Zoo n°71 mai/jun 2019
Zoo n°71 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de mai/jun 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 66,1 Mo

  • Dans ce numéro : un putain de salopard.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Alexandra Oury R etrouvez-les aux 24 erdv de la BD d'A miens LA BD POUR (RE)DONNER L’ENVIE DE LIRE Prix littéraire, BD bus, rencontres avec des auteurs… Les Rendez-Vous de la BD d’Amiens multiplient les initiatives afin que les jeunes découvrent ou retrouvent le goût de la lecture via la bande dessinée. Amener les plus petits au contact du livre, empêcher les collégiens de décrocher de la lecture, proposer une remédiation aux lycéens… Voilà l’objectif que s’est fixé l’association On a Marché sur la Bulle, organisatrice du festival Les Rendez-Vous de la BD à Amiens (Somme). Une structure unique en France  : l’association dispose d’un service éducatif de cinq personnes qui proposent tout au long de l’année des activités autour de la bande dessinée, notamment à des publics scolaires. Ce travail souterrain est mis en avant lors du festival, les 1er et 2 juin, avec des expositions et animations qui s’étalent jusqu’à la fin du mois. Une centaine de classes, soit plus de 2 100 élèves, viennent au festival pour des visites commentées, des rencontres avec des auteurs pour la jeunesse et des parcours sillonnant la ville et les alentours. Le prix Révélation BD des lycéens Pour les plus grands, le point d’orgue est la remise du prix Révélation BD des lycéens Hauts-de- France. « L’association propose aux lycéens une présélection d’une dizaine de bandes dessinées remarquables, de styles différents et écrites par de jeunes auteurs, ayant publié moins de trois albums », explique Pascal Mériaux, le directeur du festival. Plus de trente établissements participent au prix, en particulier les filières professionnelles, technologiques et agricoles, dont davantage d’élèves sont en rupture avec la lecture. « Tout au long de l’année, nous les accompagnons dans l’apprentissage des codes de la BD, sur le fond et la forme. Devenu expert, chaque élève vote pour la bande dessinée de la sélection qu’il a préférée » poursuit Pascal Mériaux. Un travail de longue haleine aux efforts largement récompensés  : si les lycéens participants, sondés en début d’année scolaire, sont moins de 20% à avoir lu entièrement un livre avant l’entrée au lycée, à la fin des sept mois d’accompagnement, Remise du Prix BD des lycéens 2018 à Timothé Le Boucher ils sont 90% à se dire prêts à participer à un autre jury littéraire, quel que soit le type de livre concerné. C’est là tout l’intérêt du dispositif  : la BD est une passerelle vers la lecture. Elle permet d’effacer les appréhensions ou les complexes, de réactiver des réflexes de lecteur et d’aiguiser une appétence pour toute forme de texte et de support  : magazine, roman, poésie… « Les lycéens reprennent confiance car on leur a donné les outils nécessaires et ils ont été valorisés pendant l’opération », analyse le directeur du festival. Sur un principe similaire ont été mis en place deux Prix des collégiens, l’un pour la Somme, l’autre pour l’Oise. BD bus, coins lecture ou dessin Autre dispositif  : les BD bus, anciens bibliobus transformés en bus d’animations autour de la bande dessinée. Les classes élémentaires des communes visitées peuvent ainsi voir des expositions thématiques ou interactives. Le plus souvent, des ateliers sont proposés en parallèle dans les bibliothèques municipales. Ces dernières sont aussi partenaires du festival, puisqu’elles prêtent les livres des auteurs présents ou exposés, afin d’aménager des coins lecture pour petits et grands. « Cela permet de s’extraire de la logique des dédicaces, précise Pascal Mériaux. Nous privilégions les autres formes de Atelier jeune public durant le festival 2018 BD Bus de l'Oise rencontre avec les auteurs. » Comme, par exemple, la Petite Fabrique  : le jeune public peut s’y installer pour dessiner ou faire une BD, et les professionnels présents leur prodiguent des conseils, leur font des propositions narratives… « L’important est de leur montrer que la bande dessinée est un langage avant d’être une technique. Il n’est pas nécessaire de savoir bien dessiner  : on peut faire une BD avec des gommettes ! » De quoi réconcilier les élèves non seulement avec les livres, mais aussi avec la création. NATACHA LEFAUCONNIER DURANT LES 24 e RENDEZ-VOUS DE LA BD, RETROUVEZ  : ➫ LE BD BUS DE L’OISE ET SON EXPO C’EST QUOI LA BD ? ➫ ET LE BD BUS DE LA SOMME ET SON EXPO JEUX DE MÔMES sur la terrasse de la Halle Freyssinet LE CONSEIL DEPARTsriNEGNAepuup tuu, Vincent Hequet
R etrouvez-les aux 24 erdv de la BD d'A miens PHILIPPINE LOMAR RÉCIDIVE Quand Zoo et Philippine Lomar se rencontrent, cela donne… une exposition hors-les-murs au festival d’Amiens, qui débutera le lendemain de la parution du quatrième tome de la série  : Total respect ! J'AIME LA DOUCEUR... LES CARESSES... LA TENDRESSE... Pour la sixième année, Philippine Lomar, adolescente reconnaissable à sa chevelure rousse attachée en queue de cheval, se retrouve au cœur d’une exposition au zoo d’Amiens. Et pour la première fois, les auteurs de la série, Dominique Zay (scénariste) et Greg Blondin (dessinateur) seront présents une heure chaque jour, pendant le premier week-end des 24 es Rendez-vous de la BD d’Amiens, afin de dédicacer le livre Zizanie au Zoo, créé spécialement lors de la précédente édition du festival. L’occasion ET LÀ, C'ÉTAIT LOIN D'ÊTRE LE CAS ! JE VAIS TE FRISER LES OS.. TE PULVÉRISER, T'EXPLOSER. pour les jeunes lecteurs de CM2 et plus de découvrir ou de retrouver la plus célèbre détective amiénoise, qui a débuté sa carrière en venant au secours d’une élève victime de racket (tome 1  : Scélérats qui rackettent). Philippine s’est ensuite intéressée au cas d’une collégienne entichée d’un bad boy malintentionné (tome 2  : Le Braqueur des cœurs), puis à la pollution du fleuve local, la Somme (tome 3  : Poison dans l’eau). Un comportement inacceptable Comme pour faire le lien avec sa dernière enquête, sa quatrième affaire commence par une tranquille partie de pêche, où Philippine se moque gentiment de son tonton Gégé. Il faut dire que ce dernier sort de l’eau davantage de détritus que de poissons. Pour se faire pardonner, elle va lui chercher une boisson dans la cabane en bois où il range son matériel. Quelle n’est pas la surprise de la jeune fille d’y découvrir une intruse de son âge ! Usant d’arguments persuasifs, Philippine parvient à gagner la confiance de son interlocutrice, prénommée Rosa, qui avoue avoir fugué de chez elle. Il s’avère que Marc, le compagnon de sa mère, un professeur de tennis aux muscles saillants et sourire ultra bright, cache bien son jeu  : il frappe aussi bien la maman de Rosa que les balles jaunes. Révoltée par ce comportement violent inacceptable, Philippine promet de mettre fin aux agissements de celui qui a franchi la ligne. Comment ne pas s’attacher à cette ado intrépide et courageuse, orpheline de père, qui aime jouer avec les mots et avec ses poings ? D’ailleurs, ce nouvel album mêle comme à l’accoutumée, une intrigue parallèle à la principale  : ici l’entraîneur de boxe de Philippine va avoir affaire à la police de manière inattendue. Les premiers fans de la série retrouveront avec plaisir les personnages récurrents que sont la mère de Philippine, sourde et muette mais d’une perspicacité remarquable, Mok, le chef de la cité, sans oublier un vieux monsieur barbu, montre de gousset à la main, qui apparaît discrètement dans chaque épisode et que les Amiénois n’auront aucun mal à reconnaître (à Zoo aussi, on aime ménager le suspense !). Associées au dessin pêchu et flirtant avec le manga de Greg Blondin, les couleurs de Dawid mettent en valeur les paysages bucoliques et urbains de Picardie, qui donnent envie de visiter la région. L’objectif premier de cette série policière n’est pourtant pas d’attirer les touristes mais bien de proposer aux collégiens ayant épuisé les Seuls ou autres Légendaires des bandes dessinées de qualité, abordant des thématiques qui les concernent, problèmes environnementaux et violence conjugale inclus. Nul doute qu’avec Total Respect !, les lecteurs seront pris dans les filets de Philippine Lomar (dont le nom s’inspire de celui du détective Philip Marlowe, créé par Raymond Chandler), car Dominique Zay a innové dans ce quatrième tome des aventures de la justicière en arrêtant le scénario sur un cliffhanger qui appelle une suite que l’on espère trépidante. Petite confidence  : elle devrait cette fois se dérouler en grande partie dans la capitale française. NATACHA LEFAUCONNIER DURANT LES 24 e RENDEZ-VOUS DE LA BD  : ➫ RETROUVEZ DOMINIQUE ZAY ET GREG BLONDIN EN DÉDICACE sur le Stand du Zoo d’Amiens dans la Halle Freyssinet AU ZOO D’AMIENS  : ➫ RETROUVEZ PHILIPPINE LOMAR DANS LA RÉTROSPECTIVE ZOO ET BD Du 30 mai au 30 juin 2019 ➫ GREG BLONDIN ANIMERA DEUX ATELIERS DE DESSIN LE 8 JUIN 2019 À 13H30 ET 15H30 (réservation au 03 22 69 61 07) PHILIPPINE LOMAR T.4 de Dominique Zay et Greg Blondin Éditions de la Gouttière, 48 p., couleur, 12,70 € 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :