Zyva n°26 mai/jun 2013
Zyva n°26 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Zyva

  • Format : (158 x 220) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : zoom sur Lao Experiment, Enlarge Your Monster, Kespar, Démon d'Or.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
J LIVE REPORT MARCHÉ GARE | LYON | 11/04/2013 Texte & Photos : Kymmo BONAPARTE eudi 11 avril à Lyon, deux bonnes soirées sont en perspective, mais il faudra faire un choix. Le premier un peu plus classique, plutôt pop et de qualité avec Puggy au Transbordeur, l’autre dans un tout autre style à la fois électro-punk et burlesque avec Bonaparte au marché gare. Ce sera donc Bonaparte pour une soirée plutôt mouvementée. Le combo Berlinois est donc de passage en France pour 4 dates et viennent ainsi nous présenter leur nouvel opus sorti fin 2012, « Sorry, we’re open ». Fondé par le Suisse Tobias Jundt et basé à Berlin, ce collectif à géométrie variable distille un son electro-punk musclé tout en offrant au public un véritable spectacle à la limite du cabaret burlesque. Le groupe met le public Lyonnais tout de suite dans le bain avec une intro plutôt sombre musicalement, et des costumes un peu glauques. Puis c’est parti, Tobias envoie les premiers riffs de guitare, tout s’allume et on découvre le décor évolutif de Bonaparte. Le combo se présente ce soir avec 4 www.zyvamusic.com | 26 musiciens, 2 danseuses, un danseur et une tonne d’accessoires et de costumes loufoques faits maison. Même si le marché gare n’est pas rempli, l’ambiance est au top, les gens chantent, dansent, tout le monde rentre aisément dans leur petit univers. Le groupe nous propose une setlist des plus électrisante avec bien sûr les titres phares de leur nouvel album, quarantine, Sorry we’re open ou encore l’excellent Manana forever, mais aussi beaucoup d’anciens titres tels que Computeur in love, L’état c’est moi... Toutes les bonnes choses ont une fin et après presque 2h de show déjanté, deux rappels de folie et un final où le public s’est retrouvé sous une douche de champagne, la formation Berlinoise s’en va pour de bon laissant derrière eux un sentiment d’insouciance burlesque et de liberté !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :