20 Minutes France n°3621ES4 16 avr 2021
20 Minutes France n°3621ES4 16 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3621ES4 de 16 avr 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : les super-pouvoirs de l'imaginaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
CULTURE Jeu Les hommes de la tribu rouge n’ont pas caché leur stratégie d’éliminer les femmes de leur équipe les unes après les autres Les réseaux sociaux, la nouvelle réalité de la téléréalité Petits écrans Chaque vendredi soir, pour les fans de « Koh- Lanta », l’émission se déroule sur deux écrans. La télé et celui du smartphone. Ils s’affrontent sur Twitter à coups de tendances, phrases cultes et mèmes de Denis Brogniart. Le but de cette épreuve  : commenter le programme sur le réseau social en même temps que sa diffusion à la télévision. Une stratégie gagnante pratiquée pour « Les Marseillais », « Les Princes de l’amour », « L’amour est dans le pré » et autres émissions de téléréalité. La main sur la narration « Il y a désormais une synergie entre les programmes télé et les réseaux sociaux », relève Nathalie Nadaud- Albertini, docteure en sociologie des médias à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et spécialiste des écrans. Sur Instagram, sur TikTok, sur Snapchat, les participants ont repris la main sur la narration et livrent « leur vérité ». Ils teasent des intrigues, sèment des indices, et se mettent en scène pour gagner du temps à l’écran. Alors, la télévision est-elle devenue hasbeen ? Le petit écran a surtout perdu son côté exclusif. Quel serait l’intérêt d’une émission comme l’« After Secret », quand un candidat peut se fendre d’un tweet pour commenter son élimination ? « Il y a vingt ans, des stars de la téléréalité comme Ayem se voyaient faire carrière à la télévision. Aujourd’hui, c’est sur les réseaux sociaux. Ils ont démocratisé le métier d’influenceur », explique Mourad Ait Elhadj, senior creative strategist France chez Divimove, une agence spécialisée dans le digital media. Sélène AgapéC. Minichiello/AGF/SipannCu secondes Des dons au Téléthon malgré le confinement. Finalement, le Téléthon 2020 a permis de récolter au total près de 80 millions d’euros malgré l’annulation, pour cause de confinement, des animations qui symbolisent ce marathon caritatif, se sont félicités jeudi les organisateurs. Un Lion d’or pour la carrière de Roberto Benigni. L’acteur, réalisateur et scénariste italien Roberto Benigni recevra un Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière à l’occasion de la 78 e Mostra 14 Vendredi 16 avril 2021 « Koh-Lanta » à l’épreuve du sexisme « Nous traiter de machos, je ne l’encaisse pas très bien. » Piqué au vif, Frédéric n’a pas caché sa stupéfaction lors du dernier épisode de « Koh-Lanta ». « Dans la vie de tous les jours, je suis loin d’être comme ça. Je serais capable de partir de l’aventure tellement ça m’insupporte qu’on me traite de macho », a même prévenu face caméra le candidat de l’équipe rouge. OK, pas macho le Frédo. Mais comment appeler une stratégie consistant à éliminer les candidates les unes après les autres ? Le sujet a été mis sur le tapis dans l’épisode de la semaine dernière. Laure et Maxine, les deux seules femmes épargnées jusque-là au sein des rouges, ont enfin ouvert les yeux sur ce qui se tramait depuis plusieurs jours dans leur dos. Ont-elles raison de s’inquiéter ?, a demandé Denis Brogniart. « Oui, bien sûr », a répondu Arnaud sans hésiter. « Depuis le début, on a trouvé un terrain d’entente avec les garçons », a poursuivi Hervé. « Eliminer des femmes, ça a un côté machiste, peut-être, d’un œil extérieur. Ce qui n’est pas le cas, ça s’est fait petit à petit avec les affinités », a plaidé Frédéric. A. Issock/ALP/TF1/Starface Une partie de l’équipe rouge de « Koh-Lanta ». Les femmes survivront-elles au sexisme de cette 22 e saison ? Dans l’équipe adverse, celle des jaunes, la doyenne, Sylviane, a été la première à partir. « Je suis fair-play, il n’y a aucun problème avec ça », a-t-elle assuré à 20 Minutes. Chez les rouges, la deuxième éliminée fut Candice. Elle a peut-être agacé l’ego de certains hommes à force de multiplier les conseils en survie. Un « milieu très masculin » « Je ne pense pas que ce soit une question de blesser l’orgueil, mais davantage une sorte de frustration », estimait la jeune femme lors de son élimination, reconnaissant toutefois mettre les pieds dans un « milieu très masculin » dans « l’inconscient collectif ». Mais pas question pour elle de voir en ses acolytes des sexistes en puissance  : « Frédéric, sur les réseaux sociaux, est qualifié de sexiste, or, il se trouve que c’est une des personnes dont je me suis le plus rapprochée. C’est un gars avec des valeurs extra. » Fabien Randanne et Clio Weickert La répartition des tâches La question du sexisme, conscient ou inconscient, est récurrente dans « Koh-Lanta ». Beaucoup ne s’aperçoivent pas de la répartition genrée des tâches sur le camp  : les femmes comptent les rations de riz et cuisinent, les hommes chassent ou font le feu – depuis la création du programme, une seule femme, Sara Tallon, a fait du feu. de Venise (du 1er au 11 septembre), a annoncé jeudi la direction du festival. Il avait obtenu un succès mondial avec La vie est belle (1997), une tragicomédie sur l’Holocauste. France Inter indétrônable, RTL chute. L’audience de la radio est toujours en berne. Malmenée par la pandémie, elle a encore perdu des auditeurs de janvier à mars, selon les résultats dévoilés jeudi par Médiamétrie. La leadeuse France Inter creuse ainsi l’écart avec RTL, tandis que France Info conserve sa troisième place. Un clip poétique en hommage à Serge Gainsbourg. Le réalisateur Michel Gondry a dévoilé mardi sur YouTube un clip inédit de La Chanson de Prévert, de Serge Gainsbourg. Le réalisateur d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind salue ainsi la mémoire du chanteur.
SPORTS Un kimono pour deux Jeux olympiques Marie-Eve Gahié et Margaux Pinot, judokas françaises émérites, se disputent une place pour aller à Tokyo Six visages et une silhouette grisée. Dans un tweet du 6 avril, la Fédération française de judo présentait la future délégation féminine aux Jeux olympiques de Tokyo. Au côté des taulières Agbegnenou, Buchard ou Malonga, un seul poste reste à pourvoir, chez les -70 kg. Le choix cornélien entre les deux vedettes planétaires de la catégorie – Marie-Eve Gahié (24 ans), « On va analyser l’ensemble des saisons et des compétitions. » Larbi Benboudaoud championne du monde, et Margaux Pinot (27 ans), double championne d’Europe – doit être entériné à l’issue de l’Euro à Lisbonne, qui se tient de ce vendredi à dimanche. Et c’est Larbi Benboudaoud qui va devoir se coltiner cette mission impossible, après les combats de la catégorie programmés samedi. Comme si Pochettino devait absolument trancher entre Neymar et Mbappé. Sans pouvoir remplacer l’un par l’autre en cours de partie. « On ne s’arrêtera pas à un seul tournoi, prévient le directeur de la haute performance du judo français. On va analyser l’ensemble des saisons et des compétitions, voir qui elles ont affronté, etc. » Renaud Lavillenie est le favori pour être le porte-drapeau masculin. Photos  : T. Kikumasa/AP/Sipa Chine Nouvelle/Sipa Gahié (à g.) est championne du monde, Pinot double championne d’Europe. Le dilemme entre Gahié et Pinot renvoie un autre ancien champion français, Benjamin Darbelet, dix-sept ans en arrière, et à un duel en haute altitude chez les -66 kg...contre Larbi Benboudaoud. « La concurrence fait avancer, rappelle Darbelet, aujourd’hui reconverti dans le coaching personnel à la tête du Studio Alexis Vastine à Saint-Raphaël, dans le Var. Mes concurrents, ce sont encore mes amis aujourd’hui. Oui, c’est compliqué  : c’est un sport individuel, tu veux ta place. Je donnais tout ce que je pouvais en compétition, mais je faisais abstraction du reste. » Il n’empêche que ce genre de bataille est terrible, comme l’a prouvé le duel épique remporté en décembre par Hifumi Abe face à Joshiro Maruyama pour représenter le Japon à domicile cet été, en -66 kg. « Pour la dernière sélection, ils ont fait un combat qui s’est joué après vingt minutes de golden score, raconte Darbelet. A la fin, le sélectionneur, Kosei Inoue, une légende du judo, était en larmes ! » En résumé, on n’aimerait pas s’appeler Larbi Benboudaoud dans quelques jours. Même si, après tout, la « perdante » pourrait se consoler en pensant aux Jeux de Paris, qui auront lieu dans à peine trois ans. Benboudaoud met un ippon à cette thèse  : « L’horizon 2024, ça vaut pour les petites jeunes. Mais quand tu es au top et que l’objectif est à portée de main, l’instant T prévaut. » Et l’instant T, c’est maintenant. Nicolas Stival La chasse au drapeau est ouverte C’est un honneur qui pèse parfois sur les esprits, y compris les mieux préparés, même si Teddy Riner a prouvé à Rio qu’être porte-drapeau n’était pas forcément une malédiction. Et puis cette fois, ils seront deux, un homme et une femme, à partager la charge d’être présents partout, pour soi et pour les autres. Douze candidats, sept femmes et cinq hommes, ont accepté d’être mis en avant par leur fédération. Ils seront départagés, in fine, par les 59 ambassadeurs des fédérations engagées à Tokyo. Les favoris sont le nageur Florent Manaudou, la lanceuse du disque Melina Robert-Michon, la judoka Clarisse Agbegnenou et surtout le perchiste Renaud Lavillenie. « Bonjour, je suis membre de l’équipe de France depuis plus de dix ans, deux médailles olympiques dont une en or à Londres, j’ai détenu le record du monde pendant six ans. » En dix secondes de présentation, le sauteur à la perche donne des airs de victoire inéluctable à sa candidature. Chez les femmes, le combat sera sans doute plus serré entre Mélina Robert-Michon (41 ans), qui est un peu la « maman » de la délégation tricolore, et Clarisse Agbegnenou, qui a de grandes chances d’obtenir l’or dans un pays où le judo est roi. Julien Laloye V. Hache/AFP 15 Vendredi 16 avril 2021 Ligue 1 - 33 e journée Vendredi  : Lille-Montpellier Samedi  : Angers-Rennes, Marseille-Lorient Dimanche  : Paris-Saint-Etienne, Brest-Lens, Dijon-Nice, Nîmes-Strasbourg, Reims-Metz, Bordeaux-Monaco, Nantes-Lyon Classement Pts Diff. 1 LILLE 69 +34 2 Paris 66 +48 3 Monaco 65 +29 4 Lyon 64 +32 5 Lens 52 +7 6 Marseille 49 +4 7 Rennes 48 +5 8 Montpellier 46 -1 9 Nice 43 -1 10 Metz 42 -2 11 Angers 41 -13 12 Reims 40 0 13 Saint-Etienne 39 -11 14 Strasbourg 36 -9 15 Bordeaux 36 -10 16 Brest 36 -11 17 Lorient 32 -20 18 Nîmes 30 -28 19 Nantes 28 -17 20 Dijon 15 -36nnru secondes Rendez-vous le 28 avril pour Paris et City. Le PSG recevra le mercredi 28 avril le club de Manchester à l’occasion de la demi-finale aller de la Ligue des champions. Match retour le 4 mai. Dans l’autre demie, le Real accueillera le 27 avril Chelsea, avant un retour le 5 mai. Djokovic à terre. Le Serbe a été éliminé jeudi en huitième de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo par le Britannique Daniel Evans (6-4, 7-5). Le Français Lucas Pouille a lui aussi pris la porte, battu par l’Espagnol AlejandroDavidovich (6-2, 7-6). Alaphilippe reste avec les Belges. Le cycliste français a annoncé sur les réseaux la prolongation de son contrat jusqu’en 2024 au sein de l’équipe Deceuninck-QuickStep.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :