l’armée américaine. Le Colt Walker modèle 1847 possède déjà les caractéristiques des revolvers des années suivantes : peu de pièces mobiles, pontet coulé avec la sous-garde, refouloir, nez du chien comportant Plus de 75 revolvers et deux fusils ainsi toutes sortes d’accessoires (poires à poudre, moules à balles et outils) composent cette panoplie exposée au Crystal Palace de New-York en 1853. La vitrine en chêne est surmontée d’un chapiteau sculpté portant au centre les armoiries de l’État du Connecticut. Cette impressionnante présentation illustre la « variété d’armes à feu qui ont révolutionné la fabrication dans cette industrie ». Les grandes expositions commerciales comme celle-ci ou son homonyme à Londres en 1851 attirent l’attention du public sur les innovations techniques, et le stand Colt y tient partout la vedette, remportant souvent la très convoitée médaille d’or qui récompense les meilleures inventions. AVEC LES COMPLIMENTS DU COLONEL COLT Rien n’est plus original ni plus beau que les armes de luxe, souvent gravées et en coffret, fabriquées pour servir de cadeaux offerts par Samuel Colt. Pour lui, leur raison d’être était simple : récompenser des services rendus ou escomptés. Il était tellement convaincu des retombées favorables que pouvaient lui valoir ces cadeaux qu’il distribua jusqu’à 89 revolvers en une seule fois ! Aucun fabricant d’armes américain ne fit jamais preuve d’autant de largesses et ne produisit des exemplaires de luxe d’une telle qualité, qui constituent aujourd’hui un must, le rêve de tout collectionneur. une encoche pour viser, long barillet à six chambres prévu pour 3,25 g de poudre et une balle de calibre.44, ainsi qu’un canon d’une longueur de 22,9 cm, donnant un aspect monstrueux à ce revolver de 2 kg à vide. Cette commande permet à Colt de produire des revolvers moins artisanaux que le Paterson. Il lance sur le marché le Colt Holster Pistol 1848 (premier de la série des « Dragoon », également en calibre.44, mais avec un canon de 20 cm). Plus léger que le Walker, il est adopté par les régiments de cavalerie (les dragons, d’où son nom). Des modèles encore moins lourds calibre.31 (jusqu’à 70% plus légers que le Walker) voient aussi le jour : les Baby Dragoon (1847/48, cinq coups, les premiers sans refouloir, pontet droit à l’arrière), Pocket (1849, AMERICAN LEGEND ★ 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 1American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 2-3American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 4-5American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 6-7American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 8-9American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 10-11American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 12-13American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 14-15American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 16-17American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 18-19American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 20-21American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 22-23American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 24-25American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 26-27American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 28-29American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 30-31American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 32-33American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 34-35American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 36-37American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 38-39American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 40-41American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 42-43American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 44-45American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 46-47American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 48-49American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 50-51American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 52-53American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 54-55American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 56-57American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 58-59American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 60-61American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 62-63American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 64-65American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 66-67American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 68-69American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 70-71American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 72-73American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 74-75American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 76-77American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 78-79American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 80-81American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 82-83American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 84