20 Minutes France n°3621ES 13 avr 2021
20 Minutes France n°3621ES 13 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3621ES de 13 avr 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : maintien des élections, l'exécutif vote pour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
C. Stache/AFP SPORTS Au match aller à Munich (2-3), les Parisiens avaient délaissé la possession de balle au profit de transitions rapides. Le beau en passe de devenir l’ennemi du bien au PSG Football Avant de retrouver le Bayern ce mardi, Paris a révisé sa philosophie de jeu « Dans un club aussi important que le PSG, il n’est pas seulement important de gagner, il faut le faire avec style. » Voilà la communication officielle de Mauricio Pochettino lors de sa nomination au poste d’entraîneur. Dans les faits, c’est une autre histoire. Lors du quart de finale aller de la Ligue des champions contre le Bayern (2-3), Paris a troqué son habit de lumière contre le bleu de chauffe, moins sexy mais plus efficace. Les Parisiens n’avaient eu alors – en moyenne – que 37% de possession de balle et avaient subi 31 tirs. Une révolution limite hérétique dans un club qui ne jure plus que par la domination balle au pied. « Si l’on regarde le parcours en Ligue des champions ces dernières saisons, jouer sur d’autres qualités et sur des phases de transition ultrarapides, c’est ce qui manquait au PSG, note Guy Lacombe, l’ex-entraîneur parisien [2005-2007]. C’était un axe de « On a besoin de temps pour mettre en place le style de jeu qu’on veut. » Mauricio Pochettino, entraîneur du Paris Saint-Germain travail pertinent quand on regarde les joueurs à disposition. » « Comme tout staff technique, nous avons besoin de temps pour mettre en place le style de Le Bayern est à Paris, pour entrer dans la tête du PSG Football On ne présente plus la hausser notre niveau sur le plan mental », a prévenu l’attaquant munichois bête, et le match aller n’y change rien. Mauricio Pochettino, le coach parisien, Thomas Müller. a d’ailleurs été clair en point presse, lundi  : « Le Bayern est le favori. » Les champions d’Europe en titre, eux, n’hésitent pas à clamer qu’ils sont beaux et forts avant le quart de finale retour de Ligue des champions, ce mardi (21 h). « Dans les périodes délicates comme celle-là, c’est notre devoir de Un œil sur Neymar et Mbappé La mission des Allemands  : déstabiliser leur adversaire d’entrée. « On aimerait pouvoir forcer le PSG à être en difficulté mentalement, si on marque tôt », a tancé Müller. Mais le Bayern aura beau partir à l’abordage, la menace jeu qu’on veut donner à l’équipe », temporisait Pochettino, début février. Arrivé en cours de saison, l’Argentin a dû parer au plus pressé et cibler quelques principes de jeu élémentaires pour gagner tout de suite, quitte à remiser la note artistique au placard. Partant de là, peut-on imaginer « Poché » changer de philosophie sur ce match retour contre le Bayern, ce mardi (21 h) ? Le technicien, qui sera privé de son défenseur Marquinhos, forfait, a expliqué en point presse (lire ci-dessous) que ses joueurs allaient « montrer un grand respect au Bayern, tout en essayant d’imposer nos idées ». On pourrait être tenté de le croire, mais l’expérience compliquée du 8 e de finale retour, face au Barça, quand le coach vendait en avant-match un PSG en mode « mort de faim » dès le coup d’envoi, oblige à la prudence. Aymeric Le Gall Neymar-Mbappé plane toujours. « On sait qu’on doit couper les trajectoires de passe et empêcher [Mbappé] de repiquer dans l’axe », a analysé le coach allemand, Hansi Flick. « La plupart du temps, Neymar et Mbappé restent haut, assez passifs et ne défendent pas trop pour pouvoir partir en contre, a noté Müller. C’est impossible de contrôler ce duo en permanence. » Alors, autant contrôler le match. William Pereira J. Mabromata/AFP 10 Mardi 13 avril 2021 La France retrouve la « Team USA » en paix au Havre Football Invaincues depuis le Mondial 2019, les Bleues se frottent, ce mardi (21 h 10) au Havre, à leur dernier bourreau en date, les États-Unis. L’équipe de France de Corinne Diacre aborde son deuxième match de l’année avec le vent dans le dos, portée par sa victoire enthousiasmante contre l’Angleterre (3-1), vendredi. La « Team USA », elle, a buté samedi sur la Suède (1-1), après 16 victoires de rang. Au Stade Océane, il y aura donc deux camps déterminés à faire vaciller un adversaire qui rappelle de mauvais souvenirs. Car si les États-Unis ont éliminé la France en quarts de « son » Mondial à domicile en 2019, la sélection tricolore est aussi la dernière à avoir fait tomber l’ogre américain en janvier 2019, en amical, au Havre. Mais ne parlez pourtant pas de « revanche » ou de « match retour » à Corinne Diacre, la sélectionneuse, qui reste sur 16 matchs sans défaite depuis le Mondial. « Ce sont deux compétitions complètement différentes, je n’ai pas de rétroviseur », coupe-t-elle.nnc 11u secondes L’Euroligue, c’est OK pour Monaco. Le leadeur de la Jeep Elite, Monaco, est assuré de disputer l’Euroligue la saison prochaine, grâce à la victoire des Russes du Zénith Saint- Pétersbourg face aux Grecs du Panathinaikos lundi soir, en C1. Après Tokyo, place à Bernardinho. Bernardo Rezende, communément appelé Bernardinho, prendra les rênes de l’équipe de France masculine de volley après les Jeux de Tokyo, a annoncé la fédé de volley, lundi. La légende brésilienne succédera à Laurent Tillie. Montpellier-Toulon, c’est non. Le match de Top 14 Montpellier-Toulon, prévu samedi à 17 h 45, a été reporté « à une date ultérieure » en raison de cas positifs au Covid-19 au sein de l’effectif toulonnais, a annoncé, lundi, la Ligue nationale de rugby.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :