20 Minutes France n°3633 7 jun 2021
20 Minutes France n°3633 7 jun 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3633 de 7 jun 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Alain Fischer à propos de la vaccination contre le covid-19.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
SPÉCIAL OCÉANS Ne péchez pas par ignorance Consomm’acteur Les ressources halieutiques ne sont pas infinies. Avant de manger du poisson, apprenez donc à le choisir avec discernement... On connaît la chanson  : la maman des poissons, elle est bien gentille. Mais elle ne pond pas des milliards de rejetons. Conséquence logique  : les ressources halieutiques s’épuisent. « 31% des stocks de poissons sont surexploités. En Méditerranée, ce chiffre grimpe à 93% », rapporte l’association WWF dans un rapport de 2017. Pour manger du poisson sans nuire à la survie des espèces, quelques réflexes très simples s’imposent… Le fait qu’une espèce de poissons est vendue sur tous les étals n’est pas la preuve que ses ressources sont inépuisables. C’est même souvent le contraire. « Le bar, la lotte ou encore le cabillaud, que l’on consomme beaucoup en France, sont régulièrement touchés par la surpêche », indique Alain Biseau, biologiste des pêches à l’Ifremer. L’espèce choisie -èn L U minutes PRODUCTION pour Les enseignes Casino innovent depuis plus de 120 ans pour répondre aux attentes de leurs clients et anticiper les grandes mutations des lendemains. Comment luttez-vous contre le réchauffement climatique ? Avec notre démarche RSE, CAP (Avec Casino agissons pour la planète), notre ambition est de poursuivre et de renforcer nos engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique, de qualité nutritionnelle, et de solidarités, afin de créer un véritable mouvement, avec et pour nos clients. Nous sommes particulièrement fiers de notre partenariat solidaire avec Pure Ocean, via La Goutte bleue. Il s’agit pour nous d’un très beau projet que nous voulions soutenir activement ne doit évidemment pas être considérée comme menacée, comme le thon rouge, des poissons de grands fonds (le sabre noir, la lingue bleue, etc.) ou encore le requin. Et une rapide recherche sur le Net permet d’obtenir une première réponse. « L’idéal est d’adopter une consommation raisonnée et diversifiée pour limiter la pression sur les stocks disponibles », explique Alain Biseau. En se tournant vers les groupes de poissons dits « secondaires » moins courtisés par les consommateurs  : « le chinchard, le maquereau, le lieu noir ou le tacaud ». D’autres critères sont à prendre en compte  : l’indice de saisonnalité, qui correspond à la période durant laquelle les poissons d’une même espèce sont en nombre suffisant, l’état du stock de l’espèce, la technique de pêche utilisée pour l’obtenir et son impact sur eCeirsieue rearnité.5 Géant Une alimentation plus durable Interview Tina Schuler, Directrice générale des enseignes Casino Romuald Meigneux/Sipa J-P Moulet-Casino Selon le lieu de pêche, une espèce peut être plus ou moins menacée. l’habitat. Favorisez également l’achat de poissons issus de pratiques durables comme la pêche à la ligne ou le casier, « bien que cela ne soit pas un gage de pêche totalement durable », nuance Alain Biseau. La question des labels Par ailleurs, certaines espèces ne peuvent être consommées sans danger que si elles proviennent de certaines régions du monde. Par exemple, « la sole de mer du Nord est victime de surpêche donc à proscrire à l’achat. En revanche, il est éthiquement correct de consommer de la sole de mer Baltique car les stocks sont plus importants ». Tina Schuler, Directrice générale des enseignes Casino et dans lequel toute l’entreprise est embarquée. Chaque action compte. Comment faites-vous pour proposer à vos consommateurs une alimentation de meilleure qualité ? Nous capitalisons essentiellement sur notre marque Casino. A ce jour, 60% de l’offre alimentaire de la marque Casino affiche un Nutri-score A, B ou C alors que la moyenne de marché est de 49%. Nous retravaillons en parallèle la composition de 1000 produits cette année, avec une priorité sur les produits pour enfants  : réduction des teneurs en sucre, en matières grasses, en sel, introduction de céréales complètes, etc. La solidarité est également un axe développé par l’enseigne. En quoi ? Chaque année les équipes se mobilisent pour agir concrètement en faveur de nombreuses causes, comme avec la campagne de l’ONU (Orange Day), l’association « Toutes à l’Ecole », à travers du don de produits destinés à l’aide alimentaire, ou encore le soutien d’associations. Mais la solidarité se porte également sur notre soutien aux filières de production locale. Nous avons notamment développé une gamme de produits Casino « Pour nos éleveurs » 12 Lundi 7 juin 2021 Depuis 2002, le mode de production et l’origine de l’espèce doivent être mentionnés sur l’étiquette d’un produit à base de poisson. Pour les plus distraits, il est encore possible de s’y retrouver grâce aux labels (Pavillon France, Pêche Durable MSC, Label Rouge, etc.) Cependant, « les labels ne sont pas parfaits. Aucun ne fait l’unanimité car ils ne prennent pas en compte tous les critères nécessaires. Mais ils sont une bonne indication et incitent le consommateur à faire sa propre enquête », souligne Alain Biseau. Votre poissonnier peut vous aider dans cette quête. Car le vendeur des poissons aussi, il est bien gentil... Marc Ricard et noué un partenariat avec des garanties de volume et une rémunération juste pour les éleveurs. Propos recueillis par Audrey Douvre 20 Minutes Production Ce contenu a été réalisé pour Casino, par 20 Minutes Production, l’agence contenu de 20 Minutes.
SPÉCIAL OCÉANS Les cosmétiques font des vagues Pollution Plusieurs ONG dénoncent l’impact des crèmes solaires sur nos mers Les beaux jours reviennent et avec eux l’envie de profiter des plages. Fini le masque et les confinements, place au farniente et aux crèmes solaires. Sauf qu’entre les polluants chimiques et les microplastiques, ces produits pensés pour protéger la peau finissent dans les océans. Comme d’autres cosmétiques, ils jouent un rôle important dans la pollution de nos eaux. Au fond des mers, sur chaque kilomètre carré, pas moins de 70 kg de microplastiques s’entassent et « 20% de ces microplastiques proviennent des cosmétiques », affirme Louise Ras, cofondatrice de l’association Sailing Hirondelle. A ces microparticules s’ajoutent les composants de ces produits. Comme les filtres UV utilisés pour plusieurs crèmes solaires, l’octocrylène ou l’oxybenzone. Ces derniers interagissent avec le métabolisme des coraux et peuvent modifier leur ADN. « Aujourd’hui, il est très difficile de LU minutes PRODUCTION pour Elles nous parlent de l’engagement de la marque pour la protection des océans. Quel est votre lien avec les océans ? Estelle Lefébure  : Je suis plongeuse depuis l’âge de 23 ans. J’ai pu apprécier la beauté de ces paysages sous-marins mais aussi la dégradation et la pollution qu’ils subissent année après année. Erell Leblanc  : Il y a 10 ans, Mixa a lancé une gamme de haute et très haute protection spécifiquement développée pour les peaux sensibles de toute la famille. Vos engagements pour les protéger ? Estelle Lefébure  : En 2019, avec Géraldine Parodi, plongeuse archéologue et scaphandrière depuis plus de 10 ans, nous avons fondé l’association Spero rue 11.+11n1 -.2.F106.5RF Pour la protection des océans Environnement Estelle Lefébure, égérie Mixa et Erell Leblanc, directrice marketing chez Mixa Sopa Images/Sipa De la plage au fond des océans, le chemin est court pour certains polluants... savoir avec exactitude quel produit de la consommation courante n’est pas nocif pour les océans », souligne Grégory Voisin, toxicologue et fondateur de Toxi Plan. Conséquences graves Depuis plusieurs années, WWF tente d’alerter les pouvoirs publics sur le lien entre océans et alimentation humaine. En 2019, en partenariat avec l’université de Newcastle, en Australie, l’ONG Mare qui vise à protéger et sauvegarder la faune et la flore sous-marines. Erell  : Chez Mixa, nous réalisons une évaluation rigoureuse de la parfaite innocuité des ingrédients ainsi que du produit fini. Concernant les filtres solaires, nous les avons sélectionnés pour leur efficacité et leur tolérance, afin de protéger la peau des coups de soleil et de ses méfaits tout en respectant l’environnement. La formule de notre lait solaire pédiatrique a notamment été évaluée en conditions marines afin de vérifier l’absence d’impact néfaste sur l’environnement aquatique. Nous travaillons également des packagings plus responsables avec, sur ce même lait, 34% de plastique recyclé. Quelles actions entreprenez-vous ? Mixa rapportait qu’un être humain ingurgitait, en moyenne, 5 grammes de plastique par semaine. « Les plastiques ne polluent pas juste nos rivières et océans, expliquait alors Marco Lambertini, directeur général du WWF International, dans un communiqué. Ils ne tuent pas seulement la vie marine, ils sont en chacun d’entre nous. » D’autant que beaucoup de produits finissent au fond des océans et impactent tous les écosystèmes. « Par exemple, le 13 Lundi 7 juin 2021 « Les plastiques sont en chacun d’entre nous. » Marco Lambertini, Directeur général du WWF beurre de cacao des shampoings même bio va détruire l’organisme des poissons à cause du sucre contenu dans le cacao », explique Grégory Voisin. « On sait aussi que les médicaments ou les hormones de synthèse ne sont pas traités par les stations d’épuration », continue le toxicologue. De fait, ces substances se retrouvent dans l’alimentation de la faune et dans la flore avant de revenir dans nos assiettes. Cela peut conduire à une acidification des océans et à des conséquences sur la santé humaine. En France, il aura fallu attendre 2010 pour que la pollution marine soit définit dans un texte de loi. Au niveau mondial, le GESAMP, rattaché à l’ONU travaille sur les océans et leurs pollutions depuis plus de cinquante ans. Depuis de l’eau a coulé sous les ponts. De l’eau polluée, le plus souvent… Elna Hartman Estelle Lefébure s’engage auprès de Mixa pour la protection des océans. Estelle Lefébure  : Avec Spero Mare, nous souhaitons sensibiliser les jeunes générations à travers des ateliers thématiques et interactifs. Nous encadrons également des actions concrètes menées sur le terrain comme des journées de nettoyage, de découvertes des fonds marins ou encore la pesée des déchets ramassés. Et pour mener des actions de grande ampleur, nous organisons avec Spero Mare des missions avec plusieurs associations de préservation des fonds marins afin de partager notre savoir et de s’entraider. Propos recueillis par Audrey Douvre 20 Minutes Production Ce contenu a été réalisé pour Mixa, par 20 Minutes Production, l’agence contenu de 20 Minutes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :