A Nous Paris n°628 2 déc 2013
A Nous Paris n°628 2 déc 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°628 de 2 déc 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (235 x 285) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : Agnès Obel, la discrète.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
quartier 20 style de ville Texte : Rémi Mistry Comment perpétuer la tradition culturelle du Quartier latin alors que les librairies et maisons d’édition ferment les unes après les autres ? Peut-être en favorisant l’émergence de nouveaux lieux littéraires, but de l’opération Vital’Quartier. Une initiative qui commence à porter ses fruits. LLes habitants du Quartier latin comme les flâneurs qui aiment arpenter ses rues ont forcément dû s’en apercevoir : depuis une dizaine d’années, le nombre de librairies y a considérablement diminué, passant de 225 au début des années 2000 à 120 l’an dernier. Aujourd’hui encore, de nombreuses boutiques sont menacées, notamment à cause des prix du foncier qui ont atteint des sommets invraisemblables de ce côté-ci de la capitale. Résultat : mises à part les indéboulonnables galeries d’art et une poignée de cinémas d’art et d’essai, les commerces culturels laissent progressivement la place à des enseignes de prêt-à-porter de luxe, et le visage du quartier s’en trouve bouleversé. C’est en partant de ce constat préoccupant que la Semaest, une société d’économie mixte de la Ville de Paris, a lancé depuis 2004 Vital’Quartier, une opération qui consiste à maintenir et développer le commerce de proximité dans des quartiers parisiens sinistrés dans ce domaine, avec des résultats pour l’instant plutôt encourageants. Un héritage littéraire et artistique Dans les 5 e et 6 e arrondissements, il s’agit moins de favoriser le commerce artisanal que d’œuvrer pour préserver la tradition historique du célèbre quartier qui détient encore « la plus grande densité du pays en termes de formation, production et publication intellectuelles et littéraires », précise-t-on à la Semaest, tout en rappelant que cette réputation « arts et lettres » attire chaque année des millions de touristes. Évidemment, la présence d’un solide réseau de librairies et d’éditeurs est primordiale dans la conservation de cet héritage, assurent les instigateurs du projet dont la priorité est de redonner au quartier son attractivité à travers des actions concrètes. Pour ce faire, des locaux commerciaux sont achetés, rénovés puis loués à des libraires et 02/12/13 A NOUS La Rive gauche se remet à la page des maisons d’édition à des prix raisonnables, avec exonération de droit d’entrée et franchise de loyer de trois mois. Une aide non négligeable qui permet aux nouveaux venus de se lancer sous les meilleurs auspices. Depuis le début de l’opération, en juin 2008, seize locaux ont déjà été acquis, six nouvelles librairies d’éditeurs ont vu le jour, et des murs ont été attribués à des structures soit déjà existantes, soit en développement, soit en difficulté comme c’était le cas de Courant d’art ou des Nouvelles Éditions Scala qui risquaient de plier bagage à cause du déplafonnement de leur loyer. Alors, forcément, l’affaire a un coût, elle se chiffre à plusieurs dizaines de millions d’euros avancés par la Ville. Bien sûr, certains pourront avancer que si les lecteurs ne suivent pas, il n’y a aucun intérêt à injecter indéfiniment de l’argent dans un secteur en pleine crise, miné par la concurrence des multinationales de la vente en ligne et la percée du livre numérique. « Raison de plus ! Ce coup de pouce est le bienvenu, surtout en ce moment », répondent les principaux concernés qui, même s’ils restent optimistes, avouent pour bon nombre d’entre eux que l’activité n’est pas très rentable. « Sans le travail d’éditeur, on aurait du mal à tenir. » Ainsi, si les mesures prises sont évidemment loin de régler tous les problèmes rencontrés par la profession, elles contribuent tout de même à changer la donne au niveau local puisque les fermetures de librairies ont commencé à ralentir depuis 2007. Et d’autres locaux sont en cours de rénovation, en prévision de nouvelles ouvertures. Reste à savoir si ces nouveaux arrivants rencontreront leur public et garderont l’enthousiasme et la passion des débuts, pour s’inscrire dans la durée, ou si tout cela restera comme un artifice destiné à entretenir l’illusion d’un quartier symbolique à l’âme littéraire toujours intacte. Bilan… en 2021, à la fin de l’opération.Inculte Auparavant, l’adresse était occupée par un cabinet d’avocats. Changement d’ambiance radical puisque les éditeurs de l’impertinente maison Inculte y ont débarqué cette année. Derniers bénéficiaires en date de l’opération Vital’Quartier, ils ne sont pas mécontents d’avoir troqué leur minuscule local du 11 e pour cet agréable espace proche du Panthéon qui leur permet de travailler plus confortablement et de faire fleurir leur petite entreprise créée en 2004 autour d’un collectif d’écrivains, de traducteurs et de philosophes. À leur actif, déjà plus d’une centaine de références à l’identité éditoriale et graphique résolument pop : des romans contemporains français et étrangers, des essais engagés, des documents journalistiques fouillés et la version française de la revue littéraire The Believer qu’on vous conseille vivement. Pas encore ouvert au public, le lieu accueillera courant décembre un comptoir de vente qui présentera le catalogue ainsi qu’une poignée d’affiches et de goodies forcément iconoclastes.6, rue Laplace, 5e. M o Cardinal Lemoine. Ouverture du comptoir de vente courant décembre. www.inculte.fr Inculte
La Plage Un petit détour par La Plage ? Cet éditeur 100% écolo, né en 1994 à Paris avant d’aller prendre le soleil dans le Sud, est de retour depuis l’an dernier dans la capitale, à deux pas du boulevard Saint-Michel. « Un emplacement privilégié et plein de caractère qui était autrefois une épicerie où venait s’approvisionner Balzac », raconte Jean-Luc Ferrante, cocréateur de ces éditions qui n’ont pas attendu la déferlante bio pour publier des ouvrages pratiques d’écologie (habitat et jardinage écolo, relation parent-enfant à la mode alternative) et de cuisine saine (une flopée de beaux livres de recettes créatives). La librairie propose naturellement l’ensemble de ses parutions, mais aussi celles des éditeurs du collectif écolo-compatible qui mettent un point d’honneur à imprimer à proximité sur du papier recyclé ou certifié. On retrouvera d’ailleurs quelques-uns de ces doux activistes le 14 décembre prochain lors d’une journée de signature organisée dans la boutique.60, rue Monsieur-le-Prince, 6e. M o Odéon. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30. Tél. : 01 43 29 56 85. www.laplage.fr 21 style de ville Éditions La Plage



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :