Zoom Japon n°93 septembre 2019
Zoom Japon n°93 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de septembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Ilfunet

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 12,6 Mo

  • Dans ce numéro : Tôkyô, bienvenue à Katsushika.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
JohannFleuri pour Zoom Japon Le lac d’Ozenuma offre une magnifique perspective sur les montagnes environnantes. pour la nature, il faut oze Véritable joyau, le parc national abrite plusieurs sommets et la plus grande zone marécageuse du pays. Si vous êtes amateur de randonnée en montagne, Oze est, sans conteste, le plus bel endroit du Japon. » Cela fait déjà plusieurs années que cette recommandation revenait régulièrement de la part d’amis et de connaissances. Oze, c’est ce parc national, à califourchon sur quatre préfectures  : Niigata, Fukushima, Tochigi et gunma. Des montagnes, des rivières, des kilomètres de chemins de randonnées, plusieurs sommets à gravir pour les plus avertis et puis la plus grande zone marécageuse de Honshû, île principale du Japon. si par définition, l’archipel est tourné vers ses côtes et la mer, 22 zoom japon numéro 93 septembre 2019 c’est aussi un territoire de montagnes et de nombreux Japonais se passionnent pour l’ascension des monts qui composent le relief du pays. A Oze, le point culminant est Hiuchigatake (2 356 m). Il est 7 h au terminal routier de shinjuku. Le bus direct en partance pour les portes d’Oze, qui ne circule qu’entre la mi-mai et la mi-octobre, démarre. Les passagers ont emporté tout l’attirail du parfait randonneur  : chaussures, chapeau, bâtons voire matériels de camping pour certains. Des clochettes aussi pour éloigner les ours bruns qui sont nombreux à vivre dans le coin. Je regarde mon blouson en jean et me demande soudain s’il fera l’affaire. Ma voisine de banquette voyage également seule. un grand sourire aux lèvres, elle aussi, est impatiente de découvrir cette nature flamboyante dont on lui a tellement parlé. « Ma tante venait à Oze chaque année pour se ressourcer. Elle adorait ce parc. Elle vient de décéder à l’âge de 92 ans. En sa mémoire, j’ai eu envie de découvrir l’endroit. » Originaire de shizuoka, Kyôko aime se lancer des défis. elle a voyagé « en Europe et a vécu quelques années aux Etats-Unis ». Aujourd’hui, elle aide son père, agriculteur, dans les rizières, mais aussi dans les cultures de fruits et légumes de sa préfecture natale. Lorsqu’elle s’octroie du temps libre, elle « voyage seule, surtout dans les régions de montagne. J’aime randonner, mais aussi gravir des sommets. » Le trekking est un loisir très répandu au Japon. Le parc national d’Oze est ouvert d’avril à octobre. La neige et les - 20°C interdisent tout accès aux
plaines et aux sommets en hiver. et ce, même pour les alpinistes les plus aguerris. La fin du mois de mai et début juin sont sans doute les périodes les plus propices à la découverte des lieux puisqu’il s’agit de la saison où l’on peut y observer la floraison des mizubashô (lysichite blanc), dans les marais d’Ozegahara, mais aussi près du lac d’Ozenuma. Les plus téméraires se frotteront au sommet du Mont Hiuchigatake, mais les dernières plaques de neige verglacées demeurent à cette période de l’année et peuvent entraîner de mauvaises chutes. Mon périple durera trois jours. Après avoir rejoint les marais le premier jour et dormi à Akatashiro, je reprendrai la route à l’aube pour rejoindre le lac Ozenuma, découvrir le refuge historique des lieux, Chôzôgoya, avant de redescendre jusqu’à Oshimizu le troisième jour. La première portion, entre Hatomachitôge et l’entrée de Yamanohana, est bordée de quatre rivières  : Hatomachisawa, Yosezawa, Tenmazawa et Kawakami. en mai et juin, on admire avec délice, rhododendrons et azalées. Au bout d’une bonne heure de marche, la zone des marais d’Ozegahara se dévoile  : c’est la portion la plus prisée des voyageurs, particulièrement nombreux fin mai, début juin et deuxième quinzaine de juillet. A 1 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, les chemins de bois permettent de sentir les parfums de nombreuses fleurs, tout en admirant les montagnes dont on perçoit les sommets à l’horizon. si l’on tend bien l’oreille, à certains points du parcours, on peut entendre l’ushibuki, le chant du vent qui s’intensifie lorsque le passage est plus étroit. La sensation d’avoir quitté la civilisation pour le bout du monde est déjà là, palpable et grisante. Au bout du marais, un choix s’impose  : le chemin des cascades de sanjô et de shibosawa ou celui qui mène au lac d’Ozenuma ? Les deux itinéraires encerclent le mont Hiuchi. La région du lac, destination pour laquelle j’ai opté, est riche en conifères et demeure l’habitat de nombreuses espèces d’oiseaux comme l’iwatsubame. Les plus chanceux apercevront l’okojo, une ravissante hermine locale. egalement dans cette partie du parc, les espèces zoom voYaGE Le parc national d’Oze est très prisé des randonneurs japonais depuis les années 1950. de fleurs se multiplient à nouveau et fleurissent, à leur rythme, en harmonie avec les saisons. Le chemin de montagne qui permet de regagner le lac depuis le marais est sinueux. Les restes de neige empêchent de bien repérer le balisage du chemin. en début de saison, les températures sont clémentes, mais des plaques de verglas persistent et peuvent provoquer des chutes. « Les accidents septembre 2019 numéro 93 zoom japon 23 JohannFleuri pour Zoom Japon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :