20 Minutes France n°3621ES3 15 avr 2021
20 Minutes France n°3621ES3 15 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3621ES3 de 15 avr 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 14

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : gérants verts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ACTUALITÉ « La contrainte sociale demeure » Famille Le chercheur Sébastien Grobon explique l’évolution, depuis le début du XX e siècle, de l’avis des parents sur le conjoint de leur enfant Jamais facile de se faire accepter par belle-maman et beau-papa. Mais cela a-t-il toujours été le cas ? Dans une étude de l’Institut national d’études démographiques publiée mercredi, Sébastien Gribon, chercheur au Centre d’économie de la Sorbonne, et coauteur de ces travaux, s’intéresse au regard et au poids que peuvent avoir les parents dans le choix du conjoint de leur enfant, depuis le début du XX e siècle jusqu’à aujourd’hui. En 1919, en France, plus de huit unions sur dix étaient accueillies favorablement par les parents des deux conjoints. Cette proportion était quasi identique en 2014. Pourquoi ? Le taux très fort de 1919 s’explique par le fait que tout était contrôlé  : le choix d’aller à l’encontre de la volonté de ses parents était très risqué. Le meurtrier de Sarah Halimi ne sera pas jugé Antisémitisme La Cour de cassation a tranché mercredi. Kobili Traoré ne sera pas jugé pour le meurtre de sa voisine, Sarah Halimi, une sexagénaire de confession juive, en avril 2017. Qu’importe que plusieurs témoins l’aient vu rouer de coups la victime puis la défenestrer aux cris d’« Allah Akbar ». Qu’importe ses aveux. Dans leur arrêt, les « sages » ont confirmé le non-lieu pour irresponsabilité pénale prononcé en décembre 2019 dans ce dossier  : ce soir-là, le discernement du meurtrier était aboli. Il ne peut donc pas répondre pénalement de son geste. « Nous avions placé beaucoup d’attente auprès des magistrats que l’on dit « sages » », a déploré lors d’une conférence de presse, l’une des avocates de la famille, Muriel Ouaknine-Melki, qui s’est inquiétée du message envoyé à la communauté juive, en dépit de la reconnaissance du caractère antisémite du meurtre. Kobili Traoré fait aujourd’hui l’objet d’une hospitalisation d’office complète en milieu psychiatrique et de mesures de sûreté pendant vingt ans. Caroline Politi Actuellement, les enfants ont l’initiative de choisir comme ils l’entendent, ce qui n’exclut pas qu’ils continuent à choisir quelqu’un qui ne soit pas trop éloigné du milieu qu’ils ont connu. Durant la période 1960-1970, les désaccords avec les parents sur les choix d’un conjoint sont plus nombreux. Comment l’expliquer ? Les désaccords augmentent à mesure que la famille a de moins en moins son mot à dire dans le choix du conjoint de l’enfant, et cela culmine dans les années 1960-1970. C’est une période pivot. Au cours du siècle, la société, dans son ensemble, change radicalement. D’abord parce que les gens sont de plus en plus mobiles, mais aussi parce que l’on rencontre de moins en moins son conjoint par l’intermédiaire de ses parents ou dans le voisinage. Et puis les préférences évoluent  : on Isopix/Sipa (illustration) se soucie d’avoir des goûts communs plutôt que d’être du même milieu social. Quand les parents se retrouvent face à un gendre ou une belle-fille qui vient d’un milieu qu’ils ne connaissent ou ne comprennent pas, les avis sont moins souvent favorables. Qu’en est-il du rapport à la religion et au pays d’origine du conjoint ? On est passé de 50% d’avis favorables sur un conjoint venant de l’étranger en 1920, à 75% en 2014. A cette date, les avis des parents ne sont en moyenne plus différents selon que le conjoint de leur enfant soit du même pays de naissance ou non. C’est l’une des évolutions les plus spectaculaires, et elle 4 Jeudi 15 avril 2021 Plus de huit unions sur dix sont accueillies favorablement par les parents. La mère de Mia au cœur de l’enquête Enlèvement La mère de Mia serait-elle impliquée dans le rapt de la fillette de 8 ans ? Mardi, la petite fille brune a été enlevée par trois hommes alors qu’elle se trouvait chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, non loin d’Epinal (Vosges). Depuis, Lola Montemaggi, sa mère, qui « n’avait pas le droit de la voir seule », ne se « trouve plus à son domicile », a expliqué mercredi le S. Bozon/AFP Mia, 8 ans, a été enlevée mardi par trois hommes dans les Vosges. procureur de la République d’Epinal, Nicolas Heitz, lors d’une conférence de presse. Cette femme de 28 ans, au profil inquiétant, est au cœur des investigations des gendarmes de la section de recherches de Nancy. « Collectivement inquiets » Mardi, vers 21h, la procédure Alerte enlèvement est déclenchée par le parquet. Les visages de la fillette, qui mesure 1,30m et a des cheveux longs et bruns avec une frange, et de sa mère apparaissent sur tous les écrans de télévisions. Levée au bout de trois heures, cette alerte a permis aux gendarmes de recevoir une trentaine de signalements. L’appartement de la mère, situé à Epinal, a fait l’objet d’une « perquisition minutieuse », précise le procureur. « Nous sommes tous collectivement inquiets, nous espérons que l’enquête permettra rapidement » de retrouver l’enfant, a insisté Nicolas Heitz. S’ils ne libèrent pas l’enfant volontairement, les ravisseurs encourent une peine de trente ans de réclusion criminelle. Toute personne ayant des informations peut les communiquer aux enquêteurs en appelant le 0 800 36 32 68 ou en composant le 17. Thibaut Chevillard est du même ordre concernant la religion. Ici encore, le changement des mentalités accompagne des évolutions profondes de la société. On l’a dit, les personnes sont bien plus mobiles, ce qui favorise des rencontres multiculturelles En bref, le choix du conjoint s’est recomposé tout au long du siècle, depuis l’influence directe de la famille traditionnelle vers un choix de l’enfant en fonction de ses préférences. Mais, encore une fois, même si le choix est moins « dicté » par les parents, la contrainte sociale demeure dans la manière dont les enfants choisissent leur conjoint à partir de goûts communs. Propos recueillis par Coraline MerciernnCu secondes Olivier Duhamel reconnaît des faits d’inceste sur son beau-fils. Entendu mardi comme suspect libre dans l’enquête sur des viols dont l’accuse son beau-fils « Victor », le politologue Olivier Duhamel a reconnu les faits, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier. Bernard Madoff, condamné pour escroquerie, est mort. L’auteur de la plus grande escroquerie financière de l’histoire, Bernard Madoff, est mort à 82 ans dans le pénitencier de Caroline du Nord. L’escroc, qui avait détourné environ 65 milliards de dollars (54 milliards d’euros), purgeait une peine de cinq cinquante ans de prison. La justice clôt l’affaire Barbarin. En rejetant le pourvoi d’accusateurs de Philippe Barbarin, la Cour de cassation a mis mercredi un point final à une affaire qui a ébranlé l’Eglise. Huit victimes de l’ex-prêtre Bernard Preynat reprochaient à l’ancien archevêque de Lyon de ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles commises par ce prêtre de son diocèse.
Il L minutes Dès la veille au soir, lisez le journal du lendemain directement sur votre mobile ? 2 minutee 44000... Scannez ce code pour découvrir notre nouvelle édition journal.20minutes.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :