Zoo n°72 jui/aoû 2019
Zoo n°72 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 24,8 Mo

  • Dans ce numéro : 30 ans de manga.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 zoom Chez Adolf de Rodolphe, Ramon Marcos et Dimitri Fogolin Pas facile de porter le prénom Adolf, sauf si on habite en Allemagne en janvier 1933. Le patron d’un café est tellement fier du sien qu’il rebaptise son débit de boisson « Chez Adolf », une manière également de rendre hommage au tout nouveau chancelier allemand. Avec ce titre à double sens, Rodolphe décrit la société de l’époque à travers les yeux de KarlStieg, professeur de lettres au collège qui vit au-dessus du troquet. Chez Adolf, c’est bien sûr l’Allemagne toute entière, à la botte du Führer et de ses SA. Le pouvoir est pris, la société va bientôt être totalement cadenassée. Comme un entomologiste, Rodolphe examine les réactions des uns et des autres à ce terrible bouleversement. Une belle étude sociologique toute en finesse. Delcourt, 56 p., couleur, 14,95 € THIERRY LEMAIRE CE T.13 de José Roosevelt Autoédité, José Roosevelt a édifié depuis 2005 une véritable cathédrale de plus de 700 planches dessinées avec une minutie incroyable. Aux confins de la fantasy, de l’onirisme, du symbolisme et du surréalisme, la série CE (dont la brièveté seule du titre est un programme d’indépendance et un défi à l’heure du triomphe des moteurs de recherche) se conclut avec ce 13 e épisode. De ses influences, l’artiste n’a jamais fait un secret et il les remercie à chaque volume  : Mœbius, McKay, Escher, Dali, Bruegel, Bosch, Lewis Carroll, Borges, K. Dick… En les mêlant dans une histoire de science-fiction à tiroirs, pleine de jeux de pistes, il a créé une œuvre d’une grande cohérence formelle et philosophique. Éditions du Canard, 60 p., n&b, 17 € VLADIMIR LECOINTRE B ande D essinée HISTOIRE D’UN HÉROS À AUSCHWITZ Du plus vaste et tristement célèbre des camps d’extermination du Troisième Reich, Gaétan Nocq adapte remarquablement en bande dessinée le témoignage poignant et héroïque de Witold Pilecki, l’espion d’Auschwitz. Tenus secrets durant plus de 50 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les rapports Pilecki exposent froidement la réalité matérielle du fonctionnement du camp d’Auschwitz, vécu par un prisonnier pas comme les autres. En septembre 1940, le lieutenant Witold Pilecki se fait volontairement arrêter par la Wehrmacht afin d’être emprisonné à Auschwitz. Sa mission est de collecter et transmettre des informations, ainsi que d’y organiser un réseau de résistance. Un dépouillement puissant Motivé par l’historienne et maîtresse de conférences à la Sorbonne Isabelle Davion, Gaétan Nocq dessine ces trois années de captivité avec toute la grâce et la puissance qu’il sait donner à ses scènes mono- ou bi-chromatiques. De ses visites aux vestiges polonais, l’auteur a ramené en particulier une imagerie primaire, dépouillée de tout superflu et empreinte de l’humilité respectueuse qu’un tel récit réclame. Il impose avec courage l’ambiance tendue et dangereuse qu’on imagine du lieu et de l’époque, et magnifie l’importance de chaque détail  : un béret, une brique, un tricycle. Il anime subtilement ses personnages dont les expressions semblent autant réduites que l’est leur liberté, nous imprimant plus violemment encore l’odieuse réalité de ce que subirent les déportés. Si Gaétan Nocq s’est posé la question de la manière dont il saurait aborder graphiquement un tel ouvrage, sans en trahir l’authenticité historique et émotionnelle, nous pouvons d’ores et déjà le rassurer  : pari réussi, son livre est crédible et beau malgré l’horreur. Quand la réalité dépasse la fiction L’autre exercice périlleux pour l’auteur était d’adapter un document quasiadministratif en un récit construit comme une fiction dramatique dont le rythme, au vu du sujet, suffirait à tenir en haleine un public. Là encore, Gaétan Nocq affirme ses talents de conteur et signe un album dont les étapes du scénario s’imprègnent précisément de la puissance des faits  : la guerre, l’espionnage, la prison, l’évasion, la mort, autant de thèmes dignes des meilleurs romans de genre. Comme le héros, le lecteur se charge du poids d’un environnement aussi écrasant, éclairé par l’espoir de s’évader. Parmi les nombreux ouvrages centrés sur la Seconde Guerre mondiale, Le Rapport W de Gaétan Nocq est de ces lectures qui bouleversent. NICOLAS ADOLPHI LE RAPPORT W, INFILTRÉ À AUSCHWITZ de Gaétan Nocq Éditions Daniel Maghen, 263 p., couleur, 29 €
Chrétien – Toussaint/Dargaud 2019 Une grande saga familiale au cœur de l’Amérique esclavagiste du XIX e siècle. Nouvelle-Orléans, 1961. Questionnée par ses petites filles, Louise Soral, descendante de planteurs louisianais et dernière témoin d’une époque révolue, trouve le courage de leur raconter les souvenirs et les secrets les plus sombres de sa famille… Inspirés de faits réels, Léa Chrétien et Gontran Toussaint livrent un témoignage puissant sur une Amérique misogyne, raciste et violente. Tome 1 en librairie le 30 août 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :