Zoom Japon n°95 novembre 2019
Zoom Japon n°95 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Ilfunet

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 16,4 Mo

  • Dans ce numéro : spécial vin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
ZOOM GOURMAND déCouvERtE La meilleure façon de boire au cœur du quartier d’asakusa, Maison de isshoVin propose une initiation à la production vinicole nippone. génial. Souvent, nous sommes hésitants face à l’univers d’une boisson qui nous est inconnue. En raison du manque de repères, nous ne savons pas par quoi débuter, et surtout nous avons peur de faire des bêtises, d’être déçus. Pas de problème, dit IWAKURA Hisae, patronne du restaurant-bar Maison de Issho- Vin, situé à Asakusa, l’un des quartiers touristiques de tôkyô. Grande appassionata de vins japonais depuis une quinzaine d’années, elle parle des bouteilles qu’elle aime comme elle parlerait de ses enfants chéris. Une atmosphère décontractée règne à l’intérieur de son restaurant. Les baies vitrées et les tables disposées autour de grandes plaques de cuisine donnent plutôt une impression de bistrot sympathique. Les clients peuvent choisir, chacun selon son humeur et sa faim, les petits mets à la façon tapas, accompagnés de vins japonais, mais pas uniquement  : bières artisanales et sakés natures sont également présents sur la carte. « Dans ce lieu, j’ai envie de faire découvrir les vins que l’on peut boire cent fois, et qui donnent envie d’être bus une cent et unièmes fois. J’ai aussi choisi ce cadre cosy pour créer une INFORMATIONS PRATIQUES MAISON DE ISSHOVIN, 1-9-5, Asakusa, Taitôku, Tôkyô (7 mn de la gare d’Asakusa) Ouvert tous les jours 15h -23h. Tél. 03-6231-5103 Plats à partir de 300 yens (2,5 euros), vin au verre à partir de 600 yens (4,5 euros), bouteille à partir de 3000 yens (25 euros), vin en bouteille Isshôbin à partir de 4500 yens (40 euros). 28 ZOOM JAPON numéro 95 novembre 2019 Dans son restaurant, IWAKURA Hisae partage avec ses clients son amour du vin japonais. ambiance de proximité entre les clients, qui leur permet, par exemple de demander aux personnes de la table voisine les bouteilles qu’ils aiment. Ici, chacun est libre de passer le temps comme il le souhaite. On peut juste venir y boire un verre et grignoter, ou manger en groupe et commander un magnum », assure-t-elle. D’ailleurs, le nom du restaurant, La Maison du IsshoVin est un jeu de mots entre isshôbin qui désigne une bouteille de sake isshô (unité de mesure, l’équivalent d’1,8 litre) et le vin. Le sake a pendant longtemps été mis en bouteille isshô, l’équivalent environ de la taille d’un magnum. Il paraît même que dans les régions viticoles comme à Yamanashi, les producteurs utilisaient ces bouteilles réservées au sake pour embouteiller le vin destiné à la consommation locale. Isshôbin évoque le partage, une Lai Lai ken ambiance populaire et une certaine proximité. Les vins sont servis dans des verres sans pied, à la bonne franquette. IWAKURA Hisae accorde beaucoup d’importance à ce rapport humain, et essaie de rencontrer au moins une fois les producteurs à qui elle achète les bouteilles. « Ce qui est passionnant, c’est que ce sont très souvent des tout petits producteurs qui font les vins japonais, et le rapport entre les vins et les gens est quasi intime. La pensée de chaque personne est bien présente dans cette ambroisie », confie-t-elle. Elle emploie parfois le mot dashi, comme le bouillon japonais, pour parler du goût du vin. Si le vin est un produit issu de la fermentation, il est vrai que les vins japonais, produits de terroir, devraient avoir un quelque chose de dashi, ou même de miso (pâte de soja fermenté)… Eric Rechsteiner pour Zoom Japon
ZOOM GOURMAND Mais quand on ne connaît ni la région ni le cépage ? Nous lui avons demandé, pour nous guider sur le chemin des vins japonais, les bouteilles qu’elle recommanderait en fonction de plusieurs situations. un client étranger a séjourné un moment au Japon. C’est sa dernière soirée dans la capitale, il prend son vol retour le lendemain. Que lui conseillez-vous ? (Nom de la cuvée, année, région, cépage, nom du producteur ou nom du vignoble) 1. Beau Paysage 2009, Yamanashi, Cabernet franc, OKAMOtO Eishi (Beau paysage) Charmant, sensuel, surprenant, arôme de temples asiatiques. On ressent la force et la complexité du raisin, on ne peut plus s’en passer une fois qu’on l’a goûté. Celui qui la boit en gardera un souvenir inoubliable. 2. Kido private reserve cuvée Akari 2010, Nagano, Chardonnay, KIDÔ Akito (Kidô winery) très petit producteur, une haute finition. On découvre un chemin en la buvant. La pensée de la bouteille est bien précise, bien charpentée, on a envie de prendre le temps de la déguster. Nous sommes fiers de ce vin japonais. 3. Nana-tsu-mori Multi vintage, Hokkaidô, Pinot Noir, SÔGA takahiko (Domaine takahiko) Une ampleur, tout en ayant un noyau. On peut le déguster tout au long du repas. Un vin créé grâce à une connaissance profonde des raisins, qui peut donner de l’énergie avant de repartir dans son pays. un amateur de sake vient dans votre restaurant. il a un a priori sur les vins. Comment faitesvous pour le convaincre ? Kôshûsan Budôshu, Yamanashi, Kôshû, FURIYA tadao (Kitanoro Jôzô) Créé avec des raisins bien mûrs. Beaucoup d’umami, équilibré, épais, servi dans une bouteille isshôbin. un jeune couple arrive dans votre restaurant. Peut-être sont-ils déjà ensemble, peut-être pas, mais ils se plaisent et ça se voit. Vous avez envie que leur soirée se passe bien, qu’ils sortent de l’établissement un peu plus proches. Que leur servez-vous ? 1. Sans Soufre Blanc, (vin pétillant), Yamagata, Delaware, KISHIDAIRA Noriko (takeda Winery) Un vin produit par une vigneronne, la première au Japon à produire de la bulle avec du Delaware, une variété traditionnellement plantée à Yamagata. Un goût pur, universel et rassurant, qui change au fur et à mesure que l’on ouvre la bouteille. Relaxant, destiné à n’importe qui et pour n’importe quand. 2. Koko 10 R Pinot Rosé 2017, tochigi, Pinot noir, Coco farmCréé par les vignes de pinot noir les plus anciennes du Japon. Séduisant, beaucoup d’umami, d’élégance et de charme. Un parfum enivrant. Cette bouteille pourrait réjouir la table. Pour finir, pouvez-vous nous conseiller une bouteille que l’on peut boire seul, à la maison ou dans un restaurant, quand on se sent un peu triste, un peu faible. une bouteille qui nous donne de la force, qui nous console ? Kurisawa Blanc, Hokkaidô, cépages mélangés (une dizaine de variétés en moyenne), NAKAzAWA Kazuyuki et Yukiko (Nakazawa Vineyard) Ce furent les précurseurs de cette méthode. L’ampleur du Gewurztraminer sans être lourd en sucre. Contour clair. Ce vin va tendrement vous enlever la fatigue et vous donner le courage de continuer à vivre. Maintenant, c’est à vous de vous plonger dans l’univers du vin japonais. SEKIGUCHI RYÔKO 14 rue Chabanais 75002 Paris Tél  : 01 42 60 50 95/M° Quatre Septembre Ouvert tous les jours de 11h30 à 22h30 novembre 2019 numéro 95 ZOOM JAPON 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :