Zut ! n°7 sep/oct/nov 2010
Zut ! n°7 sep/oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de sep/oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Chic Médias

  • Format : (200 x 260) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 40,2 Mo

  • Dans ce numéro : au pays des tue-l'amour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
f j}}111 « zut ! 78 - =minima INSTANT FLASH Ils viennent se produire sur une scène à Strasbourg, assurent des instants de promotion. Artistes pop, acteurs, RÉALISATEURS ou ÉCRIVAINS... ils posent et s’exposent. L’équipe de Zut ! en profite pour les rencontrer. i m
L- -:- -, `4 4 `rL } 1 i Par Caroline Lévy Photo Pascal Bastien Pio Marmaï Comédien libre Cet après-midi d’été, j’ai rendez-vous avec un jeune acteur, à la dégaine faussement négligée, au regard insolent et à l’humour corrosif. Il a 26 ans et a déjà été nominé pour le César de la révélation masculine dans Le Premier jour du reste de ta vie en 2008. Mais comme son nom ne l’indique pas, Pio Marmaï est strasbourgeois ! Il est de passage éclair dans sa ville pour présenter D’amour et d’eau fraîche, le dernier opus d’Isabelle Czajka, dans lequel il joue un rebelle épris de liberté. Après une tentative d’interview échouée en terrasse, pour cause de nuisances sonores d’un groupe folkorique, nous entamons notre entrevue au calme, ponctuée de soubresauts maîtrisés avec un accent alsacien forcé pour l’occasion ! Retour aux sources. Tu joues souvent les délinquants libres et rebelles. Le rôle de Ben était fait pour toi ! Le rôle de Ben, c’est une sorte de parenthèse assez libre et volubile, avec la possibilité d’être dans une légèreté de jeu qui me ressemble profondément. Si je pouvais, j’irais à l’extrême de ça, parce que j’aime les acteurs qui jouent quasiment faux. Je suis beaucoup plus léger et rigolade, que souffrance et malheur ! Pourtant on me propose souvent des rôles de durs… Tu es un peu un enfant de la balle. Tes parents ont-ils influencé ta voie ? Ma mère est chef costumière à l’Opéra du Rhin et mon père est scénographe – décorateur, notamment pour Arte et le festival Musica. Il y a eu une influence évidente. Mes parents ont toujours été très impliqués dans la culture strasbourgeoise et m’ont éduqué dans la nécessité d’être créatif quoi que je fasse, que je sois acteur, réalisateur, mécano ou CRS [si, on peut être un CRS créatif,ndlr] ! Alors, pourquoi le théâtre et le cinéma ? Au début, ça s’est fait par facilité au lycée [des Pontonniers,ndlr]. Je faisais un peu marrer les gens, j’avais des bonnes notes et je prenais du plaisir à le faire. Alors, pourquoi ne pas gagner sa vie en prenant plaisir à rigoler ? Le cinéma, ce n’est que de la pignolade finalement ! On ne s’ouvre pas les veines pour de vrai, on pleure pour de faux, tout est pipeau. Je ne m’étais pas rendu compte de la complexité et du travail que cela demandait, chose que j’ai apprise plus tard… J’ai lu que tu étais le moins showbiz du cinéma français… ça doit être une interprétation du journaliste, il faut se méfier ! Je prends mon travail d’acteur comme un métier. Il y a évidemment une part d’image importante, de fête et de folklore. Je ne fais pas tout ça ! Je fais la fête avec mes potes qui bossent dans l’image, mais qui ne sont pas acteurs. Je préfère réparer mes motos dans mon atelier ! Après y avoir passé 18 ans, que t’inspire Strasbourg quand tu y reviens ? C’est la seule ville que je connaisse vraiment, où j’ai mes repères. J’ai de très bons souvenirs d’ado, à jouer du djembé sur les quais par exemple ! Je me souviens de bons concerts à La Laiterie ou de belles pièces au TNS. Et puis, maintenant qu’il n’y a plus le tandem politique, Strasbourg va faire de belles choses… En parlant de tandem, tu sais que sur le même principe que le Vélib’à Paris, Strasbourg va avoir son… V’Rhin, V’bière, V’Märik, V’Choucroute, V’Drale, V’Cigogne… Aide-moi ! Vél’hop ! Excellent ! [fou rire de quelques minutes,ndlr] Mais tu vois, on reste dans la tradition laïque strasbourgeoise. J’aime tout ça ! Propos recueillis à l’Hôtel Europe à l’occasion de l’avant-première D’amour et d’eau fraîche le 12 août au Star Saint-Exupéry 79 zut !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 1Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 2-3Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 4-5Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 6-7Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 8-9Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 10-11Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 12-13Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 14-15Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 16-17Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 18-19Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 20-21Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 22-23Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 24-25Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 26-27Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 28-29Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 30-31Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 32-33Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 34-35Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 36-37Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 38-39Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 40-41Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 42-43Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 44-45Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 46-47Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 48-49Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 50-51Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 52-53Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 54-55Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 56-57Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 58-59Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 60-61Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 62-63Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 64-65Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 66-67Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 68-69Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 70-71Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 72-73Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 74-75Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 76-77Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 78-79Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 80-81Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 82-83Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 84-85Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 86-87Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 88-89Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 90-91Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 92-93Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 94-95Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 96-97Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 98-99Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 100-101Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 102-103Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 104-105Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 106-107Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 108-109Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 110-111Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 112-113Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 114-115Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 116-117Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 118-119Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 120-121Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 122-123Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 124-125Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 126-127Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 128-129Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 130-131Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 132-133Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 134-135Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 136-137Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 138-139Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 140-141Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 142-143Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 144-145Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 146-147Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 148-149Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 150-151Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 152-153Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 154-155Zut ! numéro 7 sep/oct/nov 2010 Page 156