Zyva n°26 mai/jun 2013
Zyva n°26 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Zyva

  • Format : (158 x 220) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : zoom sur Lao Experiment, Enlarge Your Monster, Kespar, Démon d'Or.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
William K Au Ninkasi Kao, le 29/03/13 Par Jagunk viceLoW clipsés par le succès rapide et fulgurant de Féfé, les autres membres du défunt groupe Saïan Supa ECrew ont eu du mal à tirer leur épingle du jeu (à l’exception peut-être de Sly the Mic Buddah côté Jazz- Beatbox). Ce n’est pas pour autant qu’ils se sont tous cachés sur une île déserte en méditant sur leurs succès d’antan, non ! On en a d’ailleurs retrouvé un qui n’a pas chômé depuis l’arrêt du groupe parisien, puisqu’il a monté son propre label et s’est à la fois investi dans 2 mixtapes personnelles, appelées Blue Tape, et dans un projet web et événementiel consacré à la danse et aux cultures urbaines : I Love This Dance. C’est donc en vieux briscard, mais pas démodé, que Vicelow est invité à rapper en ce mois de mars bien frais au festival l’Original, à Lyon. Nous sommes allés à sa rencontre. ZYVA : C’est cool de te croiser ce soir car déjà, la dernière fois que l’on s’est croisé, c’était avec le Saïan Supa Crew, ici même. Et aussi parce que la mixtape BT2.0 est sortie il y a déjà un moment (pratiquement un an)... Vicelow : Oui, c’est vrai, c’est sorti en digital y’a presque un an et on l’a ressortie en novembre en physique, avec des remixes en plus. C’est vrai que le temps passe vite ! Z. : Alors, pour ceux qui n’auraient pas tout suivi, est-ce que tu peux juste nous raconter comment s’est passée pour toi la fin du Saïan Supa Crew, et comment tu as réenclenché par la suite des projets solos ? V. : Alors le groupe s’est arrêté en 2007 pour des raisons de groupes de base : des divergences, des hauts, des bas... Chacun est parti dans ses projets solos. A l’époque, moi je voulais partir direct sur un album, et au final j’ai fait une mixtape, qui s’appelle la Blue Tape. C’est un projet qui m’a beaucoup apporté, notamment sur scène, car c’est là où j’ai commencé à travailler avec mes potes danseurs. Ces dernières années ont donc été chargées en concerts avec la Blue Tape, et aussi avec i Love This Dance, un webzine français spécialisé en danse Hip Hop et cultures urbaines, et qui crée des événements Hip Hop. Ensuite, il y a eu la BT2.0, toujours en compagnie de SoFly qui était déjà là pour la première Blue Tape. Z. : Tu n’as jamais eu de moments de flottement entre l’arrêt du Saïan et tous ces projets ? V. : Si, si, si, bien sûr ! Ça s’est produit au moment où j’étais à fond dans la danse. Je me suis dit : « j’arrête le Rap ! » Ça se sent d’ailleurs sur certains morceaux de la Blue Tape. quand tu es dans un groupe pendant des années et que tu te retrouves « seul », c’est dur, surtout que moi je n’avais pas la conception musicale de faire de la musique seul. J’avais besoin de cette énergie collective. Puis au final, par la force des choses, je m’y suis mis... Z. : Et qu’est-ce qui se passe vraiment dans ta tête à ce moment-là ? Tu te dis que tu vas aller faire un boulot « normal » ? V. : Oula oui, tu te poses des tas de questions. D’un côté, tu as la déception du groupe, tu as moins d’inspiration qu’avant, et tu as le temps qui passe aussi. A l’époque, j’avais 29 ans, aujourd’hui j’en ai 34, et tu vois, le virage de la trentaine te fait te poser des questions. T’es père de famille, t’as eu un gosse, mais au final, ce qui ne te tue pas te rend plus fort... www.zyvamusic.com | 15 « super saïan » DISCUSSION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :