20 Minutes France n°3621ES8 22 avr 2021
20 Minutes France n°3621ES8 22 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3621ES8 de 22 avr 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 14

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : ça sent bon pour le climat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ ZZ- LL SL ore 91,. PL 01 SL... H ere 91- dueli5gi ir Le soleil se pavane avec un petit vent de fraîcheur Le temps est beau sur les deux tiers nord du pays. Malgré le soleil, un petit vent d’est maintient un ressenti un peu frais au nord de la Loire. Au Sud, il fait plus doux, mais le ciel est parfois encore mitigé. liddV-ERM-Al saMIP/9P eJ/In suols ! A 1d.41 oajatu 2 Jeudi 22 avril 2021 L’ARN messager de bonnes nouvelles ? Vaccination Sa technologie semble la plus adaptée contre les différents variants du coronavirus La clé d’un quotidien sans Covid-19, les autorités sanitaires le martèlent, c’est la vaccination, dont l’ouverture généralisée aux plus de 18 ans est prévue cet été. Mais avec quels vaccins et pour quelle efficacité ? Les risques de thrombose associés aux vaccins AstraZeneca et Janssen ont refroidi une partie des populations éligibles à la vaccination, qui aujourd’hui boudent ces sérums. Dans cette tempête virale, le « vaisseau ARN messager » lui, ne tangue pas. Et, maintenant, tout le monde ou presque veut se faire vacciner avec du Pfizer ou du Moderna, aux prouesses implacables. Il est probable que l’Europe ne fasse pas de nouvelles commandes de vaccins AstraZeneca. Alors, « pour résolument vaincre le virus, nous devrons être prêts, à un certain moment, à faire des rappels pour renforcer et prolonger l’immunité et, si des variants résistants apparaissent, nous devrons mettre au point des vaccins adaptés », a rappelé Ursula Von Der Leyen, la présidente de la Commission européenne, I. Harsin/Sipa Aujourd’hui, tout le monde ou presque veut se faire vacciner avec du Pfizer ou du Moderna, aux prouesses implacables. le 13 avril. Et pour la cheffe de l’exécutif communautaire, la solution est claire  : il faut se fonder sur « les technologies qui ont fait leurs preuves, ce qui est le cas des vaccins à ARNm ». A savoir, Pfizer-BioNTech et Moderna, les deux sérums à ARN messager disponibles à ce jour, qui seront bientôt rejoints par l’Allemand Curevac. Ainsi, si « la décision n’est pas tranchée », « la plus grande probabilité » est que l’Europe ne fasse pas de nouvelles commandes de vaccins AstraZeneca, a déclaré la ministre française de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, il y a quelques jours. Dans le même temps, la crainte grandit autour des variants brésilien et sud-africain du coronavirus. « Ces variants posent souci parce qu’ils causent un échappement immunitaire, c’est-à-dire qu’ils réduisent la réponse immunitaire protectrice induite par la vaccination, explique Daniel Floret, vice-président de la Commission technique des vaccinations de la Haute autorité de santé. AstraZeneca se révèle ici moins protecteur. Et, ce que l’on sait, c’est que les deux vaccins à ARNm gardent une bonne efficacité contre ces variants plus virulents, probablement un peu moins bonne que sur le variant La météo en France « Sans le tchad, l’opération Barkhane serait plus difficile à mener » Armes Il était l’un des principaux alliés de la France dans sa lutte contre le terrorisme au Sahel. Idriss Déby, président du Tchad depuis trente ans, est mort le 20 avril lors de combats contre des forces rebelles. Une disparition qui pourrait poser problème, selon le député Thomas Gassilloud, vice-président du groupe d’amitié France-Tchad. La mort d’Idriss Déby peut-elle mettre en péril la poursuite de l’opération Barkhane ? C’est un peu tôt pour le dire. Ce qu’on peut noter, c’est que si le Tchad décidait de moins s’engager dans la lutte contre le djihadisme, cela signifierait concrètement moins de forces disponibles pour la sécurité au Sahel. Aujourd’hui, anglais et sur la souche initiale, mais tout de même très satisfaisante. » Pour autant, les vaccins anti-Covid élaborés selon des formulations plus classiques – à vecteur viral – ne doivent pas être mis au rebut. « Aujourd’hui en France, c’est le variant anglais qui est dominant, il représente plus de 85% des infections, et contre ce variant, Pfizer, Moderna, mais aussi AstraZeneca et Janssen sont efficaces », rappelle Daniel Floret, qui souligne qu’il est « également possible d’adapter aux nouveaux variants les formulations des vaccins à vecteur viral ». Anissa Boumediene le renfort tchadien au sein de Barkhane est particulièrement apprécié. Et, sans le Tchad, ce serait un peu plus difficile. Leurs troupes sont très mobiles, très combatives, elles n’hésitent pas à aller au contact de l’adversaire. Une instabilité au Tchad est-elle susceptible d’entraîner un risque sécuritaire en Europe et en France ? Si le Tchad traverse une zone de turbulences, il est possible qu’une partie des soldats mobilisés contre le terrorisme soient redéployés pour s’occuper de la scène nationale. Or, tout renfort est bon à prendre, donc ça peut poser des difficultés sur le front de la lutte contre le djihadisme. Moins de partenaires agissant au Sahel, plus cela pose un problème de sécurité. Propos recueillis par Hélène Sergent
Pool/Getty Images/AFP ACTUALITÉ Climat Le sommet organisé par Joe Biden marque le retour des Etats-Unis dans la lutte contre le réchauffement Ce jeudi et vendredi, une quarantaine de chefs d’Etat participeront par visioconférence au sommet sur le climat organisé par le président américain, Joe Biden. A sept mois de la COP26 de Glasgow (Ecosse), les Etats-Unis prennent les rênes du combat dans la lutte contre le réchauffement, après la sortie du pays de l’accord de Paris durant le mandat de Donald Trump. Mais à quoi peut-on s’attendre ? Le satellite utilisé par le service Copernicus pour observer la Terre. European Space Agency/AFP Une partie des 40 dirigeants devrait présenter de nouveaux engagements en matière de baisse des émissions de gaz à effet de serre. A commencer par les Etats-Unis. « Ils devraient rendre publique leur promesse de réduire d’au moins 50% les émissions américaines d’ici à 2030, par rapport au niveau de 2005 », avance Carole Mathieu, chercheuse à l’Institut français des relations internationales (Ifri). « L’objectif, c’est qu’un maximum de pays annoncent revoir leurs engagements à la hausse pour créer un effet d’entraînement, estime François Gemenne, chercheur en géopolitique climatique. Ça sera un sommet d’annonces, pas juste de négociations. » La Chine, l’un des deux premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet Coup de chaleur sur l’Europe en 2020 De nouveau, d’inquiétants records sont tombés. Ce jeudi, le service Copernicus pour le changement climatique publie une nouvelle édition de son rapport sur l’état du climat européen, le quatrième du genre. Il porte, cette fois, sur l’année 2020. La pandémie de Covid-19 a eu un effet sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), en les faisant baisser de 8% par rapport à 2019. Mais c’est peu. Car, en 2020, on a continué d’émettre plus de GES que la Terre est capable d’en absorber. Leur concentration dans l’atmosphère a continué d’augmenter. « De 0,6% pour le C02 et de 0,8% pour le méthane », indique Copernicus. de serre avec les Etats-Unis, a annoncé sa participation au sommet. Le président Xi Jinping devrait d’ailleurs prononcer un « important discours » lors du sommet. « On ne sait pas si la Chine fera des annonces, mais la participation de Xi Jinping est déjà une grande victoire, tant les relations entre les deux pays sont dégradées », analyse Carole Mathieu. L’Inde, troisième émetteur de carbone au monde, est elle aussi attendue au tournant. Sur le volet des températures, 2020 s’inscrit dans la lignée des années précédentes. « A l’échelle mondiale, c’est l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées », indique Copernicus. Le mercure est notamment monté très haut en Arctique, au point de faire de 2020 la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée pour l’ensemble de cette région. Par ailleurs, l’hiver et l’automne 2020 resteront dans les annales « comme les plus chauds jamais enregistrés en Europe ». Les températures moyennes de l‘hiver ont ainsi été 3,4 °C au-dessus de la moyenne sur la période 1981-2010. Fabrice Pouliquen 3 Jeudi 22 avril 2021 Le président des Etats-Unis est à l’initiative de ce sommet virtuel, lors duquel une quarantaine de chefs d’Etat doivent se réunir, ce jeudi et vendredi. L’Amerique se chauffe pour la planète « La participation du président chinois est déjà une grande victoire. » Carole Mathieu, chercheuse à l’Ifri Du côté de la Russie, qui a confirmé sa participation, c’est l’inconnu. « Vladimir Poutine va-t-il polluer le sommet avec d’autres sujets de tension ou va-t-il sanctuariser la question de l’enjeu climatique ? », s’interroge François Gemenne. Pour ce qui est de l’Union européenne, les 27 Etats membres pourront faire bonne figure après l’adoption d’un récent accord sur une réduction nette d’« au moins 55% » de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à 1990. Annonces ou pas, pour Carole Mathieu, en invitant l’ensemble des grands émetteurs, les Etats-Unis « invitent leurs partenaires, voire les obligent, à mettre en œuvre des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique ». Réponse vendredi. Manon Aublanc Précipitations records Copernicus est revenu sur la tempête Alex de début octobre, autre fait marquant en 2020 sur le front climatique. Celle-ci a provoqué des précipitations très élevées sur des temps très courts, faisant tomber plusieurs records en Grande-Bretagne et en France. « Elles ont été particulièrement importantes dans les Alpes maritimes françaises et italiennes, avec des précipitations sur une journée jusqu’à trois fois supérieures à celles enregistrées en moyenne sur un mois d’octobre », rappelle Copernicus.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :