20 minutes Genève n°2021-06-14 lundi
20 minutes Genève n°2021-06-14 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-14 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : Novak Djokovic s'impose à l'usure.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, L’éclairage du canton ne sera pas réglementé. –DR Pas de règles sur les réverbères SCHAFFHOUSE L’initiative cantonale des Verts sur la pollution lumineuse a été écartée par 52,7% des voix. Malgré une grande approbation du projet « Plus d’espace pour la nuit » dans la ville de Schaffhouse, l’éclairage artificiel public nocturne ne sera pas limité dans le canton. Schaffhouse aurait pu jouer le rôle de pionnier en Suisse dans la prévention cantonale de la pollution de l’éclairage public. Le rejet Les habitants de Val-de- Ruz (NE) ont refusé hier, à une large majorité de 64,61% des voix, un arrêté de la commune qui visait à instaurer une hausse de deux points du coefficient fiscal. BERNE C’est la surprise du jour  : malgré une large coalition, les citoyens ont refusé le texte en faveur de l’environnement. FRIBOURG Après un décompte de bulletins serré, c’est finalement le oui qui l’emporte de justesse avec 50,5% des voix. L’État de Fribourg participera donc bien pour moitié à l’augmentation de capital de 50 millions de francs de la société « De nombreuses personnes veulent renforcer la protection du climat, mais pas avec cette loi. Le Conseil fédéral a compris ce message. » La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a encaissé une défaite rageante hier. Malgré le soutien du Conseil fédéral, du Parlement et de la plupart des grands partis, la proposition d’une nouvelle loi fédérale sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre n’a pas convaincu les électeurs. Après un vote serré, le non a finalement pris le dessus (51,6%). Diverses mesures d’incitation financière et des taxes – dont l’introduction d’une taxe sur les billets d’avion – étaient prévues en cas d’acceptation dans les urnes. « Onéreux, inutile et injuste. » C’est de cette manière qu’a qualifié le projet de loi actu.20min.ch Trop de taxes  : les Suisses rejettent la loi sur le CO2 La Suisse vise une diminution drastique des gaz à effet de serre. –GETTY l’Union professionnelle suisse de l’automobile, qui salue le résultat. Même son de cloche du côté de l’UDC. Le seul parti qui appelait à voter « non » hier s’est dit heureux que « la politique symbolique de la gauche » ait été « stoppée ». Le collectif de la Grève du climat, qui estime, lui, que le texte n’allait pas assez loin, demande des mesures contre les véritables responsables de la crise climatique. Du côté des perdants, les Verts considèrent ce rejet comme un « frein à la protection climatique, qui reste pourtant nécessaire et urgente ». Un avis partagé par les Vert’libéraux, qui s’inquiètent du fait que la Suisse perde « un temps précieux en matière de protection du climat ». –NOEMI CINELLI/FRS Un rejet des punitions pour les uns, taxer la place financière pour les autres « Ce qu’il faut maintenant, ce sont des règles pour la place financière, qui, en tant que source importante d’émissions, doit devenir plus durable » Jon Pult Vice-président du PS Suisse « Le signal est qu’une majorité de gens ne veut plus de taxes, de punitions et de lois qui sont soi-disant innovatives mais qui ne le sont pas » Patrick Éperon, sur la RTS Délégué politique au Centre patronal Un petit oui des Fribourgeois pour Bluefactory Bluefactory. Ce parc technologique, situé sur l’ancienne brasserie Cardinal, devrait accueillir à terme 2500 personnes et devenir un lieu de vie de la population dans lequel seront intégrés des entreprises innovantes et des restaurants. Le financement de l’État de Fribourg permettra au site Bluefactory de se développer. –DR « Si nous voulons sauver le climat, nous devons veiller à ce qu’on ne puisse plus faire de l’argent avec du pétrole ou du gaz. Une initiative sera lancée » Balthasar Glättli Président des Verts BÂLE La cité rhénane a accepté dimanche à 53,77% le contreprojet visant à instaurer une rémunération minimale fixée à 21 francs l’heure. Projet initial soutenu par les syndicats et les partis de gauche, l’initiative « Pas de salaires inférieurs à 23fr. » a en revanche été refusée par 50,6% des électeurs. Bâle- Ville fait ainsi office de canton pionnier en Suisse alémanique « Ce non est celui des citoyens qui ont des soucis financiers, habitent loin des villes et ont besoin de leur automobile pour se déplacer » Pierre-André Page Conseiller national (UDC/FR) Bâle-Ville accepte un salaire minimum dans le domaine de la mise en place d’un salaire minimum. Actuellement, quatre cantons latins disposent déjà de mesures similaires. Le canton de Neuchâtel a été le premier en Suisse à instaurer une rémunération plancher en 2017. Celleci est fixée à 20 francs, tout comme dans le Jura, où ce salaire horaire est en vigueur depuis 2020. –NCI Les champions 98,62% C’est le taux de participation enregistré hier dans la commune vaudoise de Belmont-sur-Yverdon. Sur 218 électeurs inscrits, 215 bulletins ont été dépouillés. Un taux largement supérieur à la moyenne du pays.
LUNDI 14 JUIN 2021/20MINUTES.CH 20 secondes Chasse gardée GRISONS Hier, 78,7% des électeurs des Grisons se sont opposés à la modification de la loi cantonale sur la chasse. L’initiative populaire cantonale « Pour une chasse éthique et respectueuse de la nature » visait au renforcement de la protection de la faune. Parking inchangé FRIBOURG Les habitants de la capitale cantonale ont refusé par 54,13% des voix l’initiative « L’automobiliste n’est pas un pigeon, c’est un voyageur ! » Lancée par le Parti des artistes, elle visait à plafonner les coûts de stationnement à 1 franc en ville de Fribourg. Pionnier de l’égalité salariale JURA Plébiscitée à 88,3%, l’initiative « Égalité salariale  : concrétisons », lancée par le syndicat Unia, a été très soutenue. Le texte avait l’appui tant du gouvernement que des partis. Le Jura devient ainsi le premier canton suisse depuis 1981 à ancrer l’égalité salariale dans sa Constitution. C’est un pas, à la veille du 14 juin et de la Grève des femmes, mais le syndicat dénonce « un gros retard en matière d’égalité » en Suisse. BERNE Refusées à plus de 60%, les deux initiatives ont permis au monde paysan de faire connaître son travail. L’opération de charme a réussi. Après une campagne tendue et virulente parfois, le monde paysan a gagné son pari, celui de repousser l’initiative pour la protection des eaux et celle visant à interdire les pesticides de synthèse. Il y a deux mois, elles faisaient 55% d’avis favorables ; elles sont tombées, hier, toutes les deux à moins de 40%. Alors que l’on pensait assister à un crêpage de chignon entre cantons urbains et ruraux, ce n’est de loin pas le cas. Même à Genève, canton urbain, les initiatives sont refusées, à la grande « déception » de la conseillère nationale Delphine Klopfenstein Broggini (Verts/GE). Seul le canton de Bâle-Ville a dit oui aux deux objets. À l’inverse, le Valais les a refusés à près de 80%. La campagne intense des milieux paysans a réussi à « L’agrochimie est la gagnante du jour » Un deuxième référendum est lancé et le peuple votera de nouveau. changer l’étiquette de « pollueurs » qu’on leur collait dans le dos. Grégoire Nappey, responsable de la campagne du non pour Prométerre Vaud, est très satisfait  : « Ce n’est pas une victoire des pesticides, mais la voie du bon sens. Ce qui est Les partisans de l’initiative contre les pesticides de synthèse regrettent ce non  : « L’agrochimie est la gagnante du jour. Mais le niveau élevé de soutien montre les préoccupations des citoyens concernant les effets nocifs des pesticides sur la santé de tous et sur l’environnement. » La conseillère nationale Adèle Thorens (Verts/VD) déplore, elle, une occasion manquée  : « Nous sommes en train de vivre une défaite de la santé publique et de l’environnement. » RÉFÉRENDUM Le peuple suisse a accepté la loi Covid par 60,1% des voix. Les cantons romands, latins et urbains ont été les plus favorables (Vaud avec 70,1% de oui étant le champion en la matière, suivi par Genève, Bâle-Ville et le Tessin). Par contre, plusieurs cantons de Suisse centrale et orientale ont carrément rejeté la loi. Les opposants, qui ont convaincu 4 électeurs sur 10 au niveau national, affirment de nouveau Actu 3 Les agriculteurs ont gagné la bataille des pesticides –PHOTOMONTAGE/GETTYIMAGES La campagne, parfois houleuse, a permis au monde paysan de présenter son travail. –GETTYIMAGES Découvrez sur l’appla réaction d’un agriculteur vaudois de Montheron après les résultats d’hier. Attention au fossé ville-campagne « Le résultat est clair, a souligné Guy Parmelin. Nous allons faire en sorte de tenir nos engagements pris. Les agriculteurs le savent et vont aller de l’avant, en tenant compte des vœux de la population. » Le président de la Confédération s’est réjoui que les citoyens se soient Loi Covid adoptée... une première fois que les informations données à la population étaient trompeuses et que le débat ne s’est pas suffisamment porté sur le certificat Covid, qui fait partie de la loi, mais ne figurait pas dans la brochure d’informations du Conseil fédéral. Ils ont annoncé hier qu’ils récoltaient désormais des signatures pour attaquer une nouvelle fois la loi par référendum. Une nouvelle votation pourrait ainsi avoir lieu en novembre. –YWE important, c’est que l’on garde à l’esprit que l’agriculture est en mutation. Malgré certaines tensions, le bon côté de cette campagne est que des familles paysannes ont pu expliquer comment elles entendaient évoluer, estime le communiquant. Cette campagne a montré aussi qu’il y avait des attentes dans la population pour des produits plus sains. Cela a généré un dialogue et de la confiance, qui ont permis d’arriver au résultat d’aujourd’hui. » –ÉRIC FELLEY rangés à l’avis du Conseil fédéral. « C’est un choix de la raison et du pragmatisme », selon le Vaudois, agriculteur de formation. « Mais un fossé s’installe entre les grandes villes et la campagne. Il est donc nécessaire de renforcer les liens et la compréhension est indispensable. » Terrorisme  : texte plébiscité POLITIQUE À l’exception de Bâle- Ville, tous les cantons ont accepté la loi sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme. Le score s’élève à 56,5% et permettra à la police de prendre des mesures préventives contre des « terroristes potentiels ». Les opposants ont comme consolation l’impact de leur campagne et s’affirment prêts à veiller au grain pour l’application du texte. Les soutiens, quant à eux, saluent le travail de la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :