Zoom Japon n°80 mai 2018
Zoom Japon n°80 mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°80 de mai 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions Ilfunet

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 14,2 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux visages du cinéma japonais.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
zoom aCTU édITomoteur ! Pour sa 71 e édition, le Festival de Cannes a choisi de présenter deux cinéastes japonais dans la compétition officielle  : Kore-eda Hirokazu et Hamagu- CHi ryûsuke. Si le premier est déjà une valeur sûre, le second est encore méconnu du grand public. avant même d’apprendre sa sélection, nous avions décidé de lui donner la parole ainsi qu’à six autres jeunes cinéastes qui représentent, à nos yeux, la génération montante et intéressante du cinéma japonais. Nous espérons donc que ces réalisateurs talentueux auront l’occasion de pouvoir être mieux connus du grand public étranger, car leurs œuvres offrent un regard souvent pénétrant et original sur la société japonaise contemporaine. 112 ans LA RÉDACTION courrier@zoomjapon.info Dans un pays où plus du quart de la population a plus de 65 ans, il n’est donc pas étonnant que le doyen officiel de l’humanité soit japonais. originaire de Hokkaidô, nonaka masazô est donc à 112 ans l’homme le plus âgé sur terre. né en juillet 1905, il explique sa longévité par les longs moments passés dans les sources d’eau chaude (onsen). EconomIE Une production industrielle stable La production industrielle est finalement restée stable en février, au lieu du rebond de 4,1% sur un mois précédemment annoncé. Cette stagnation intervient après le fort recul de janvier (-6,8%), qui avait été précédé par trois mois consécutifs de hausse de cet indicateur, fortement variable d'un mois sur l'autre en raison des ajustements en temps réel des cadences des chaînes de production. Librairie japonaise JUNKUDO Tél  : 01 42 60 89 12 @JunkuFr Mail  : info@junku.fr 18 rue des Pyramides 75001 Paris Boutique en ligne  : junu. r PoLITIquE Le premier ministre décrié mis en cause dans plusieurs affaires et incapable de convaincre l’opinion publique de sa bonne foi, abe Shinzô voit sa cote de popularité dégringoler dans les sondages. Selon certaines études, celle-ci serait passée sous la barre des 30%, son plus bas niveau depuis son retour à la tête du pays fin 2012. Certains envisagent avec sérieux sa prochaine démission d’ici la fin de la session parlementaire en juin. Nouveauté e de lecte À la découverte du Dit du Genji de Murasaki Shikibu ne. ou plus économique par La POS Éditions Diane de Selliers nao7 coiffure Découvrez le véritable éclat de votre beauté ! Coupe sur cheveux secs. Des teintures 100% végétales pou e 8 " t't4) (6) (12) 13/.16(4) F. ? prendre soin de vos cheveux et couvrir les cheveux blancs. 44, rue de Pontiueu 75008 Paris - 09.81.27.77.16 lr 19, rue Delambre 75014 Paris TEL  : 01 43 27 55 3 Du lundi au samedi 9h30-18h30/Le jeudi jusqu'à 20h Edg. Qvinet 2 zoom japon numéro 80 mai 2018 L E REgaRd d’ERIc REchSTEInER arrondissement de meguro, Tôkyô Si le printemps est synonyme de cerisiers en fleurs, c’est aussi la période de la rentrée scolaire et universitaire comme ici à l’université de Tôkyô, sur le campus de Komaba Tôdaimae. Les étudiants qui y font leurs premiers pas peuvent y découvrir non seulement les meilleurs professeurs du pays, mais aussi un environnement propice à leur épanouissement intellectuel et sportif. Il n’est donc pas étonnant que, chaque année, ils soient des milliers à tenter leur chance au concours d’entrée parmi les plus difficiles du pays. du Dird Eric Rechsteiner
zoom aCTU SéRIE Celui qui s’exprime en rappant A 30 ans, GAkudAn Hitori a choisi de mettre la musique au centre de sa vie pour mieux exister. GaKudaN Hitori est originaire de la ville de Higashi-matsushima, une commune voisine d’ishinomaki où il vit depuis sa naissance. a sa sortie du lycée d’ishinomaki, il s’est inscrit dans une école de graphisme avant de commencer à travailler dans une société de livraison. a 30 ans, il a tout l’air d’un homme ordinaire mais, avec son micro à la main, son rap-poétique explose et enflamme le public. «Je ne dévoile pas mon vrai nom», nous dit-il, voulant préserver son anonymat dans la ville où il vit, et préférant un pseudonyme ayant un sens  : «gakudan Hitori», ou orchestre solitaire. Son premier Cd, il l’a acheté lorsqu’il était en dernière année de primaire, c’était un disque bon marché avec la bande-son du film Evangelion, ne comportant que des morceaux de musique classique. a sa sortie de l’école primaire, on lui a offert un Cd de Hide, le guitariste du fameux groupe de rock X Japan. Ce fut son premier choc musical. deux ans plus tard, en regardant une émission de télé, il a découvert le groupe rip Slyme qui fut sa première rencontre avec l’univers du rap. La plupart des paroles n’avaient rien à avoir avec les mots de tous les jours. «Le rap, ça permet de tout dire», lâche-t-il. C’était comme s’il avait reçu un coup sur la tête. Plus tard au lycée, il s’est inscrit au club de musique dans l’espoir de pouvoir faire du rap. mais il était le seul à vouloir en faire ! Cela ne l’a pas empêché d’écrire un poème et de l’interpréter en rappant sur une version rock de Country Roads chantée par ses camarades du club. «Country Road, ce chemin qui mène à mon pays, un jour ou l’autre, c’est celui que je me dois de suivre», chantait-il alors. C’est à ce momentlà qu’il a choisi son nom de scène «raiden» (Tonnerre) qu’il a gardé jusqu’à ses 23 ans. en deuxième année de lycée, il avait sorti un Cd de 12 morceaux alors qu’autour de lui, il n’y avait aucun ami rappeur ! gravement accro, il a persisté et, tout seul, il a présenté ses créations lors de concerts de hip-hop. ainsi, petit à petit, le cercle des amis s’est agrandi lui permettant d’organiser de nombreux concerts. une fois sorti du lycée, il a fait une école de graphisme, obtenu une première embauche puis un second emploi et son mariage. Tout au long de ces années, le rap n’a pas cessé de l’accompagner. après son mariage à 23 ans, ses amis ont changé. «Mon mariage a été dans une certaine mesure Rappeur depuis 15 ans, Gakudan Hitori a donné un sens à sa vie.comme une coupure dans le cercle de mes amis. Mais cela ne m’a pas empêché de continuer, même tout seul, à faire des albums», explique-til. depuis, en tant que «orchestre solitaire», il a sorti son premier album. après le séisme du 11 mars 2011, il a continué, sur internet, à informer en rappant pour faire savoir ce qui se passait dans sa région sinistrée. il est même monté sur la scène du plus grand événement hip-hop du Japon, le B Boy Park, au parc de Yoyogi à Tôkyô. et, régulièrement, il continue d’organiser à ishinomaki le Festival Kotobuki. en 2013, il a sorti un autre album «LoVe» et en prépare actuellement un troisième. «Pour moi, le rap c’est le moyen de mieux me connaître. Si l’on me demande ce que je veux faire à l’avenir, je réponds seulement  : rapper», lance-t-il. Quand on parle des villes de province, on a trop tendance à les cataloguer souvent comme des «lieux sans imagination». mais c’est un jugement un peu trop conformiste. «Ce que je voudrais dire aux jeunes ?  : T’as pas encore vraiment décidé de ce que tu veux faire ? C’est à toi d’y réfléchir tout seul et de trouver ton chemin. La ville d’Ishinomaki doit être assez généreuse pour t’aider à réaliser tout ce que tu entreprends à ta façon», conclut-il. OHMI SHUN, HIRAI MICHIKO mai 2018 numéro 80 zoom japon 3 IShInomaKI hIbI ShImbun



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :