Zoo n°74 nov/déc 2019
Zoo n°74 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : explorer les mondes cachés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 zoom The Mighty Millborough, les choses de la vie de Christoph Mueller Ce matin-là, Millborough se prépare et sort de la maison d’un pas décidé, pour une balade bucolique au cœur de la grande question existentielle. Au gré des paysages, des rencontres et d’observations, il s’interroge sur sa vie et sa place dans l’univers. Christoph Mueller se présente comme héritier direct de Crumb, mais aussi d’Herriman, Schulz ou Ware, tout en jouant aussi sur la forme, le format, en poussant les possibilités du langage de la bande dessinée, avec des anamorphoses, des séquences muettes, des plans multiples et des ellipses interstrips, pour créer un rythme très audacieux. Un exercice de style qui ne supplante néanmoins pas le fond, créant un objet brillant et fascinant. 6 Pieds Sous Terre, 128 p., n&b, 30 € FRÉDÉRIC GRIVAUD Marius T.1 d’Éric Stoffel, Serge Scotto et Sébastien Morice Avec ce premier tome consacré à la Trilogie marseillaise (Marius, Fanny et César) de Marcel Pagnol, les auteurs dosent efficacement les ingrédients en présence  : la comédie pittoresque se teinte d’une certaine tension pour finalement tirer vers le drame. Si la dimension théâtrale se retrouve dans la mise en scène, cadrages et dessin dynamisent la narration. Le trait et les couleurs de Sébastien Morice peuvent évoquer certains dessins animés Disney, cela leur conférant un aspect à la fois passe-partout et décalé. Si l’ombre des acteurs d’origine (Raimu, Pierre Fresnay…) plane sur la représentation de certains personnages, la Fanny de papier est davantage crédible que celle interprétée par Orane Demazis. Grand Angle, 56 p., couleur, 14,50 € BORIS HENRY B ande D essinée SANG NEUF POUR DRACULA Georges Bess s’empare du roman ultra-classique de la littérature fantastique pour signer à son tour, après plus d’une quarantaine d’années de carrière d’une rare diversité, son grand-œuvre. Le roman de Bram Stoker aura connu des fortunes diverses, notamment au cinéma, de Nosferatu, le vampire de Murnau au Dracula de Coppola en passant par le parodique Bal des vampires de Polanski. Sans oublier bien sûr toute la série de films que Terence Fisher réalisa pour la Hammer où Christopher Lee prêta ses traits à l’immortel comte. La bande dessinée n’a pas été en reste, jouant davantage sur le registre de la libre interprétation et des histoires sans autre rapport avec l’œuvre originale sinon le personnage de Dracula et le thème du vampirisme. Rappelons brièvement l’intrigue. Jonathan Harker est missionné pour se rendre en Transylvanie pour y rencontrer le comte Vlad Tepes, alias Dracula, qui envisage d’acquérir une propriété à Londres pour s’y s’installer durablement. Très vite, il va se rendre compte de l’étrange personnalité de son hôte dont il devient le prisonnier. Dracula quitte son château des Carpates pour l’Angleterre où il va jeter son dévolu sur une amie de Mina, la fiancée de Jonathan. De la haute orfèvrerie Pour se lancer dans un marathon créatif d’une telle exigence graphique, Georges Bess devait être sacrément motivé (voire possédé !) par son sujet. Au vu du résultat, nul doute n’est permis. Subdivisé en seize chapitres, réalisé en doubles-pages avec parfois un décor très élaboré sur lequel il plaque une série de vignettes de tailles diverses, son récit est mené tambour battant dans un noir et blanc réhaussé parfois de fonds de couleur sépia ou gris. Il n’y lésine sur aucun détail pour installer les ambiances des différentes scènes. Chaque personnage, jusqu’au moindre figurant, trouve la juste expression avec ce trait quasi-moebiusien du plus bel effet. Au casting, on retrouve notamment Brian Keith des Stones dans le rôle de Renfield. Et dans le dernier chapitre narrant la traque échevelée de Dracula dans les Carpates, Bess passe carrément au mode « western » avec une mise en scène et un dessin qui n’ont rien à envier au Blueberry de Giraud. Le roman de Stoker vient récemment de faire son entrée dans la Pléiade. Si la même collection devait exister pour le 9 e Art, sûr que cet album y trouverait une place de premier choix. DRACULA SERGE BUCH de Georges Bess Glénat, 208 p., n&b, 25,50 €
LA VILLE DORÉE A TROUVÉ SON NOUVEAU LEADER PECQUEUR MALFIN SCHELLE TOME 13. AMBER EN LIBRAIRIE LE 27 NOVEMBRE 2019, Groupe Delcourt 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :