20 Minutes France n°3627ES3 20 mai 2021
20 Minutes France n°3627ES3 20 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3627ES3 de 20 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 14

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : une dose de likes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
CULTURE runnsecondes Snapchat serait « le réseau social de la drogue », selon Darmanin. En favorisant les livraisons à domicile, Snapchat est devenu « le réseau social de la drogue », a accusé, mercredi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Mort de l’acteur Charles Grodin, star de Beethoven. Charles Grodin, l’acteur américain qui a joué dans 10 Jeudi 20 mai 2021 Ça s’anime de nouveau fort en salles Cinéma Le film « Demon Slayer » affiche complet, même dans la grande salle mythique du Grand Rex, à Paris « Un tsunami. » C’est ainsi qu’Alexandre Hellmann, le directeur du Grand Rex, cinéma iconique de Paris (2 e), qualifiait l’engouement pour les préventes du film Demon Slayer, exploité sur plus de 400 copies à partir de mercredi et l’un des événements de la réouverture des salles. « Les fans étaient au rendez-vous, au point que le système a explosé. » Ils étaient également au rendez-vous le jour J, et ce dès 7 h… pour la séance de 11 h ! « Même s’ils ont déjà tous leur ticket, ils veulent la meilleure place dans la salle », confirme Maxime, agent d’accueil et projectionniste. Et pas n’importe quelle salle, puisque Demon Slayer, Le Train de l’Infini est projeté dans la grande, habituellement prête à accueillir 2 700 spectateurs et spectatrices. Là, les 850 places sont prises, jauge des 35% du protocole sanitaire oblige. « Une animation magique » Alors que les cinéphiles de la séance de 11 h s’apprêtent à sortir, il y a déjà la queue pour la suivante, deux heures plus tard. Namory et ses potes ont entre 16 et 20 ans, et ils sont fans de la série animée disponible sur Wakanim. Mais ils n’ont pas lu ce manga, précise Anas (lire l’encadré). La petite bande est en fait fidèle aux avant-premières d’animes, régulièrement organisées par le Grand Rex. Namory qualifie l’animation de Demon Slayer de « magique », et loue le folklore japonais au cœur de l’histoire. Anas renchérit  : « Demon Slayer est un pur shônen traditionnel. » A la sortie de séance, Claude, 58 ans, avoue avoir pleuré deux fois. Il est venu avec sa fille Camille, 13 ans, qui l’a initié à la série. Et ils ont tous deux sorti les masques japonais pour l’occasion  : « L’anime sait parler à la jeunesse et, par exemple, n’hésite pas à montrer ses héros pleurer. C’est rare. » Vincent Julé Et la tentation de voir le film en avance ? Si les fans ne se sont pas lancés dans le manga, c’est aussi pour se préserver des surprises que leur réservera l’histoire et donc l’adaptation animée. Et la tentation de voir le film « en avance », pour ne pas dire illégalement ? « Non, non, non, il faut le voir en salles », assure Loceni, avant d’avouer qu’un ami l’a vu ainsi, mais y retourne ce jeudi au cinéma. Un burger au champignon magique Gastronomie Des burgers en terrasse à La Felicità. Après les pâtes et les pizzas, le food hall orchestré par Big Mamma dans le 13 e arrondissement de Paris ouvre un nouveau comptoir  : Top Bun. A la carte, quatre burgers dodus et sexy  : un bœuf, un poulet et deux végétariens. Notre choix se porte sur le Magic Mushroom Burger, dont le nom fait autant rêver que saliver. Le champignon magique, c’est un portobello, V. Julé/20 Minutes Camille et Claude, fans « masqués » de père en fille, ont assisté à la 1 re séance de Demon Slayer, au Grand Rex, à Paris. avec un chapeau large et plat. « On le cuit avant à la plancha pour extraire son eau, sans rien perdre de son goût, confie à 20 Minutes Eric Azoug, le chef des cuisines de La Felicità. Cette recette n’a rien à envier aux burgers de viande plus classiques. » Stéphane Leblanc Vidéo Sandwich au top  : les secrets du Magic Mushroom Burger. Un phénomène manga qui rend gaga Déjà évoqué lors du record historique du film au Japon ou du retour en grâce de son éditeur français, le manga Demon Slayer a été un phénomène d’abord japonais et, aujourd’hui, mondial. En France, la sortie du film Le Train de l’infini, mercredi, pile pour la réouverture des cinémas, est un événement de taille. Créé par la mangaka Koyoharu Gotouge en 2016 et prépublié dans le Weekly Shônen Jump de la Shueisha, Demon Slayer s’est terminé quatre ans et 23 volumes plus tard (le tome 17 vient de sortir en France), le temps pour le titre de battre des records de ventes. Que s’est-il passé ? Une adaptation animée, tout simplement. « La montée en puissance s’est faite petit à petit et a explosé avec l’anime, son animation de haute qualité et ses scènes déjà cultes », explique le journaliste spécialisé Rémi Inghilterra. Le manga a aussi profité d’un fort bouche-à-oreille, démultiplié par la communauté de fans, les réseaux sociaux et le soutien d’influenceurs et youtubeurs. Enfin, pour Matthias « Des fans ont pleuré devant la beauté de l’épisode 19. » Matthias Jambon-Puillet, de Wakanim Jambon-Puillet, manageur marketing de Wakanim (plateforme spécialisée dans l’animation japonaise), si l’animation est d’une qualité rare pour une production télé, il y a autre chose  : « Il y a une maîtrise et une sensibilité qui font toute la différence. Si certains fans ont pleuré devant la beauté de l’épisode 19, c’est surtout grâce à un travail d’attachement aux personnages. » V.J. Beethoven, est mort à l’âge de 86 ans, a appris mardi l’AFP. Il s’était aussi illustré au côté de Robert de Niro dans Midnight Run. Youssoupha signe l’hymne pour l’Euro. Ecris mon nom en bleu !  : l’Equipe de France de footballa dévoilé mercredi sur Twitter le nouvel hymne des Bleus, composé et interprété par le rappeur Youssoupha. Koyoharu Gotoge/Shueisha, Aniplex, ufotable
CULTURE A l’Odéon, la lutte reste à l’affiche Culture Malgré le déconfinement des lieux culturels, les spectacles n’ont pas repris dans le théâtre parisien, qui reste occupé Le cœur n’était pas à la fête au théâtre de l’Odéon, mercredi matin. La veille, un coup de théâtre a fait trembler les murs de l’établissement parisien  : La Ménagerie de verre, la pièce qui devait signer la reprise, avec pour tête d’affiche Isabelle Huppert, ne se jouera pas. Une décision prise par le directeur, Stéphane Braunschweig. Depuis plusieurs jours, un bras de fer se tient entre la direction du théâtre et une quarantaine « d’occupants ». Avant de les rencontrer, il faut montrer patte blanche auprès des agents de sécurité. Nous pouvons ensuite rencontrer Arthur, un journaliste pigiste, ainsi que Victoria, comédienne, chanteuse et autrice, et Martine, prof de boxe française, toutes deux en charge du « tour de garde », pour prévenir d’une éventuelle expulsion. Depuis le 4 mars, une quarantaine O.Juszczak/20Minutes de personnes vivent nuit et jour dans l’Odéon pour faire entendre leurs voix. Parallèlement, la partie non occupée accueille les équipes qui préparent la reprise. Une cohabitation qui semblait être tolérée par la direction, jusqu’à la semaine dernière. « Le public doit revenir » « J’ai considéré pendant deux mois que le théâtre étant fermé, on pouvait accepter un certain nombre de choses, explique Stéphane Braunschweig. Je pense que c’était nécessaire d’accepter cette occupation pour que ces revendications soient portées. Aujourd’hui, le public doit revenir, les artistes doivent pouvoir jouer et les conditions ne sont pas réunies. » Les deux parties dialoguaient depuis plusieurs jours en vue d’une reprise, mercredi. « Il n’est pas question de Découvrez le Prix du roman 20 Minutes BLEU DE LUNE "Une épopée héroïque ausouffle romanesque", selon Maxime Chattam, le président dujury.C. Weickert/20 Minutes bloquer le spectacle ou de le perturber, précise Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacle. On s’était proposé de se mettre à l’écart, à l’exception de prises de parole de deux minutes à l’ouverture des spectacles. » Un point de crispation a tendu les échanges  : l’occupation nocturne des locaux. Conscients de faire acte de « désobéissance civile », les occupants refusent de négocier sur cette présence nocturne, de peur de se voir chasser peu à peu du théâtre. Outre la prolongation de l’année blanche, annoncée récemment par le ministère de la Culture, leurs revendications dépassent la sphère culturelle. usTELLETuli AC BLEU 1)13 N Disponible en scannant ce QRcode mais également sur toutes les plateformes et en librairies..) "teire ; 17,01..,reqe 11 Jeudi 20 mai 2021 Le théâtre a annulé la représentation qui devait marquer la reprise, mercredi. Ils demandent notamment le retrait de la réforme de l’assurance chômage, et « un plan massif de soutien à l’emploi, impliquant les jeunes ». Avec le souhait d’une convergence des luttes. Un appel à manifester, samedi à partir de 13h, dans différentes villes de France, a été lancé. En attendant d’être entendus par le gouvernement, les occupants comptent poursuivre l’occupation du théâtre, sans empêcher la reprise. « Ce que nous demandons à la direction, c’est de tenir la représentation, a affirmé Denis Gravouil mercredi. Nous ne voulons pas bloquer les spectacles, nous voulons que tout le monde travaille. » Clio Weickert



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :